l@s zapatistas no están sol@s.

Infos

Esta es la nueva pagina de europa Zapatista : Contiene noticias y artículos publicados en los sitios web y blogs de los diferentes colectivos europeos solidarios con l@s zapatist@s y con los de abajo y a la izquierda. Permitiendo así colectivizar e intercambiar la información desde nuestros rincones.

Estado de la pagina

Número de artículos:
10  15  20 

 

Ejidatari@s de Tila cierran el acceso al ejido por la Pandemia en plena semana santa.

tags : ejido, pl-fr, tila,

AVISO IMPORTANTE: SE CIERRA ACCESO AL EJIDO POR LA PANDEMIA



Aviso importante

Ejido Tila, Chiapas a; 5 de abril de 2020

Debido a la pandemia que se está suscitando en el mundo y los diferentes países, se les informa que no habrá fiesta de semana santa que es la fiesta mayor en el poblado de Tila así también no habrá acceso al ejido de Tila. Personas que hayan emigrado a los diferentes estados de la republica esto por la seguridad de la población, así mismo se les informa aquellas personas que estén fuera de la población permanezcan en los estados donde actualmente tienen empleo de la misma manera informamos a los hermanos visitantes que permanezcan en sus hogares ya que en Tila no habrá acceso hasta pasar la cuarentena o hasta normalizar la situación, también se cancela la entrada de taxis, combis y camiones de transporte de personal con destino a los diferentes partes de la república así como: Sonora, Monterrey, Guadalajara, Tabasco y otros puntos del país ya que la situación en todo el territorio mexicano es crítico y nuestro ejido se resguardará por la seguridad e integridad de los habitantes que aún permanecen dentro de nuestra población para evitar el ingreso de personas que hayan emigrado ya que pueden ser portadores de covid 19. De ante mano disculpen la molestia ya que permanecerán cerrado los portones de las entradas con vigilancia de los ejidatarios, aunque sean hermanos nuestros lo sentimos mucho por su emigración por eso mismo el ejido lucha por tierra y territorio no lucha por empleo en otros estados así que informamos por este medio para que se enteren y se mantengan en los lugares donde se encuentren.

No habiendo más asunto que anexar les agradecemos su valiosa comprensión

Atentamente

Tierra y libertad

Órganos de representación ejidal 
 

Comunicado de la Parroquia de SCLC: "Denunciamos el alza de precios afectando a los mas pobres"


DIÓCESIS DE SAN CRISTÓBAL DE LAS CASAS
PARROQUIA DEL SANTO NIÑO DE ATOCHA

Comunicado parroquial por Covid-19 o Coronavirus
 “Den gracias al Señor por su amor, por las maravillas a favor de los  humanos,
 clamaron al Señor en su angustia y los salvó de sus congojas.
Envió su palabra para sanarlos”
(Salmo 107,15;19-20ª).

SALUDO

A todas las hermanas, a todos los hermanos del Pueblo Creyente en Dios, de nuestra parroquia del Santo Niño de Atocha y a todas las personas de buena voluntad, nosotras y nosotros las y los integrantes del Equipo Parroquial de Agentes de Animación y Coordinación Pastoral, les saludamos en estos días anteriores cercanos a la Semana Santa pidiendo a Dios Madre-Padre, a Jesús de Nazaret, a su Santo Espíritu y a María de Guadalupe nuestra Madre  que nos acompañen en todas las situaciones de la vida, particularmente ahora en la contingencia del Covid-19 o Coronavirus, y nos ayuden desde la sencillez a ser fieles a las inspiraciones del Espíritu Santo caminando juntas y juntas y en ayuda solidaria.
VER:

LA SITUACIÓN EN ESTOS DIAS

Conviene aprender de la experiencia de otros países para tomar las medidas precautorias; la Conferencia de los Obispos Mexicanos (CEM), nuestro obispo Rodrigo Aguilar y demás agentes de animación y coordinación pastoral nos han recomendado mucho tomar las medidas de precaución, para fortalecer la vida. Somos afortunados en cuanto a ser de los últimos que nos va llegando este problema de salud, porque hemos tenido tiempo para prever nuestras acciones en vista de lo que otros pueblos y países han tenido que pasar.
Fases de la propagación del Coronavirus que se contemplan en México:

Según la información de la Secretaría de Salud, el brote del Covid-19 deberá pasar por tres etapas para ser considerada epidemia en el país. Estas son las tres etapas de propagación de coronavirus que está considerando el Gobierno de México:

Fase 1: Importación de casos 

Se trata de una etapa con números reducidos de infectados que contrajeron el virus fuera del país. No hay medidas estrictas de sanidad (como cerrar fronteras o cancelar actividades normales) salvo las indicadas para prevenir la propagación como reducir el contacto físico, lavarse constantemente las manos, supervisión de casos detectados, divulgación de información pertinente y estar atento a la comunicación oficial.

Fase 2: Transmisión comunitaria

Esta etapa inicia cuando se empiezan a detectar contagios del virus entre personas dentro del país y que no hayan tenido necesariamente contacto con pacientes expuestos fuera de México. En este periodo de contagio local suele aumentar rápidamente el número de casos registrados y se toman medidas como suspensión de clases, cancelación de eventos masivos y cese de actividades en espacios cerrados. México no ha llegado al punto de inflexión, donde se pasa de una propagación lenta a una acelerada, por lo que hoy es el momento para implantar nuevas medidas. Suele llegar entre 40 y 50 días después de la detección del primer caso, en el caso del Coronavirus Covid-19 implica: Jornada Nacional de Sana Distancia; protección a adultos mayores por ser parte de los grupos vulnerables; suspensión de clases; suspensión de eventos con más de 100 personas; suspensión de actividades laborales que impliquen movilización de trabajadores en todos los sectores; aplicación del Plan de Auxilio a la Población Civil en Casos de Desastre (PLAN DN-III-E) de la Secretaría de la Defensa Nacional de México.

Fase 3: Etapa epidemiológica

Esta etapa se da cuando el virus afecta a miles de personas en varias localidades. Por su urgencia, se ponen en marcha protocolos sanitarios más drásticos como la cuarentena generalizada. Recuerda que si sospechas un contagio de Covid-19, debes evitar que las personas afectadas tengan más circulación por las poblaciones ya que el tiempo promedioque puede durar el coronavirus en una persona es aproximadamente de dos semanas

A todas y a todos se nos está pidiendo: sana distancia; no contagiarse y no contagiar; cuidarse y cuidar; amabilidad y limpieza; celebraciones de cupo limitado de no más de 50 personas espaciadas de 1 metro entre una y otra persona, para asegurarse de contar con la ventilación adecuada. Escuchemos y razonemos las indicaciones de las autoridades en la materia de salud, utilizando el sentido común.

PENSAR:

DESDE LA ESPERANZA

Hermanas y hermanos así sale la voz de la Esperanza: este es tiempo de solidaridad, este es tiempo de espíritu fuerte en la fe. La Iglesia no se detiene, porque ahora con la pandemia se multiplica su actividad porque en cada casa hay una Iglesia Domestica firme en su fe y más unida familiarmente.
Reconocemos la importancia de la coordinación entre las servidoras y los servidores involucrados, con mecanismos que integran a todas las hermanas y a todos los hermanos miembros de la Comunidad, para evitar desequilibrios sociales, con la preocupación principal de contar con la solidaridad corresponsable en beneficio de todas y de todos.
De nada serviría que estuvieran todos los templos abiertos si nuestro corazón está cerrado a Dios; y San Pablo dice: “Somos templos vivos del Espíritu Santo” , ejerzamos pues ese ser templos vivos del Espíritu Santo; por ello, el hecho de que por ahora no es conveniente las celebraciones masivas, es una oportunidad para que se fortalezca la fe como Pueblo desde la base que es la familia; y en nuestra Pastoral de Conjunto y de Proceso nuestra  práctica es que: ni individuo ni masas, solamente “Comunidad” en común-unidad.
En vez de querer ver las procesiones multitudinarias con la imagen de Jesús Nazareno en andas en esta Semana Santa, tomemos conciencia, Jesús Nazareno está presente vestido de blanco y azul en su uniforme de médico o enfermera en los hospitales atendiendo a enfermos y familiares de enfermos aturdido por la angustia ahí presente y también, puede él estar enfermo; Jesús Nazareno está presente en los empleados del servicio público de limpia que están en su trabajo de recolección de la basura en cada esquina de nuestras calles y que pasan desapercibidos; Jesús Nazareno está presente en los servidores del último nivel y en todas las hermanas y en todos los hermanos que tienen su trabajo para ganarse el pan de cada día en las calles polvorientas, calurosas y violentadas de nuestros poblados.
Descubrimos que no podemos seguir cada uno por nuestra cuenta, sino solamente juntos. Descubrimos la pertenencia común de hermanos de la que no podemos evadirnos. “convertíos y volved a mí” (Jn 2,12) Dios nos llama a tomar este tiempo de prueba como “un momento de elegir entre lo que es necesario y lo que es superfluo”. La vida con la fuerza operante que da el Espíritu de Dios nos da la capacidad de rescatar, valorar y mostrar que nuestras vidas están tejidas y sostenidas por personas comunes, para que comprendamos que nadie se salva sólo y ahí experimentamos la oración de Jesús “Que todos sean uno” (Jn 17,21). Vamos a demostrar paciencia e infundir esperanza, sembrando readaptando rutinas, levantando miradas e impulsando oración[2].

Tenemos el reto de convertir en algo bueno lo que nos sucede y para hacerlo posible Dios trae serenidad a nuestras tormentas porque con El la vida nunca muere y nos interpela a despertar y activar la solidaridad y la esperanza capaces de dar solidez, contención y sentido a nuestras preocupaciones, Dios nos interpela a reencontrar la vida, a potenciar la creatividad que sólo el Espíritu es capaz de suscitar, a animarse a motivar espacios donde todas las personas nos sintamos convocadas y convocados a permitir nuevas formas de hospitalidad, fraternidad, sororidad y solidaridad, porque El fortalece y sostiene las medidas y caminos que nos ayuden a cuidarnos y cuidar; Dios con su abrazo consolador bendice al mundo, da salud a los cuerpos y consuelo a los corazones.
Informemos sobre el Coronavirus de manera sencilla y entendible a las comunidades, con un enfoque de prevención y promoción de la salud. Esta nueva enfermedad nos está trayendo lecciones de aprendizaje sobre la necesidad de una nueva era de paz y armonía entre la humanidad, con la Madre Naturaleza, con el Cosmos, nuestro entorno y con nuestro prójimo.
Cuidar y cuidarnos.
Cuidar de las personas adultas mayores, de los niños, de enfermos crónicos de cualquier edad y de mujeres embarazadas porque tienen menos defensas y por ello pueden enfermarse más rápidamente. Es necesario tomar medidas de prevención para evitar contagiar y contagiarse. Es necesario conocer más variedades de plantas medicinales porque nos han ayudado y nos seguirán ayudando si agradecemos por su poder curativo y les confiamos y respetamos, porque nos regalan salud a nuestro espíritu y a nuestro cuerpo. Para estar en paz con nosotros mismos, con la Madre Tierra y para un mundo más justo, invoquemos, agradezcamos, pidamos por la salud y la vida, todos los días al Creador y Formador Corazón del Cielo Corazón de la Tierra, a toda la Madre Naturaleza porque somos parte de ella[3].
Avanzar hoy en el camino de la fe, la esperanza y la caridad, en la Iglesia Universal, Latinoamericana y Diocesana, supone seguir predicando la Palabra de Dios, en una situación donde la miseria se ha hecho más grave[4]. Aprender a leer la realidad con los ojos de la fe para descubrir en ella los “signos de los tiempos” (Lc 12,56) que nos hacen descubrir cómo el Reino de Dios ya está en medio de nosotras y de nosotros (Lc 17,21). Ser participativos, comunitarios y responsables de la comunidad, como el Buen Pastor “que da la vida por sus ovejas” (Jn 10,11). Debemos estar atentos para contrarrestar con astucia y sencillez lo que pueda dañar nuestro trabajo pastoral. Es nuestra tarea: sostener el ánimo de nuestras comunidades y cuidar que no desfallezcan en ellas el amor, la paciencia y la fe, encontrando en la Palabra de Dios la fortaleza que necesitamos. Queremos articular en nuestros corazones y en nuestras comunidades el proyecto de vida que Jesús nos propone[5].
ACTUAR:

NUESTRA PRÁCTICA Y PROPUESTA PASTORAL

No se suspende toda actividad pastoral, sino que, al no poderse hacer masivas las celebraciones, se multiplicarán en muchas celebraciones de pequeño número de personas en cada hogar de familia.
Este es tiempo oportuno para que todas las servidoras y todos los servidores, sobre todo las y los catequistas de comunidad ejerzan su ser y su quehacer de “atender personalizadamente” a las personas en su hogar, y sacar lo positivo de este aislamiento físico-social fortaleciendo la base de la comunidad desde la familia en casa. Un cerco sanitario de contención a la transmisión de la enfermedad es mantener en alto la autoestima que para eso es fundamental la solidaridad emocional, comunicativa y activa; porque las mejores capacidades las tenemos en el corazón, para que las pongamos en acción en las distintas fases de prevención, auxilio, cuidado y recuperación ante cualquier eventualidad, en vez de ser indiferentes o presas del temor paralizante, porque la sororidad y la fraternidad hacen la comunión familiar y social, ya que la salud es lo más importante de toda la vida. ¿Qué tal si aprovechamos estos días para que la Madre Tierra descanse y reiniciemos la sociedad de una manera más ecológica y consciente?
Debemos descansar, hacer ejercicio adecuadamente para estar física, emocional y espiritualmente bien, para aprender nuevas formas de ser y de coexistir escuchándonos, meditando, orando, bailando, cantando, compartiendo, leyendo, jugando, tejiendo, bordando, dibujando, declamando, aconsejando con mensaje desde el cariño, simpatía y demás expresiones artísticas de esperanza, encontrándonos en nuestras sombras, comprendiéndonos y empezando a pensar de manera diferente; reinventarse y cultivar la vida familiar, tomar nuevas decisiones, soñar nuevas imágenes, crear nuevas formas de vivir de ser personas solidarias, unidas, armonizadas para salir de esta crisis y cuidar y respetar lo que nos queda de la Madre Tierra.    
La inteligencia es más contagiosa que la enfermedad; todo en la vida tiene su por qué y la respuesta la estamos viendo en estos días: más unión familiar, más solidaridad, más entendimiento, más escucha a Dios. Seremos otras personas si colaboramos a sanear nuestro planeta. Sintonicemos juntos pensamientos positivos para vibrar en unión con toda la humanidad, con la Madre Tierra y con todos los seres vivos. Toda desgracia nos deja enseñanza; esta es oportunidad de reflexionar para concretar lo reflexionado en algo nuevo y sano. Es tiempo de volver a ser familia que se comunica, que vive la fuerza del Espíritu de Dios, que come sanamente, que sana sus heridas y planea sus posibles escenarios futuros. Porque mientras más difícil es la prueba más grande será el resultado. Que esta experiencia la vivamos en serenidad, paz, y mucho amor.
Todo lo que está pasando son señales de un nuevo camino; y nuestra capacidad de supervivencia la tenemos cuando somos positivos, solidarios y generosos.
¿Qué vamos hacer al estar en casa?
Vamos hacer cosas útiles que fortalezcan el sentido de familia y de comunidad, la colaboración, la higiene, el diálogo; hay personas que en casa únicamente se dedican a ver novelas enajenantes o películas que deforman emocionalmente a las personas y eso no da vida. Cuidemos que no se deteriore la economía familiar; demos nuestra palabra y sepamos escuchar el corazón de las demás personas para tejer la palabra que da vida comunitaria.
Este mes de distanciamiento físico-social está asociado con la inquietud de reflexionar acerca de los motivos de la aparición del Coronavirus pensemos ¿seremos después de que pase toda ésta situación de incertidumbre más sensibles a la presencia de Dios en el día a día nuestro y de nuestro prójimo? La clave es vivir este periodo desde nuestro hogar, pero acompañados y acompañando, por la conexión de fe y por la conexión de los medios de comunicación social.
Que nuestro silencio sea amable para escucharnos y desintoxicar nuestra mente y volver a la armonía para embellecer nuestro rostro y corazón. ¿Qué es el tiempo?, ¿En qué se nos va el tiempo? Este tiempo es oportunidad para que aflore nuestra humanidad interconectada que somos desde la creatividad, la ternura, el amor, las sanas palabras, las bellas comunicaciones, la conciencia colectiva; para que entremos en el camino de la esperanza, capaces de animar la vida de los demás, porque todos los seres humanos formamos un sólo cuerpo entrelazados y, si una persona se daña el resto se afecta, la sanidad se logra en comunidad porque nadie se salva sola o sólo sino en comunidad, la solidaridad tiene la última palabra desde redes de apoyo para enfrentar las emergencias.
Si te cuidas tú, nos cuidamos todos.
Realizar actos de interacción colectiva por medio de los medios de comunicación; difundir palabras que armonicen la situación, que conecten, que impulsen la vivencia de la unidad fortaleciendo el sentido de comunidad; los lazos familiares y comunitarios capaces de generar colaboración; manteniendo la voz de esperanza. Les invitamos a unirse en oración porque es Dios mismo el que camina con nosotros desde la vida de Iglesia Doméstica de casa que ora desde la intimidad de cada hogar y las niñas y los niños, las y los jóvenes, las mujeres adultas y los hombres adultos desde su hogar son Iglesia Doméstica.
Lo que como Iglesia Diocesana vamos realizando:
En la parroquia de San Antonio de Padua, Simojovel de Allende: el viernes de Dolores van a realizar una procesión con el Santísimo Sacramento junto con las sagradas imágenes de Jesús crucificado y otras advocaciones, María Madre de Dios en sus distintas advocaciones e imágenes de santos patronos de las comunidades, para rogar a Dios su misericordia ante el Coronavirus, también por los asesinatos, venta y consumo de drogas y cantinas en ese pueblo; solamente caminarán los que van a cargar las imágenes (ministros). El pueblo acompañará la procesión desde su casa con una veladora encendida.
En San Cristóbal el hermano obispo don Rodrigo Aguilar Martínez celebra diario la Santa Misa sin presencia del pueblo y es transmitida por Radio Tepeyac; los hermanos sacerdotes también diario celebran la Santa Misa sin presencia del pueblo y muchas de ellas son transmitidas por facebook. Pero dichas transmisiones suponen inversión del tiempo de varias personas, en parroquias que cuentan con el equipo técnico adecuado y con suficientes recursos materiales; en ese caso nuestra parroquia al no contar con los recursos para hacer transmisiones y habiendo necesidades de sobrevivencia más urgentes, como proveer de despensas a tantas familias de escasos recursos económicos, no podemos prometer transmitir frecuentemente, pero sí estamos en continua oración pidiendo por el  Pueblo de Dios y por toda la humanidad.
Sí es recomendable y necesario:
Celebración de la Palabra en pequeñas comunidades, en la capilla de la correspondiente Comunidad de Fe; con la recepción de la Sagrada Comunión; reflexión de Viacrucis dentro del hogar en cada familia; colocación de letreros de temas de higiene; pequeñas informaciones de liturgia de acuerdo al día o tiempo litúrgico en que estamos; llamadas telefónicas a los integrantes de nuestra Comunidad de Fe para saber cómo están y en qué se puede apoyar en caso de necesidad; rezo del Rosario dentro del hogar; reflexión bíblica dentro del hogar; oración por y con el enfermo.
Manifestamos:
Manifestemos nuestra inconformidad ante el alza de precios injustamente de la canasta básica, en algunos comercios, afectando a los más pobres y vulnerables de nuestro pueblo. Pedimos a PROFECO que como instancia y órgano regulador de gobierno haga su trabajo y sancione a esos comercios injustos. Y a todas nuestras hermanas y a todos nuestros hermanos les pedimos en nombre de Dios, que no caigan en compras de pánico, ya que sólo hacen que los poderosos multipliquen sus ganancias, vendiéndonos hasta productos caducados. Como Pueblo Creyente y consciente sabemos que estas maniobras son injustas, por ello, estemos pendientes que esta instancia gubernamental haga su trabajo[6].
PROPONEMOS

Que los días domingo a las 12:00 m y a las 6:00 pm y jueves a las 6:00 pm cada familia dentro de su hogar haga una hora de oración utilizando como símbolo de vida una vela, veladora o cirio encendido, como expresión de Común-unión.
Reunida la familia: enciende su vela o cirio; leer un pasaje del Evangelio; hacer un momento de silencio para imaginarse ser parte de ese pasaje; cada persona comparte su reflexión; hacer un momento de silencio agradecido; hacer un canto de agradecimiento.

DIEZ CONSEJOS PARA SOPORTAR MEJOR ESTE PERIODO DE ESTAR EN CASA:

1.    Mantener el cuerpo y la mente en la misma actividad.
2.  Elaborarse un horario de actividades como: ejercicios para el aparato respiratorio, leer un buen libro, acomodar las cosas del ropero, asear la casa-habitación; cocinar, investigar por internet.
3.    Diversificar las actividades para no entrar en monotonía.
4.   Hacer llamadas telefónicas a parientes y amigos para hacer presente el sentido de cercanía.
5.   Hacer manualidades utilizables para ejercitar la creatividad e intercambiar en trueque.
6.    Jugar juegos de mesa para recrear la agilidad mental y la convivencia.
7.    Escribir un Diario de la Cuarentena; escribir letreros que expresen ideas y sentimientos terapéuticos.
8.    Distribuirse entre los miembros de la familia o Comunidad de Vida las tareas domésticas estableciendo un programa de actividades con momentos comunes y momentos de tiempo libre para cada persona.
9.    Meditar unos 30 minutos para limpiar la mente, retener la imaginación, evitar la ansiedad y aliviar la tensión.
10. Actuar con paciencia como si el “estar en casa” va a durar mucho tiempo.[7]
OTRAS RECOMENDACIONES

Las restricciones a la movilidad humana en la medida indispensable, como este confinamiento en casa al que estamos invitados de manera voluntaria, es para hacer conciencia que queremos tratar de frenar la rápida expansión del Coronavirus, para mantener y hacer más saludable el hogar, teniendo mucha paciencia, aprovechando el tiempo en nuestro bienestar físico como dormir lo necesario, hacer deporte etc. Es sano emplear nuestra energía: en la disciplina de no salir a la calle las siguientes 4 semanas; ventilar correctamente la casa; organizarnos bien y sacar tiempo para todo, con el afán de seguir aprendiendo más cosas; abrir la ventana del dormitorio para conseguir que se renueve y purifique el aire que respiramos, y generemos buen ánimo que ese mismo volverá a nosotros.
Hagamos jornadas de oración; perifoneos de audios para orientar a la población. Nutramos nuestro cuerpo para fortalecer el ánimo de las demás personas. Detengamos las tensiones con la alta autoestima. Que resurja en nuestro corazón la fe, la esperanza y el amor. Estemos en paz con nosotros mismos, con las demás personas y con la Madre Tierra. Invoquemos a Dios para agradecerle todos los beneficios y pedirle la salud y la vida.
En el dispensario parroquial
Las hermanas y los hermanos promotores de salud hacen labores de: Fortalecimiento del sistema inmunológico. Limpieza- higiene personal y del local y utensilios, concientizando sobre: Sana distancia, cupo limitado de pacientes. Proporcionan a los pacientes un té antibiótico, como borraja. Enseñan a la gente a elaborar cubrebocas. Elaboran de letreros con mensajes de higiene.
CONCLUSIÓN

Todas las hermanas y todos los hermanos estamos atentos al proceso de evolución del Coronavirus; y deseamos que esta contingencia sanitaria nos ayude a confirmar nuestra fe en la práctica del amor a Dios, al prójimo y a uno mismo, sabedoras y sabedores que Dios está presente y nos habla en toda situación. Y tengamos presente las palabras de Santa María de Guadalupe que al quedarse en estas tierras nos dice: Oye y grávalo bien en tu corazón hija mía, hijo mío: “No temas ésta enfermedad y ninguna otra cosa o algo angustioso ¿acaso no estoy yo aquí que soy tu Madre?, ¿No estás bajo mi sombra y cuidado?, ¿No soy tu fuente de vida?, ¿No estás en el hueco de mi manto en donde cruzo mis brazos?, ¿Qué más te hace falta? Que ya nada te haga sufrir ni te de amargura”.
Santa María de Guadalupe cuida nuestra fe y acompaña nuestra vida.
En Comunión de Oración y de Acción, afectuosamente:
Equipo parroquial de agentes de animación y coordinación pastoral de
La Parroquia del Santo Niño de Atocha. Frontera Comalapa, Chiapas. México.
 1 de abril de 2020.


[1] www.gob.mx/salud/es/archivo/acciones_y_programas, página consultada el 29 de marzo de 2020.
[2] Homilía del Papa Francisco del 27 de marzo,2020.
[3] MANUAL-COVID19-ASECA (Asociación de Servicios Comunitarios de Salud); Para prevenir y tratar el Coronavirus desde la “Comunidad”.
[4] Carta Pastoral En Esta Hora de Gracia, Don Samuel Ruiz García. N 90. 6 de agosto de 1993.
[5] III Sínodo Diocesano de San Cristóbal de Las Casas, núms: 2.4, 81 c, h, 82,83 y 85.
[6] Denuncia de las Comunidades Eclesiales de Base de la Diócesis de San Cristóbal de Las Casas, ante PROFECO (PROcuraduría Federal del Consumidor), Ocosingo, Chiapas, 20 de marzo de 2020.
[7] Cfr. Frei Beto. Copyright 2020-Frei Beto; www.freibeto.org

Organización Vineketik en Resistencia exige libertad de Cristóbal Santos Jiménez

Solidaridad con Cristóbal Sántiz Jiménez desde la Organización Vineketik en Resistencia

31/03/2020

CERSS No 10
Comitán Chiapas México
Comunicado de presos indígenas organización Vineketik en Resistencia
Adherente a la Sexta Declaración de la Selva Lacandona del EZLN
A la Ejercito Zapatista de Liberación Nacional
A la sociedad civil nacional e internacional
Al congreso Nacional Indígena CIG
A los medios de comunicación nacional e internacional
Al pueblo de México y del mundo
Compañerxs hermanxs les envío un saludo combativo desde nuestro lugar de resistencia.
La organización Vineketik en Resistencia nos solidarizamos con nuestro compañero Cristóbal Santos Jiménez y exigimos su libertad inmediata.
Ya que su detención es injusta y arbitraria de parte del gobierno del estado de Chiapas Rutilio Escandón Cadenas y su secretario Ismael Brito Mazariegos es una muestra más de su incapacidad de resolver los dos desplazamientos forzosos de parte de paramilitares y se le hace más fácil encarcelar a los que protestan y buscan la justicia con represiones y encarcelamientos queriendo así dejar en impunidad el sufrimiento de nuestros hermanos y hermanas que han sido desplazadas en el municipio de Aldama que han sido agredidos y hostigados por paramilitares.
Ya que el gobierno y el sistema lo quieren es callar la verdad y la justicia sabiendo que nuestro compañero es un defensor de los derechos humanos y de los derechos de los indígenas que se indígena del sufrimiento de su pueblo.
Es por eso que hacemos un llamado para seguir organizándonos y tejiendo acciones en solidaridad de nuestro compañero encarcelado.
Atentamente


Organización Vineketik en Resistencia

Marcelino Ruiz Gómez





#CoronaVirus: Exigen libertad a personas en detencion migratoria !

Covid-19 | Libertad a personas en detención migratoria

    Ante los riesgos por el Covid-19: exigimos la libertad inmediata de todas las personas migrantes, refugiadas y solicitantes de asilo en detención migratoria
    • La muerte de una persona solicitante de asilo en la estación migratoria de Tenosique el pasado 31 de marzo es consecuencia de las condiciones de detención, la negligencia del INM y la participación de la Guardia Nacional.
    • Mantener a las personas en detención migratoria, en grave riesgo de contagio de Covid-19, es una violación de derechos humanos y un atentado a la vida de las personas migrantes y de quienes laboran en las estaciones migratorias.
    • Exigimos la destitución inmediata del comisionado del INM, por su responsabilidad directa en los hechos y se inicien las investigaciones correspondientes.
    Leer comunicado

    #LEnfermementNeMeFaitPasTaire Initiatives depuis le Mexique pour lutter pour la Vie et pour l'Humanité!

    Journées globales pour la vie #ElEncierroNoMeCalla


    Coordination métropolitaine, anticapitaliste et antipatriarcale convoque à des Journées globales pour la vie #ElEncierroNoMeCalla (#LeConfinementNeMeFaitPasTaire)

    JOURNÉES GLOBALES POUR LA VIE !!
     

    #ElEncierroNoMeCalla (#LeConfinementNeMeFaitPasTaire)
    du 4 au 10 avril 2020, au Mexique et dans le monde, selon nos différentes manières, calendriers et géographies, élevons la voix.

    Au CCRI-CG de l’EZLN,
    À l’Armée zapatiste de libération nationale,
    Au Congrès national indigène - Conseil indigène de gouvernement,
    À sa porte-parole María de Jesús Patricio Martínez,
    À la Sexta nationale et internationale,
    Aux Réseaux de résistance et de rébellion,
    Aux peuples du monde,
    Au peuple du Mexique,
    Aux médias, indépendants, alternatifs ou du nom que vous leur donnez,


    Sœurs et frères, vous tou.te.s,

    C’est avec douleur et rage que nous voyons la mort s’imposer irrémédiablement à la vie. Dans le monde entier, il est à présent clair que face à la pandémie provoquée par le COVID-19 et à la mort imposée par le système capitaliste, il ne nous reste qu’un seul chemin, celui de lutter pour la Vie et pour l’Humanité.

    "LA PAROLE ET L’ÉCOUTE, AVEC LE CŒUR, ONT BEAUCOUP DE CHEMINS, BEAUCOUP DE MANIÈRES, BEAUCOUP DE CALENDRIERS ET BEAUCOUP DE GÉOGRAPHIES POUR SE RENCONTRER. ET CETTE LUTTE POUR LA VIE PEUT ÊTRE L’UNE D’ENTRE EUX.
    "NOUS APPELONS À NE PAS ABANDONNER LA LUTTE CONTRE LA VIOLENCE FÉMINICIDE, À CONTINUER LA LUTTE EN DÉFENSE DU TERRITOIRE ET DE LA TERRE MÈRE, À MAINTENIR LA LUTTE POUR LES DISPARU.ES, ASSASSINÉ.ES ET E"
    Sous-commandant insurgé Moisés. Mexique, mars 2020.

    En raison de ce qui vient d’être exposé, nous invitons les femmes, les hommes, et les autr.e.s, de bon cœur, à nous emparer, depuis le confinement et selon nos différentes manières, calendriers et géographies, de la suivante :
    CONVOCATION "JOURNÉES GLOBALES POUR LA VIE !"


    #ElEncierroNoMeCalla (#Le ConfinementNeMeFaitPasTaire)

    Du 4 au 10 avril 2020, au Mexique et dans le monde, selon nos différentes manières, calendriers et géographies, élevons la voix. En défense de la vie et parce que #Le ConfinementNeMeFaitPasTaire, nous invitons toutes, tous et tou.te.s, les collectifs, réseaux, organisations, individu.e.s, sympathisant.e.s et adhérant.e.s à la Sexta à participer et à réaliser des activités musicales, théâtrales, de danse, de chant, de poésie, de cinéma, de peinture, de photo, documentaires, lectures de livres, analyses, discussion, réflexion, conférences et tout ce qui vous viendra à l’imagination, pour crier aux mauvais gouvernements du monde que, malgré la pandémie, nous autr.e.s continuons à lutter pour la vie, à lutter contre le capitalisme de mort et contre le patriarcat.

    Ces activités pourront être diffusées à l’aide de moyens digitaux à partir de vos plateformes et réseaux sociaux, pour que toutes, tous et tou.te.s depuis le confinement, nous élevions la voix et dénoncions que "les mauvais gouvernements soumettent leurs décisions fondamentales aux diktats du capital financier" qu’ils mettent au-dessus du droit à la Vie.

    Tu peux communiquer ton initiative ou ton acte de résistance en écrivant au courrier suivant : cmaa.cig@gmail.com

    Au milieu de la pandémie qui frappe le monde, rejoins le mouvement et participe.
    À 101 ans de son assassinat, Zapata est vivant, la lutte continue !

    Le confinement ne nous fait pas taire, nous résistons et nous nous organisons.

    #ElEncierroNoMeCalla
    #NoTeCallesPrimeroLaVida
    #HoyLuchamosPorLaVidayPorLaHumanida
    #ContraLaPandemiaLuchamosPorLaVida
    #LosMegaProyectosAcabanConLaVida
    (#LeConfinementNeMeFaitPasTaire
    #NeTeTaisPasDAbordLaVie
    #AujourdhuiNousLuttonsPourLaVieetPourLHumanite
    #ContreLaPandemieNousLuttonsPourLaVie
    #LesMegaProjetsAnéantissentLaVie)
    #LosFeminicidiosAcabanConLaVida
    #ElCapitalismoAcabaConLaVida
    #ElPatriarcadoAcabaConLaVida
    #SaludLibertadyVida
    (#LesFeminicidesAneantissentLaVie
    #LeCapitalismeAneantitLaVie
    #LePatriarcatAneantitLaVie
    #SanteLiberteetVie)

    Vive le #CNI
    Vive le #CIG
    Vive l’#EZLN

    Cordialement,
    La Coordination métropolitaine, anticapitaliste et antipatriarcale avec le CIG

    Journées globales pour la vie #ElEncierroNoMeCalla (#LeConfinementNeMeFaitPasTaire, ndt)

    Coordination métropolitaine, anticapitaliste et antipatriarcale convoque à une Journées globales pour la vie #ElEncierroNoMeCalla (#LeConfinementNeMeFaitPasTaire, ndt)

    JOURNÉES GLOBALES POUR LA VIE !!
    #ElEncierroNoMeCalla (#LeConfinementNeMeFaitPasTaire)

    du 4 au 10 avril 2020, au Mexique et dans le monde, selon nos différentes manières, calendriers et géographies, élevons la voix.

    Au CCRI-CG de l'EZLN,
    À l'Armée zapatiste de libération nationale,
    Au Congrès national indigène - Conseil indigène de gouvernement,
    À sa porte-parole María de Jesús Patricio Martínez,
    À la Sexta nationale et internationales,
    Aux Réseaux de résistance er ed rébellion,
    Aux peuples du monde,
    Au peuple du Mexique,
    Aux médias, indépendants, alternatifs ou du nom que vous leur donnez,

    Sœurs et frères, vous tou.te.s,

    C'est avec douleur et rage que nous voyons la mort s'imposer irrémédiablement à la vie. Dans le monde entier, il est à présent clair que face à la pandémie provoquée par le COVID-19 et à la mort imposée par le système capitaliste, il ne nous reste qu'un seul chemin, celui de lutter pour la Vie et pour l'Humanité.

    "LA PAROLE ET L'ÉCOUTE, AVEC LE CŒUR, ONT BEAUCOUP DE CHEMINS, BEAUCOUP DE MANIÈRES, BEAUCOUP DE CALENDRIERS ET BEAUCOUP DE GÉOGRAPHIES POUR SE RENCONTRER. ET CETTE LUTTE POUR LA VIE PEUT ÊTRE L'UNE D'ENTRE EUX."

    Sous-commandant insurgé Moisés. Mexique, mars 2020.

    En raison de ce qui vient d'être exposé, nous invitons les femmes, les hommes, et les autr.e.s, de bon cœur, à nous emparer, depuis le confinement et selon nos différentes manières, calendriers et géographies, de la suivante :

    CONVOCATION "JOURNÉES GLOBALES POUR LA VIE !"

    #ElEncierroNoMeCalla (#Le ConfinementNeMeFaitPasTaire)

    Du 4 au 10 avril 2020, au Mexique et dans le monde, selon nos différentes manières, calendriers et géographies, élevons la voix. En défense de la vie et parce que #Le ConfinementNeMeFaitPasTaire, nous invitons toutes, tous et tou.te.s, les collectifs, réseaux, organisations, individu.e.s, sympathisant.e.s et adhérant.e.s à la Sexta à participer et à réaliser des activités musicales, théâtrales, de danse, de chant, de poésie, de cinéma, de peinture, de photo, documentaires, lectures de livres, analyses, discussion, réflexion, conférences et tout ce qui vous viendra à l'imagination, pour crier aux mauvais gouvernements du monde que, malgré la pandémie, nous autr.e.s continuons à lutter pour la vie, à lutter contre le capitalisme de mort et contre le patriarcat.

    Ces activités pourront être diffusées à l'aide de moyens digitaux à partir de vos plateformes et réseaux sociaux, pour que toutes, tous et tou.te.s depuis le confinement, nous élevions la voix et dénoncions que "les mauvais gouvernements soumettent leurs décisions fondamentales aux diktats du capital financier" qu'ils mettent au-dessus du droit à la Vie.

    Tu peux communiquer ton initiative ou ton acte de résistance en écrivant au courrier suivant : cmaa.cig@gmail.com

    Au milieu de la pandémie qui frappe le monde, rejoins le mouvement et participe.
    À 101 ans de son assassinat, Zapata est vivant, la lutte continue !
    Le confinement ne nous fait pas taire, nous résistons et nous nous organisons.

    #ElEncierroNoMeCalla
    #NoTeCallesPrimeroLaVida
    #HoyLuchamosPorLaVidayPorLaHumanida
    #ContraLaPandemiaLuchamosPorLaVida
    #LosMegaProyectosAcabanConLaVida

    (#LeConfinementNeMeFaitPasTaire
    #NeTeTaisPasDAbordLaVie
    #AujourdhuiNousLuttonsPourLaVieetPourLHumanite
    #ContreLaPandemieNousLuttonsPourLaVie
    #LesMegaProjetsAcheventLaVie)

    #LosFeminicidiosAcabanConLaVida
    #ElCapitalismoAcabaConLaVida
    #ElPatriarcadoAcabaConLaVida
    #SaludLibertadyVida

    (#LesFeminicidesAneantissentLaVie
    #LeCapitalismeAneantitLaVie
    #LePatriarcatAneantitLaVie
    #SanteLiberteetVie)

    Vive le #CNI
    Vive le #CIG
    Vive l'#EZLN

    Cordialement,

    La Coordination métropolitaine, anticapitaliste et antipatriarcale avec le CIG

    source : Enlace zapatista

    Convocan a Jornada Global Por La Vida #ElEncierroNoMeCalla

    índice

    Coordinación Metropolitana, Anticapitalista y Antipatriarcal convoca a Jornada Global por la Vida #ElEncierroNoMeCalla

    ¡¡JORNADA GLOBAL POR LA VIDA!!
    #ElEncierroNoMeCalla

    Del 4 al 10 de abril de 2020, en México y el Mundo, según sus modos, calendarios y geografías, alcemos la voz.

    Al CCRI-CG del EZLN
    Al Ejército Zapatista de Liberación Nacional
    Al Congreso Nacional Indígena-Concejo Indígena de Gobierno
    A su Vocera María de Jesús Patricio Martínez
    A la Sexta Nacional e Internacional
    A las Redes de Resistencia y Rebeldía
    A los Pueblos del mundo
    Al Pueblo de México
    A los medios de comunicación, independientes, alternativos o como se llamen.

    Herman@s tod@s

    L’image contient peut-être : 1 personne
    Con dolor y rabia, miramos que la muerte sin remedio se impone sobre la vida, pues en el mundo entero ha quedado claro que frente a la Pandemia que ha provocado el COVID-19 y la muerte que impone el Sistema Capitalista, solo tenemos un camino, luchar por la Vida y por la Humanidad.

    “LLAMAMOS A NO DEJAR CAER LA LUCHA CONTRA LA VIOLENCIA FEMINICIDA, A CONTINUAR LA LUCHA EN DEFENSA DEL TERRITORIO Y LA MADRE TIERRA, A MANTENER LA LUCHA POR L@S DESAPARECID@S, ASESINAD@S Y ENCARCELAD@S, Y A LEVANTAR BIEN ALTO LA BANDERA DE LA LUCHA POR LA HUMANIDAD.”
    “LA PALABRA Y EL OÍDO, CON EL CORAZÓN, TIENEN MUCHOS CAMINOS, MUCHOS MODOS, MUCHOS CALENDARIOS Y MUCHAS GEOGRAFÍAS PARA ENCONTRARSE. Y ESTA LUCHA POR LA VIDA PUEDE SER UNO DE ELLOS.”

    Subcomandante Insurgente Moisés. México, marzo del 2020.

    Por lo anteriormente expuesto, invitamos a las mujeres y los hombres, a l@s otroas, de buen corazón, que desde el encierro, según sus modos, calendario y geografías, hagamos nuestra la siguiente:

    CONVOCATORIA
    ¡¡JORNADA GLOBAL POR LA VIDA!!
    #ElEncierroNoMeCalla

    Del 4 al 10 de abril de 2020, en México y el Mundo, según sus modos, calendarios y geografías, alcemos la Voz.

    En defensa de la vida y porque #ElEncierroNoMeCalla, invitamos a todas, a todos y a todoas, a los colectivos, redes, organizaciones, individu@s, simpatizantes y adherentes a la Sexta, a participar y realizar actividades musicales, teatrales, dancísticas, canto, poesía, cine, pintura, fotografía, documentales, lectura de libros, análisis, discusión, reflexión, conferencias y todo lo que se imaginen, para gritarle a los malos gobiernos del mundo; que a pesar de la Pandemia nosotr@s seguimos luchando por la vida, seguimos luchando en contra el capitalismo de muerte y el patriarcado.
    Estas actividades puedan ser difundidas por medios digitales desde sus plataformas y redes sociales, para que todas, todos y todoas desde el encierro alcemos la voz, y denunciemos que “los gobiernos nacionales supeditan sus desiciones fundamentales a los dictados del capital financiero”, poeniéndolos por encima del Derecho a la Vida.

    Puedes mandar tu iniciativa o acción de resistencia al siguiente correo: cmaa.cig@gmail.com

    En medio de la Pandemia que azota al mundo, súmate y participa.

    A 101 años de su asesinato, Zapata Vive, la Lucha Sigue!!

    El encierro no nos calla, resistimos y nos organizamos

    #ElEncierroNoMeCalla
    #NoTeCallesPrimeroLaVida
    #HoyLuchamosPorLaVidayPorLaHumanida
    #ContraLaPandemiaLuchamosPorLaVida
    #LosMegaProyectosAcabanConLaVida
    #LosFeminicidiosAcabanConLaVida
    #ElCapitalismoAcabaConLaVida
    #ElPatriarcadoAcabaConLaVida
    #SaludLibertadyVida

    Viva el #CNI
    Viva el #CIG
    Viva el #EZLN
    Atentamente,
    Coordinación Metropolitana, Anticapitalista y Antipatriarcal con el CIG

    Palabras de comunidades y colectivos de mujeres: frente a la implementación de los megaproyectos emprendida por AMLO y trasnacionales



    PRONUNCIAMIENTO EN EL MARCO DEL FORO: “Hablemos sobre los programas de gobierno, megaproyectos y los efectos que tienen en la vida de las mujeres campesinas indígenas y en las comunidades”


    San Cristóbal de Las Casas, Chiapas, 23 de febrero 2020
    En el marco del Foro: “Hablemos sobre los programas de gobierno, megaproyectos y los efectos que tienen en la vida de las mujeres campesinas indígenas y en sus comunidades” 

     A LAS COMUNIDADES, COLECTIVOS, MOVIMIENTOS Y ORGANIZACIONES DE MUJERES QUE LUCHAN Y RESISTEN 
    A LOS PUEBLOS ORIGINARIOS DE MÉXICO Y DEL MUNDO
     NOS PRONUNCIAMOS

      Desde estas tierras Chiapanecas, saludamos a todas las mujeres y pueblos que luchan en nuestros país y  otras partes del mundo que resisten y trabajan en la construcción de un mundo diferente al actual, donde prevalezcan la paz y la justicia,  donde mujeres y hombres vivamos dignamente, en  armonía con nuestra madre naturaleza.


    También saludamos a los compañeros y compañeras que impulsaron las Jornadas en Defensa del Territorio y la Madre Tierra: “Samir Somos Todas y Todos”, les decimos que nos sumamos a su llamado con nuestro accionar como Movimiento en Defensa de la Tierra, el Territorio y por la Participación y el Reconocimiento de las Mujeres en la Toma de Decisiones.  Les compartimos que mujeres y hombres indígenas y campesinos, organizaciones, sociales, movimientos, colectivos y personas en lo individual de las regiones Altos, Llanos, Selva y Norte de Chiapas que participamos en el foro “Por la defensa de la tierra y el territorio” los días s 20 y 21 de febrero, analizamos la situación que vivimos en nuestros territorios frente a la implementación de los megaproyectos emprendida por el gobierno de Andrés Manuel López Obrador, en complicidad con las grandes empresas trasnacionales.



    Más de 120 personas entre mujeres y hombres de organziaciones sociales, colectivos e individualidades se hicieron presente.

     Logramos hacer desde nuestro propio análisis, un mapeo de la presencia militar en los territorios, de los programas sociales presentes, de la llegada de funcionarios en busqueda de información sobre nuestras familias: número de hijos, cantidad de tierras, número de jóvenes en nuestros hogares, entre otros; lo que nos pone en una situación de incertidumbre porque desconocemos el fin de esos datos, y nos pone en una situación de vulnerabilidad en cuanto a la toma de decisiones violando así el derecho a estar informadas.

    Expresamos nuestro rechazo total a los megaproyectos de destrucción de muerte como la súper carretera San Cristóbal-Palenque, la privatización del agua, la minería, así como la hidroeléctrica, el Tren Maya, los programas agrarios como el Sembrado Vida que aunados a otros programas sociales y a la militarización de Chiapas, tienen como objetivo  romper el tejido social, dividir a las comunidades, familias y  debilitar los movimientos sociales que luchan y resisten  en defensa de la vida, la tierra y el territorio.

    Como mujeres, atestiguamos que los programas y proyectos asistencialistas están llegando a nuestras comunidades, específicamente los proyectos agroindustriales dirigidos en su mayoría a los hombres, excluyéndonos por el simple hecho de ser mujeres. Un claro ejemplo es el Programa Sembrado Vida que, junto a otros programas dirigidos al campo,   otorgan apoyos económicos sólo a los hombres  y no resuelven las necesidades familiares; todo lo contrario, fortalecen el machismo, el consumo de alcohol y drogas generando un sensible aumento de la violencia hacia las mujeres y el abandono de las parcelas familiares. Al priorizar los programas del campo que someten, controlan, manipulan y deciden por la vida de las personas, el gobierno manipula la situación de pobreza que viven cientos de familias indígenas y campesinas, convirtiéndolos en esclavos y mozos del gobierno capitalista. De esta manera vemos como el neoliberalismo va trastocando las estructuras comunitarias, rompiendo los procesos de autodeterminación y autonomía de los pueblos originarios.


    Mujeres de las regiones Altos, Selva y Norte analizaron al programa de gobierno “Sembrando Vida”
    Ante la situación que vemos en esta “cuarta transformación”, denunciamos que las mujeres una vez más no somos tomadas en cuenta, no se reconocen ni respetan nuestros derechos humanos, mucho menos el aporte que hacemos al país como reproductoras de la sociedad y trabajadoras del campo, por lo tanto no hay proyectos para nosotras.

    Las mujeres, comunidades, organizaciones, barrios, colonias, movimientos y personas que asistimos al foro acordamos fortalecer nuestras luchas en defensa de la vida, la tierra y el territorio. Le decimos al gobierno que no tenemos miedo a sus militares, que declaramos nuestros territorios libres de megaproyectos y de militares. Pese a la criminalización de nuestras compañeras y compañeros defensores sociales, no vamos abandonar nuestra lucha, todo lo contrario, vamos a unir nuestra voz, nuestra resistencia y rebeldía, nuestra rabia y nuestros corazones en nuestra lucha que es por la vida.
    Sabemos que lo que pasa en nuestro país también pasa en otros países como Chile, Brasil y en otras partes del mundo donde nuestras hermanas y hermanos indígenas y compañerqs defensor@s estan siendo reprimidos, encarcelados, asesinados y desaparecidos todo por defender sus derechos humanos y sus territorios ancestrales.  Desde estas tierras chiapanecas y desde nuestro corazón les mandamos mucha fuerza y les saludamos. Les decimos que no estan solos,  que sus luchas son nuestras luchas, ánimo compañeras nuestra solidaridad con ustedes y con tod@s aquell@s que luchan por la vida.

    ¡Vivan las mujeres que luchan!
    ¡Vivan los pueblos que luchan y resisten!






    Descarga aquí el pronunciamiento:
    202302 PRONUNCIAMIENTO FORO FEBRERO

    Au Mexique pour imposer ses parcs éoliens, EDF mise en demeure pour violation des droits humains.

    tags : mexique, pl-fr,

    La danse de la mort d’EDF dans le sud-est du Mexique

    Des nouvelles de l’isthme de Tehuantepec

    paru dans lundimatin#236, le 30 mars 2020
    Une fidèle lectrice de lundimatin bloquée au Mexique par la crise du coronavirus en a profité pour nous transmettre ce reportage depuis l’isthme de Tehuantepec. Depuis plusieurs années, cette bande de terre est le lieu d’une invasion massive de projets de développement industriels, au premier rang desquels se trouvent des parcs éoliens d’EDF ainsi qu’un vaste plan de corridor interocéanique (ou transisthmique). Face à cela et à un président qui déclare à qui veut l’entendre la mort du néolibéralisme : la résistance des communautés de l’isthme s’organise.
     
    En France, montagnes, vallées, plaines et mers sont envahies petit à petit par les éoliennes d’EDF. Nos horizons, ici et ailleurs, sont des pales d’aérogénérateurs qui s’étendent à l’infini, des réseaux électriques de très haut voltage qui emmènent l’énergie on ne sait où, et des nuits qui clignotent rouge comme des mauvais rêves. Nous savons déjà que l’implantation du renouvelable en remplacement de l’énergie fossile permet d’établir un marché mondial de crédit carbone et permet au gouvernement de légitimer en parallèle le renouvellement de ses centrales nucléaires, tout en détruisant les territoires et les formes de vies diverses qui les habitent. Ceux qui luttent contre les parcs éoliens et leur méga-réseaux électriques, comme l’Amassada [1] en Aveyron, en témoignent depuis plusieurs années déjà.

    Si l’on regarde au-delà, on s’aperçoit que la carte d’implantation des projets en énergie renouvelable d’EDF Renouvelables s’étend sur toute la surface du globe. Au Mexique, l’isthme de Tehuantepec, une des régions les plus venteuses du monde, en paye les frais depuis une quinzaine d’années. Là-bas, les pales des aérogénérateurs sont comme les croix d’un immense cimetière qui retient ceux qui se sont battus pour défendre l’usage de leur territoire contre la voracité des entrepreneurs. L’isthme de Tehuantepec est une région de Mésoamérique qui s’est illustrée par sa résistance millénaire face à la colonisation avec notamment la conservation de sa langue et de ses fêtes malgré des campagnes de métissage forcé depuis 500 ans. Malgré les multitudes de concessions minières qui attendent pour ouvrir la terre et les milliers d’éoliennes entre lesquelles paissent les troupeaux de vaches désorientées, la résistance ne s’arrête pas et durera tant que les convoitises colonialistes des entreprises transnationales dureront. En 2014, Alessi Dell Umbria nous avait déjà fait parvenir via son documentaire « Le vent de la révolte » les échos de la bataille victorieuse des Pueblos de pêcheurs contre une entreprise d’éoliennes dans le sud de l’isthme. Parce que la ritournelle du capitalisme vert est plus que jamais d’actualité, il convenait de faire le voyage à nouveau pour prendre des nouvelles et comprendre comment les luttes continuent dans cette région. D’autant plus qu’une gauche qui se prétend anti-néolibérale est au gouvernement depuis 2018 pour la première fois de l’histoire du Mexique. Comment ce même gouvernement qui déclare la mort du néolibéralisme peut-il justifier ce genre de projets ?



    La danse de la mort d’EDF dans le Sud-est Mexicain

    La filiale d’EDF Renouvelables, Eolicas de Oaxaca s’apprête à commencer les travaux de son quatrième parc éolien dans la région du sud-est mexicain, l’isthme de Tehuantepec.





    « Dans ce contexte de privation, violence, violations, omissions et complicités exacerbées ; pour ouvrir la voie aux compromis et aux accords, signés avec les entreprises néolibérales dans le dos des peuples indigènes doyens des terres ; les gouvernements étatiques et fédéraux, exécutent ensemble la danse de la mort par dessus notre sol, mer, et ciel. » [2]
    Depuis 2016, EDF Renouvelables et sa filiale Eolicas de Oaxaca, tente d’imposer son quatrième parc éolien dans l’isthme de Tehuantepec, cette fois dans le municipio de 15000 habitants de Union Hidalgo, o Ranchu Gubiña en langue Diidxazá du peuple Binnizá (zapothèque) [3]. EDF s’est implanté dans la région depuis 2009, aux côtés d’entreprises espagnoles, allemandes et danoises comptant au total 28 parcs éoliens et environ 2000 éoliennes. Alors que la mesure de l’électricité produite est toujours annoncée en nombre de personnes bénéficiaires, l’énergie produite dans l’isthme n’a jamais servie à éclairer les maisons de ses habitants : elle est revendue directement aux grandes entreprises comme Coca Cola ou Grupo Bimbo (numéro un de l’agroalimentaire au Mexique).



    L’entreprise française exploite déjà 3 parcs éoliens totalisant 189 aérogénérateurs pour une puissance de 390 MW. Le nouveau projet, cyniquement nommé Gunaa Sicarù, « a femme jolie » en référence à la devise de Ranchu Gubiña, « Tierra de las mujeres bonitas » est bien plus ambitieux que les précédents avec une puissance de 342 MW pour 62 aérogénérateurs. La capacité de chaque turbine a considérablement augmenté en passant de 2,5 MW à 4,84 MW pour le nouveau projet. Ce dernier s’étend sur la commune d’Union Hidalgo et La Venta sur une surface totale de 4708 ha. Deux projets en plus de celui-là sont en attente d’autorisation de la part de la Commission de Régulation de l’Énergie. Dans la région de l’isthme, le vent souffle parfois si fort que les éoliennes doivent être à l’arrêt et les camions poids lourds s’effondrent sur la route Panaméricaine. Malgré cela, ici, la voracité et la dévastation n’ont pas de limite.





    Selon l’agenda de l’entreprise le projet devait initialement être opérationnel pour le mois de juin 2019. C’est pour cela que depuis 2017, elle tente d’imposer via la Secretaria de Energia (SENER), la réalisation de la dite « consultation indigène préalable, libre et informée » pour pouvoir clôturer la phase informative et commencer les travaux. Depuis lors les opposants au projet représentés par les comuneros [4] d’Union Hidalgo et autres collectifs n’ont cessé de dénoncer l’absence de conditions adéquates pour la tenue de cette consultation, des menaces répétées envers ceux qui exprimaient un refus aux profonds dommages causés par le séisme de magnitude 8,2 qui ravagea la région le 7 septembre 2017.



    Cette consultation est forcément un simulacre, comme le signalent les compañeras :
    « Les comuneros signalent que la procédure de consultation n’a pas respecté le caractère « préalable » qu’elle doit avoir, dans la mesure où cela fait deux ans que EDF s’accapare des terres communales sans le consentement de leur assemblée, et qu’elle a consolidé et renforcé ses relations avec les petits propriétaires, passant sous silence le caractère communal du territoire : un mépris de plus envers les droits concernant les terres communales et la libre détermination. Ce désaccord entre comuneros et petits propriétaires est grave et connaît des antécédents. En 1964, la Résolution Présidentielle concernant la Titulation de Biens Communaux reconnaît et attribue 68.112 ha à la municipalité zapotèque de Juchitán de Zaragoza et ses annexes : Xadani, La Ventosa, El Espinal, Chicapa de Castro et Unión Hidalgo. »  [5]
    L’assemblée des comuneros est l’autorité propriétaire des terres communales, représentée légalement par son commissaire des biens communaux. Les comuneros y décident quel sera l’usage des terres et règlent les différents problèmes qui se posent à eux comme par exemple les conflits sur les limites de terres entre différentes communautés.

    Seulement, à Juchitan, l’âge d’or de l’assemblée fût de courte durée. Dans les années 1970, de violents conflits opposèrent les paysans au régime corporatiste du Parti Révolutionnaire Institutionnel (Partido Revolucionario Institucional, parti-État issu de la révolution mexicaine, au pouvoir pendant 70 ans). Le violence atteignit son apogée avec d’une part la disparition forcée de Victor Yodo en 1978, qui fût le dernier commissaire des biens communaux de Juchitan et d’autre part le massacre d’enfants et de paysans. Ces années de troubles ont vu les terres de Juchitan se démanteler.

    L’affaiblissement des autorités communales les dernières décennies a eu pour conséquence l’établissement d’actes de propriété via des cabinets notariaux sur les terres d’usage communal, le tout appuyé par les administrations municipales. Cette procédure est illégale au regard du droit agraire des communautés et de la résolution présidentielle de 1964. Malheureusement, peu à peu, au fil des années, l’idée d’une assemblée administrant l’usage des terres communales s’est éteinte dans l’esprit des habitants. Très peu de personnes se souviennent du statut de ces terres aujourd’hui, les comuneros sont environ 200 et pour la plupart des personnes âgées. Tout cela augmente la difficulté et l’isolement de leur tâche de défense des biens communaux. Ainsi, EDF détient déjà tous les contrats de location des terres qu’elle a obtenu auprès des petits propriétaires terriens moyennant finances. Cela fait déjà plusieurs années que des entreprises comme EDF ou Demex (entreprise espagnole qui possède entre autres un parc éolien sur les terres d’Union Hidalgo) achètent la population en promettant des emplois futur dans les parcs, en investissant dans la réparation d’espaces publics ou en organisant des fêtes privées pour les propriétaires tous frais payés avec bières, botanas (tapas) et musique à volonté.

    "Plus de travaux sociaux pour Union Hidalgo ; DEMEX-Renovalia continue d’aider cette communauté, cette fois ci avec le goudronnage de 2 256 mètre carré de la rue Ignacio Allende, 5e section. Union Hidalgo, Oaxaca, septembre 2019"

    Il y a quelques mois, l’ONG en défense des droits humains Prodesc [6], qui accompagne juridiquement les opposants au projet éolien à Union Hidalgo, saluait la courageuse sentence d’une juge de la cour fédérale en faveur de la communauté indigène de Ranchu Gubiña. Ainsi l’entreprise EDF Énergie Nouvelle était mise en demeure pour son non-respect de la loi française sur le devoir de vigilance votée en 2017. L’électricien était accusé de violation des droits humains au Mexique pour non respect de la mise en place de la consultation dans les conditions de sécurité et d’informations adéquates. Malheureusement, on constate aujourd’hui que, malgré le fait nouveau qu’une consultation soit supervisée par une juge fédérale, celle-ci se poursuit dans des conditions d’exercice des droits humains déguisées pour satisfaire les institutions.



    L’art de la « consultation »

    Des réunions sont tenues simultanément dans 5 sections du village d’Union Hidalgo et en langue zapotèque afin que « toute » la population puisse y avoir accès. Cela permet à la Secretaria de Energia de légitimer à nouveaux frais le processus démocratique de consultation puisque toutes les organisations gouvernementales chargées d’administrer les questions indigènes peuvent donner leur accord à la clôture de la phase informative et au commencement des travaux. Et ce malgré le fait évident que la plupart des personnes qui assistent aux réunions sont ramenées par les groupes de petits propriétaires, ou alors sont des employés de la municipalité et étudiants de l’université en énergie renouvelable forcés d’y assister sous peine de licenciements. L’entreprise, qui menace les propriétaires de la perte de bénéfices si le projet venait à être annulé, les oblige à ramener chacun 10 personnes. Mais on a tellement fait croire aux habitants que l’affaire des éoliennes ne concernait que les propriétaires, que les autres habitants, par peur ou apathie, ne se déplacent qu’en échange de 250 pesos par réunion. En échange de cet argent, ils viennent faire acte de présence pour huer ou menacer ceux qui voudraient émettre quelques objections. Ainsi les différentes autorités présentes à la tribune peuvent apprécier passivement les conséquences du climat qu’elles ont instauré et observer les propriétaires défendre aveuglement leur intérêt face à des opposants isolés.

    La présentation du projet se fait dans les termes les plus longs et techniques possibles afin de garantir son inaudibilité. Une amie présente se plaint : «  le traducteur est mauvais. Et puis ils parlent toujours de la manière dont ils vont exploiter le territoire mais jamais des usages qui vont se perdre  ». Les arguments sont ridicules : pour atténuer l’impact du tassement des sols du à la construction des routes pour les machines, l’étude d’impact environnemental recommande aux entreprises de diminuer la vitesse de leur véhicule sur place. Ou alors ils rassurent en affirmant que seulement 2,5 % de la surface totale du projet sera occupée par les tours, les méga-transformateurs électrique et les chemins. La vie en dessous pourra continuer dans le respect des traditions agricoles, même avec la pollution auditive, la disparition des oiseaux, la disparition des poissons dans la lagune due aux vibrations provoquées par les turbines dans le sol et à sa contamination par l’huile qui dégouline le long des tubes !

    Énergie du crime et crime de l’énergie
    L’arrivée d’entreprises étrangères dans la région est génératrice de tensions extrêmes entre les pobladores, notamment au sein des mafias du secteur de la construction qui se battent pour obtenir les autorisations de travaux. L’année dernière, six personnes qui venaient postuler pour travailler dans un parc éolien à la Venta furent assassinées à l’entrée du village par un commando armé [7]. Un leader d’un syndicat de travailleur présent lors de la fusillade avait été menacé quelques mois plus tôt par le biais d’une banderole dont le message le pressait de quitter le village dans les douze heures. Il y a peu de ça, le 31 janvier 2020 à Union Hidalgo, était assassiné en pleine rue et en plein jour un ingénieur qui travaillait à la réfection d’un rue [8]. Des conflits naissent aussi entre les mafias et les propriétaires des terres louées aux parcs éoliens. Ces derniers, se sentant floués du peu de bénéfices octroyés par la location de leur terrain, souhaitent bénéficier davantage des travaux. De plus, les entreprises promettent du travail dans les parcs éoliens, mais il n’y en a que très peu. À Union Hidalgo, le parc éolien existant de Piedra Larga comptant 152 aérogénérateurs n’embauche que par contrat très court et les travailleurs sont envoyés ensuite dans d’autres États du pays, comme à Puebla. Il y a quelques années, un campus technologique régional a ouvert une unité académique à Union Hidalgo dont le seul cursus présentiel proposé s’intitule « ingénierie énergie renouvelable » [9]. La promesse de travail dans les parcs éoliens pour la centaine d’élèves n’est donc qu’un rêve, et ceux-ci devront migrer pour trouver du travail plus au nord comme c’est malheureusement le cas pour beaucoup de jeunes istmeños. Ces tensions s’exacerbent dans un contexte où les habitants de l’isthme se relèvent à peine du terrible tremblement de terre de septembre 2017. Les rues sont encore parsemées de tas de gravats, certaines maisons ne sont pas reconstruites et des fractures profondes ont émergées à cause de la mauvaise gestion des aides financières et de son détournement par des organisations ou des municipalités.

    Comme nous le disent les compañeras istmeñas :
    « Face au changement climatique, l’énergie éolienne est perçue dans le monde comme une mesure écologique et alternative. En d’autres termes, ce qui était sensé être une transition écologique, a, de fait, ouvert la brèche à tout un marché de crédits-carbone. La crise environnementale, quasi incontrôlable, que nous connaissons annonce non seulement la catastrophe vers laquelle nous allons, mais elle reste aussi accrochée au colonialisme structurel qui domine dans les pays du « premier monde » à l’égard des pays du troisième monde, ou des pays dits « émergents ». C’est le cas des investissements de l’entreprise EDF, dont l’État français est actionnaire majoritaire, qui ont entraîné une violence génocidaire contre le peuple Binnizá (Zapotèque). (…) Concrètement, nous faisons référence à la forme sous laquelle se déploie le capital français dans l’isthme de Tehuantepec, intensifiant ainsi une économie du crime qui trouve son reflet dans les assassinats produits des conflits entre caciques locaux. À ce sujet, on peut affirmer de manière catégorique que le capital français fait bien partie de la violence structurelle qui s’exerce actuellement contre les peuples de l’isthme. Vu sous cet angle, ce que l’on suppose être une alternative à la catastrophe écologique apparaît non seulement comme une tartuferie du capitalisme vert, mais elle se trouve aussi profondément imbriquée dans une économie de guerre. En effet, dans la mesure où le capital français exaspère les disputes locales, il donne des arguments à l’État mexicain pour légitimer une intervention militaire et déployer des Bases d’Opérations Mixtes, qui ne sont rien d’autres que des manœuvres pour l’occupation des routes fédérales, des entrées et des sorties des communautés. » [10]
    Pour faire face aux menaces constantes que les luchadores reçoivent, les organisations en défense des droits humains proposent des mesures de protection spéciales appelées « medidas cautelares » mises en places par la Secreteria de Gobierno (secrétariat du gouvernement) pour les journalistes et défenseurs des droits humains au Mexique. En substance, il s’agit d’un dispositif de sécurité qui comprend la mise en place de caméras de vidéo-surveillance, de grilles et de portails au domicile de la personne menacée, ainsi que la remise d’un « bouton de panique » GPS à activer en cas d’attaque. Des policiers viennent régulièrement au domicile faire signer un document qui permet de vérifier la présence de la personne et recenser les éventuelles menaces qu’elle aurait reçu. Ce type de mesure, qui ressemble à un contrôle judiciaire, pose plusieurs problèmes comme la connaissance par la police de chaque déplacement des personnes protégées alors que cette même police est bien souvent aux premières places du système de corruption. Mais aussi on peut s’inquiéter de la détention par le gouvernement d’un fichier des personnes menacées. Ainsi que des risques de tension à l’intérieur des luttes quant à ces traitements privilégiés. Enfin, l’inefficacité de ce genre de mesures est patente : en témoigne les récents assassinats de membres du CNI, dont celui du rappeur Tio Bad en décembre 2019. Quel intérêt le gouvernement aurait-il de protéger ceux qui luttent contre sa politique à part celui de faire croire à une absence de collusion avec les commandos et autres sicarios (tueurs à gage) protégeant les intérêts des entreprises et donc de l’État lui même ?

    Se défendre : par les droits humains ou depuis le droit agraire ? Quelles stratégies de résistances ?

    L’installation de ces projets est incompatible avec le respect des droits humains des peuples originaires (pueblos originarios). La tenue d’une consultation qui offrirait les conditions d’un vrai débat est contraire aux objectifs des entreprises. Réclamer le respect des procédures de consultation en vertu de l’article 169 de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) peut permettre de gagner du temps mais le risque est qu’à chaque fois les entreprises adaptent leur stratégie pour se blanchir face aux injonctions des institutions en défense des droits des peuples indigènes. Dans le cas de l’isthme de Tehuantepec, région clé qui sépare le Sud du Nord du continent et qui relie l’océan Atlantique à l’océan Pacifique, les intérêts transnationaux et la corruption sont si importants que la défense des droits est une œuvre infinie : quoi qu’il arrive ils seront outrepassés ou déviés pour laisser le passage aux machines. C’est aussi une source de travail infinie pour les ONG spécialisées dans la défense des droits fondamentaux. Et même si au terme des procédures le projet se concrétise, on saluera l’action des ONG pour le travail qu’elles ont accompli afin que les droits humains soient respectés. La présidente de l’organisation Prodesc qui accompagne les comuneros à Union Hidalgo, Alejandra Ancheita Pagaza, est une des personnalités les plus primées du Mexique en vertu de son action en défense des droits. En 2019, l’université Paris Nanterre lui octroyait même le Doctorat Honoris Causa, prix discerné tous les cinq ans a des personnalités (comme ça avait été le cas pour le Dalaï Lama en 1984). Que le Sénat de la République mexicaine reconnaisse publiquement son rôle en tant que défenseures des droits humains en 2015, montre bien que cette œuvre, aussi louable soit-elle, ne permet pas d’empêcher la voracité des multinationales dans leur dévastation des territoires indigènes. Entrer dans le jeu de réclamer une vraie consultation concernant des projets de cette ampleur peut avoir sa logique en terme de respect des procédures démocratiques mais ne permet pas de déployer un rapport de force pour un refus catégorique du projet. La consultation ne devrait pas avoir lieu. Ici, le seul droit qui permettrait réellement d’arrêter ces projets est le droit agraire dont bénéficient les communautés indigènes. Pour cela, un avocat rédigea un amparo agraire [11] qui permettrait de faire valoir l’autorité des terres de la communauté agraire de Juchitan, dévoilant l’illégalité des procédures de privatisation des terres depuis des années. L’utilisation de ces recours par les communautés est une des armes les plus utilisées et efficaces pour stopper un projet, ou au moins de ralentir considérablement le temps de la procédure. Récemment, un amparo déposé contre le projet du Tren Maya [12] fût gagné par la communauté de Calakmul (Campeche), interdisant les travaux de s’effectuer dans son territoire. Les communautés Chontal dans l’État de Oaxaca ont également gagné récemment un amparo suspendant les opérations d’une concession minière canadienne dans leur territoire.

    À la dernière réunion de consultation, le 27 février 2020, la Secretaria de Energia a clairement laissé entendre sa volonté imminente de clôturer la phase informative du projet. Leur intention est de commencer les travaux en juillet 2020. Face à cette accélération, les comuneros d’Union Hidalgo se prononcèrent le vendredi 6 mars 2020 lors d’une conférence de presse à Juchitan, avec l’assemblée des peuples de l’isthme en résistance pour se «  constituer en un bloc de communautés indigènes de villages frères par la douleur, l’abandon, le saccage, et la corruption systématique de la classe politique dans le pays. » Ils continuaient en affirmant :
    « La division des pueblos [13] est un héritage avec lequel les gouvernements locaux et fédéraux nous ont historiquement frappés. Nous voyons une réalité et un contexte qui se répètent encore une fois dans nos communautés. Ils lacèrent nos droits et condamnent nos enfants et nos pueblos à mendier ce qui est notre. Pourquoi devons nous leur permettre de décider de notre futur ? Pourquoi ne pouvons nous pas exercer nos droits avec autonomie ? Pourquoi devons-nous leur demander l’autorisation de nous réorganiser ?  ».
    La résistance des peuples de l’isthme s’articule depuis des années, et le jour de la conférence de presse à Juchitan, les pobladores d’Alvaro Obregon et San Dionisio del Mar étaient présents, ceux-là mêmes qui avaient réussi à empêcher l’installation d’un parc éolien de la multinationale Mareña Renovable en 2014 [14].
    Le samedi 14 mars 2020, la phase informative du projet fut officiellement clôturée et ouverte la phase délibérative dans une ambiance délétère. Pour les comuneros et habitants d’Union Hidalgo, opposants au projet d’EDF Énergie Nouvelle Gunaa Sicarú, tout va se jouer dans les trois prochains mois.

    Le vieux rêve néolibéral du corridor Inter-océanique

    L’enjeu de défendre les terres communales de l’isthme de Tehuantepec est d’autant plus important que le gouvernement actuel de gauche a déjà annoncé vouloir mettre en œuvre le pharaonique et historique projet de corridor inter-océanique, qui portait aussi avant sa réactivation en 2018 le nom de Transístmico. Ce projet vieux de presque deux siècles prévoit de connecter le golfe du Mexique à l’océan Pacifique par « voie sèche » : en l’espèce, par la réhabilitation de la ligne de train qui traverse l’isthme, une des régions les plus étroite du continent. L’idée est d’augmenter la capacité de fret du train, d’agrandir les ports de Salina Cruz et de Coatzacoalcos, de construire une autoroute et un ensemble conséquent de pôles industriels tout au long de son parcours. La position stratégique de l’isthme de Tehuantepec agit comme un goulot qui sépare le sud du nord. Il a déjà été annoncé que les infrastructures du corridor inter-océanique serviront de « mur de contention » pour contrôler et gérer la progression des vagues migratoires d’Amérique centrale vers les États Unis, prêtant main forte au mur de Trump. Selon le président Andrés Manuel Obrador, dit AMLO : « la consultation a été faite et les gens sont favorables au projet du Transístmico, parce que les gens veulent du travail et du bien-être » [15].

    À ceux qui s’opposent aux méga-projets d’infrastructures et dénoncent des consultations frauduleuses, le président rétorque :
    « Écoutez, radicaux de gauche, pour moi vous n’êtes rien de plus que des conservateurs » [16].
    Il fit cette déclaration le 8 février 2019, concernant les opposants à la centrale thermo-électrique de la Huexca, à Cuautla, dans l’État de Morelos lors d’une de ses fameuses mañaneras, ses allocutions matinales dans lesquelles il « s’adresse au peuple ». C’est notamment à Amilcingo, dans ce même État de Morelos que Samir Flores (également membre du CNI) luttait contre cette centrale et fût assassiné le 20 février 2019, quelques jours à peine après la déclaration du président. Encore une fois en janvier 2020, le président accusait les opposants au projet du Tren Maya d’agir comme des conservateurs :
    «  Ils veulent nous contrer. L’extrême gauche et l’extrême droite agissent ensemble. ». « Déjà beaucoup affirment qu’il n’est pas possible de s’opposer à un gouvernement qui travaille pour servir le peuple ; s’il s’agissait d’un gouvernement corrompu et oppresseur, ils auraient raison, mais nous représentons un gouvernement démocratique et humaniste. Nous n’allons commettre aucun arbitraire. » [17]
    Le président de gauche AMLO prétend opérer la 4e Transformation mexicaine (dite 4T) après l’Indépendance, la Réforme, et la Révolution. Depuis son élection en 2018, il appuie de manière féroce l’imposition de méga-projets économiques dans les régions indigènes tout en déclarant simultanément la mort du néolibéralisme, comme dans cette annonce du 17 mars 2019 : « Nous déclarons formellement depuis le Palais National la fin de la politique néolibérale, cette politique économique de pillage, anti-populaire et corrompue  » [18].

    Sa stratégie prétendument populaire pour imposer la réalisation de grands projets d’infrastructures est de mettre en place justement des simulacres de consultations via L’institut National des Peuples Indigènes (INPI) pour prouver que le peuple est d’accord. Une des promesses de campagnes du président Lopez Obrador était de mettre en place une consultation populaire qui déciderait si le projet d’aéroport très contesté Texcoco (à Mexico, près de la commune de San Salvador de Atenco) se ferait ou non. Mais au moment de la consultation en février 2018, on demandait au peuple de voter en faveur de l’aéroport de Texcoco ou en faveur...d’un autre aéroport ! Il s’agit d’un nouveau projet (remplaçant celui de Texcoco) de construction d’un deuxième aéroport pour la ville de Mexico, qui serait le deuxième plus grand aéroport en construction après celui d’Istanbul (Turquie) [19]. La réponse donnait l’aval pour la construction d’un aéroport international à Santa Lucia, au nord de la ville de Mexico. Ce qui importait, à travers cette consultation, était de montrer que le gouvernement était près à s’exécuter face à un refus du peuple, si celui ci s’exprime dans le cadre proposé par ce même gouvernement. Cela permettait d’asseoir la légitimité du processus de consultation comme étant réellement démocratique. Tout ceci est clairement et de toute évidence une farce car l’aéroport longtemps contesté de Texcoco était déjà remis en question par des scientifiques en raison de l’instabilité des sols où il devait se construire. Et que le gouvernement appuyait déjà le projet d’un autre aéroport pour la ville de Mexico avec celui de Santa Lucia.

    Comme le dit la déclaration de clôture de l’assemblée de la rencontre du CNI « El Istmo es nuestro » en septembre 2019 :
    « Avec le mensonge de vouloir éradiquer la pauvreté du sud du Mexique, le gouvernement de Lopez Obrador, en pleine collusion avec les mafias entrepreneuriales, la délinquance organisée et les partis politiques de toutes les couleurs, reprend le vieux rêve de Porfirio Diaz, et les plans de tous les gouvernements néolibéraux depuis Salinas de Gortari, offrant le territoire national au capital global. […] Pour réaliser le vieux rêve du projet Transístmico, le gouvernement moreniste (du parti Morena) de AMLO et ses alliés entrepreneuriaux utilisent de vraies tactiques de contre-insurrection : avec ses programmes d’assistance individualisés, ses consultations truquées validées par le mal-nommé Institut National des Peuples Indigènes (INPI) avec ses leaders cooptés, ses campagnes de diabolisation des mouvements sociaux... » [20]
    À l’inverse des consultations menées par la Secretaria de Energia dans le cas des parcs éoliens au sein des villages, les consultations de l’INPI se font de manière régionale, c’est à dire en une fois dans une localité pour toute la région.

    Le projet du corridor inter-océanique faisait partie d’un vaste projet de Zones Économiques Spéciales jusqu’en avril 2019. On peut lire justement dans le texte « Habiter la fragmentation » à paraître dans la prochaine revue trans-océanique Liaisons2 :
    « …[les] Zones économiques spéciales (ZES) [étaient] un ensemble de sept pôles de développement industriel dans le sud-est mexicain. Au cours de ses premiers mois de gouvernement, Obrador a décrété l’abandon des ZES, suscitant l’enthousiasme d’un grand nombre de ses partisans naïfs et progressistes. En réalité, comme le souligne l’un des principaux gestionnaires d’un autre des points névralgiques du Projet Mésoamérique au Mexique, le Corridor interocéanique de l’isthme de Tehuantepec, l’idée des ZES n’a été abandonnée que parce que le gouvernement précédent n’avait pas su la faire passer au-delà du stade des intentions : à présent, elle va se concrétiser. Par ailleurs, le nombre de ZES posait précisément problème en raison de son caractère restrictif. Carlos González, membre et avocat du CNI, note qu’avec le gouvernement de Morena, c’est le territoire mexicain dans son ensemble qui est devenu une zone économique spéciale : plus un seul espace ne doit être épargné, tout doit être pillé. »
    Pour appuyer l’industrialisation et la dévastation sans retour que ce projet prévoit dans l’isthme de Tehuantepec, le gouvernement prétend apporter ici une solution à l’une des régions les plus pauvres du Mexique : la création d’emploi massive. Mais il ne précise jamais comment ces emplois bénis vont se révéler contre-productifs pour les communautés avec la sur-exploitation des pobladores dans l’hotêlerie et autres secteurs touristiques et tertiaires. Aussi, il est très certain que ces mêmes communautés ne pourront bénéficier d’aucunes ressources créées par le développement de la région, comme c’est le cas depuis 15 ans avec l’électricité produite par les parcs éoliens. Comme le dit la linguiste Ayuuk (Mixe) Yásnaya Aguilar dans un article paru en mars 2020 : « Les discours de l’inclusion montrent d’emblée une relation de pouvoir implicite : ceux qui parlent d’inclusion montrent qu’ils ont le pouvoir de l’appliquer. L’orientation de l’inclusion est éloquente : qui compte inclure qui ? (…) L’intervention de l’État au travers de l’assistencialisme a eu pour effet aussi la création et le renforcement de réseaux clientélistes qui mettent en difficulté l’autonomie et la libre détermination. L’État crée les problèmes avec son intervention et sa prétention intégrationniste, par un exercice d’effacement par métissage et en prétendant résoudre ces problèmes avec plus de projets qui s’implantent depuis la question de l’inclusion. » [21]

    Aujourd’hui, certains disent que les offres de travail pour les travaux commencent à arriver. En février 2020, le gouvernement fédéral attribuait à douze entreprises les cinq contrats pour la réhabilitation du train Transístmico [22]. De nombreuses concessions minières encore non exploitées attendent le lancement du processus d’industrialisation massive de l’isthme pour lancer leur opérations. D’autres disent que ce projet vieux datant du XIXe siècle ne verra jamais le jour. Mais c’est sans compter la popularité encore très forte du président AMLO et ses techniques d’achat des populations moyennant des bourses et programmes sociaux. Ce projet qui prévoit de passer au travers de 80 municipalités et 11 cultures indigènes différentes peut encore rencontrer une forte opposition ce qui n’arrangerait évidemment pas le pouvoir en place. Dans les prochains mois, les conflits pourraient se durcir dans le sud-est mexicain.
    [2Conférence de presse prononcée par l’Assemblée des Peuples de l’Isthme en Résistance le jeudi 6 mars 2020 à Juchitan
    [3L’appelation « zapoteco » vient de la langue Náhuatl, de l’Empire Mexica pour se référer à ce peuple et sa langue. Les espagnols ont utilisé la terminologie utilisée par les Mexicas pour appeler les autres nations au lieu de chercher comme celles-ci se nommaient elles-memes. Plusieurs peuples originaires ne s’appellent pas eux-mêmes comme on les appelle couramment : Les Mixes se disent Ayuuk, les Tarahumaras se disent Rarámuris etc.
    [4Il s’agit d’une personne titulaire de droits agraires légalement reconnus qu’elle possède en commun avec les autres titulaires. Ces droits, transmis par lien familial, lui permet l’usage de ses parcelles et la cession de ses droits, et aussi le bénéfice des biens d’usage commun.
    [6Proyectos de Derechos Económicos, Sociales y Culturales (Projets de droits économiques, sociaux et culturels).
    [11Régime particulier de protection juridique des comuneros et ejidatarios issu de la réforme agraire après la révolution mexicaine.
    [12Le tren Maya est un des projets phare de la présidence de Andres Manuel Obrador. Il consiste en la construction d’une ligne ferroviaire qui fait le tour de la péninsule du Yucatán, passant par les Etats du Chiapas, Tabasco, Campeche, Quintana Roo et Yucatán et travernt de nombreuses communités indigènes. Le but affiché de ce train est de promouvoir un parcours touristique au travers des communautés pour étaler la concentration touristique et permettre le « développement » de ces régions pauvres dans le « respect » de l’environnement.
    [13Voici la définition du terme « pueblo » proposée dans le texte « Un pueblo, un monde » publié par la revue inter-océanique Liaisons :
    « Comme dans plusieurs autres langues, le mot espagnol pueblo désigne autant une unité démographique (peuple) qu’un pâté de maisons (village) ; et autant une multitude d’individus dépossédés qu’un corps politique solide. Dans la langue mineure mexicaine, en revanche, il n’y a pas de telle confusion. À l’origine, le concept de pueblo tentait de traduire la forme par laquelle les Nahuas nommaient les lieux qu’ils habitaient : altépetl, qui est une espèce de simplification d’une métaphore double – in atl, in tépetl, « dans les montagnes, dans les eaux ». Peu importe s’il y a une plaza au centre d’un village ou seulement un ensemble de parajes dispersés sur une tranche de sierra. Le pueblo, c’est les montagnes, les vallées, les eaux et les grottes. Mais aussi, et par-dessus tout, le maillage complexe de relations auxquelles elles donnent lieu : les langues, les travaux, les assemblées, les fêtes, les conflits, les morts. Il n’y a pas de pueblo sans territoire, ni terre qui ne soit habitée. »

    Au Mexique pour imposer ses parcs éoliens, EDF mise en demeur pour violation des droits humains.

    tags : mexique, pl-fr,

    La danse de la mort d’EDF dans le sud-est du Mexique

    Des nouvelles de l’isthme de Tehuantepec

    paru dans lundimatin#236, le 30 mars 2020
    Une fidèle lectrice de lundimatin bloquée au Mexique par la crise du coronavirus en a profité pour nous transmettre ce reportage depuis l’isthme de Tehuantepec. Depuis plusieurs années, cette bande de terre est le lieu d’une invasion massive de projets de développement industriels, au premier rang desquels se trouvent des parcs éoliens d’EDF ainsi qu’un vaste plan de corridor interocéanique (ou transisthmique). Face à cela et à un président qui déclare à qui veut l’entendre la mort du néolibéralisme : la résistance des communautés de l’isthme s’organise.
     
    En France, montagnes, vallées, plaines et mers sont envahies petit à petit par les éoliennes d’EDF. Nos horizons, ici et ailleurs, sont des pales d’aérogénérateurs qui s’étendent à l’infini, des réseaux électriques de très haut voltage qui emmènent l’énergie on ne sait où, et des nuits qui clignotent rouge comme des mauvais rêves. Nous savons déjà que l’implantation du renouvelable en remplacement de l’énergie fossile permet d’établir un marché mondial de crédit carbone et permet au gouvernement de légitimer en parallèle le renouvellement de ses centrales nucléaires, tout en détruisant les territoires et les formes de vies diverses qui les habitent. Ceux qui luttent contre les parcs éoliens et leur méga-réseaux électriques, comme l’Amassada [1] en Aveyron, en témoignent depuis plusieurs années déjà.

    Si l’on regarde au-delà, on s’aperçoit que la carte d’implantation des projets en énergie renouvelable d’EDF Renouvelables s’étend sur toute la surface du globe. Au Mexique, l’isthme de Tehuantepec, une des régions les plus venteuses du monde, en paye les frais depuis une quinzaine d’années. Là-bas, les pales des aérogénérateurs sont comme les croix d’un immense cimetière qui retient ceux qui se sont battus pour défendre l’usage de leur territoire contre la voracité des entrepreneurs. L’isthme de Tehuantepec est une région de Mésoamérique qui s’est illustrée par sa résistance millénaire face à la colonisation avec notamment la conservation de sa langue et de ses fêtes malgré des campagnes de métissage forcé depuis 500 ans. Malgré les multitudes de concessions minières qui attendent pour ouvrir la terre et les milliers d’éoliennes entre lesquelles paissent les troupeaux de vaches désorientées, la résistance ne s’arrête pas et durera tant que les convoitises colonialistes des entreprises transnationales dureront. En 2014, Alessi Dell Umbria nous avait déjà fait parvenir via son documentaire « Le vent de la révolte » les échos de la bataille victorieuse des Pueblos de pêcheurs contre une entreprise d’éoliennes dans le sud de l’isthme. Parce que la ritournelle du capitalisme vert est plus que jamais d’actualité, il convenait de faire le voyage à nouveau pour prendre des nouvelles et comprendre comment les luttes continuent dans cette région. D’autant plus qu’une gauche qui se prétend anti-néolibérale est au gouvernement depuis 2018 pour la première fois de l’histoire du Mexique. Comment ce même gouvernement qui déclare la mort du néolibéralisme peut-il justifier ce genre de projets ?


    La danse de la mort d’EDF dans le Sud-est Mexicain

    La filiale d’EDF Renouvelables, Eolicas de Oaxaca s’apprête à commencer les travaux de son quatrième parc éolien dans la région du sud-est mexicain, l’isthme de Tehuantepec.





    « Dans ce contexte de privation, violence, violations, omissions et complicités exacerbées ; pour ouvrir la voie aux compromis et aux accords, signés avec les entreprises néolibérales dans le dos des peuples indigènes doyens des terres ; les gouvernements étatiques et fédéraux, exécutent ensemble la danse de la mort par dessus notre sol, mer, et ciel. » [2]
    Depuis 2016, EDF Renouvelables et sa filiale Eolicas de Oaxaca, tente d’imposer son quatrième parc éolien dans l’isthme de Tehuantepec, cette fois dans le municipio de 15000 habitants de Union Hidalgo, o Ranchu Gubiña en langue Diidxazá du peuple Binnizá (zapothèque) [3]. EDF s’est implanté dans la région depuis 2009, aux côtés d’entreprises espagnoles, allemandes et danoises comptant au total 28 parcs éoliens et environ 2000 éoliennes. Alors que la mesure de l’électricité produite est toujours annoncée en nombre de personnes bénéficiaires, l’énergie produite dans l’isthme n’a jamais servie à éclairer les maisons de ses habitants : elle est revendue directement aux grandes entreprises comme Coca Cola ou Grupo Bimbo (numéro un de l’agroalimentaire au Mexique).



    L’entreprise française exploite déjà 3 parcs éoliens totalisant 189 aérogénérateurs pour une puissance de 390 MW. Le nouveau projet, cyniquement nommé Gunaa Sicarù, « a femme jolie » en référence à la devise de Ranchu Gubiña, « Tierra de las mujeres bonitas » est bien plus ambitieux que les précédents avec une puissance de 342 MW pour 62 aérogénérateurs. La capacité de chaque turbine a considérablement augmenté en passant de 2,5 MW à 4,84 MW pour le nouveau projet. Ce dernier s’étend sur la commune d’Union Hidalgo et La Venta sur une surface totale de 4708 ha. Deux projets en plus de celui-là sont en attente d’autorisation de la part de la Commission de Régulation de l’Énergie. Dans la région de l’isthme, le vent souffle parfois si fort que les éoliennes doivent être à l’arrêt et les camions poids lourds s’effondrent sur la route Panaméricaine. Malgré cela, ici, la voracité et la dévastation n’ont pas de limite.





    Selon l’agenda de l’entreprise le projet devait initialement être opérationnel pour le mois de juin 2019. C’est pour cela que depuis 2017, elle tente d’imposer via la Secretaria de Energia (SENER), la réalisation de la dite « consultation indigène préalable, libre et informée » pour pouvoir clôturer la phase informative et commencer les travaux. Depuis lors les opposants au projet représentés par les comuneros [4] d’Union Hidalgo et autres collectifs n’ont cessé de dénoncer l’absence de conditions adéquates pour la tenue de cette consultation, des menaces répétées envers ceux qui exprimaient un refus aux profonds dommages causés par le séisme de magnitude 8,2 qui ravagea la région le 7 septembre 2017.



    Cette consultation est forcément un simulacre, comme le signalent les compañeras :
    « Les comuneros signalent que la procédure de consultation n’a pas respecté le caractère « préalable » qu’elle doit avoir, dans la mesure où cela fait deux ans que EDF s’accapare des terres communales sans le consentement de leur assemblée, et qu’elle a consolidé et renforcé ses relations avec les petits propriétaires, passant sous silence le caractère communal du territoire : un mépris de plus envers les droits concernant les terres communales et la libre détermination. Ce désaccord entre comuneros et petits propriétaires est grave et connaît des antécédents. En 1964, la Résolution Présidentielle concernant la Titulation de Biens Communaux reconnaît et attribue 68.112 ha à la municipalité zapotèque de Juchitán de Zaragoza et ses annexes : Xadani, La Ventosa, El Espinal, Chicapa de Castro et Unión Hidalgo. »  [5]
    L’assemblée des comuneros est l’autorité propriétaire des terres communales, représentée légalement par son commissaire des biens communaux. Les comuneros y décident quel sera l’usage des terres et règlent les différents problèmes qui se posent à eux comme par exemple les conflits sur les limites de terres entre différentes communautés.

    Seulement, à Juchitan, l’âge d’or de l’assemblée fût de courte durée. Dans les années 1970, de violents conflits opposèrent les paysans au régime corporatiste du Parti Révolutionnaire Institutionnel (Partido Revolucionario Institucional, parti-État issu de la révolution mexicaine, au pouvoir pendant 70 ans). Le violence atteignit son apogée avec d’une part la disparition forcée de Victor Yodo en 1978, qui fût le dernier commissaire des biens communaux de Juchitan et d’autre part le massacre d’enfants et de paysans. Ces années de troubles ont vu les terres de Juchitan se démanteler.

    L’affaiblissement des autorités communales les dernières décennies a eu pour conséquence l’établissement d’actes de propriété via des cabinets notariaux sur les terres d’usage communal, le tout appuyé par les administrations municipales. Cette procédure est illégale au regard du droit agraire des communautés et de la résolution présidentielle de 1964. Malheureusement, peu à peu, au fil des années, l’idée d’une assemblée administrant l’usage des terres communales s’est éteinte dans l’esprit des habitants. Très peu de personnes se souviennent du statut de ces terres aujourd’hui, les comuneros sont environ 200 et pour la plupart des personnes âgées. Tout cela augmente la difficulté et l’isolement de leur tâche de défense des biens communaux. Ainsi, EDF détient déjà tous les contrats de location des terres qu’elle a obtenu auprès des petits propriétaires terriens moyennant finances. Cela fait déjà plusieurs années que des entreprises comme EDF ou Demex (entreprise espagnole qui possède entre autres un parc éolien sur les terres d’Union Hidalgo) achètent la population en promettant des emplois futur dans les parcs, en investissant dans la réparation d’espaces publics ou en organisant des fêtes privées pour les propriétaires tous frais payés avec bières, botanas (tapas) et musique à volonté.

    "Plus de travaux sociaux pour Union Hidalgo ; DEMEX-Renovalia continue d’aider cette communauté, cette fois ci avec le goudronnage de 2 256 mètre carré de la rue Ignacio Allende, 5e section. Union Hidalgo, Oaxaca, septembre 2019"

    Il y a quelques mois, l’ONG en défense des droits humains Prodesc [6], qui accompagne juridiquement les opposants au projet éolien à Union Hidalgo, saluait la courageuse sentence d’une juge de la cour fédérale en faveur de la communauté indigène de Ranchu Gubiña. Ainsi l’entreprise EDF Énergie Nouvelle était mise en demeure pour son non-respect de la loi française sur le devoir de vigilance votée en 2017. L’électricien était accusé de violation des droits humains au Mexique pour non respect de la mise en place de la consultation dans les conditions de sécurité et d’informations adéquates. Malheureusement, on constate aujourd’hui que, malgré le fait nouveau qu’une consultation soit supervisée par une juge fédérale, celle-ci se poursuit dans des conditions d’exercice des droits humains déguisées pour satisfaire les institutions.



    L’art de la « consultation »

    Des réunions sont tenues simultanément dans 5 sections du village d’Union Hidalgo et en langue zapotèque afin que « toute » la population puisse y avoir accès. Cela permet à la Secretaria de Energia de légitimer à nouveaux frais le processus démocratique de consultation puisque toutes les organisations gouvernementales chargées d’administrer les questions indigènes peuvent donner leur accord à la clôture de la phase informative et au commencement des travaux. Et ce malgré le fait évident que la plupart des personnes qui assistent aux réunions sont ramenées par les groupes de petits propriétaires, ou alors sont des employés de la municipalité et étudiants de l’université en énergie renouvelable forcés d’y assister sous peine de licenciements. L’entreprise, qui menace les propriétaires de la perte de bénéfices si le projet venait à être annulé, les oblige à ramener chacun 10 personnes. Mais on a tellement fait croire aux habitants que l’affaire des éoliennes ne concernait que les propriétaires, que les autres habitants, par peur ou apathie, ne se déplacent qu’en échange de 250 pesos par réunion. En échange de cet argent, ils viennent faire acte de présence pour huer ou menacer ceux qui voudraient émettre quelques objections. Ainsi les différentes autorités présentes à la tribune peuvent apprécier passivement les conséquences du climat qu’elles ont instauré et observer les propriétaires défendre aveuglement leur intérêt face à des opposants isolés.

    La présentation du projet se fait dans les termes les plus longs et techniques possibles afin de garantir son inaudibilité. Une amie présente se plaint : «  le traducteur est mauvais. Et puis ils parlent toujours de la manière dont ils vont exploiter le territoire mais jamais des usages qui vont se perdre  ». Les arguments sont ridicules : pour atténuer l’impact du tassement des sols du à la construction des routes pour les machines, l’étude d’impact environnemental recommande aux entreprises de diminuer la vitesse de leur véhicule sur place. Ou alors ils rassurent en affirmant que seulement 2,5 % de la surface totale du projet sera occupée par les tours, les méga-transformateurs électrique et les chemins. La vie en dessous pourra continuer dans le respect des traditions agricoles, même avec la pollution auditive, la disparition des oiseaux, la disparition des poissons dans la lagune due aux vibrations provoquées par les turbines dans le sol et à sa contamination par l’huile qui dégouline le long des tubes !

    Énergie du crime et crime de l’énergie
    L’arrivée d’entreprises étrangères dans la région est génératrice de tensions extrêmes entre les pobladores, notamment au sein des mafias du secteur de la construction qui se battent pour obtenir les autorisations de travaux. L’année dernière, six personnes qui venaient postuler pour travailler dans un parc éolien à la Venta furent assassinées à l’entrée du village par un commando armé [7]. Un leader d’un syndicat de travailleur présent lors de la fusillade avait été menacé quelques mois plus tôt par le biais d’une banderole dont le message le pressait de quitter le village dans les douze heures. Il y a peu de ça, le 31 janvier 2020 à Union Hidalgo, était assassiné en pleine rue et en plein jour un ingénieur qui travaillait à la réfection d’un rue [8]. Des conflits naissent aussi entre les mafias et les propriétaires des terres louées aux parcs éoliens. Ces derniers, se sentant floués du peu de bénéfices octroyés par la location de leur terrain, souhaitent bénéficier davantage des travaux. De plus, les entreprises promettent du travail dans les parcs éoliens, mais il n’y en a que très peu. À Union Hidalgo, le parc éolien existant de Piedra Larga comptant 152 aérogénérateurs n’embauche que par contrat très court et les travailleurs sont envoyés ensuite dans d’autres États du pays, comme à Puebla. Il y a quelques années, un campus technologique régional a ouvert une unité académique à Union Hidalgo dont le seul cursus présentiel proposé s’intitule « ingénierie énergie renouvelable » [9]. La promesse de travail dans les parcs éoliens pour la centaine d’élèves n’est donc qu’un rêve, et ceux-ci devront migrer pour trouver du travail plus au nord comme c’est malheureusement le cas pour beaucoup de jeunes istmeños. Ces tensions s’exacerbent dans un contexte où les habitants de l’isthme se relèvent à peine du terrible tremblement de terre de septembre 2017. Les rues sont encore parsemées de tas de gravats, certaines maisons ne sont pas reconstruites et des fractures profondes ont émergées à cause de la mauvaise gestion des aides financières et de son détournement par des organisations ou des municipalités.

    Comme nous le disent les compañeras istmeñas :
    « Face au changement climatique, l’énergie éolienne est perçue dans le monde comme une mesure écologique et alternative. En d’autres termes, ce qui était sensé être une transition écologique, a, de fait, ouvert la brèche à tout un marché de crédits-carbone. La crise environnementale, quasi incontrôlable, que nous connaissons annonce non seulement la catastrophe vers laquelle nous allons, mais elle reste aussi accrochée au colonialisme structurel qui domine dans les pays du « premier monde » à l’égard des pays du troisième monde, ou des pays dits « émergents ». C’est le cas des investissements de l’entreprise EDF, dont l’État français est actionnaire majoritaire, qui ont entraîné une violence génocidaire contre le peuple Binnizá (Zapotèque). (…) Concrètement, nous faisons référence à la forme sous laquelle se déploie le capital français dans l’isthme de Tehuantepec, intensifiant ainsi une économie du crime qui trouve son reflet dans les assassinats produits des conflits entre caciques locaux. À ce sujet, on peut affirmer de manière catégorique que le capital français fait bien partie de la violence structurelle qui s’exerce actuellement contre les peuples de l’isthme. Vu sous cet angle, ce que l’on suppose être une alternative à la catastrophe écologique apparaît non seulement comme une tartuferie du capitalisme vert, mais elle se trouve aussi profondément imbriquée dans une économie de guerre. En effet, dans la mesure où le capital français exaspère les disputes locales, il donne des arguments à l’État mexicain pour légitimer une intervention militaire et déployer des Bases d’Opérations Mixtes, qui ne sont rien d’autres que des manœuvres pour l’occupation des routes fédérales, des entrées et des sorties des communautés. » [10]
    Pour faire face aux menaces constantes que les luchadores reçoivent, les organisations en défense des droits humains proposent des mesures de protection spéciales appelées « medidas cautelares » mises en places par la Secreteria de Gobierno (secrétariat du gouvernement) pour les journalistes et défenseurs des droits humains au Mexique. En substance, il s’agit d’un dispositif de sécurité qui comprend la mise en place de caméras de vidéo-surveillance, de grilles et de portails au domicile de la personne menacée, ainsi que la remise d’un « bouton de panique » GPS à activer en cas d’attaque. Des policiers viennent régulièrement au domicile faire signer un document qui permet de vérifier la présence de la personne et recenser les éventuelles menaces qu’elle aurait reçu. Ce type de mesure, qui ressemble à un contrôle judiciaire, pose plusieurs problèmes comme la connaissance par la police de chaque déplacement des personnes protégées alors que cette même police est bien souvent aux premières places du système de corruption. Mais aussi on peut s’inquiéter de la détention par le gouvernement d’un fichier des personnes menacées. Ainsi que des risques de tension à l’intérieur des luttes quant à ces traitements privilégiés. Enfin, l’inefficacité de ce genre de mesures est patente : en témoigne les récents assassinats de membres du CNI, dont celui du rappeur Tio Bad en décembre 2019. Quel intérêt le gouvernement aurait-il de protéger ceux qui luttent contre sa politique à part celui de faire croire à une absence de collusion avec les commandos et autres sicarios (tueurs à gage) protégeant les intérêts des entreprises et donc de l’État lui même ?

    Se défendre : par les droits humains ou depuis le droit agraire ? Quelles stratégies de résistances ?

    L’installation de ces projets est incompatible avec le respect des droits humains des peuples originaires (pueblos originarios). La tenue d’une consultation qui offrirait les conditions d’un vrai débat est contraire aux objectifs des entreprises. Réclamer le respect des procédures de consultation en vertu de l’article 169 de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) peut permettre de gagner du temps mais le risque est qu’à chaque fois les entreprises adaptent leur stratégie pour se blanchir face aux injonctions des institutions en défense des droits des peuples indigènes. Dans le cas de l’isthme de Tehuantepec, région clé qui sépare le Sud du Nord du continent et qui relie l’océan Atlantique à l’océan Pacifique, les intérêts transnationaux et la corruption sont si importants que la défense des droits est une œuvre infinie : quoi qu’il arrive ils seront outrepassés ou déviés pour laisser le passage aux machines. C’est aussi une source de travail infinie pour les ONG spécialisées dans la défense des droits fondamentaux. Et même si au terme des procédures le projet se concrétise, on saluera l’action des ONG pour le travail qu’elles ont accompli afin que les droits humains soient respectés. La présidente de l’organisation Prodesc qui accompagne les comuneros à Union Hidalgo, Alejandra Ancheita Pagaza, est une des personnalités les plus primées du Mexique en vertu de son action en défense des droits. En 2019, l’université Paris Nanterre lui octroyait même le Doctorat Honoris Causa, prix discerné tous les cinq ans a des personnalités (comme ça avait été le cas pour le Dalaï Lama en 1984). Que le Sénat de la République mexicaine reconnaisse publiquement son rôle en tant que défenseures des droits humains en 2015, montre bien que cette œuvre, aussi louable soit-elle, ne permet pas d’empêcher la voracité des multinationales dans leur dévastation des territoires indigènes. Entrer dans le jeu de réclamer une vraie consultation concernant des projets de cette ampleur peut avoir sa logique en terme de respect des procédures démocratiques mais ne permet pas de déployer un rapport de force pour un refus catégorique du projet. La consultation ne devrait pas avoir lieu. Ici, le seul droit qui permettrait réellement d’arrêter ces projets est le droit agraire dont bénéficient les communautés indigènes. Pour cela, un avocat rédigea un amparo agraire [11] qui permettrait de faire valoir l’autorité des terres de la communauté agraire de Juchitan, dévoilant l’illégalité des procédures de privatisation des terres depuis des années. L’utilisation de ces recours par les communautés est une des armes les plus utilisées et efficaces pour stopper un projet, ou au moins de ralentir considérablement le temps de la procédure. Récemment, un amparo déposé contre le projet du Tren Maya [12] fût gagné par la communauté de Calakmul (Campeche), interdisant les travaux de s’effectuer dans son territoire. Les communautés Chontal dans l’État de Oaxaca ont également gagné récemment un amparo suspendant les opérations d’une concession minière canadienne dans leur territoire.

    À la dernière réunion de consultation, le 27 février 2020, la Secretaria de Energia a clairement laissé entendre sa volonté imminente de clôturer la phase informative du projet. Leur intention est de commencer les travaux en juillet 2020. Face à cette accélération, les comuneros d’Union Hidalgo se prononcèrent le vendredi 6 mars 2020 lors d’une conférence de presse à Juchitan, avec l’assemblée des peuples de l’isthme en résistance pour se «  constituer en un bloc de communautés indigènes de villages frères par la douleur, l’abandon, le saccage, et la corruption systématique de la classe politique dans le pays. » Ils continuaient en affirmant :
    « La division des pueblos [13] est un héritage avec lequel les gouvernements locaux et fédéraux nous ont historiquement frappés. Nous voyons une réalité et un contexte qui se répètent encore une fois dans nos communautés. Ils lacèrent nos droits et condamnent nos enfants et nos pueblos à mendier ce qui est notre. Pourquoi devons nous leur permettre de décider de notre futur ? Pourquoi ne pouvons nous pas exercer nos droits avec autonomie ? Pourquoi devons-nous leur demander l’autorisation de nous réorganiser ?  ».
    La résistance des peuples de l’isthme s’articule depuis des années, et le jour de la conférence de presse à Juchitan, les pobladores d’Alvaro Obregon et San Dionisio del Mar étaient présents, ceux-là mêmes qui avaient réussi à empêcher l’installation d’un parc éolien de la multinationale Mareña Renovable en 2014 [14].
    Le samedi 14 mars 2020, la phase informative du projet fut officiellement clôturée et ouverte la phase délibérative dans une ambiance délétère. Pour les comuneros et habitants d’Union Hidalgo, opposants au projet d’EDF Énergie Nouvelle Gunaa Sicarú, tout va se jouer dans les trois prochains mois.

    Le vieux rêve néolibéral du corridor Inter-océanique

    L’enjeu de défendre les terres communales de l’isthme de Tehuantepec est d’autant plus important que le gouvernement actuel de gauche a déjà annoncé vouloir mettre en œuvre le pharaonique et historique projet de corridor inter-océanique, qui portait aussi avant sa réactivation en 2018 le nom de Transístmico. Ce projet vieux de presque deux siècles prévoit de connecter le golfe du Mexique à l’océan Pacifique par « voie sèche » : en l’espèce, par la réhabilitation de la ligne de train qui traverse l’isthme, une des régions les plus étroite du continent. L’idée est d’augmenter la capacité de fret du train, d’agrandir les ports de Salina Cruz et de Coatzacoalcos, de construire une autoroute et un ensemble conséquent de pôles industriels tout au long de son parcours. La position stratégique de l’isthme de Tehuantepec agit comme un goulot qui sépare le sud du nord. Il a déjà été annoncé que les infrastructures du corridor inter-océanique serviront de « mur de contention » pour contrôler et gérer la progression des vagues migratoires d’Amérique centrale vers les États Unis, prêtant main forte au mur de Trump. Selon le président Andrés Manuel Obrador, dit AMLO : « la consultation a été faite et les gens sont favorables au projet du Transístmico, parce que les gens veulent du travail et du bien-être » [15].

    À ceux qui s’opposent aux méga-projets d’infrastructures et dénoncent des consultations frauduleuses, le président rétorque :
    « Écoutez, radicaux de gauche, pour moi vous n’êtes rien de plus que des conservateurs » [16].
    Il fit cette déclaration le 8 février 2019, concernant les opposants à la centrale thermo-électrique de la Huexca, à Cuautla, dans l’État de Morelos lors d’une de ses fameuses mañaneras, ses allocutions matinales dans lesquelles il « s’adresse au peuple ». C’est notamment à Amilcingo, dans ce même État de Morelos que Samir Flores (également membre du CNI) luttait contre cette centrale et fût assassiné le 20 février 2019, quelques jours à peine après la déclaration du président. Encore une fois en janvier 2020, le président accusait les opposants au projet du Tren Maya d’agir comme des conservateurs :
    «  Ils veulent nous contrer. L’extrême gauche et l’extrême droite agissent ensemble. ». « Déjà beaucoup affirment qu’il n’est pas possible de s’opposer à un gouvernement qui travaille pour servir le peuple ; s’il s’agissait d’un gouvernement corrompu et oppresseur, ils auraient raison, mais nous représentons un gouvernement démocratique et humaniste. Nous n’allons commettre aucun arbitraire. » [17]
    Le président de gauche AMLO prétend opérer la 4e Transformation mexicaine (dite 4T) après l’Indépendance, la Réforme, et la Révolution. Depuis son élection en 2018, il appuie de manière féroce l’imposition de méga-projets économiques dans les régions indigènes tout en déclarant simultanément la mort du néolibéralisme, comme dans cette annonce du 17 mars 2019 : « Nous déclarons formellement depuis le Palais National la fin de la politique néolibérale, cette politique économique de pillage, anti-populaire et corrompue  » [18].

    Sa stratégie prétendument populaire pour imposer la réalisation de grands projets d’infrastructures est de mettre en place justement des simulacres de consultations via L’institut National des Peuples Indigènes (INPI) pour prouver que le peuple est d’accord. Une des promesses de campagnes du président Lopez Obrador était de mettre en place une consultation populaire qui déciderait si le projet d’aéroport très contesté Texcoco (à Mexico, près de la commune de San Salvador de Atenco) se ferait ou non. Mais au moment de la consultation en février 2018, on demandait au peuple de voter en faveur de l’aéroport de Texcoco ou en faveur...d’un autre aéroport ! Il s’agit d’un nouveau projet (remplaçant celui de Texcoco) de construction d’un deuxième aéroport pour la ville de Mexico, qui serait le deuxième plus grand aéroport en construction après celui d’Istanbul (Turquie) [19]. La réponse donnait l’aval pour la construction d’un aéroport international à Santa Lucia, au nord de la ville de Mexico. Ce qui importait, à travers cette consultation, était de montrer que le gouvernement était près à s’exécuter face à un refus du peuple, si celui ci s’exprime dans le cadre proposé par ce même gouvernement. Cela permettait d’asseoir la légitimité du processus de consultation comme étant réellement démocratique. Tout ceci est clairement et de toute évidence une farce car l’aéroport longtemps contesté de Texcoco était déjà remis en question par des scientifiques en raison de l’instabilité des sols où il devait se construire. Et que le gouvernement appuyait déjà le projet d’un autre aéroport pour la ville de Mexico avec celui de Santa Lucia.

    Comme le dit la déclaration de clôture de l’assemblée de la rencontre du CNI « El Istmo es nuestro » en septembre 2019 :
    « Avec le mensonge de vouloir éradiquer la pauvreté du sud du Mexique, le gouvernement de Lopez Obrador, en pleine collusion avec les mafias entrepreneuriales, la délinquance organisée et les partis politiques de toutes les couleurs, reprend le vieux rêve de Porfirio Diaz, et les plans de tous les gouvernements néolibéraux depuis Salinas de Gortari, offrant le territoire national au capital global. […] Pour réaliser le vieux rêve du projet Transístmico, le gouvernement moreniste (du parti Morena) de AMLO et ses alliés entrepreneuriaux utilisent de vraies tactiques de contre-insurrection : avec ses programmes d’assistance individualisés, ses consultations truquées validées par le mal-nommé Institut National des Peuples Indigènes (INPI) avec ses leaders cooptés, ses campagnes de diabolisation des mouvements sociaux... » [20]
    À l’inverse des consultations menées par la Secretaria de Energia dans le cas des parcs éoliens au sein des villages, les consultations de l’INPI se font de manière régionale, c’est à dire en une fois dans une localité pour toute la région.

    Le projet du corridor inter-océanique faisait partie d’un vaste projet de Zones Économiques Spéciales jusqu’en avril 2019. On peut lire justement dans le texte « Habiter la fragmentation » à paraître dans la prochaine revue trans-océanique Liaisons2 :
    « …[les] Zones économiques spéciales (ZES) [étaient] un ensemble de sept pôles de développement industriel dans le sud-est mexicain. Au cours de ses premiers mois de gouvernement, Obrador a décrété l’abandon des ZES, suscitant l’enthousiasme d’un grand nombre de ses partisans naïfs et progressistes. En réalité, comme le souligne l’un des principaux gestionnaires d’un autre des points névralgiques du Projet Mésoamérique au Mexique, le Corridor interocéanique de l’isthme de Tehuantepec, l’idée des ZES n’a été abandonnée que parce que le gouvernement précédent n’avait pas su la faire passer au-delà du stade des intentions : à présent, elle va se concrétiser. Par ailleurs, le nombre de ZES posait précisément problème en raison de son caractère restrictif. Carlos González, membre et avocat du CNI, note qu’avec le gouvernement de Morena, c’est le territoire mexicain dans son ensemble qui est devenu une zone économique spéciale : plus un seul espace ne doit être épargné, tout doit être pillé. »
    Pour appuyer l’industrialisation et la dévastation sans retour que ce projet prévoit dans l’isthme de Tehuantepec, le gouvernement prétend apporter ici une solution à l’une des régions les plus pauvres du Mexique : la création d’emploi massive. Mais il ne précise jamais comment ces emplois bénis vont se révéler contre-productifs pour les communautés avec la sur-exploitation des pobladores dans l’hotêlerie et autres secteurs touristiques et tertiaires. Aussi, il est très certain que ces mêmes communautés ne pourront bénéficier d’aucunes ressources créées par le développement de la région, comme c’est le cas depuis 15 ans avec l’électricité produite par les parcs éoliens. Comme le dit la linguiste Ayuuk (Mixe) Yásnaya Aguilar dans un article paru en mars 2020 : « Les discours de l’inclusion montrent d’emblée une relation de pouvoir implicite : ceux qui parlent d’inclusion montrent qu’ils ont le pouvoir de l’appliquer. L’orientation de l’inclusion est éloquente : qui compte inclure qui ? (…) L’intervention de l’État au travers de l’assistencialisme a eu pour effet aussi la création et le renforcement de réseaux clientélistes qui mettent en difficulté l’autonomie et la libre détermination. L’État crée les problèmes avec son intervention et sa prétention intégrationniste, par un exercice d’effacement par métissage et en prétendant résoudre ces problèmes avec plus de projets qui s’implantent depuis la question de l’inclusion. » [21]

    Aujourd’hui, certains disent que les offres de travail pour les travaux commencent à arriver. En février 2020, le gouvernement fédéral attribuait à douze entreprises les cinq contrats pour la réhabilitation du train Transístmico [22]. De nombreuses concessions minières encore non exploitées attendent le lancement du processus d’industrialisation massive de l’isthme pour lancer leur opérations. D’autres disent que ce projet vieux datant du XIXe siècle ne verra jamais le jour. Mais c’est sans compter la popularité encore très forte du président AMLO et ses techniques d’achat des populations moyennant des bourses et programmes sociaux. Ce projet qui prévoit de passer au travers de 80 municipalités et 11 cultures indigènes différentes peut encore rencontrer une forte opposition ce qui n’arrangerait évidemment pas le pouvoir en place. Dans les prochains mois, les conflits pourraient se durcir dans le sud-est mexicain.
    [2Conférence de presse prononcée par l’Assemblée des Peuples de l’Isthme en Résistance le jeudi 6 mars 2020 à Juchitan
    [3L’appelation « zapoteco » vient de la langue Náhuatl, de l’Empire Mexica pour se référer à ce peuple et sa langue. Les espagnols ont utilisé la terminologie utilisée par les Mexicas pour appeler les autres nations au lieu de chercher comme celles-ci se nommaient elles-memes. Plusieurs peuples originaires ne s’appellent pas eux-mêmes comme on les appelle couramment : Les Mixes se disent Ayuuk, les Tarahumaras se disent Rarámuris etc.
    [4Il s’agit d’une personne titulaire de droits agraires légalement reconnus qu’elle possède en commun avec les autres titulaires. Ces droits, transmis par lien familial, lui permet l’usage de ses parcelles et la cession de ses droits, et aussi le bénéfice des biens d’usage commun.
    [6Proyectos de Derechos Económicos, Sociales y Culturales (Projets de droits économiques, sociaux et culturels).
    [11Régime particulier de protection juridique des comuneros et ejidatarios issu de la réforme agraire après la révolution mexicaine.
    [12Le tren Maya est un des projets phare de la présidence de Andres Manuel Obrador. Il consiste en la construction d’une ligne ferroviaire qui fait le tour de la péninsule du Yucatán, passant par les Etats du Chiapas, Tabasco, Campeche, Quintana Roo et Yucatán et travernt de nombreuses communités indigènes. Le but affiché de ce train est de promouvoir un parcours touristique au travers des communautés pour étaler la concentration touristique et permettre le « développement » de ces régions pauvres dans le « respect » de l’environnement.
    [13Voici la définition du terme « pueblo » proposée dans le texte « Un pueblo, un monde » publié par la revue inter-océanique Liaisons :
    « Comme dans plusieurs autres langues, le mot espagnol pueblo désigne autant une unité démographique (peuple) qu’un pâté de maisons (village) ; et autant une multitude d’individus dépossédés qu’un corps politique solide. Dans la langue mineure mexicaine, en revanche, il n’y a pas de telle confusion. À l’origine, le concept de pueblo tentait de traduire la forme par laquelle les Nahuas nommaient les lieux qu’ils habitaient : altépetl, qui est une espèce de simplification d’une métaphore double – in atl, in tépetl, « dans les montagnes, dans les eaux ». Peu importe s’il y a une plaza au centre d’un village ou seulement un ensemble de parajes dispersés sur une tranche de sierra. Le pueblo, c’est les montagnes, les vallées, les eaux et les grottes. Mais aussi, et par-dessus tout, le maillage complexe de relations auxquelles elles donnent lieu : les langues, les travaux, les assemblées, les fêtes, les conflits, les morts. Il n’y a pas de pueblo sans territoire, ni terre qui ne soit habitée. »