l@s zapatistas no están sol@s.

Infos

Esta es la nueva pagina de europa Zapatista : Contiene noticias y artículos publicados en los sitios web y blogs de los diferentes colectivos europeos solidarios con l@s zapatist@s y con los de abajo y a la izquierda. Permitiendo así colectivizar e intercambiar la información desde nuestros rincones.

Estado de la pagina

Número de artículos:
10  15  20 

 

Chiapas: le prisonnier politique Diego Lopez Mendez en attente d'une probable liberté!

"Nous espérons aujourd'hui que Diego sera acquitté des fausses accusations dont il est accusé."

Publié le 16 Février 2019

Aujourd'hui, la sentence sera rendue à Diego Lopez Mendez, un survivant de la torture et prisonnier injuste du Chiapas, membre des solidaires de la Voix de l'Amate , adhérent adhérents à la Sexta. Un sit-in a lieu aujourd'hui sur la place de la cathédrale en prévision d'autres nouvelles :

Nous présentons ici deux lettres :
Une du groupe de travail
Un autre extraite de L'histoire de Diego López Méndez, tseltal, survivant de la torture et privation arbitraire de la liberté comme exemple de discrimination

Le 12 février 2019, Diego López Méndez comparaîtra à une audience qui permettra au juge pénal du district judiciaire de San Cristóbal de Las Casas, Chiapas, César Rodríguez Robles, de rendre sa sentence. Diego, victime de torture, appartient au peuple Tseltal et est en prison depuis six ans et huit mois. Son histoire est représentative d'une entité où la torture et autres traitements cruels, inhumains et/ou dégradants constituent une violation systématique des droits de l'homme qui viole les droits des peuples autochtones.

Diego a été arrêté arbitrairement, torturé et a par la suite a été fa
briqué le crime d'homicide. La personne qui l'a accusé a également dénoncé la torture pour impliquer d'autres personnes. Actuellement en attente de sa condamnation, il fait face à une procédure entachée d'irrégularités juridiques, notamment la violation du droit à la présomption d'innocence, l'absence d'interprète dans sa langue et d'autres violations des droits de la défense.
Diego López Méndez, 26 ans, est né à Barrio Chixtetic, municipalité de San Juan Cancuc, à Los Altos de Chiapas, Mexique. D'origine paysanne, il a émigré dès son plus jeune âge à la recherche de nourriture parce que la terre rare n'était plus suffisante. Privée arbitrairement de sa liberté, sa famille a été laissée sans défense, dans la vulnérabilité de ses droits fondamentaux à l'alimentation, à la santé, à la sécurité, entre autres, et sans possibilité de le voir au quotidien. De plus, faisant partie d'une communauté indigène, elle est violée par des droits collectifs inhérents à son appartenance culturelle.
L'histoire de Diego illustre la discrimination et l'exclusion du système judiciaire au Chiapas, qui manque d'une perspective culturelle qui ne tient pas compte du contexte et des particularités d'une population systématiquement vulnérable. A cela s'ajoute l'absence de défense tout aussi systémique de ceux qui n'ont pas les ressources économiques nécessaires pour défendre ce à quoi ils ont droit et le fait que les organes de l'État qui en sont responsables sont inopérants.
En 2018, ce Centre des droits de l'homme a reçu 13 plaintes pour torture contre des membres de peuples indigènes : 6 tseltales, 6 tsotsiles et 1 chol, qui sont en prison.
Dans le Rapport sur la situation des peuples indigènes au Mexique, la Rapporteuse spéciale de l'ONU, Victoria Tauli-Corpuz, a réaffirmé que : " Pour les peuples indigènes, plusieurs facteurs limitent l'accès au système judiciaire national pour défendre leurs droits. Il existe des barrières économiques, culturelles, linguistiques, géographiques, racistes et discriminatoires. Et elle recommande : " Les mesures de sécurité et de protection, ainsi que de justice et de réparation pour les violations des droits de l'homme, devraient tenir compte des facteurs sexo-spécifiques et de la situation des enfants, des jeunes et autres secteurs vulnérables indigènes.
Diego López Méndez fait partie de l'organisation Solidaires de la Voix de l'Amate , un groupe de personnes qui sont membres des peuples indigènes, injustement emprisonnées et qui luttent pour leur liberté et dénoncent les conditions inhumaines de la prison.
Le Frayba réitère au juge pénal de San Cristóbal de Las Casas, César Rodríguez Robles, responsable de la condamnation de Diego López Méndez, d'appliquer le principe du pro-personne, qui tient compte des preuves de détention illégale, ainsi que des indications et séquelles de torture pour imposer sa liberté et de considérer son appartenance culturelle comme peuple originaire. Ce serait un précédent de justice pour une population historiquement lacérée par l'emprisonnement injuste.
Organisation mondiale contre la torture
Coalition des catholiques pour l'abolition de la torture
Centre des Droits Humains Fray Bartolomé de Las Casas, A.C
*******
Le 11 février 2019
2/2/2019
Compañeras et compañeros :
Près de trois mois se sont écoulés depuis le début de la campagne pour la liberté du compañero Diego López Méndez, un indigène tzeltal emprisonné par l'État au CERSS no 5 à San Cristóbal de las Casas. Notre compañero Diego appartient à l'organisation "Solidarios de la Voz del Amate", adhérant à la Sixième Déclaration de la Selva Lacandona. Après ces mois de campagne, demain, mardi 12 février, Diego sera entendu par le juge qui le condamnera. Nous exigeons que cette date ne soit plus reportée, puisque notre compañero est en prison depuis plus de 6 ans. Nous sollicitons tout votre soutien et votre solidarité pour faire passer le mot et être au courant de ce qui se passera demain.
Diego, comme tant d'autres camarades, a été détenu arbitrairement, torturé par la justice et enfermé par la suite sans autre preuve d'inculpation obtenue par la violence. Après plusieurs années d'emprisonnement, nous avons rencontré Diego dans les entrailles de l'Amate, où il s'est organisé avec d'autres prisonniers. Au début, la compagnie était plutôt calme, mais alors qu'il marchait dans cette tranchée, il a élevé la voix pour défendre ses droits et exiger la liberté.
Depuis lors, Diego et sa famille ont subi les effets physiques et psychologiques dévastateurs du système carcéral. Les dommages causés ne peuvent jamais être réparés.
C'est pourquoi nous exigeons que ce mardi, le juge acquitte Diego des fausses accusations dont il est accusé, et nous exigeons sa liberté.
Nous ne cesserons pas d'élever la voix pour tous les compañeros du Chiapas, du Mexique et du reste du monde qui résistent au système carcéral, l'un des multiples moyens utilisés par l'État pour réprimer et réduire au silence tous ceux qui élèvent la voix contre l'injustice, les pauvres, les indigènes, les rebelles, ceux d'en bas.
DIEGO LOPEZ MENDEZ LIBRE !
JUSQU'À CE QUE NOUS SOYONS TOUS LIBRES !
Traduction carolita d'un article paru sur le site Espoir Chiapas le 12 février 2019