l@s zapatistas no están sol@s.

Infos

Esta es la nueva pagina de europa Zapatista : Contiene noticias y artículos publicados en los sitios web y blogs de los diferentes colectivos europeos solidarios con l@s zapatist@s y con los de abajo y a la izquierda. Permitiendo así colectivizar e intercambiar la información desde nuestros rincones.

Estado de la pagina

Número de artículos:
10  15  20 

 

Connaître les conseillères du Conseil Indigène de Gouvernement 7/10: Magda

tags : cni, pl-fr,

Mexique - Fleurs dans le désert : Magdalena García Durán

Femmes du Conseil Indigène de Gouvernement  MAGDA
Par Gloria Muñoz Ramírez / Desinformémonos trad@Carolita
C'est ce que je suis vraiment.
Il devait y avoir un soulèvement au Chiapas pour que Magdalena parle à nouveau sa langue et recommence à porter ses vêtements. Elle dit qu'auparavant, à cause de la discrimination encouragée par des personnages comme La India María, elle a été forcée de parler espagnol, de boucler ses cheveux et même de porter des talons hauts, bien que, dit-elle,"ce que j'avais à l'intérieur, personne ne pouvait l'arracher".
Aujourd'hui, la conseillère Mazahua marche debout dans les rues de Mexico,avec sa jupe et sa blouse plissées aux couleurs vives et ses longs cheveux tressés avec de gros rubans. "C'est ce que j'ai récupéré grâce aux zapatistes et c'est ce que je suis vraiment", dit-elle, en offrant sa broderie au point de croix assise au pied du monument à la fondation du Grand Tenochtitlan, juste devant la Cour Suprême de Justice de la Nation, celle-là même qui lui a accordé une mesure de protection pour être libérée, acquittée de toutes les charges, après 18 mois d'emprisonnement injuste. 
Ni l'habituel " avec nos excuses " a été donné à Magdalena quand ils ont ouvert les portes de la prison. "J'ai vécu la répression dans ma chair. C'était un moment douloureux de quitter la famille, de ne plus retrouver vivants ceux qui étaient malades quand je suis entrée, que je n'ai pas vu mes petits-enfants naître. Mais tout n'est pas mauvais, c'est une belle expérience en même temps, parce qu'au lieu de nous faire taire la semence s'est répandue. Elle a été semée d'autant plus que les gens sont devenus conscients", dit Magdalena au cours de l'entrevue qui a lieu entre le Zócalo capitalino et la communauté Mazahua de San Antonio Pueblo Nuevo, municipalité de San José del Rincón, État de México, où elle est née.
Défenseure des droits indigènes basée à Mexico et militante de l'Autre Campagne, une initiative zapatiste qui a fait le tour du Mexique d'en bas en 2006, Magdalena García a répondu à l'appel à la solidarité lancé par les fleuristes réprimés de San Salvador Atenco et Texcoco en mai 2006, quand, comme l'a rapporté Amnesty International, la police fédérale a commis de graves violations des droits humains lors des arrestations massives de militants et d'ejidatarios, y compris des preuves d'abus sexuels contre au moins 26 femmes.
Magda est allée avec un petit groupe de Mazahuas au Chiapas, en réponse à la Sixième Déclaration de la Selva Lacandona lancée par l'EZLN en 2005. "Je marchais avec l'Autre Campagne et j'ai accepté de parler le jour du 1er mai au Zócalo avec le Sous-commandant Marcos. Là, j'ai parlé et dit que les rues nous appartenaient à nous qui avions le plus faim. C'était le 1er mai 2006 et le 4 mai, nous allions faire une visite guidée de la voie publique. Mais le 3, le problème surgit des fleuristes de Texcoco,  à qui on ne permettaient pas de vendre sur le marché, et ceux de San Salvador Atenco étaient allés les soutenir. A la fête de Tlatelolco, j'ai entendu America del Valle. Elle a dit que les fleuristes ont été arrêtés, battus et enlevés chez eux. Elle a également demandé s'ils pouvaient se rendre à Atenco, parce qu'ils avaient tué un enfant."
