l@s zapatistas no están sol@s.

Infos

Esta es la nueva pagina de europa Zapatista : Contiene noticias y artículos publicados en los sitios web y blogs de los diferentes colectivos europeos solidarios con l@s zapatist@s y con los de abajo y a la izquierda. Permitiendo así colectivizar e intercambiar la información desde nuestros rincones.

Estado de la pagina

Número de artículos:
10  15  20 

 

Exposition Résistance Zapatiste

tags : pl-fr, zapatiste,

Résistance Zapatiste est une exposition qui vise à dénoncer les agressions dont sont victimes les communautés indigènes du Chiapas appartenant au mouvement zapatiste et à présenter un moyen efficace de les soutenir : les Brigades Civiles d'Observation.

Depuis son soulèvement armé le 1er janvier 1994 pour défendre l'autonomie des peuples indigènes, lutter pour la dignité et contre le capitalisme, la rébellion zapatiste construit, sur la terre de ses ancêtres mayas, un système d'auto-gouvernement dans lequel “le peuple dirige et le gouvernement obéit”.

Le pouvoir mexicain conduit de son côté une stratégie de contre-insurrection en tirant parti de conflits locaux qu'il encourage par l'armement et l'entraînement de groupes paramilitaires dans l'État du Chiapas.

Juliette Martinez et Antoine Dibon ont passé deux semaines en tant qu'observateurs·trices des droits humains dans la petite communauté zapatiste de Nuevo San Gregorio. Leurs photos nous montrent le quotidien et la résistance des 34 habitants·es de cette communauté dépossédée de la quasi-totalité de ses terres par ceux qu'iels appellent “les envahisseurs”. Entourés·ées de barbelés, iels vivent depuis plus de deux ans comme séquestrés·ées au sein de leur propre village mais n'abandonnent pas pour autant la lutte et le mouvement dans lequel iels placent une très grande espérance.

L'exposition est à découvrir du 12 au 29 mai dans la grande salle du Point Éphémère !

Le vernissage aura lieu le dimanche 15 mai à 14h et la projection du documentaire “Encerclés” à 16h sera suivie d'une table ronde sur le mouvement zapatiste et la situation au Chiapas.

Évènement facebook : https://fb.me/e/34mWhf5c8
Flyer au format pdf :

APPEL À PARTICIPER AUX JOURNÉES D'ACTION INTERNATIONALES DE LA CARAVANE POUR L'EAU ET POUR LA VIE

tags : pl-fr,

APPEL À PARTICIPER AUX JOURNÉES D'ACTION INTERNATIONALES DE LA CARAVANE POUR L'EAU ET POUR LA VIE : PEUPLES UNIS CONTRE LE PILLAGE CAPITALISTE

Slumil K'ajxemk'op/Europe, avril 2022

« La caravane pour l'eau et pour la vie n'est pas seule ! S'ils touchent
à l'un.e d'entre nous, ils touchent à nous tous.tes ! »


À celleux qui accompagnent le Voyage zapatiste pour la vie sur les 5
continents,
Au Congrès national indigène,
À l'Armée zapatiste de libération nationale,
À la Sexta nationale et internationale
À tous.tes les collectifs.ves, personnes, organisations qui luttent
depuis en bas et à gauche dans le monde.

Dans le cadre de la Caravane pour l'eau et pour la vie : Peuples unis contre le pillage capitaliste, nous lançons un appel à nous unir du 13 au 17 avril, et de manière continue en accord avec les rythmes des territoires de chacun.e, pour une grande mobilisation internationale physique et virtuelle.

La Caravane pour l'eau et pour la vie a débuté le 22 mars, Journée mondiale de l'eau et premier anniversaire de la fermeture de l'usine de Bonafont/Danone de Juan C. Bonilla, dans l'État de Puebla (Mexique) par les Villages Unis de la région de Cholula et des Volcans. Occupée à partir du 8 août, l'usine a été transformée en centre communautaire, "l'Altepelmecalli" : la Maison des Peuples. L'Altepelmecalli a été
expulsé par la police et la Garde nationale le 15 février dernier. Mais avant que cela n'arrive, les villages unis ont scellé le puits de l'usine perforé par l'entreprise. Depuis la fermeture, petit à petit, l'eau est revenue dans les puits des familles de la région. Plus une goutte d'eau ne sortira au profit du capital !

Depuis le 22 mars et jusqu'au 24 avril, la Caravane visibilise les luttes contre le pillage dans les États de Puebla, Tlaxcala, Veracruz, Ville de Mexico, État de Mexico, Morelos, Oaxaca, Guerrero et Querétaro, ainsi que dans d'autres parties du monde.

Voir l'ensemble du programme :
http://caravana.pueblosunidosporlavida.org/

La Caravane nous invite à nous faire écho de la rébellion et à résister ensemble aux assauts du système capitaliste et de ses États protecteurs.

Nous appelons à réaliser des actions solidaires et à participer, du 13 au 17 avril, puis selon les rythmes de chacun.e, aux événements physiques et virtuels.

Nous vous appelons à :

1. Manifester dans les rues et virtuellement, en solidarité avec la Caravane pour l'eau et la vie et contre les entreprises responsables du pillage (vous trouverez à la fin de ce texte des #hashtags que vous pouvez utiliser lors de vos actions)

  • en envoyant des messages de soutien à la Caravane et aux peuples en lutte pour l'eau et le territoire au Mexique et dans le monde ;
  • en partageant vos luttes ;
  • en dénonçant les entreprises et les transnationales qui détruisent les peuples et la planète avec leurs projets de mort.

Voici une liste non-exhaustive :

  • les entreprises extractivistes d'eau (Danone, Nestlé, Coca-Cola...) et de minerais
  • celles qui participent au Projet intégral Morelos (les espagnoles ELECNOR, ENAGAS et l'italienne BONATTI)
  • au mal nommé Train Maya (l'étasunienne BlackRock, la portugaise Mota-Engil, la chinoise Communications Construction Company, l'allemande Deutsche Bahn, l'espagnole RENFE, la française Alstom)
  • au Corridor Transisthmique (la française EDF, l'italienne ENEL, l'australienne MacQuaire, la hollandaise PGGM, la japonaise Mitsubishi, les espagnoles Iberdrola, Gamesa, Acciona, Renovalia, Gas Natural Fenosa, Preneal, EYRA-ACS...).

—> Envoyez-nous vos propositions d'action avant le 11 avril afin de les ajouter au calendrier.

