l@s zapatistas no están sol@s.

Infos

Esta es la nueva pagina de europa Zapatista : Contiene noticias y artículos publicados en los sitios web y blogs de los diferentes colectivos europeos solidarios con l@s zapatist@s y con los de abajo y a la izquierda. Permitiendo así colectivizar e intercambiar la información desde nuestros rincones.

Estado de la pagina

Número de artículos:
10  15  20 

 

L'armée mexicaine responsable de crimes contre l'humanité

tags : pl-fr,

Trad@Carolita

20 févr. 2018 dans les Bulletins du Frayba Communication
23 ans après l'exécution de Gilberto Jiménez Hernández et 20 ans après l'exécution de José Tila López García

L'État mexicain garantit l'impunité pour les violations des droits de l'homme commises par les militaires et les paramilitaires dans les territoires des peuples originaires sous occupation militaire, dans le cadre d'une politique de contre-insurrection visant à éliminer la résistance zapatiste et d'autres projets d'organisations autonomes. Dans le cadre de la stratégie conçue et mise en œuvre depuis le plan de campagne Chiapas 94, l'armée mexicaine a provoqué des crimes contre l'humanité qui restent impunis.
Le 18 février 1995, l'incursion militaire a commencé dans l'ejido La Grandeza, municipalité d'Altamirano, Chiapas, le lendemain, les familles ont été forcées de se déplacer dans les montagnes par peur, la plupart d'entre elles étaient des femmes, des filles, des garçons et des personnes âgées. Le 20 février, la patrouille de reconnaissance du 17e Bataillon d'infanterie composée de 54 soldats est arrivée au refuge de la population déplacée où se trouvaient Gilberto Jiménez Hernández, sa femme et ses dix enfants. Alors qu'il cherchait refuge, un militaire lui ordonna d'arrêter, il s'allongea sur le sol mais le soldat Abner García Torres "sans avertissement ni raison, le tua, que Gilberto ait ou non porté sa fille sur le dos, à une distance d'environ huit mètres".

Le 30 novembre 2016, la Commission Interaméricaine des Droits de l'Homme (CIDH) a déterminé la responsabilité de l'armée mexicaine pour l'exécution extrajudiciaire du paysan, indigène Tseltal, Gilberto Jiménez Hernández (appelée l'affaire La Grandeza) et a recommandé que l'Etat mexicain enquête et répare de manière adéquate les violations des droits de l'homme "considérant le préjudice causé aux membres de la famille, ainsi que les effets communautaires, dans le cadre du Plan de campagne Chiapas 94".”
Le rapport de la CIDH marque la reconnaissance d'une politique génocidaire contre les peuples indigènes du Chiapas et constitue un pas en avant pour garantir aux victimes le droit à la vérité, dans la demande de non-répétition. Il donne de la dignité à la demande persistante de justice des proches de Gilberto Jiménez Hernández, témoins directs de l'exécution extrajudiciaire.
Cependant, l'affaire La Grandeza est en toute impunité; les actions de l'armée mexicaine ont été délibérément dissimulées. Les institutions de justice civile n'ont pas mené d'enquête adéquate, impartiale et efficace sur les faits. Elles ont engagé la procédure judiciaire dans la même instance militaire qui a commis la violation des droits de l'homme et les responsables n'ont pas été punis.
Il convient de noter que la violence directe a répondu à une logique de guerre contre la population civile. Dans le nord du Chiapas, le gouvernement mexicain a formé des groupes paramilitaires responsables de violations des droits humains, qui ont agi avec l'omission et la permissivité de l'armée, dans le cadre du plan de campagne Chiapas 94, un document signé par le ministère de la Défense nationale.
Un autre crime contre l'humanité est l'exécution extrajudiciaire de José Tila López García, un indigène chol, le 21 février 1998, dans la partie inférieure de la région de Tila, par des membres du groupe paramilitaire Organisation Développement Paix et Justice.
José Tila a été exécuté à son retour après avoir dénoncé la violence généralisée dans la région devant la Commission Civile Internationale pour l'Observation des Droits Humains (ICCODH). Son cas est connu du Rapporteur Spécial pour les Exécutions Extrajudiciaires, Arbitraires et Sommaires des Nations Unies.
Dans ce contexte, la loi sur la sécurité intérieure est un instrument supplémentaire pour le cycle de la violence et de la corruption engendrée par les stratégies anti-insurrectionnelles créées par l'État et exécutées par l'armée mexicaine. La loi autorise l'utilisation "légitime" de l'armée mexicaine pour agir dans le domaine de la sécurité à partir d'une logique de guerre. L'expérience historique au Chiapas montre que la militarisation génère des violations des droits de l'homme et maintient l'impunité pour les crimes contre l'humanité, comme les exécutions extrajudiciaires de Gilberto Jiménez Hernández et José Tila López García.
L'action de l'armée mexicaine, en "soutenant" les missions de sécurité publique, répond à la criminalisation des personnes et des organisations sociales qui luttent pour les droits de l'homme, légitime les injustices commises dans le passé par les militaires et constitue un risque actuel pour les luttes pour l'autonomie et la défense de leurs territoires.
San Cristóbal de Las Casas, Chiapas, Mexique.
20 février 2018
Bulletin No. 06