Le soir, se souvient-elle," un autre petit groupe et moi avons discuté pour savoir si nous voulions aller à la veillée de l'enfant à Atenco pour la solidarité. Je voulais y aller, et nous étions trois. Ils allaient aussi faire une marche, alors nous avons apporté de la fruta picada, des chicharrones et des pommes de terre à vendre, parce que c'est ce que nous faisons. Presque à six heures du matin du 4 avril les policiers sont arrivés, les grenadiers. J'étais en haut dans la camionnette. Ils lâchaient des bombes, on aurait dit un nid de frelons avec les hélicoptères. Nous avons verrouillé la porte de la camionnette pour qu'ils ne nous voient pas, mais je n'ai pas réalisé comment ils ont débloqué l'arrière pour faire tomber un compañero. J'étais devant et un grenadier m'a sorti de ma ceinture et un autre est descendu vers l'autre compañero. Ils ont commencé à les battre et ils m'ont fait tomber, ils voulaient voler ce que j'avais dans le sac. Puis ils m'ont battue, menacée, mise en prison.J'ai passé un an à la prison de Santiaguito à Almoloya, comme si j'étais un dangereux criminel."
Ce jour-là, Magdalena a été jetée face contre terre dans une camionnette, et parmi plusieurs policiers, elle a reçu des coups de pied. "Ils m'ont marché dessus avec leurs bottes, qui étaient comme des clous. D'autres personnes s'y joignirent aussi et leur jetaient comme de la cendre chaude et leur brûlaient le ventre. J'avais l'impression que j'allais mourir. À un moment donné, j'ai cru qu'ils allaient m'étouffer parce que je portais un jorongo (poncho). Dans le camion où ils l'ont embarquée, elle a vu "les tas de gens les uns sur les autres", des corps les uns sur les autres, et a entendu les gens gémir." Je ne voulais pas marcher sur eux, mais ils me tiraient les cheveux pour me ramener. Ils m'en ont mis deux de plus par-dessus et posé le pied dessus. J'étais pleine de sang à cause des coups de triques. Ils ont dit que si quelqu'un bougeait, ils le tuaient. Et j'avais très peur."
Magdalena et plus de 100 détenus ont été emmenés à la prison de Santiaguito. "Je pensais que nous étions peu nombreux, mais à l'intérieur il y avait beaucoup de battus, de blessés. Je suis devenue déprimée. Je ne voulais pas vivre, mais je me suis dit où que tu sois, tu pourrais travailler. Et puis j'ai commencé à broder."
Elle a été accusée de crime organisé, d'enlèvement et d'agression sur les voies de communication. Amnesty International a pris l'affaire en charge et l'a déclarée "prisonnière d'opinion", et plus de 80 pays se sont  mobilisés en faveur de sa liberté .Même la prison a reçu des informations sur les mobilisations réclamant justice. Et ils l'emmenaient dehors pour la sérénade.
Elle a passé un an à Santiaguito et six mois et cinq jours à la prison de Molino de Flores, Texcoco. "Ce qui m'a donné de la force, c'est que je n'étais pas ce qu'ils disaient." Elle savait qu'elle sortirait un jour pour prouver son innocence. Ce n'était pas une kidnappeuse, elle parlait de lutte, de changement. "Ils n'allaient jamais trouver quelque chose qui clochait chez moi", dit Magda, qui se souvient de chaque minute passée en prison comme si c'était hier. "J'ai été acquittée, sans culpabilité, parce que je n'ai rien fait. Mais ceux qui le font vraiment sont libres et marchent partout."
Elle n'a jamais voulu que quelqu'un de sa famille lui rende visite en prison. "Je ne voulais pas qu'ils laissent des traces de pas, des signatures, qu'ils soient gravés. Je les ai protégés, je crois." En partant, elle est allée directement au sit-in de l'Autre Campagne, qui est resté sur l'esplanade de la prison tout le temps. Avec ses compañeros, il se rendus à la Villa de Guadalupe.
Déjà en liberté, ses compañeras Mazahua l'ont appelée pour lui dire qu'ils ne les laissaient plus travailler dans la rue. "Je suis allée me promener et j'ai trouvé tout ça. Cela m'a redonné du courage, quelle était le problème, quelle était la loi. Je me suis réorganisée avec d'autres compañeras et à cinq heures du matin, nous sommes allées à la porte pour parler avec le gouvernement du district fédéral ."
De cette façon, à partir de l'enfermement injuste, elle s'est dirigée vers "la vie injuste de la rue",de sorte que "la lutte et la résistance se sont poursuivies pour parvenir au respect de l'espace où nous étions". Et jusqu'à aujourd'hui nous le sommes parce que nous croyons que l'espace et la Terre Mère n'ont pas de propriétaire, ils nous soutiennent, de là nous vivons et la lutte continue."

Ils ont pulvérisé de l'huile ou de l'essence sur nos pommes et nos mandarines et ont coupé nos tresses.
San Antonio Pueblo Nuevo, municipalité de San José del Rincón, est une petite communauté de moins de 500 habitants. La plupart des maisons sont vides avec une serrure sur la porte. C'est un peuple Mazahua qui, depuis le milieu du siècle dernier, déménageait à Mexico, d'abord pendant les temps morts de l'agriculture et peu à peu de façon permanente. Les "Marías "est le nom péjoratif donné aux femmes de cette communauté qui vivent de la vente de fruits, de bonbons ou d'artisanat dans les rues racistes de la ville de México depuis plus de 70 ans. Elles ne se considèrent pas comme des migrantes, mais comme des personnes vivant ici. Ce n'est pas la même chose. Elles réclament des droits, la parole maintenant.
Le hameau communautaire est diversifié. Il y a les petites maisons, comme celle dans laquelle Magda a grandi, faites de bois, de tôle et au sol en terre battue, où ils dorment sur le sol sur des petates. Ce sont des maisons anciennes et traditionnelles avec une cuisine séparée avec son poêle à bois.Mais maintenant, de plus en plus, elles sont construites en ciment et en brique, avec des fenêtres et des portes en aluminium. Il y en a qui ont l'apparence californienne, un produit de l'imagination des migrants qui traversent la frontière et, bien qu'ils reviennent de moins en moins souvent, envoient leur argent. Presque chaque maison a sa propre chapelle au centre du terrain, petite et élégante, avec une coupole et sa croix.
A première vue, il n' y a personne. Ensuite, nous croisons quelques bovins, quelques chevaux, quelques chiens et très peu de gens. Toutes les familles ici sont incomplètes. "L'une fait sa famille, elle a des enfants. J'ai arrêté de venir ici parce que dans la ville de México, ils ont hérité d'un trottoir qui, même s'il s'agit d'un trottoir, il ne cesse pas d'être le nôtre, un espace que la famille et le peuple a conquis pour gagner sa vie en travaillant". Ses grands-parents, dit-elle," ont commencé à vendre des pommes, des pêches, des mandarines, des noix, des graines de courges et des bonbons ", et tout ce qu'elle a vendu dans l'Alameda Central, à San Juan de Letrán,sur l'avenue Hidalgo, en face du Teatro Blanquita, à Tacuba et Reforma.
Beaucoup croyaient que les indigènes n'existaient plus, ils pensaient que nous étions tous morts, mais au moins ils se rendus compte que les Mazahua, les Marías des pepitas de Mexico, fleurissaient.
Magda se souvient des persécutions, de la discrimination et des mauvais traitements de cette époque. Plusieurs fois nous avons été emprisonnés jusqu'à 15 jours, ils nous ont emmenés à La Vaquita. Ils ont pulvérisé de l'huile ou de l'essence sur nos pommes et nos mandarines pour les rendre inutilisables, ont coupé nos tresses parce qu'ils disaient qu'ils ne les aimaient pas, mais nous avons l'habitude de les porter avec des rubans et des chignons.
Dans les années 1970, dit-elle, le président Luis Echeverría Álvarez, qui était alors président de la République, a conçu un programme de "retour des peuples indigènes dans leurs communautés". Au gouvernement "ils ont dit que nous avions mauvais genre et que nous ne pouvions pas être dans la ville de México, qu'ils feraient mieux de nous ramener. Combien de camions allons-nous en rendre aux grands-parents, mais ils ont répondu:"Je suis dans mon Mexique, je ne suis pas ailleurs". Et on y travaille toujours. J'aime mon travail de vendeuse d'artisanat. La plupart d'entre nous, Mazahua, avons gagné notre vie avec les fruits, le maïs grillé, les beignets et les frites."
A cette époque, poursuit-elle ,"beaucoup croyaient que les indigènes n'existaient plus, ils pensaient que nous étions tous morts, mais quand ils s'en rendirent compte, les Mazahua, les Marías des Pepitas, fleurirent dans la ville de México. Et quand ils l'ont vu, nous avons reçu plus de discrimination, plus de répression, encore plus de racisme. Et le gouvernement a fait ce qu'il a fait, au lieu de résoudre le problème, c'est de nous emmener sur un plus grand navire, celui de La Merced.  Ils nous ont emmenés broder les poignets pour des chemises, des cols, des blouses, des nappes, des porte-gobelets ou des étuis à lunettes et là, on nous a payé, je ne me souviens pas combien, mais j'ai dit non, que pour venir travailler toute la semaine, je ferais mieux de commencer à vendre, même s'ils courent autour de moi, mais je vais gagner beaucoup plus."
Doña Magda, comme on l'appelle dans l'activisme, a cessé de broder pour un maigre salaire et a continué de vendre dans la rue, jusqu'en 1972 où elle a rencontré une femme nommée Celia Torres, qui a commencé à travailler avec eux pour chercher de meilleures conditions de travail. Par exemple, la même année, ils ont réussi, "à ne plus être sur le sol avec les pommes et les graines, mais avec lastructure d'un chariot en bois avec des pneus et des bâches pour mettre les fruits sur le dessus, comme une échelle. C'était très joli et les gens n'avaient plus besoin de se pencher pour ramasser une pomme."
En même temps, les Mazahua ont commencé à vendre, sous la direction de la señora Celia, sur les marchés de Morelos, Granaditas, Martínez de la Torre, La Villa et San Juan de Letrán. Magda vendait dans le Granaditas, près de Tepito. "Avec ma grand-mère, j'avais un gros travail, mais j'aimais mieux être dans l'Alameda, où se trouve le latino. Avec Celia, dit-elle, elle a appris à s'organiser et à se défendre.
Les vagues de Mazahua sont venues vivre dans le premier cadre du centre historique. La première, dans la rue de Belisario Domínguez numéro 10, mais avant, dit Magda,"ils vivaient dans des grottes le long des Lomas de Chapultepec". Ils vivent tous du commerce, parce que "la terre ne donnait plus" pour couvrir tous leurs besoins et ils y sont restés. Au cours des décennies suivantes, les municipalités de Nezahualcóyotl et Chalco, dans l'État de México, ont été peuplées. Quand ils nous laissent travailler et que personne ne nous dérange, nous sommes assez pour survivre. De là, vous pouvez donner une éducation, vous pouvez donner à un médecin privé de ne pas aller dans les hôpitaux, et même à vivre dans un logement décent et de payer pour l'électricité, l'eau, le loyer. Même si c'est pour les haricots, mais ça nous rattrape. Le problème, ajoute-t-elle," c'est qu'ils ne nous laissent pas travailler et que des lois sont nées qui ne nous soutiennent pas. Un jour, dit-elle "je suis allée en vacances, et quand je suis revenue, il y avait de nouveau la loi sur la culture civique, que Marcelo Ebrard a fait pour nettoyer les jardins, les parcs, les trottoirs, sans personne. Mais c'est comme ça qu'on perd l'identité du Mexicain. Je me souviens que dans l'Alameda il y avait des cotonnades, des pommes, des rehiletes, des ballons, on voyait une place très mexicaine où les enfants étaient emmenés avec les chariots et les toupies. Il n' y a rien pour le moment."
S'ils ne veulent pas d'eux dans la rue, dit la conseillère Mazahua,"ils pourraient faire une place artisanale et pour tous les artisans, artisanes,commerçants, tous ceux qui sont vraiment pauvres en argent, mais qui ne sont pas pauvres en culture. C'est mon rêve, que la langue, l'habillement, les usages et coutumes et notre façon d'organiser soient respectés, que nous soyons ceux qui décident comment nous voulons être dans la ville de México. Et qu'il ne devrait plus y avoir de discrimination, de répression et de racisme. Ça."
La petite Magdalena n'aimait pas l'école.
Assise sur le mur de la maison " où elle est devenue belle-fille ", tout près de la touristique Valle de Bravo, Magdalena se souvient d'une " très belle enfance ", dans laquelle il y avait " un espace pour marcher, respirer, jouer, tout ce qui se mange sainement, même s'il s'agit de quelites (plante comestible), pommes de terre, champignons, haricots, tout ce qui pousse dans la milpa ". Son enfance s'est passée à San Antonio Pueblo Nuevo, bien que "j'ai été élevée dans le ventre de ma mère dans la ville de México." Elle s'occupait des moutons, des ânes et des vaches de son père. Son souvenir le plus précis "cette fois-ci, quand il pleuvait et que tout était plus vert, avec des fleurs blanches, roses et jaunes. Toutes les filles en ont fait un bouquet, et le 15 août elles sont allées l'offrir à la milpa, pour qu'elles soient heureuses et belles."
En ce temps, quand il pleuvait et que tout était plus vert, avec des fleurs blanches, roses et jaunes. Toutes les filles en ont fait un bouquet, et le 15 août elles sont allées l'offrir à la milpa, pour qu'elles soient heureuses et belles.
La petite Magdalena n'aimait pas l'école. En fait, elle avait peur parce que "là, ils étaient très proches de la règle si vous ne saviez pas lire ou écrire". Elle vivait avec ses grands-parents, qui ne voulaient pas être battus ou réprimandés, c'est pourquoi ils ne leur ont pas enlevée. À ce moment-là, le délégué de la communauté montait à cheval pour aller chercher les enfants et les emmener à l'école, et Magda se cachait parmi les grandes graminées (zacatones) pour qu'ils ne la voient pas. Je n'ai jamais mis les pieds dans une salle de classe à l'école, mais j'ai appris à lire et à écrire un peu par moi-même. Avec ses parents qui habitaient déjà dans la capitale, Magda est allée s'installer dans la communauté, jusqu'à ce qu'elle atteigne l'âge de 14 ans et qu'elle ne veuille plus revenir, seulement pour les fêtes.
Avec "Don Alfredo", comme elle l'appelle, elle est mariée depuis 41 ans. Elle l'a rencontré lors d'un des voyages dans la communauté. C'est un homme "humble, simple, pauvre, honnête et sincère". Femme de caractère et d'ouverture, elle s'est jointe à lui pour la première fois, enfreignant les règles de la communauté. Je me suis laissée emporter et je suis partie", dit-elle avec un sourire espiègle. Et puis, déjà mariée, elle retourne dans la ville de México où elle a eu le premier de ses six enfants en 1980. Aujourd'hui, elle est la grand-mère de 14 petits-enfants. "J'en suis fière. C'est le fruit et la graine de mes parents, mes beaux-parents. Je remercie Dieu que même si nous sommes pauvres, nous sommes en bonne santé et nous ne sommes pas malades et nous pouvons continuer à travailler pour gagner notre vie et affronter l'avenir."
Ce n'était plus seulement ce qui se passait, et c'est pourquoi nous nous sommes réunis.
Doña Magda a commencé dans l'organisation "avec un petit groupe d'une vingtaine d'hommes et de femmes Mazahua pour que leur droit au travail en tant que commerçants indigènes puisse être respecté, à une époque où la répression contre nous était très dure. Ce n'était plus seulement ce qui se passait, et nous nous sommes unis le 15 avril 1996. Ils ont accepté de frapper à la porte du gouvernement pour obtenir des permis de travail," mais parfois nous étions confus et ne savions pas à qui nous demandions la permission. Ils avaient l'espace, explique-t-elle, ce dont ils avaient besoin, c'était d'être respectés.
Dans les ateliers, ils ont éveillé ma conscience qu'il y avait beaucoup d'injustice, qu'ils nous voyaient comme si nous étions des parasites et qu'ils ne pouvaient pas nous recevoir parce que nous pouvions leur donner quelque chose.
Depuis les bureaux du gouvernement de la ville, ils ont été envoyés à l'Institut National Indigène (INI) et là, ils sont allés frapper à la porte "pour gérer le respect de notre espace", mais on leur a dit "qu'eux aussi étaient du gouvernement et qu'ils ne pouvaient pas faire cela, mais qu'ils pouvaient nous former". Et ils sont entrés dans les ateliers qui, à long terme, ont été fondamentaux pour leur incorporation dans la lutte dans d'autres espaces. "Dans les ateliers, ils ont éveillé ma conscience qu'il y avait beaucoup d'injustice, qu'ils nous voyaient comme si nous étions des parasites et qu'ils ne pouvaient pas nous recevoir parce que nous pouvions les infecter avec quelque chose. Tout le travail qui a été fait nous a fait avancer. Cela m'a fait voir que nous étions très mauvais au travail, dans les domaines de la santé, de l'éducation et de la justice."
A l'INI, elle a rencontré d'autres indigènes vivant dans la ville, principalement Otomis et Triquis. Elle était la représentante des 26 femmes Mazahua réunies dans l'Organisation des Migrants Mazahuas La Joyita. A l'Institut,"un homme en particulier" leur a donné des ateliers sur leurs droits. "Il est devenu clair pour elle que ce que nous voulions, c'était qu'ils nous soutiennent dans la gestion du commerce de rue. Nous allions seulement demander des conseils et du soutien. Peu de temps après, elle a été nommée représentante de l'Alliance des Organisations Indigènes, qui réunissait 14 organisations de langues différentes."A cette époque, le monsieur de l'atelier, qui avait un bon cœur, et moi avons fait une grande réunion dans la ville de México, où plus de 25 organisations ont participé avec les demandes ressenties. Nous avons dit pourquoi on nous traitaient comme des groupes vulnérables alors que ce n'est pas le cas. Nous sommes des gens capables de faire des choses. Là, dit-elle, on voyait les choses plus clairement." 
La rencontre avec les zapatistes
Alors, luttant, elle attrape le premier jour de 1994. Je découvre le mouvement zapatiste à travers les formations que l'INI nous a données. J'avais très peur parce que la télévision et d'autres médias disaient que les zapatistes s’entre tuaient pour des terres. À l'atelier de l'Institut, on nous a dit qu'il y avait une petite dame nommée Commandante Ramona, qui marchait avec les femmes et faisait une loi révolutionnaire, et qu'elles ne laissaient plus l'alcool entrer dans leur communauté, parce que leurs hommes, elles en avaient besoin conscients, non ivres. On nous a aussi dit de comparer notre lutte dans la ville de México et là-bas. Nous pour le logement, eux pour le toit, nous pour l'éducation, eux pour les écoles. Ils nous ont demandé ce que nous pensions d'eux et je leur ai répondu:"Eh bien, c'est notre combat, c'est la même chose."
Puis, se souvient-elle,"nous parlons d'une femme indigène qui meurt en couches parce qu'elle n'a pas pris de bain et qu'on la renvoie jusqu'à ce qu'elle se lave, et quand elle revient, elle est déjà morte. Juste pour être indigène. Un enfant qui est pauvre et qui ne parle pas bien espagnol ne peut pas entrer à l'école, et son seul espace est dans les jardins ou le métro à vendre des chewing-gum. Les portes se ferment. En ce qui concerne le logement, nous vivions dans une chambre de quatre mètre par quatre, six ou cinq familles avec leurs enfants. On ressemblait à des sardines dans une pièce bien divisée."
Des années plus tard, en 1999, les zapatistes sont arrivés dans la ville de México et à Xochimilco il y avait doña Magda pour les attendre avec trois compañeras Mazahua. Puis les 1 111 zapatistes sont arrivés pour la consultation et je sentais qu'il n'était pas difficile pour moi de convoquer les compañeros Mazahuas, Triquis et Otomis. Puis vint la Marche de la Couleur de la Terre et il fallait faire une ceinture de sécurité pour les prendre de l'ENAH, où ils demeurèrent, au Congrès de la San Lazaro, où la Comandante Esther lut un document. Tout ça avec beaucoup d'émotion."
Nous parlons d'une femme indigène qui meurt en couches parce qu'elle n'a pas pris de bain et qu'on renvoie chez elle jusqu'à ce qu'elle se lave, et quand elle revient, elle est déjà morte. Juste pour être indigène
Sa participation au mouvement a incité Xóchitl Gálvez, titulaire de la Commission pour le Développement des Peuples Indigènes, à la chercher et à l'inviter à travailler comme conseillère. "J'ai pensé, mais si nous disons que nous ne voulons rien avec le gouvernement, pourquoi m'inviter ici? Ils m'ont dit que c'était la même chose. Je les croyais, parce que ce sont des compañeros. La señora Xochitl m'a dit que j'étais invitée parce qu'ils avaient besoin de moi. Je lui ai dit que je ne sais ni lire ni écrire, je ne sais rien. Mais ils ont dit que oui. Mon esprit ou mon cœur, le corps, perdu, mais jamais la mémoire. Quand j'ai parlé du maïs, des haricots, de la terre, de l'eau, des hôtels, de l'ALENA, j'ai dit que ce qu'ils ont fait n'allait jamais finir, parce que les seuls qui s'enrichissent, ce sont les hommes d'affaires,mais le paysan n'aura jamais le droit de vendre son propre maïs ou de mettre sa tortilla dans son propre magasin. J'avais l'air bizarre de dire ça et d'autres choses que je n'ai jamais acceptées.""J'ai raté une année", dit Magda, mais" je n'ai jamais abandonné les zapatistes et j'ai continué à assister aux réunions du Congrès National Indigène". Et elle a été pleinement impliquée dans la lutte, participant à la Sexta, à l'Autre Campagne et à chacune des initiatives qui sont venues du sud-est du Mexique.
A l'occasion du 20ème anniversaire du CNI célébré en octobre 2016, l'EZLN a demandé aux délégués réunis à San Cristóbal de las Casas, au Chiapas, s'ils avaient des propositions différentes. "Ils nous ont apporté une proposition à analyser. Une candidate indigène allait se présenter à la présidence de la République non pas pour le pouvoir, mais pour rendre les luttes visibles. Une femme indigène qui connaît leur histoire, qui marche dans leur lutte, a une mémoire. Personnellement, j'ai dit qu'il était grand temps, nous savons que ce ne sera pas possible, mais nous savons aussi qu'ils vont avoir peur pendant un certain temps. Ça m'est venu à l'esprit."
La proposition a été discutée pendant des jours entiers, et ils ont finalement accepté de l'apporter à leurs villages pour consultation. C'était l'un des accords, et l'autre, à la mi-décembre, chaque délégué a présenté ses résolutions. S'ils ne pouvaient pas le poster, ça devait être personnel. La plupart des gens ont dit que la proposition était juste, parce que c'est un appel à nous réorganiser d'en bas et pour en bas, et avec toute la lutte qui existe. Ils ont dit qu'au lieu d'être candidate, elle serait une porte-parole qui ferait entendre la voix des peuples indigènes et de ceux d'en bas, mais que les vrais candidats seraient tous le Conseil Indigène de gouvernement".
Magdalena est conseillère de la ville de México, où elle s'est battue,"et non pas pour la communauté, parce que je n'y vis pas. Elle explique qu'ils ne s'intéressent pas à la présidence, mais à l'organisation. Nous ne voulons pas nous asseoir sur des chaises, nous voulons écouter les gens, reconstruire ce qui est détruit, nous battre pour la vie, pour l'avenir, pour laisser quelque chose aux enfants."
La responsabilité d'une conseillère, explique-t-elle,"est de faire la consultation, d'aller partager la proposition avec les écoles, les femmes au foyer, dans la communauté. Il s'agit de travailler avec la base à partir d'en bas, ses priorités, la manière dont elle sera faite. Il y a aussi les délégués du Congrès National Indigène qui travaillent dans leurs villages et nous les accompagnons pour les conseiller, pour leur dire, par exemple,"c'est ce que nous Mazahua voulons, c'est la situation". Ce n'est pas ce que je vous dis en tant que conseillère, mais ce que dit la base, c'est comment ils veulent que leurs espaces soient respectés ou comment ils veulent leur logement."
J'aime les rancheras et je les chante
À première vue, Magda semble sérieuse, presque en colère ou triste. Mais c'est le contraire. Elle aime chanter, danser, raconter des blagues. "Je suis le genre qui chante quand elle cuisine. Les gens disent que je suis ivre, mais non, j'aime vraiment ça. J'aime les rancheras et je les chante. Ils disent aussi que je suis très râleuse, mais je pense que c'est ma façon de m'exprimer parce que je ne demande pas de faveurs. Quand je suis sortie de prison, ils m'ont dit "c'est que tu es zapatiste", mais je suis désolée de ne pas l'être, parce qu'ils sont disciplinés et que je suis désordonnée."
Une lutte sans aucune femme n'est pas une lutte,  la lutte doit être la femme et l'homme dans une forme d'égalité, parce que ce sont toujours des hommes et nous les femmes- mêmes commençons à croire que nous ne pouvons pas
Magda ne se sait pas forte. La vie lui a dit qu'elle l'était et que, comme elle, beaucoup de femmes résistent aussi presque dès la naissance "parce que tout le temps elles sont reléguées, elles n'ont pas l'occasion de parler et on pense qu'elles ne servent à rien d'autre qu'à la maison. Mais non ". Il est temps, dit la Conseillère,"que les femmes marchent avec les hommes, nos partenaires ou non, parce qu'une lutte sans aucune femme n'est pas une lutte, ce doit être des femmes et des hommes dans une forme d'égalité, parce que ce sont toujours des hommes purs et nous commençons nous-mêmes à croire que nous ne pouvons pas. Mais nous le pouvons." C'est ce qu'a dit une femme qui a libéré des dizaines de prisonniers indigènes des centres de détention de Mexico, qui a vécu dans un enfermement injuste pendant un an et demi, et qui est sortie pour retourner au combat et continuer à manger des champignons, des quelites, des haricots frits, des pommes de terre, des haricots, du riz et de la citrouille. Ce qu'elle préfère.
Reportage-photo
MAGDALENA GARCÍA DURÁN
Conseillère Mazahua, ville de México
Beaucoup croyaient que les indigènes n'existaient plus, ils pensaient que nous étions tous morts, mais au moins ils se sont rendus compte que les Mazahua, les Marías des pepitas de la ville de México, fleurissaient.

Photos: Ricardo Trabulsi et Diego García
1. Magdalena García Durán, Conseillère de Mazahua. Ville de México
2. Assise au pied du monument à la fondation du Grand Tenochtitlan, Magda offre sa broderie au point de croix.
3. Quand ils nous laissent travailler et que personne ne nous dérange, nous sommes assez pour survivre.
4. San Antonio Pueblo Nuevo,  communauté Mazahua  qui depuis le milieu du siècle dernier a déménagé dans la ville de México, d'abord pendant les temps morts de l'agriculture et peu à peu d'une manière permanente.
5. Aujourd'hui, la conseillère Mazahua marche debout dans les rues de la ville de México, avec sa jupe et sa blouse plissés dans des couleurs vives et ses longs cheveux tressés avec de larges rubans.
6. Magdalena est une défenseure des droits des indigènes basés dans la ville de México. