l@s zapatistas no están sol@s.

Infos

Esta es la nueva pagina de europa Zapatista : Contiene noticias y artículos publicados en los sitios web y blogs de los diferentes colectivos europeos solidarios con l@s zapatist@s y con los de abajo y a la izquierda. Permitiendo así colectivizar e intercambiar la información desde nuestros rincones.

Estado de la pagina

Número de artículos:
10  15  20 

 

Resumen de Informaciones de Chiapas

tags : chiapas, pl-fr,

Lire en Français

✮ EZLN ✮


Los SCI Galeano y Moises anunciaron la primera tonelada de café de varias otras, para apoyar los movimientos quienes luchan:
"apoyarles a ustedes para que, a su vez, apoyen la resistencia y la rebeldía de quienes son perseguidos y separados por muros, pues ya tenemos un pequeño avance."

* EZLN y CNI denunciaron los hechos ocurridos en Arantepacua y la muerte de 4 comuneros
" su dolor por el asesinato de los compañeros es nuestro. Luchamos pues tenemos la certeza de que el castigo a los culpables surgirá de la dignidad, la resistencia y la rebeldía de nuestros pueblos. Sembrar verdad y justicia en la destrucción que nos traen los poderosos es lo que sabemos hacer los pueblos."

✮CNI ✮

* Los dias 26,27 y 28 de mayo se organizara la Asamblea Constitutiva del Concejo Indigena de Gobernacion. En su Comunicado el CNI y EZLN dan los lineamientos de esta convocatoria a 93 pueblos.

*El CNI se pronuncia por la liberación de los 3 compañeros abejas detenido en Los Chorros

*El Pueblo Autónomo de Zincantan anuncio un conservatorio y comparticion del pueblo tzotzil al respeto de la iniciativa del CNI y la Comunidad 5 de marzo (CNI) para su 23* cumpleaño decidieron no quedar en el olvido y seguir luchando,

Propuesta Candidatura Cni

 ✮LAS ABEJAS DE ACTEAL ✮


* Las Abejas intentaron reconectar al servicio de luz y agua las familias de la comunidad Los Chorros: 3 compañeros resultaron detenidos. Las Abejas están sufriendo de varias ataques esos últimos meses, como el hostigamiento, violencia, desplazamiento, detención, y el re-armamento de los paramilitares en la zona de Chenalho

*El 22/03 denunciaron hostigamiento y violencia de parte del grupo "Sembradores" en su sede: Acteal y saludaron los 15 años de labor del Padre Marcelo

*Las Compañeras Abejas se movilizaron el dia 8 de marzo, para el dia internacional de Las Mujeres denunciando la presencia de los soldados frente a su campamento (video)

*Las y los integrantes de la Sociedad Civil de Las Abejas anunciaron junto con el CDH Frayba, el lanzamiento de la Campaña Acteal: Raiz, Memoria y Esperanza a XXV años de su organizacion.

✮ PRESOS INJUSTOS ✮

Santiago Moreno Perez (preso injusto de Bachajon)
Roberto Carlos Ruiz Hernandez (migrante Hondureño)
Emilio Jimenez Gomez LIBRE YA (preso injusto de Bachajon)
Silvia Juarez (Zoque en defensa de su tierra contra los megaproyectos mineros) LIBRE YA
Esteban Mendez Lopez (La Voz Verdadera del Amate)
Roberto Paciencia (Libre Ya pero sigue con amenazas)
Alejandro Diaz Santiz ( Solidario de la Voz del Amate)


=> Solidaridad de l@s Ejidatari@s de Bachajon por sus presos

✮MEGAPROYECTOS✮

*Manuel Velasco abre las puertas a la represión para imponer megaproyectos en Chiapas

*Los Zoques se organizan para lucha en contra de las minas en sus tierras. En Tecpatan 27 defensor@s comunitarios están en riesgo, y una esta en detención por resistir contra la extracción de hidrocarburo

*Ejidatari@s de Chicomuselo sufrieron de amenazas de muerte por defender su territorio de las minas

*La Rema, el Mapder y Las Abejas de Acteal se juntaron para denunciar los megaproyectos en Chiapas y exigir la cancelacion de los 99 concesiones mineras de Chiapas

*El Frente Popular de Defensa del Soconusco reclama respeto a la declaratoria de municipios libres de mineria

*Frente a la probable privatización del sistema de agua de Tuxtla a Veolia, el observatorio ciudadano denuncia el mal manejo del agua

✮ ZONA COSTA ✮


El CDH Digna Ochoa cumple 7 años de luchar con los pueblos en resistencia de la zona Costa
* Las organizaciones integrantes de la Zona Costa de Chiapas anunciaron haber ya nombrado sus concejer@s para el Concejo Indigena de Gobernacion
*Denuncian intimidaciones de la policía estatal a ejidatarios defendiendo su territorio

✮MIGRACIONES✮

Migrantes de Arriaga denuncian violaciones a sus derechos humanos y detencion injusta
* Violan derechos humanos de migrantes "audio Notifrayba"
* Anuncian ViaCrucis de los refugiados 

L’image contient peut-être : texte✮FEMINISMOS✮

*Lanzan Campaña contra el Acoso Callejero en la ciudad de San Cristobal de Las Casas
*Para la semana en contra del Acoso, lanzan San Cristobal se Moviliza

✮ INTERNACIONAL ✮

8 de marzo negro en Guatemala: 43 niñas y jovenes muertas por denunciar maltrato....Carta Abierta a firmar

 ✮MAS...✮

Lucha de l@s ejidatari@s de Tila construyendo la autonomia ejidal
Declaratoria de los medios libres y comunitarios reunidos en Noxchitlan
Enfermeras de Chiapas en huelga de hambre para denunciar la falta de medicamentos
Presentacion video del Modevite
...

✮EL OTRO MAPA✮

Video y marcha contra el megaproyecto de 12 pozos petroleros

tags : pl-fr, video,
La Secretaria de Energía pretende licitar 84,500 hectáreas del territorio Zoque de Chiapas; los pueblos se han organizado para defender sus tierras desde Tecpatán hasta Ixtacomitán, en el norte de Chiapas.


Organizaran el día viernes 28 de abril, una marcha en Ixtacomitan, a las 8.00am, a favor del agua, la tierra y la vida.para denunciar esas construcciones de 12 pozos petroleros de gas convencional, que genera lluvia acida, emite mucho metano, presenta fugas de hidrocarburos, metales pesados y otras sustancias quimicas toxicas

El pueblo organizado denuncia igual que esos proyectos generan conflictos sociales, como inseguridad, prostitución, migración y empobrecimiento de la calidad de la tierra.

Frente a eso, Silvia Juarez fue presa por defender su tierra, pero aun, Los Zoques se organizan para lucha en contra de las minas en sus tierras. En Tecpatan 27 defensor@s comunitarios están en riesgo, y una esta en detención por resistir contra la extracción de hidrocarburo


El Centro de Lengua y Cultura Zoque AC presenta un vídeo de testimonios:

DEBAT 27 AVRIL AU CICP AVEC JOHN GIBLER ET MATHIEU RIGOUSTE

tags : 27, pl-fr,

Dans le cadre de la tournée en France de John GIBLER pour la publication du livre Rendez-les nous vivants ! Une histoire orale des attaques contre Ayotzinapa :

18H30 : PRESENTATION A LA LIBRAIRIE QUILOMBO 23 rue Voltaire, de "RENDEZ-LES NOUS VIVANTS ! Une histoire orale des attaques contre Ayotzinapa avec John GIBLER, auteur du livre, les éditions CMDE, le CSPCL et le collectif Paris Ayotzinapa.

20H : DISCUSSION AU CICP 21 ter, rue Voltaire 11e, Metro Rue des boulets

"A QUI PROFITE LE CRIME ?"

NARCOTRAFIC, CONTRE-INSURRECTION ET CRIMES D'ETAT

Avec John GIBLER, auteur de "Mourir au Mexique. Narcotrafic et terreur d'Etat ».

Mathieu RIGOUSTE, "A qui profite la guerre au crime ?" Gestion (para)étatique des marchés des drogues et contre-révolution sécuritaire

Les éditions CMDE, le CSPCL et le collectif Paris Ayotzinapa

Les oeuvres Zapatistes du festival pARTage arrivent à Paris!!

tags : festival, pl-fr,
nous sommes heureux de vous inviter, les 5, 6 et 7 mai prochain, à l'étape parisienne de la tournée en France de l'exposition :



pARTage zapatiste
Œuvres des communautés zapatistes du Chiapas


Ces œuvres de grandes dimensions, peintes ou brodées, ont été réalisées collectivement par les villages zapatistes, à l'occasion du Festival « CompArte por la Humanidad », organisé en juillet 2016. Elles célèbrent à leur manière « un art qui ne se voit pas et ne s'entend pas », qui est aussi celui de la résistance et de la rébellion.
Les zapatistes ont souhaité que ces œuvres circulent dans le cadre d'une campagne mondiale « Face aux murs d'en haut, les brèches et la résistance d'en bas », par laquelle ils appellent à soutenir partout les migrants.


Inaugurationvendredi 5 mai à 19h (jusqu'à 22h)
Ouverture : samedi 6 mai, de 12h à 20h
et dimanche 7 mai, de 12h à 18h30
Et le samedi, à 14h30, conférence « Construire nos propres mondes, à propos de l’autonomie zapatiste » (J. Baschet).

L'exposition est présentée dans le cadre du « BENDO Festival », organisé par le collectif Basse Cour aux « Grands Voisins » : il y aura de nombreux concerts, des films, d'autres expositions et conférences (programme complet à venir).

Nous espérons vous y retrouver. L'exposition n'étant présentée que quelques jours, n'hésitez pas à faire circuler largement l'information autour de vous.


Salle dite « Magasin Général »
Les Grands Voisins (ancien Hôpital Saint-Vincent de Paul)
82, Avenue Denfert-Rochereau
Métro : Denfert-Rochereau ou Port-Royal

Dénonciation du Congrès National Indigène du 13 avril 2017

tags : pl-fr,

Dénonciation du Congrès National Indigène du 13 avril 2017

A la société civile en général

Aux médias

Aux organisations des droits humains

Nous dénonçons que depuis le 11 avril de cette année, à 10h50 du soir un groupe de personnes ayant pour noms : Juan Gómez Jiménez, Juan Pérez Pérez et Antonio Méndez Sántiz, obéissant aux ordres de Manuel Sántiz Vázquez, agent municipal du quartier de Río Jordán de la municipalité de Chenalhó, sont arrivés à la maison des compas Alonso Ruiz López, Alonso Jiménez Méndez et Manuel Jiménez Méndez auxquels ils ont demandé de quitter leur domicile et cela étant fait, ils les ont privé de leur liberté en les maintenant prisonniers dans l'ejido Los Chorros, où ils doivent rester jusqu'à ce qu'ils paient 5000 pesos pour chacun d'entre eux.

Les compas retenus et d'autres familles, en tant que membres de l'organisation civile Las Abejas, membre elle-même du Congrès National Indigène, ont refusé de participer à des projets du mauvais gouvernement, en l'occurence une clinique et le drainage imposés par les mauvais gouvernements, raison pour laquelle ils ont subi des pressions et ont été menacés afin de les obliger à assumer les charges de gestion de ce projet, ce qu'ils ont refusé vu qu'ils comptent sur leurs propres promoteurs de santé. En plus de cela, ils ne bébéficiaient pas de l'accès à l'électricité, qui leur a été coupé il y a de cela un an et quatre mois, raison pour laquelle ils avaient pris l'accord de rebrancher à l'électricité et à l'eau potable les familles des compas José Ramón Vázquez Entzin et Antonio Ramírez Pérez.

Nous soulignons le fait que c'est de l'ejido Los Chorros que sont sortis les groupes paramilitaires qui ont perpétré le massacre d'Acteal le 22 décembre 1997, groupes qui, en plus de bénéficier d'une impunité totale, font, depuis, pression sur les compas de Las Abejas afin de les forcer à accepter les programmes du mauvais gouvernement, comme c'est le cas des compas détenus en ce moment et des familles affectées par la coupure de l'eau et d' électricité, qui ont dû sortir de leurs domiciles au vu des menaces d'agressions physiques à leur encontre. Nous répudions l'agression de nos compañeros de la société civile Las Abejas de Acteal et exigeons la libération immédiate et inconditionnelle des personnes détenues pour ne pas avoir accepté les projets du mauvais gouvernement.

Nous exigeons le respect absolu des décisions autonomes prises par l'assemblée de Las Abejas, et nous prononçons contre la simulation [de justice] faite par le mauvais gouvernement afin de protéger les responsables politiques et militaires de la mort en 1997 de 45 compas et de 4 bébés sur le point de naître.

Depuis le Congrès National Indigène, nous saluons la campagne Acteal : Racine, Mémoire et Espoir lancée par les frères de Las Abejas dans le cadre des 20 ans du massacre à Acteal et contre l'impunité toujours de mise pour les auteurs matériels et intellectuels de la terreur et de la mort aux mains de paramilitaires.

Bien à vous

Avril 2017

Jamais plus un Mexique sans nous

Congrès National Indigène

El Centro de Derechos de la Mujer cumple 13 años de lucha feminista

tags : pl-fr,

13 años de lucha feminista

Boletín de prensa No. 004
San Cristóbal de las Casas, Chiapas a 26 de abril de 2017 / Este 24 de abril, el Centro de Derechos de la Mujer de Chiapas, AC (CDMCH) cumplió trece años de caminar en la promoción y defensa de los Derechos de las Mujeres con apuesta política feminista, antipatriarcal y anticapilista.
Quienes integramos esta organización civil recordamos que como CDMCH nos constituimos en el año 2004 en seguimiento a los acuerdos del Foro “Reclamo de las Mujeres ante la violencia, la impunidad y la guerra” que reunió a más de 3,000 mujeres que manifestaron la necesidad de contar con un organismo que reconociera y atendiera la violencia especifica de género con base al marco internacional de derechos humanos como la Convención sobre la Eliminación de Todas las Formas de Discriminación contra la Mujer (CEDAW).
L’image contient peut-être : une personne ou plus et personnes debout
Como Centro de Derechos Humanos, con un posicionamiento feminista, ubicamos la desigualdad de clase, género y etnia como las bases reproductoras de las relaciones de subordinación, desigualdad y discriminación de las mujeres, que niega el reconocimiento de la autonomía individual y organizativa para participar en la toma de decisiones en los múltiples espacios de la vida comunitaria y social.
La defensa de los derechos de las mujeres, la prevención de la violencia, la visibilización de los cambios en la redefinición de los derechos y la construcción de la plena apropiación de una posición consciente y crítica en la toma de decisiones y el ejercicio de los derechos de las mujeres desde los ámbitos íntimo, privado y público es el núcleo central de nuestro trabajo, por ello seguimos apostando a la construcción de una cultura de igualdad, justicia y libertad.
Acompañar a mujeres del campo y la ciudad, de distintas generaciones, culturas, lenguas, tradiciones, ideologías, convicciones, todas en defensa de sus Derechos es un proceso que implica la transformación de ámbitos individuales y colectivos que aporten a la construcción de la autodeterminación de las mujeres y la autonomía de sus comunidades.
Hoy, a 13 años de caminar, reconocemos el aporte de todas las  mujeres que han sido parte de este esfuerzo colectivo y constructivo que hace posible la existencia del CDMCH como un espacio de lucha y aporte en la construcción de un mundo justo y digno.
L’image contient peut-être : texte

Que es el Congreso Nacional Indigena?

tags : pl-fr,

¿Qué es el CNI?


Oventik, Enero 2017

El Congreso Nacional Indígena se constituyó el 12 de octubre de 1996, planteándose ser la casa de todos los pueblos indígenas, es decir un espacio donde los pueblos originarios encuentren el espacio de reflexión y solidaridad para fortalecer sus luchas de resistencia y rebeldía, con sus propias formas de organización, de representación y toma de decisiones, es el espacio de los indios que somos:  Somos los pueblos, naciones y tribus originarios de este país México, de las lenguas Amuzgo, Binnizá, Chinanteco, Chol, Chontal de Oaxaca, Chontal de Tabasco, Coca, Náyeri, Comcac, Cuicateco, Kumiai, Lacandón, Matlazinca, Maya, Mayo, Mazahua, Mazateco, Mixe, Mixteco, Nahua, Ñahñu, Ñathô, Popoluca, Purépecha, Rarámuri, Tepehua, Tepehuano, Tlapaneco, Tojolabal, Totonaco, Triqui, Tzeltal, Tzotzil, Wixárika, Tohono Oódham, Mame, Tlahuica, Guarijío, Sayulteco, Yaqui, Zoque
Que cuando pueblos  decimos que somos, es porque llevamos en nuestra sangre, en nuestra carne y en nuestra piel toda la historia, toda la esperanza, toda la sabiduría, la cultura, la lengua y la identidad.


Somos los pueblos que seguimos siendo a pesar de los 523 años de exterminio, violencia, dominación, despojo del capitalismo y sus aliados los dueños del dinero, los representantes de la muerte. El capitalismo se nació de la sangre de nuestros pueblos y continúa alimentándose de ella.
No olvidamos. Porque esa sangre, esas vidas, esas luchas, esa historia son la esencia de nuestra resistencia y de nuestra rebeldía, que se hacen autonomías, reivindicaciones ancestrales de educación, seguridad, justicia, espiritualidad, comunicación, autodefensa y autogobierno.
Colectivamente construimos, abrazamos, defendemos y ejercemos los acuerdos de San Andrés Sakamch´en de los pobres como la constitución de nuestros pueblos, porque representan la única forma de seguir existiendo como los pueblos que somos, son nuestro derecho a la libre determinación y autonomía, es  decir, de decidir sobre nuestros territorios, nuestras formas de organizarnos colectivamente y la forma en que queremos construir nuestro futuro.
Los pueblos que conformamos el CNI nos regimos por siete principios y nuestro espacio máximo de decisión es la asamblea general reunida en el congreso, en donde todas y todos tenemos palabra para decidir colectivamente.

1.- Servir y no servirse.
2.- Construir y no destruir.
3.- Representar y no suplantar.
4.- Convencer y no vencer.
5.- Obedecer y no mandar.
6.- Bajar y no subir.
7.- Proponer y no imponer
En 1998 realizamos nuestro II Congreso Nacional Indígena en México Tenochtitlán y dijimos: Por la reconstitución integral de nuestros  pueblos por lo que decidimos  impulsar junto con nuestros hermanos del EZLN la Consulta Nacional para el reconocimiento  de los derechos de los pueblos indígenas y el fin de la guerra de exterminio.
En el 2001, en nuestro III Congreso Nacional Indígena realizado en Nurío Michoacán  dijimos: por el reconocimiento constitucional de nuestros derechos colectivos  y nos sumamos a  la Marcha por la Dignidad Indígena que encabezaron nuestros hermanos del EZLN, en donde  la voz primera de nuestros pueblos y la voz mayoritaria de la sociedad mexicana se expresó exigiendo dicho reconocimiento. Pero la respuesta de este mal gobierno fue la traición al aprobar la contrareforma indígena del 2001, propuesta por el poder ejecutivo, materializada por el poder legislativo y avalada por el poder judicial, evidenciando que nuestra palabra y nuestro sentir solo sirvieron de burla y escarnio de los poderosos. Nos dimos cuenta  que el tiempo de voltear arriba se habían acabado,  que el tiempo de mirar abajo nos sacudía y exigía emprender los pasos que la historia nos exigió.
En el año 2006, en el IV Congreso Nacional Indígena en San Pedro Atlapulco tras mucha reflexión decidimos suscribir la Sexta Declaración de la Selva Lancandona: ejercer hasta sus últimas consecuencias la autonomía en los hechos y la resistencia indígena.
Pero a la par de que construimos nuestras autonomías el despojo y la guerra de exterminio se fueron volviendo más violentos y nuestros dolores cada vez más profundos. La guerra nos quiere matar como pueblos y matar en lo individual.
Ante los despojos que se multiplican en nuevas formas y en nuevos rincones y tras tanta muerte seguimos siendo los pueblos vivos y colectivos, los pueblos dignos con nuestras rebeldías y  resistencias que se han hecho luchas y resistencias en las que vemos espejos que se reflejan en el espejo que somos.
Estos espejos son los despojos que sufrimos y que vivimos en nuestros territorios, son los que nos hacen sabernos en una emergencia que atenta contra nuestra vida.
De nuestro dolor nació nuestra rabia, de la rabia nuestra rebeldía y de la rebeldía nacerá la libertad de los pueblos del mundo.  Porque el corazón de nuestra madre tierra vive en el espíritu de nuestros pueblos.

Pagina del CNI
Esto es lo que somos, nuestra palabra, nuestro caminar y nuestra lucha irrenunciable, somos pues el Congreso Nacional Indígena y nuestro es el futuro de nuestros pueblos.

RABASTENS : Soirée Femmes et prison

Échanges – débat – Projection – Lecture/Théâtre – Expo – Repas – Tables de presse !

Les Trois Passants, Le Rabastikiosk , Le Banc Sonore et Partage ton Pot vous invitent à une soirée d’échanges et de débats autour du documentaire

« Ils nous ont volé nos nuits »

Tissé avec 11 femmes mexicaines : ex-prisonnières, mères, compagnes, et filles de prisonnier.e.s.

Samedi 29 avril 2017 à partir de 19H

Au Banc Sonore
22, Promenade des Lices
81800 RABASTENS

Cliquez ici pour téléchargez le flyer

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

« Ils nous ont volé nos nuits » : ce film collectif réalisé au Mexique en octobre 2016, est un outil de lutte anti-carcérale. C’est un documentaire fait maison, avec nos propres moyens, par des personnes solidaires et non spécialistes. Il a été possible grâce à la complicité de mères, de compagnes, de femmes solidaires, de filles de prisonnier.e.s et d’ex-prisonnières; et la participation de La Voix de Zapoteques Xiches en Prison d’Oaxaca, du Groupe de Travail Nous ne sommes pas tous et toutes là du Chiapas, de La Croix Noire Anarchiste de Mexico et du groupe Les Trois Passants de Toulouse.

Au fil du temps nous avons observé la lutte incessante, la résistance et le travail que mènent les femmes dans et hors les prisons, non seulement en tant que tisserandes de la mémoire contre l’oubli, mais aussi en tant que porteuses d’une lutte infatigable contre le système judiciaire et pénitentiaire. Cependant, et ce y compris dans nos propres espaces, peu de choses se disent sur elles. C’est pourquoi en cette occasion, sans fabriquer une vision innocentante et victimisante, nous avons ouvert un espace de paroles pour les femmes confrontées à l’enfermement, à l’humiliation, à la maltraitance du corps, à la torture sexuelle, au harcèlement, à la stigmatisation et à l’hypothétique “justice”. Elles nous rappellent la valeur de la lutte, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des geôles. Nous en parlerons ensemble.

Au Programme :

19H Exposition : « Liberté en fuite »
Vente d’affiches, tissus imprimés, cartes postales de l’expo et artisanat en soutien aux compagnon-ne-s prisonnier-e-s en lutte : Fernando Barcenas Castillo, Miguel Ángel Peralta Betanzos, Luis Fernando Sotelo Zambrano, Abraham Cortes Avila, Álvaro Sebastián Ramírez et Natacha Lopvet Mrikhi.

À partir de 19H – Apéro Kiosque – Tables de presse – Brochures – Fanzines (écrits de prison- chroniques carcérales) – Affiches – autocollants – cartes postales – artisanat – tissus imprimés – Livres …

EMPANADAS végétariennes.

20H – Lecture de la pièce : « Le troisième âge derrière les barreaux » : monologue satirique écrit par Natacha Lopvet incarcérée au Mexique depuis 10 ans.

20H30 – Projection du documentaire : « Ils nous ont volé nos nuits » documentaire collectif filmé récemment au Mexique tel un outil de lutte anti-carcérale et contre l’oubli.(1H10)

Débat : Comment la prison s’empare de la vie des femmes – Solidarité /Luttes individuelles et collectives – Échanges avec des toulousaines anti-carcérales.

L’argent recueilli lors de cette soirée sera versé aux prisonnier-e-s par le biais de : La Croix Noire Anarchiste de Mexico, La Voix des Zapotèques Xiches en prison d’Oaxaca et les familles des prisonnie-r-e-s.

Soirée organisée par Les Trois Passants, Le Rabastikiosk , Le Banc Sonore et Partage ton Pot

19H Exposition : « Liberté en fuite »
Vente d’affiches, tissus imprimés, cartes postales de l’expo et artisanat en soutien aux compagnon-ne-s prisonnier-e-s en lutte

Qui sont les prisonnier-e-s que nous soutenons lors de cette journée de solidarité ?

 

miguelflomMiguel Peralta Betanzos est un membre de l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán de Flores Magón, Oaxaca et militant anarchiste. Le jeudi 30 avril 2015, vers 5 heures et demie de l’après-midi, Miguel Ángel Peralta Betanzos, membre de l’Assemblée Communautaire a été arrêté au centre-ville de Mexico. Cette arrestation a été exécutée sans identification et sans mandat d’arrêt, avec une grande violence. Toutes ces irrégularités concernant l’arrestation de Miguel constituent une attaque de plus contre l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán, dans la continuité de celles qui sont perpétrées depuis 5 ans par l’ex-président municipal qui siégea à la Présidence municipale après s’y être imposé de façon autoritaire, piétinant ainsi le système communautaire basé sur les « us et coutumes indigènes » dont l’Assemblée Générale est l’organe de prise de décisions. Miguel se trouve dans la prison de Cuicatlan, Oaxaca.

Qu’est-ce que c’est le temps, quand, en prison, on en a trop ?
On danse avec l’ombre, on joue avec nos rêves et on rit
On marche sur la voute céleste
On pleure en silence
On est parfois morts en vie
On chante et on se révèle face à leurs murs et à leurs barreaux
On se nourrit des déchets que jette la société ; on les recycle
On aiguise nos sens.
On détruit tous les jours ce qui est en place, on dés-arme la réalité…

-Miguel Betanzos-

Plus d’infos

ferFernando Bárcenas Castillo est un jeune anarchiste, musicien et étudiant du Collège de Sciences Humaines, siège Vallejo – ville de Mexico. Il a 22 ans et a été arrêté le 13 décembre 2013, dans le cadre des protestations contre l’augmentation du prix des billets du métro. Il a été accusé d’avoir mis le feu à un l’arbre de Noël de l’entreprise Coca-Cola, depuis lors il se trouve dans la prison Nord à Mexico. En décembre 2014 il a été condamné à 5 ans et 9 mois de prison. Fernando a élaboré plusieurs projets de diffusion et d’information tels des fanzines et le journal anti-carcéral “El Canero”; dernièrement il a mis en place une bibliothèque gérée par les propres prisonniers et encouragé depuis son arrestation l’organisation de plusieurs collectifs de prisonniers en resistance. Fernando se trouve dans la Prison Nord de la Ville de Mexico.

« (…) Nous sommes la jeunesse qu’ils enferment dans des écoles, en essayant de nous tromper avec les faux nationalismes, les préjugés et le patriotisme qui sont les composants de leur mensonge, leur soumission et leur obéissance. Nous sommes les jeunes humiliés et harcelés par les CRS, les renseignements généraux et par tous types de forces répressives « qui construisent leur démocratie » (…). Nous sommes la cible quotidienne de leur abus de pouvoir (…). Nous sommes les blessé-e-s lors des manifestations ; on nous a cogné la tête contre le béton, nous avons été humiliés, et notre dignité a été piétinée sous leurs bottes, ils nous ont cassé les jambes à coup de matraques et nous ont rempli les poumons de gaz lacrymogène… Aujourd’hui nous cheminons avec la chaleur de notre dignité et de notre rage, pendant toutes les nuits froides qu’ils nous ont fait passer en prison. »

– Fernando Barcenas –

Plus d’infos

portabrahamAbraham Cortés Ávila a été arrêté le 2 octobre 2013 pendant la manifestation commémorant les quarante-cinq ans du massacre de Tlatelolco, il est le seul à rester en prison après les arrestations du 2 octobre 2013. Abraham faisait face à une accusation de tentative d’homicide, pour avoir supposément lancé des cocktails Molotov contre les lignes de policiers anti-émeutes. Ceci en plus d’une autre accusation pour attaques à la paix publique et association de malfaiteurs. Pour ces accusations, le compagnon avait été condamné à 13 ans et 4 mois de prison ; cependant, grâce à une procédure en appel qu’il a mené, une nouvelle sentence a été prononcée de 5 ans et 9 mois. Abraham se trouve dans la Prison Nord de la Ville de Mexico.

« Avant, je pensais que l’esclavage n’existait plus et je pensais que nous étions libres, mais non, la vérité c’est que nous n’avons jamais été libres, nous n’arrivons pas à l’indépendance totale, nous continuons d’être des esclaves, mais à présent nous ne sommes pas esclaves d’un seul patron, mais d’un président, de l’armée, de la police. Nous devons donner toujours notre adresse pour qu’ils aient le contrôle sur nous, sans parler de la carte d’identité, être plus surveillés ce n’est pas possible » (…) « Prison, institution de répression, école de méchanceté, d’obscurité, de froideur, de crainte, d’égoïsme, de vice, le lieu de destruction dans lequel nous sommes séquestrés (…) »

– Abraham Cortés –

Plus d’infos

ALVAROSÁlvaro Sebastián Ramírez, âgé de 56 ans, est indigène zapotèque de San Agustín Loxicha, Oaxaca etadhérent à la Sixième Déclaration zapatiste. Cela fait 19 ans qu’il est privé de sa liberté. Alvaro a été arrêté le 15 décembre 1997 dans la ville d’Oaxaca et condamné à 27 ans de prison accusé d’appartenir à un groupe armé et pour les délits d’homicide qualifié, tentative d’homicide, terrorisme et conspiration. Alvaro travaillait en tant qu’enseignant et il était aussi engagé dans sa communauté pour l’amélioration des conditions d’éducation et de vie en général, il a mené avec ses compagnons une lutte pour la défense de la terre contre les caciques et le gouvernement, il a toujours défendu la forme traditionnelle de gouvernement des Zapotèques, qui refuse l’ingérence des partis politiques grâce aux « us et coutumes ». Malgré l’enfermement, Alvaro Sebastián Ramírez, sa famille et ses compagnons mènent une lutte avec espoir et conviction pour sa libération.

« Dans la société marchande, totalitaire, dans laquelle nous vivons actuellement, les prisons sont remplies d’hommes et de femmes d’EN BAS, humbles et simples comme le sont les paysans, les indigènes, nos voisins, les jeunes des quartiers oubliés, les précaires, les travailleuses sexuelles, les employés en lutte, ceux qui protestent. »

– Álvaro Sebastián Ramírez –

Plus d’infos

ferzamLuis Fernando Sotelo, étudiant âgé de 22 ans, adhérent à la Sixième Déclaration zapatiste, a été arrêté le 5 novembre 2014 suite aux manifestations et aux actions pour la présentation en vie des 43 étudiants disparus depuis le 26 septembre 2014. Le juge a signifié sa mise en détention préventive pour les délits d’attaques à la paix publique [délit qui est pénalement du même type que le délit de terrorisme], d’attaques aux voies de communication et de dégradations (d’une station de Tramway, d’un distributeur de titres de transport et de caméras de surveillance). Après plus de deux ans de procès, notre compagnon Luis Fernando Sotelo a été condamné à 13 ans de prison et à une amende de 519 815,25 pesos (26 000€).

« Ma liberté n’a pas de prix, mais elle a une grande valeur et beaucoup de gens luttent pour la même chose : pas uniquement pour ma liberté mais, à travers elle, pour la liberté qui nous appartient à toutes et tous. Cette liberté autonome digne et rebelle que nous apprenons à semer mais aussi à récupérer des mains de l’oppresseur. Je suis content de votre soutien, compas. Et savoir que la libération des prisonnier-e-s quels qu’ils/elles soient fait partie du projet que l’on nomme liberté m’incite à être heureux ».

-Luis Fer Sotelo-

Plus d’infos

natachaNatacha Lopvet Mrikhi, 45 ans, française, a passé 9 ans dans la prison pour femmes de Santa Martha, elle fait partie des 1500 femmes prisonnières qui survivent dans la prison de femmes de la ville de Mexico : Centre Féminin de Réadaptation Sociale de Santa Martha Acatitla. Accusée de délits d’atteinte à la santé, elle purge une peine de 10 ans d’enfermement ; pour y faire face et survivre, elle a participé à de nombreux projets et ateliers, ainsi elle s’est jointe à une troupe de théâtre et fait également partie d’un collectif d’artistes qui a pour objectif d’aider d’autres femmes à s’exprimer à travers les arts. Elle s’est engagée à partager avec d’autres détenues la joie de la création artistique, et pour ce faire, elle participe à plusieurs ateliers de lecture, écriture, peinture, théâtre et à de nombreuses manifestations culturelles. Natacha a également participé à plusieurs fanzines qui rendent compte de la vie et de la survie en prison, du temps, de ce que c’est qu’être une femme en prison, du travail, de l’enfermement et de la résistance à travers l’art.

« Pour moi, le travail devait être un moyen justement d’être libre, de faire ce que je voulais où je voulais, comme je voulais, m’habiller comme je voulais, avoir la maison de mes rêves, voyager à l’autre bout du monde, profiter et jouir de l’existence. Aujourd’hui, à 45 ans après huit ans et demi passés derrière les barreaux d’une prison, je me rends compte qu’il n’en a pas été ainsi, bien que j’ai beaucoup voyagé. J’ai pris conscience que pendant 25 ans j’étais conforme à une culture, une éducation, des codes sociaux; autant de choses qui m’influençaient sans que jamais je ne décide réellement par moi-même (…) J’ai éprouvé une grande satisfaction à réaliser l’exposition de mes collages, fruit d’un travail ( librement choisi durant les 8 ans passés ici ) où j’ai pu pleinement expérimenter ce que signifie l’auto-décision et c’est en étudiant ces concepts que je peux aujourd’hui continuer à exister pleinement aux côtés de ma compagne ».

-Natacha Lopvet Mrikhi-

Plus d’infos

 


[Oaxaca] Deux ans de réclusion – Lettre de Miguel Betanzos

Le 30 avril, cela fera deux ans depuis mon arrestation et le début de ma réclusion. Deux longues années que je pourrais vous raconter : secondes, heures, minutes et nuits volées, jours d’angoisse et d’impuissance, de haine de l’État et de ses institutions. Le quotidien qui m’use. L’individualisme qu’on nous oblige à reproduire, et que j’abhorre. Les nécessités et les maladies que nous inoculent les murs de la prison. Est-ce du temps perdu ? Non, car ce furent aussi deux ans d’accompagnement par les compas, de solidarité, de résistance quotidienne, d’apprentissage en commun, d’appui de gens dont tu ne vois pas bien qui ils sont, et même aujourd’hui on ne se connaît pas personnellement, mais maintenant on sait qu’on est ensemble. Deux ans de rire, et deux ans où l’on ne cesse pas de regarder le nouveau soleil et de rêver, tandis qu’on s’oppose au contrôle de tous les faits et gestes.

Il est de notoriété publique que le système judiciaire officiel n’a pas été conçu pour les gens du peuple. La classe politique despotique veut nous faire croire qu’elle administre la justice grâce aux réformes élaborées selon son bon plaisir, alors qu’elle nous traite comme des délinquants, des terroristes ou des ennemis, faisant de nous un numéro de plus dans ses statistiques, tentant d’anesthésier nos consciences, décorant les archives et les dossiers couverts de poussière avec de nouveaux concepts. (De toute façon, à la fin t’es foutu si tu rentres pas dans leurs réformes.) Ça ne leur suffit pas de vérifier ton innocence, en plus ils prétendent te réadapter à leur manière de vivre, à toujours nous soumettre face à eux. Et pourtant, nous avons en nous cette petite goutte qui nous fait lutter et que nous essayons de répandre, ce que nous appelons liberté et qui jamais ne deviendra une loi ni ne pourra se réformer.

Tant que l’impunité continuera de régner, comme à Eloxochitlán de Flores Magón, nous chercherons les moyens de résister. Nous trouverons comment nous organiser pour détrôner ceux qui se croient intouchables et qui utilisent pour leurs fins propres les discours de défense de leur communauté, qui maîtrisent grâce à de l’argent volé, les publications et les médias de désinformation, tandis que dans leur village, tout ce qu’ils font est de flatter leur propre ego, s’en mettre plein les poches et renforcer leurs moyens de répression, en terrorisant à coups de menaces et de bâtons ceux qu’ils sont censés « défendre et représenter »…

Pour l’heure, dans le cadre de cette résistance quotidienne, nous appelons les individus, les collectifs et quiconque voudrait participer, à se réunir le 30 avril pour une journée de dénonciation afin d’exiger, avec les moyens dont ils disposent, notre libération. Nous proposons de fabriquer des pancartes, de peindre, de passer des appels téléphoniques au tribunal de Huautla (012363780324), d’organiser des manifestations politiques en tout genre. Enfin quoique ce soit qui puisse nous rendre visibles et faire entendre nos voix de ras-le-bol, l’exigence de la libération des prisonniers politiques de Oaxaca et du monde entier, ainsi que le retour dans leurs foyers de ceux qui continuent d’être persécutés et déplacés.

Je profite enfin de cette lettre pour saluer tous ceux qui ont été présent.e.s au cours de ces deux longues années. Je tiens à remercier spécialement le collectif Los otros abogados, qui a dû supporter les moqueries et le cynisme de la soi-disant justice. Solidarité avec la grève de la faim des prisonniers et prisonnières de Palestine en Israël, et avec les communautés nahuas et purépechas du Michoacán.

Liberté pour Eloxochitlán de Flores Magón, Oaxaca.
Liberté pour Roque Coca et Alvaro Sebastián.
Liberté pour les prisonniers de Tlanixco et de l’Amate.
Liberté pour Fernando Bárcenas, Luis Fernando Sotelo, Abraham Cortés.
Liberté pour tous ceux faits prisonniers pour avoir lutté.
Prisonniers dans la rue.

Miguel Peralta
– Cuicatlán, Oaxaca –

Traduction Lucio / correction Patxi

Plus d’infos

____________

Miguel Peralta Betanzos est un membre de l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán de Flores Magón, Oaxaca et militant anarchiste. Le jeudi 30 avril 2015, vers 5 heures et demie de l’après-midi, Miguel Ángel Peralta Betanzos, membre de l’Assemblée Communautaire a été arrêté au centre-ville de Mexico. Cette arrestation a été exécutée sans identification et sans mandat d’arrêt, avec une grande violence. Toutes ces irrégularités concernant l’arrestation de Miguel constituent une attaque de plus contre l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán, dans la continuité de celles qui sont perpétrées depuis 5 ans par l’ex-président municipal qui siégea à la Présidence municipale après s’y être imposé de façon autoritaire, piétinant ainsi le système communautaire basé sur les « us et coutumes indigènes » dont l’Assemblée Générale est l’organe de prise de décisions. Miguel se trouve dans la prison de Cuicatlan, Oaxaca.


Alertan que en Chiapas aumenta la violenia feminicida

tags : chiapas, pl-fr,

AUMENTO DE VIOLENCIA FEMINICIDA EN CHIAPAS RETO A ATENDER DESDE LA ALERTA DE VIOLENCIA DE GÉNERO


Comunicado de Prensa
San Cristóbal de Las Casas, Chiapas; 20 de abril de 2017
Aumento de violencia feminicida en Chiapasfeminicidio
reto a atender desde la Alerta de Violencia de Género
En seguimiento a la Declaratoria de Alerta de Violencia de Género (AVG) contra las Mujeres en el estado de Chiapas, este viernes 21 de abril una Comisión de la Campaña Popular contra la Violencia Hacia las Mujeres y el Feminicidio acudirá a la sesión ordinaria del Grupo Interinstitucional y Multidisciplinario (GIM) en la ciudad de Tuxtla Gutiérrez.
De manera particular nos preocupa que a más de 5 meses de haberse dado la declaratoria federal de AVG, la violencia contra las mujeres y el feminicidio en distintos municipios de Chiapas es una realidad que lacera a víctimas, sobrevivientes, familias, comunidades y sociedad en general dado el incremento de la violencia en los meses que van del presente año.
Un aspecto que también denunciamos es la dilación y omisión de las autoridades, fiscales, peritos y jueces en la correcta impartición de justicia, ya que hemos sido enteradas de casos en donde la negación al acceso a la justicia, la impunidad y complicidad de victimarios con las autoridades de distintos niveles impide otorgar medidas de protección urgentes, conocer la verdad sin prejuicios de género y en apego a derecho, reparar el daño y adoptar medidas de no repetición.
Finalmente como Campaña Popular no dejaremos de insistir en que la profundización de la violencia estructural, como el aumento de la pobreza, la marginación, discriminación de clase, género y etnia, sigue generando condiciones de vulnerabilidad y desamparo que aleja cada vez más la posibilidad de las mujeres para gozar condiciones de una vida libre de violencia.
¡No más violencia contra las mujeres!
Atentamente:
Campaña Popular contra la Violencia hacia las Mujeres y el Feminicidio en Chiapas. Mujeres y hombres de la regiones, norte, altos, sierra frontera, Centro de Derechos de la Mujer de Chiapas (CDMCH), Brigada Feminista por la Autonomía, Casa Cereza, Casa de la Mujer de Palenque, Casa Gandhi, Centro de Atención a la Violencia Intrafamiliar (CAVIF), Centro de Derechos Humanos Fray Bartolomé de Las Casas (Frayba), Centro de Derechos Humanos Fray Matías de Córdoba, Centro de Investigación y Acción para la Mujer Latinoamericana (CIAM), COLEM Grupo de Mujeres de San Cristóbal, El Paliacate Espacio Cultural, Formación y Capacitación (FOCA), Colectivo Educación para  la Paz y los Derechos Humanos A.C. (CEPAZDH) Grupo de Mujeres de San Cristóbal de las Casas COLEM, Melel Xojobal, Promedios De Comunicación Comunitaria, Red de Mujeres Chiapanecas contra la violencia hacia las mujeres, Red Mesoamericana Mujer Salud y Migración, Save the Children, Semilla del Sur, Skolta’el Yu’un Jlumaltic, A. C. (SYJAC), Alianza Global Pediátrica, Estudiantes, fotógrafos, artistas, músic@s, medios libres y personas en lo individual.