—> Envoyez-nous aussi le matériel créé (images, vidéos et photos) pour publication et diffusion.

Contact : slumilconlacaravana@riseup.net

2. Collecter des fonds et faire des dons pour soutenir la caravane via www.betterplace.me/support-for-the-caravana-por-el-agua-y-la-vida. Les dons seront directement transmis aux compas.

Ou en faisant un virement au compte suivant :

CIENCIA SOCIAL AL SERVICIO DE LOS PUEBLOS ORIGINARIOS A. C.
RFC : CSS190801IQA
Courriel : aliciac.2145@gmail.com
Banco Bancomer BBVA
Numéro de compte : 0113643034
Clabe/Code interbancaire : 012540001136430347 BBVA MEXICO
SWIFT CODE/ BIC : BBVA MEXICO BCMRMXMMPYM
Adresse de la banque : AVE PASEO DE LA REFORMA 510, COLONIA JUAREZ, CP
06600 ALCALDÍA CUAUHTEMOC, CIUDAD DE MEXICO. MEXICO

Si le virement ne s'effectue pas correctement, contactez-nous
(slumilconlacaravana@riseup.net)

3. Participer à la manifestation virtuelle le samedi 16 avril 2022 à 18h
(CET)/11h (Mexique).

La manif virtuelle prendra la forme d'une rencontre participative entre les luttes présentes et les compas des Villages Unis et du CNI participant à la Caravane.

Pour participer à la manif virtuelle et/ou présenter vos luttes, écrivez, avant le 11 avril, à : slumilconlacaravana@riseup.net

Le programme détaillé et les plateformes utilisées seront communiqués ici : http://caravana.pueblosunidosporlavida.org/)

Nous appelons tous.tes les collectifs.ves, personnes, organisations luttant en bas et à gauche et particulièrement celleux qui accompagnent le Voyage zapatiste pour la Vie sur les 5 continents à rejoindre ces actions, en dénonçant les multiples guerres que les mauvais gouvernements et les grandes entreprises mènent contre nos communautés, contre la nature et contre la vie en général.

L'extraction de l'eau fait partie des guerres du capitalisme contre l'humanité et la vie dans son ensemble. Continuons à dénoncer en permanence le pillage et la violence, tous.tes ensemble, en marchant avec nos compas du Congrès national indigène (CNI) et de l'Armée zapatiste de libération nationale (EZLN).

Vous pouvez dès maintenant vous solidariser avec la Caravane en utilisant les hashtags suivants dans vos publications :

#CaravanaporelAguaylaVida
#NuestraLuchaEsPorLaVida
#aguaesvida2022
#TodxsconlaCaravana
#SlumilvaconlaCaravana


Collectif.ves et individu.es de Slumil K'ajxemk'op et Abya Yala en
solidarité avec la Caravane pour l'eau et pour la vie

CARAVANE POUR L'EAU ET POUR LA VIE ! PEUPLES UNIS CONTRE LE PILLAGE CAPITALISTE

tags : pl-fr,

texte en pdf (A5) :

texte en format brochure A5 :

CARAVANE POUR L'EAU ET POUR LA VIE ! PEUPLES UNIS CONTRE LE PILLAGE CAPITALISTE

Au Comité clandestin révolutionnaire indigène - Commandement général de l'EZLN,
À l'Armée zapatiste de libération nationale,
À la Commission « Sexta » zapatiste de l'EZLN,
Au Congrès national indigène,
Au Conseil indigène de gouvernement et à sa porte-parole, María de Jesús Patricio Martínez,
Aux collectifs, mouvements, organisations et individus de SLUMIL K'AJXEMK'OP,
À l'Europe, Insoumise, Digne et Rebelle,
Aux Réseaux de résistance et de rébellion,
À la Sexta du Mexique et du monde entier,
Aux médias libres, indépendants, alternatifs ou quel que soit leur nom,
Au peuple du Mexique,
Aux peuples du monde,

« C'est l'heure de la dignité rebelle, il est temps de construire une nouvelle nation par et pour tou.tes, de consolider le pouvoir anticapitaliste d'en bas et à gauche, de faire payer aux coupables la douleur des peuples de ce Mexique multicolore. »
QUE TREMBLE LA TERRE JUSQUE DANS SES ENTRAILLES
Congrès national indigène, Armée zapatiste de libération nationale, Chiapas, Mexique, Octobre 2016.

Sœurs et frères,

En ces temps de crise et de guerre capitaliste mondiale, nous, les peuples, faisons l'expérience d'une escalade répressive de spoliation et de pillage contre nos communautés et notre mère la terre. Nous, les peuples autochtones, les organisations et les collectifs qui continuons à résister, nous voyons que la tempête dont nos frères et sœurs zapatistes nous ont parlé, est non seulement déjà là depuis des années, mais qu'elle est maintenant plus dévastatrice, plus violente.

Nous vivons le dernier assaut de l'hydre, cette fois-ci elle vient pour tout prendre :

Elle vient pour l'eau, tant dans les villages que dans les villes, l'eau qui, une fois dérobée, est restituée avec la mort dissoute en elle sous forme de mercure, de cyanure et d'autres poisons recrachés par les industries.

Elle vient pour la terre et les minéraux qu'elle garde en elle ; pour les champs où faire se reproduire encore et encore des graines génétiquement modifiées qui tuent à la fois, lentement, le sol qui les soutient et ceux qui les ingèrent. Elle vient pour les maisons des familles qui ont été construites avec l'effort de générations entières, pour les démolir et mettre à leur place de hautes tours de bureaux vides et des centres commerciaux, ou pour faire passer le mortel train Maya ; ou pour y mettre des gazoducs ; ou pour tracer, entre brèches et sillons, la mort comme destin pour toutes et tous.

Ils s'en prennent au digne travail des paysans, des artisans, des commerçants, des enseignants et des ouvriers pour le dévaloriser et le remplacer par l'exploitation esclavagiste dont les capitalistes sont si friands.

Ils s'en prennent à l'histoire en détruisant les vestiges préhistoriques et préhispaniques qui racontent les pas de nos ancêtres, dont beaucoup ont été découverts récemment et dont beaucoup sont destinés à être enterrés sous des avions ou des trains.

Ils viennent pour la vie toute entière, pour les jungles, pour les montagnes, pour les forêts, pour les rivières, les mers, les lacs, les cenotes, les ameyales, les lagunes, les déserts, ils sont amants des cimetières, et c'est ce en quoi ils veulent transformer le monde.

Ils viennent pour tout.

Il ne s'agit plus seulement de menaces de la part du capital, les ordres ont déjà été donnés et les attaques ont été dirigées vers leur cible principale : nous, les peuples, les organisations et les collectifs qui résistons et qui défendons la vie.

Les projets mortifères promus par le capitalisme, se voyant confrontés aux résistances collectives, utilisent l'État pour créer des décrets et envoyer leurs forces de répression à l'encontre de celles et ceux qui s'opposent à l'exploitation-destruction de la nature et à la spoliation des territoires et du patrimoine communautaire des peuples autochtones.

L'illusion du développement et du progrès s'évanouit lorsque les peuples exhibent la mort et l'arrogance avec lesquelles les entreprises et les États dépossèdent les territoires et, dépourvus d'arguments pour se justifier, utilisent la violence sous toutes ses formes.

Face à cette guerre imposée par le capitalisme, nous, les peuples, répondons par la résistance, l'autonomie et l'organisation.

Dans ce long voyage vers un monde juste où la vie est assurée pour nos générations futures, les chemins que nous, compañeras et compañeros, avons construits avec douleur et rage se rejoignent progressivement, jusqu'à former un beau tissu qui couvre le monde entier de couleurs et de dignité.

Le grondement des peuples qui résistent est long et fort, et ce grondement a la capacité de réveiller la rébellion et l'organisation dans chaque recoin où il y a injustice et exploitation, c'est-à-dire dans chaque recoin de notre monde.

C'est pourquoi, aujourd'hui, les peuples, organisations et collectifs de Puebla, Tlaxcala, Veracruz, Ville de Mexico, État de Mexico, Morelos, Oaxaca, Guerrero et Querétaro, nous faisons à nouveau résonner nos canaux de rébellion et nous appelons les peuples, nations et tribus indigènes du Mexique et du monde, ainsi que les organisations et collectifs alliés à se joindre à cette « Caravane pour l'eau et pour la vie : Peuples unis contre le pillage capitaliste » qui débutera le 22 mars sur les terres de la municipalité de Juan C. Bonilla, dans l'État de Puebla, et se terminera le 24 avril dans la communauté de Cuentepec, dans l'État de Morelos.

Pendant 34 jours, la Caravane rendra visibles les luttes de ces neuf États mexicains ainsi que des territoires du reste du pays, d'Europe, d'Afrique, d'Asie, d'Amérique du Sud et d'Amérique du Nord, et, au long de son chemin, de nouvelles voies d'organisation seront tracées pour résister conjointement aux assauts de ce système capitaliste et de ses États protecteurs. Mais surtout, elle fera écho à la voix des peuples qui ont déjà décidé de leur destin par leurs propres lois, déclarations, décrets et accords que les mauvais gouvernements ont méprisés et ignorés.
En d'autres termes, la Caravane pour l'eau et la vie vise à faire respecter la Loi des peuples.

Mexique, 11 mars 2022

Jusqu'à ce que la dignité devienne coutume
Plus jamais un Mexique ni un monde sans nous
Ils ne nous vaincront pas !

Signataires :

Congrès national indigène (Congreso Nacional Indígena)
Résidents de la communauté otomi à Mexico (Comunidad Otomí Residentes en la CDMX)
Maison Okupa Chiapas (Casa Okupa Chiapas)
Coordination des peuples, quartiers autochtones et colonies de Xochimilco (Coordinación de Pueblos, Barrios Originarios y Colonias de Xochimilco)
UPVA 28 octobre (UPVA 28 de octubre)
Villages unis de la région de Cholula et des volcans (Pueblos Unidos de la Región Cholulteca y los volcanes)
Coordination métropolitaine anticapitaliste et antipatriarcale avec le Congrès Indigène de Gouvernement (Coordinación Metropolitana Anticapitalista y Antipatriarcal con el CIG)
Soleil rouge (Sol Rojo)
Lützerath
Mazatecas pour la liberté (Mazatecas por la libertad)
Unification des villages et quartiers contre l'exploitation minière dans l'État de Morelos (Unificación de Pueblos y Colonias Contra la Minería en Morelos)
Communauté de Milpa Alta (Comunidad de Milpa Alta)
Sit-in de Huexca (Plantón de Huexca)
Sit-in d'Asurco (Plantón de Asurco)
Réseau universitaire anticapitaliste (Red Universitaria Anticapitalista)
Front des villages pour la défense de la terre et de l'eau, Morelos, Puebla et Tlaxcala (Frente de Pueblos en Defensa de la Tierra y el Agua, Morelos, Puebla y Tlaxcala)
Front pour la défense de la vallée de Matlazica (Frente en Defensa del Valle Matlazica)
Les enfants du maïs (Hijxs del maíz)
Conseil Indigène et Populaire du Guerrero - Emiliano Zapata (CIPOG -EZ)
Réseau de Résistance et de Rébellion du port de Veracruz en soutien au CIG-CNI (Red de Resistencia y Rebeldía del puerto de Veracruz en apoyo al CIG-CNI)
MAIZ - Mouvement autonome indigène zapatiste (MAÍZ)
Communauté d'Iztapalapa (Comunidad de Iztapalapa)
UCIZONI
Conseil autonome de Totonaco et Tiya-Tlalle (Concejo autónomo totonaco y tiya-tlalle)
Ocotepec de libres
Laboratoire populaire des médias libres (Laboratorio Popular de Medios Libres)
Conseil autonome de Santiago Mexquititlán (Concejo Autónomo de Santiago Mexquititlán)
L'isthme est à Nous (El Istmo es Nuestro)
Communauté de Puente Madera, Oaxaca (Comunidad de Puente Madera, Oaxaca)
Compas solidaires d'Allemagne et de Suède (Compas solidarios de Alemania y Suecia)

Pour joindre vos signatures à cette convocation et/ou participer à la caravane, écrire au mail : caravanaporelaguaylavida@gmail.com
#caravanaporelaguaylavida

Coopérez pour la Caravane !

Si vous souhaitez faire un don pour la « Caravane pour l'eau et la vie, Peuples unis contre le pillage capitaliste », nous vous invitons à le faire via le compte suivant :

Envois internationaux :
Nom du compte : Ciencia Social al Servicio de los Pueblos Originarios A.C.
Adresse du bénéficiaire : Acacias 223 interior 5, Tlaltenango, Cuernavaca Morelos, C.P. 62170
Nom de la banque : Bancomer BBVA México
N° de compte : 0113643034
Code interbancaire : 012540001136430347
SWIFT CODE/ BIC : BBVA MEXICO BCMRMXMMPYM
Adresse de la banque : Av. Paseo de la Reforma 510, Col. Juárez, C.P. 06600, Alcaldía Cuauhtémoc, Ciudad de México

Envoyez votre reçu à : caravanaporelaguaylavida@gmail.com

MERCI !

Contre toutes les guerres : quelques échos des mobilisations

tags : pl-fr,

CONTRE TOUTES LES GUERRES, DIMANCHE 13 MARS

MOBILISATIONS ZAPATISTES

Au Chiapas, plusieurs dizaines de milliers de zapatistes ont défilé contre toutes les guerres au Chiapas, à San Cristobal, Ocosingo, Palenque, Altamirano, Las Margaritas et Yajalon :

Videos et images sur Enlace zapatista

MOBILISATIONS AU MEXIQUE

A Mexico, plusieurs centaines de personnes ont aussi manifesté "contre les guerres capitalistes"

MOBILISATIONS EN REGION PARISIENNE

A Place des fêtes (19e) :

(à télécharger avec une autre vidéo ici :
https://we.tl/t-Da4QepQ4a1 )

Durant la mobilisation du collectif sans papiers de Montreuil :

Au salon anticolonial à La parole Errante, Montreuil :

MOBILISATIONS EN EUROPE

DIMANCHE 13 MARS, CONTRE TOUTES LES GUERRES

tags : pl-fr,

COMMISSION SEXTA ZAPATISTE
Mexique,

DIMANCHE 13

À la Sexta nationale et internationale,
À celles et ceux qui ont signé la Déclaration pour la vie,
Aux personnes honnêtes du monde entier,

En accord avec quelques personnes, groupes, collectifs, organisations et mouvements de Slumil K'Ajxemk'Op, les communautés zapatistes ont convenu de convoquer des mobilisations et des manifestations contre TOUTES LES GUERRES capitalistes actuellement en cours dans plusieurs endroits de la planète. Pas seulement en Ukraine. Aussi en Palestine, au Kurdistan, en Syrie, sur les territoires Mapuche et autochtones de toute la planète et là où tant et tant de processus libertaires sont attaqués, poursuivis, assassinés, réduits au silence, perturbés.

En réponse à cet appel, nous avons convenu de participer aux mobilisations du dimanche 13 mars 2022 et de continuer les actions contre les guerres que le système perpétue dans le monde entier.
Nous proposons donc de démarrer une campagne mondiale contre les guerres du capital, quelle que soit leur géographie. D'organiser des concerts, des rencontres, des festivals, des réunions, etc. En bref, les arts contre les guerres.

Nous appelons toutes les personnes honnêtes, les groupes, les collectifs, les organisations et les mouvements au Mexique et dans le monde à se joindre aux activités pour exiger l'arrêt des guerres à partir du dimanche 13, à leur rythme et à leur manière et en préservant leur indépendance et leur autonomie. Pour leur part, les communautés zapatistes se manifesteront, le dimanche 13 mars 2022, dans leurs Caracoles, dans les chefs-lieux municipaux de San Cristóbal, Yajalón, Palenque, Ocosingo, Las Margaritas, Altamirano et dans les communautés situées le long de la route, avec plusieurs milliers de zapatistes.

Contre toutes les guerres : tous les arts, toutes les résistances,
toutes les rébellions !

Depuis les montagnes du Sud-Est mexicain,
Commission Sexta zapatiste,
Mexique, mars 2022.

Source : Enlace zapatista

IL N'Y AURA PAS DE PAYSAGE APRÈS LA BATAILLE

tags : pl-fr,

texte en format A5 page par page :

texte en brochure A5 :

COMMISSION SEXTA ZAPATISTE.
Mexique.

IL N'Y AURA PAS DE PAYSAGE APRÈS LA BATAILLE

(À propos de l'invasion de l'armée russe en Ukraine).

2 mars 2022.

À celles et ceux qui ont signé la Déclaration pour la Vie,

À la Sexta nationale et internationale,

Compañer@s, frères et sœurs,

Nous vous faisons part de nos paroles et pensées sur ce qui se passe actuellement dans la géographie que l'on nomme Europe :

PREMIÈREMENT.- Il y a une force qui agresse : l'armée russe. Il y a en jeu des intérêts du grand capital, des deux côtés. Ceux qui souffrent maintenant des délires des uns et des calculs économiques sournois des autres, ce sont les peuples de Russie et d'Ukraine (et, peut-être bientôt, ceux d'autres géographies proches ou lointaines). En tant que Zapatistes que nous sommes, nous ne soutenons ni l'un ni l'autre des États, mais celles et ceux qui luttent pour la vie et contre le système.

Lors de l'invasion multinationale de l'Irak (il y a presque 19 ans), avec à sa tête l'armée nord-américaine, il y a eu des mobilisations contre cette guerre dans le monde entier. Aucune personne saine d'esprit ne pensait que s'opposer à l'invasion revenait à se ranger du côté de Sadam Hussein. Aujourd'hui, la situation est similaire, mais pas identique. Ni Zelinski, ni Poutine. Arrêtez la guerre.

DEUXIÈMEMENT.- Différents gouvernements se sont alignés d'un côté ou de l'autre, le faisant pour des motivations économiques. Il n'y a chez eux aucune préoccupation humaniste. Pour ces gouvernements et leurs « idéologues », il y a des interventions-invasions-destructions bonnes, et il y en a de mauvaises. Les bonnes sont celles que réalisent leurs alliés et les mauvaises celles qui sont perpétrées par leurs opposants. Les applaudissements à l'argument criminel de Poutine pour justifier l'invasion militaire de l'Ukraine se transformeront en lamentations quand, avec les mêmes mots, on justifiera l'invasion d'autres peuples dont les parcours n'auront pas l'agrément du grand capital.

Ils envahiront d'autres géographies pour les sauver de la « tyrannie néo-nazie » ou pour mettre fin aux « narco-États » voisins. Ils répéteront alors les mêmes mots que Poutine : « Nous allons dénazifier » (ou son équivalent) et ils multiplieront les « raisonnements » de « danger pour leurs peuples ». Et alors, comme nous disent nos compañeras en Russie : « Les bombes russes, les fusées, les balles volent vers les Ukrainiens sans leur demander leurs opinions politiques ou la langue qu'ils parlent », mais c'est la « nationalité » des unes et des autres qui changera.

TROISIÈMEMENT.- Le grand capital et ses gouvernements « d'Occident » se sont assis pour contempler - et même encourager - la façon dont la situation se détériorait. Puis, une fois l'invasion commencée, ils ont attendus de voir si l'Ukraine résistait, et ils ont ensuite calculé ce qu'ils pourraient gagner d'un résultat ou d'un autre. Comme l'Ukraine résiste, alors ils ont effectivement commencé à allonger des factures « d'aide » qui seront remboursées plus tard. Poutine n'est pas le seul à être surpris de la résistance ukrainienne.

Ceux qui y gagnent dans cette guerre ce sont les grands consortiums d'armements et le grand capital qui voient l'opportunité de conquérir, de détruire/reconstruire des territoires, c'est-à-dire, de créer de nouveaux marchés de marchandises et de consommateurs, de personnes.

QUATRIÈMEMENT.- Au lieu de nous tourner vers ce que diffusent les médias et les réseaux sociaux des deux camps respectifs – et que tous deux présentent comme des « actualités » – , ou sur les « analyses » dans la prolifération soudaine d'experts en géopolitique et de soupirants au Pacte de Varsovie et à l'OTAN, nous avons décidé de chercher et de demander à celles et ceux qui, comme nous, sont engagé.es dans la lutte pour la vie en Ukraine et en Russie.

Après plusieurs tentatives, la Commission Sexta Zapatiste a réussi à entrer en contact avec nos proches en résistance et en rébellion dans les géographies qu'on appelle la Russie et l'Ukraine.

CINQUIÈMEMENT.- En résumé, nos proches, qui de plus brandissent le drapeau du @ libertaire, restent fermes : en résistance celles et ceux qui se trouvent dans le Donbass, en Ukraine ; et en rébellion celles et ceux qui cheminent et travaillent dans les rues et les champs de Russie. Il y a des personnes arrêtées et battues en Russie pour protester contre la guerre. Il y a des personnes assassinées en Ukraine par l'armée russe.

Ce qui les unit entre elles, et elles à nous, c'est non seulement le NON à la guerre, mais aussi le refus de « s'aligner » avec des gouvernements qui oppriment leurs peuples.

Au milieu de la confusion et du chaos qui règnent des deux côtés, iels restent fermes dans leurs convictions : leur lutte pour la liberté, leur refus des frontières et des États-nations, et les oppressions respectives qui seulement changent de drapeau.

Notre devoir est de les soutenir dans la mesure de nos capacités. Un mot, une image, une mélodie, une danse, un poing qui se lève, une étreinte - même provenant de géographies éloignées - sont aussi un soutien qui encouragera leurs cœurs.

Résister, c'est persister et perdurer. Soutenons nos proches dans leur résistance, c'est-à-dire dans leur lutte pour la vie. Nous le leur devons et nous le devons à nous-mêmes.

SIXIÈMEMENT.- Par conséquent, nous appelons la Sexta nationale et internationale, qui ne l'a pas encore fait, à manifester selon ses calendriers, ses géographies et à sa manière contre la guerre et en soutien aux Ukrainien.ne.s et aux Russes qui se battent dans leurs géographies pour un monde de liberté.

De même, nous appelons à soutenir financièrement la résistance en Ukraine sur les comptes qui nous seront indiqués ultérieurement.

De son côté, la Commission Sexta de l'EZLN est en train de faire ce qu'il convient, en envoyant un peu d'aide à celles et ceux qui, en Russie et en Ukraine, luttent contre la guerre. Nous avons également pris contact avec nos proches de SLUMIL K'AJXEMK'OP pour créer un fonds économique commun de soutien à celles et ceux qui résistent en Ukraine.

Sans hésitation, nous crions et appelons à crier et à exiger : Armée russe, hors d'Ukraine.

  • -

Il faut arrêter la guerre maintenant. Si elle se poursuit et, comme on peut s'y attendre, si elle s'intensifie, alors peut-être qu'il n'y aura plus personne pour décrire le paysage après la bataille.

Depuis les montagnes du Sud-Est mexicain.

Sous-commandant Insurgé Moises. SupGaleano.
Commission Sexta de l'EZLN.

Mars 2022

Texte original en espagnol et traduction en Allemand, Italien, Farsi, Portuguais, Grec, Russe, Slovène, Polonais, Français et Anglais sur Enlace Zapatista

HALTE À LA RÉPRESSION CONTRE LES PEUPLES AUTOCHTONES AU MEXIQUE

tags : mexique, pl-fr,

HALTE À LA RÉPRESSION CONTRE LES PEUPLES AUTOCHTONES AU MEXIQUE

Au peuple mexicain,
Aux peuples du monde,
A la Sexta nationale et internationale,
Aux médias

Nous dénonçons que le 15 février vers 1h20 du matin, les organes répressifs du mauvais gouvernement composés d'éléments de la Garde nationale, de la police de l'État de Puebla et de la police municipale de Juan C. Bonilla, ont envahi et démantelé les espaces de résistance et d'organisation de la Maison des peuples Altepelmecalli, un espace culturel et politique autonome qui, jusqu'au 22 mars 2021, était l'entrepôt physique de la société Bonafont [appartenant à DANONE], multinationale qui a volé et surexploité pendant des années les aquifères de la région de Cholula.

Nous condamnons fermement l'escalade répressive sortie des entrailles du gouvernement du capital, qui se fait appeler "Quatrième Transformation" [au Mexique], contre la résistance et la lutte pour la vie de nos frères et sœurs des Villages unis de la région de Cholula et des volcans. En hissant le drapeau de la défense de la vie collective, celle-ci a transformé ce foyer mortifère en un espace de rencontre et d'échange d'où germe l'espoir fait de rébellion et de formes anciennes et nouvelles d'organisation, au milieu de la détermination mise pour imposer dans les États de Morelos, Puebla et Tlaxcala le Projet intégral Morelos, qui fait traverser par un gazoduc le territoire des villages du volcan.

Nous nous déclarons en alerte face à la possible persécution des frères et sœurs de la Maison des peuples Altepelmecalli, et rendons le gouvernement fédéral responsable de l'utilisation de son groupe armé baptisé Garde nationale pour intensifier la guerre de l'argent contre la vie. Nous le rendons responsable de la protection des négoces de la société Bonafont [appartenant à DANONE], qui dépossède, thésaurise, privatise et profite de manière immorale de l'eau de nos villages, où nous sommes confrontés à l'apparition d'effondrements de terrains et à l'assèchement des puits, des sources, des rivières et des ruisseaux ; c'est le cas de la rivière Metlapanapa, que le Front des villages de la région de Cholula et des volcans a défendu contre l'exploitation et la contamination au bénéfice des zones industrielles.

Nous dénonçons l'offensive répressive du mauvais gouvernement néolibéral mexicain contre nos camarades qui, depuis leurs géographies, mettent en exergue l'organisation de la base pour nous appeler à nous battre pour la vie, ET NOUS CONDAMNONS :

1. L'assassinat du compañero Francisco Vázquez, président du conseil de vigilance de l'ASURCO [association des usagers de la rivière Cuautla], qui a élevé la voix contre le vol de l'eau dans les ejidos de la région d'Ayala pour le fonctionnement de la centrale thermoélectrique de Huexca, Morelos.

2. La criminalisation du peuple Otomi et du compañero Diego García par le chef de cette obscure institution du mauvais gouvernement dénommée INPI [Institut national des peuples indigènes], qui a servi d'organe de réplication de l'indigénisme et de contrôle clientéliste au sein de nos peuples, institution qui avait un jour ses bureaux dans ce qui devenu aujourd'hui la Maison des Peuples Samir Flores Soberanes.

3. La persécution envers le Conseil suprême indigène du Michoacán, en réaction à ses récentes mobilisations contre le mépris, le racisme et la spoliation et pour que soit enlevé le scandaleux monument connu sous le nom des Constructeurs à Morelia, Michoacán.

4. L'indifférence et la complicité criminelle de la Garde nationale face à la violence au Guerrero, alors que les cartels de la drogue attaquent les communautés du Conseil indigène et populaire du Guerrero-Emiliano Zapata qui s'opposent aux méga-projets d'extraction minière et dénoncent la complicité des gouvernements avec les groupes narco-paramilitaires, assassinant et faisant disparaître nos frères.

5. La militarisation de l'isthme de Tehuantepec pour imposer le mégaprojet du corridor interocéanique Salina Cruz-Coatzacoalcos, ainsi que l'occupation illégale des terres de nos communautés pour ce projet, comme c'est le cas avec la communauté binnizá de Puente Madera, [dont les terres] appartiennent aux biens communaux de San Blas Atempa, Oaxaca.

6. L'utilisation de la Garde nationale et des groupes armés des États et des municipalités pour réprimer les étudiants des écoles normales d'Ayotzinapa, Tiripetío et Mactumatzá, suite à leurs exigences de justice et de bonnes conditions pour leurs écoles.

Nous tenons le gouvernement fédéral du Mexique pour responsable de cette escalade répressive contre nos peuples, et exigeons que cessent les agissements de la Garde nationale et des forces de police contre celleux qui s'opposent à l'exploitation-destruction de la nature et à la spoliation des territoires et du patrimoine communautaire des peuples autochtones afin d'y imposer les projets mortifères promus par l'État mexicain.

Nous appelons les peuples, nations et tribus autochtones du Mexique, ainsi que les organisations et collectifs alliés, à être en alerte face à cette vague de répression néolibérale annoncée par le gouvernement capitaliste de ce pays par le biais de l'accord publié au Journal officiel de la Fédération le 22 novembre 2021, qui déclare objets d'intérêt public et de sécurité nationale les projets et les chantiers du gouvernement fédéral, prétexte à l'utilisation de ses forces armées contre les peuples qui s'opposent à la spoliation et à la destruction sans précédent du territoire mexicain.

Nous appelons les individus, les groupes, les collectifs, les organisations et les mouvements des territoires de SLUMIL K ́AJXEMK ́OP (également connu sous le nom d'« Europe ») à se mobiliser et à se prononcer contre la multinationale Bonafont-Danone - basée en France - et les représentations de l'actuel gouvernement fédéral mexicain en Europe.

Pour la vie !
Solidarité et soutien aux peuples autochtones du Congrès national indigène !

Bien à vous,
16 février 2022

Pour la reconstitution intégrale de nos peuples
Plus jamais un Mexique sans nous

Congrès national indigène - Conseil indigène de gouvernement
ARMÉE ZAPATISTE DE LIBÉRATION NATIONALE
Commission Sexta.

Source : Enlace zapatista

Morelos : le FPDTA dénonce l'assassinat de Francisco Vazquez

tags : francisco, morelos, pl-fr,

12 février 2022

Nous condamnons l'assassinat de Francisco Vazquez
Nous exigeons la vérité et la justice face à la violence du Projet intégral Morelos (PIM)

En tant que membres du Front des villages en défense de la terre et de l'eau, nous condamnons avec énergie l'assassinat de Francisco Vázquez Domínguez, qui assumait la charge de président de l'ejido Abelardo L. Rodríguez rattaché à la municipalité d'Ayala dans le Morelos auquel il appartenait et celle de président du Conseil de vigilance de l'association des usagers de la rivière Cuautla (ASURCO). Les faits sont survenus hier, le 11 février, sur sa parcelle où il est décédé d'une blessure par balle.

Cet assassinat s'inscrit dans un contexte de violence, d'agressions et de violations des droits humains auxquels font face celleux qui défendent leurs droits à l'eau et au territoire face au Projet intégral Morelos. Ces agressions, à l'encontre des communautés agraires et des peuples indigènes qui défendent la vie, montrent la permanence de la stratégie de la terreur.

Il est encore plus préoccupant d'entendre les déclarations du gouvernement de l'État selon lesquelles l'assassinat de Francisco Vázquez Domínguez n'est pas lié au conflit sur l'eau pour la centrale thermique, omettant dans ses recherches et enquêtes préliminaires le fait que le défunt lui-même a déclaré lors d'une réunion le 10 février "qu'il craignait pour sa vie et qu'il tenait Rogelio Plasencia comme responsable au cas où quelque chose lui arriverait." Cette réunion, à laquelle il participait en qualité de président du Conseil de vigilance, rassemblait plus de 20 comisariados afin de discuter de la destitution de Rogelio Plasencia.

S'il est vrai que Francisco Vázquez soutenait jusqu'il y a quelques jours la cession de l'eau à la centrale à Huexca, il est inquiétant que, suite à la rupture de son alliance avec le gouvernement et avec Rogelio Plasencia, il ait été assassiné.

Ce serait une grave erreur de la part des autorités de dissocier l'enquête sur la relation possible entre son assassinat et le conflit créé par le PIM, car ce serait ignorer le risque grave que nous encourons en tant que défenseur.es de notre territoire face à cette spoliation.

Nous exigeons que soient éclaircis l'assassinat de Francisco Vázquez et celui de notre frère Samir Flores, deux assassinats de personnes ayant exprimé leur désaccord avec le Projet intégral Morelos. Nous condamnons l'inaction du gouvernement face à l'assassinat de celleux qui défendent leurs droits. Nous exigeons que Rogelio Plasencia fasse l'objet d'une enquête étant donné l'accusation directe faite par la victime du meurtre.

Nous tenons Rogelio Plasencia, la CFE et le gouvernement d'Andrés Manuel López Obrador pour responsables de toute agression envers les membres des Ejidos d'Ayala pour la Défense de l'eau, ainsi qu'à l'encontre des membres du Frente de Pueblos en Defensa de la Tierra y el Agua, Morelos-Puebla-Tlaxcala.

T ́neki tlalle uan atl para tenochti, amo timikiske por tumi – Nous voulons la terre et l'eau pour tous, et non pas mourir pour de l'argent.


Frente de Pueblos en Defensa de la Tierra y el Agua Morelos, Puebla y Tlaxcala (Front des villages en défense de la terre et de l'eau, Morelos-Puebla-Tlaxcala).

REAGIR : DANONE EXPULSE LA CASA DE LOS PUEBLOS

tags : casa, pl-fr,

Expulsion par la police militarisée de la Maison des peuples Altepelmecalli, Puebla :

EN TANT QU'ORGANISATIONS, NOUS CONDAMNONS LES AGISSEMENTS DU GOUVERNEMENT MEXICAIN

15 février 2022, Juan C. Bonilla, Puebla, Mexique

Au petit matin, afin de cacher les abus et les vols d'eau commis par la transnationale Danone-Bonafont, le gouvernement mexicain a procédé à l'expulsion et à l'invasion de l'Altepelmecalli, la Maison des peuples, un espace d'où les communautés indigènes ont expulsé l'entreprise qui a exploité les aquifères de la région pendant plus de 29 ans, dérobant plus de 590 millions de litres d'eau par an, provoquant la raréfaction de la ressource et de graves préjudices. Les installations ont été transformées en un espace de rencontre et de partage des connaissances, où sont mis en œuvre les projets communautaires et autonomes. Le gouvernement mexicain, qui a été invité à se rendre sur place par les communautés, montre une fois de plus qu'il privilégie la violence et méprise le dialogue en se soumettant aux exigences du capital international de Danone-Bonafont.

Au peuple mexicain,
À la communauté internationale,
Aux représentants et aux institutions des trois niveaux de gouvernement,
Aux médias libres et solidaires avec les peuples,

Les organisations et personnes soussignées expriment leur indignation et leur inquiétude face à l'expulsion de l'Altepelmecalli, La Casa de los Pueblos, qui a eu lieu aux premières heures aujourd'hui, à laquelle ont participé des éléments de la police d'État, de la Garde nationale et de la police antiémeute. Nous dénonçons l'expression inutile de la violence et le refus du gouvernement d'engager le dialogue demandé par les Villages unis de la région de Cholulteca et des volcans qui, de manière organisée et pacifique, ont occupé l'usine de Bonafont pour stopper la spoliation de l'eau de leurs communautés.

Nous exigeons que cessent les pratiques et le légalisme du mauvais gouvernement qui nient les droits des peuples, font de l'eau une marchandise et la cèdent à des entreprises étrangères. Nous exigeons la fermeture de l'usine Bonafont à Juan C. Bonilla et la libération de l'eau pour les peuples. Nous nous joignons à la pétition des Peuples unis pour la restitution de l'espace de formation, de soins de santé, de communication, d'agriculture, d'agroécologie et d'éducation qu'ils ont construit sur les ruines de l'usine de Bonafont. Nous demandons que cessent les actes de harcèlement contre celleux qui défendent l'eau et la vie et que cesse aussi la criminalisation à leur encontre. Nous invitons la population à ne pas soutenir ces entreprises et à cesser de consommer les produits de la transnationale française Danone : Bonafont, Activia, Danonino, Vitalinea, dnp, Danette, Dany, Oikos et autres produits de la gamme de malbouffe.

JAMAIS PLUS UN MEXIQUE SANS NOUS !
TERRE, EAU ET LIBERTÉ !
L'EAU N'EST PAS À VENDRE, ON L'AIME ET ON LA DÉFEND !

Vers une expropriation légale

Deux jours seulement avant que la Garde nationale ne fasse irruption dans la Casa de los Pueblos Altepelmecalli, des membres des villages de Cholulteca avaient préparé un programme de télévision communautaire. Cela faisait partie de ce que la police et la Garde nationale ont détruit ce jour-là.

Via le lien suivant, vous pourrez trouver le matériel Altepelmecalli TV Programa 01

Pour rejoindre les organisations et personnes signataires, utiliser ce lien-ci

A BAS LE SOMMET EUROPE-AFRIQUE !

tags : pl-fr,

A BAS LE SOMMET EUROPE-AFRIQUE !

SOLIDARITE AVEC LES FAMILLES DE VICTIMES MORTES AUX FRONTIERES !

HALTE A LA REPRESSION CONTRE LES SANS PAPIERS EN LUTTE !

manifestation du 22 octobre 2021 contre la répression à Montpellier, avec la participation d'une des délégations zapatistes venues accompagner les luttes des collectifs sans-papiers

Compas :

Depuis janvier 2021, Emmanuel Macron, président de l'Etat français, se trouve officiellement à la tête du conseil de l'Union Européenne. Parmi ses premières initiatives, la tenue les 17 et 18 février prochain, à Bruxelles, d'un sommet “Afrique-Europe”. Derrière toute la rhétorique du président français sur le lancement d'une nouvelle alliance entre l'Europe et l'Afrique, se cache les mêmes intérêts de toujours : augmentation des investissements capitalistes, pillage des ressources du continent africain, opérations militaires, soutien aux dictatures collaboratrices, et signature d'un nouveau “pacte migratoire européen” contre les migrantes et les migrants qui tentent de survivre au milieu de ce système mortifère en quittant l'Afrique pour se rendre en Europe. Tandis qu'en haut lieu, les gouvernements européens prétendent piétiner un peu plus encore les principales victimes du pillage du continent africain, les morts ne cessent d'augmenter aux frontières de l'Europe : depuis 2014, plus de 20 000 personnes ont perdu la vie en tentant de se rendre en Europe, dans l'indifférence la plus totale.

Année après année, nous assistons aux massacres en cours aux frontières et dans les lieux de détention conçus pour décourager les départs des personnes migrantes. Nous ne pouvons pas oublier ces victimes ! Nous ne voulons pas rester silencieux face à ce qui se passe ! En mémoire du massacre d'El Tarajal à Ceuta, et en écho aux mobilisations qui ont eu lieu ce 6 février dans toute l'Europe pour dénoncer les violences et les morts aux frontières, nous appelons en tout premier lieu à soutenir les luttes en cours pour exiger la vérité, la justice et la réparation pour les victimes de la migration et leurs familles !

Face à l'hypocrisie de ce sommet “Europe-Afrique”, nous souhaitons également rappeler le traitement infligé par Emmanuel Macron aux sans-papiers partis manifester contre le sommet France-Afrique à Montpellier, en octobre dernier. Alors que le chef de l'Etat français et l'intellectuel Achille Mbembe, organisateurs du sommet, avaient soi-disant invité la jeunesse africaine à venir s'y exprimer, les collectifs de sans-papiers venus sur place pour s'exprimer publiquement n'ont rencontré pour interlocuteurs que les forces de police venues pour les contrôler et les embarquer, condamnant cinq sans-papiers de la région parisienne à un bannissement administratif à vie, dans l'arbitraire le plus total. Depuis l'Europe d'en-bas à gauche, nous appelons à lutter contre les mesures de banissement administratif et à soutenir les “5 de Montpellier” et tous les sans-papiers criminalisés !

En 2017, dans un communiqué intitulé “En haut les murs, en bas (et à gauche) les brèches", nos frères et soeurs zapatistes du Mexique écrivaient : “Le monde ne s'est pas transformé en une gigantesque mégalopole sans frontières, mais en une grande mer secouée par une tempête qui n'a aucun antécédent de similaire magnitude. A l'intérieur, des millions de déplacés (qui sont, avec fracas médiatique, rassemblés sous le nom de "migrants") naufragent dans de petits bateaux, avec l'espoir d'être sauvés par le gigantesque navire du grand Capital. Mais, non seulement il ne le fera pas. Lui, le grand Capital, est le principal responsable de la tempête qui menace déjà l'existence de l'humanité entière. (...) Le drapeau de "liberté, égalité et fraternité" avec lequel le capitalisme a revêtu son passage en système dominant dans le monde n'est déjà plus qu'un torchon sale et jeté à la poubelle de l'histoire d'en haut. Au final le système se dévoile et montre son vrai visage et sa véritable vocation. "La guerre toujours, la guerre partout", murmure l'emblème du superbe navire qui navigue sur une mer de merde et de sang. C'est l'argent, pas l'intelligence artificielle, qui combat l'humanité dans la bataille décisive : celle de la survie”.

Face à cela, elles et ils enjoignaient à “s'organiser avec autonomie, à résister et à se rebeller contre les persécutions, les détentions et les déportations. Si quelqu'un doit s'en aller, que ce soit eux, ceux d'en haut.

Chaque être humain a droit à une existence libre et digne à l'endroit qui lui paraît le plus approprié, et a le droit de lutter pour y rester. La résistance aux détentions, évacuations et expulsions est un devoir, tout comme il est un devoir de soutenir ceux qui se rebellent contre ces actes arbitraires QUELLES QUE SOIENT LES FRONTIÈRES. Il faut faire savoir à tous ces gens qu'ils ne sont pas seuls, que leur douleur et leur rage est observée même à distance, que leur résistance n'est pas seulement saluée, mais aussi soutenue, même si c'est avec nos maigres possibilités (...)

Le moment est venu de créer des comités de solidarité avec l'humanité criminalisée et persécutée. Aujourd'hui plus que jamais auparavant, leur maison est aussi la nôtre”.

Dans toute l'Europe d'en bas à gauche, il est temps d'agir ensemble et de renforcer nos liens et nos solidarités face à ces murs qui s'élèvent toujours un peu plus, cette criminalisation chaque fois un peu plus forte et ces frontières chaque jour plus injustes et meurtrières !

DEPUIS EN BAS A GAUCHE, SOLIDARITE ENTRE LES PEUPLES !
A BAS LE SOMMET EUROPE-AFRIQUE !
A BAS LES FRONTIERES !

SOLIDARITE AVEC TOUTES LES VICTIMES MORTES
AUX FRONTIERES DE CE SYSTEME CRIMINEL !

NON AUX MESURES DE BANISSEMENT ET DE DEPORTATION !

SOLIDARITE AVEC LES “5 DE MONTPELLIER” ET TOUS LES SANS PAPIERS !

DEPUIS L'EUROPE D'EN-BAS, A GAUCHE :

SIGNATURES : Papiers pour tous/Coalition internationale en Europe et Abya Yala, Comité de Solidarité avec les Peuples du Chiapas en Lutte (Paris, France), Attac France, Collectif Paris-Ayotzinapa (France-Mexique), Collectif Chiapas – Ariège, Réseau des honduriennes migrantes (Etat espagnol), Centre de documentation sur le zapatisme – Cedoz (Etat espagnol), Assemblée de solidarité avec le Mexique (pays de Valencia), Lumaltik Herriak (Pays Basque), Colectivo TIERRA CATRACHA (Barcelone), Ass. Solidaria Cafè Rebeldía-Infoespai (Barcelone), Stop Mare Mortum Sants, Hostafrancs i la Bordeta (Barcelone), Espai Feminista de Sants (Barcelone), Collectif TIERRA CATRACHA (Barcelone), Collectif Action solidaire (Vienne, Autriche), Asamblée libertaire auto-organisée Paliacate Zapatista (Grèce), LegalisierungJetzt Berlin (Allemagne), GlobalExchange (USA), La Resistencia (UE), Latino Advocacy (UE), NuestraRedMX (Mexique) et d'autres encore

photo des collectifs sans papiers 75 et Montreuil, lors du rassemblement organisé le 6 février dernier en mémoire du massacre d'El Tarajal et des victimes mortes aux frontières de l'Europe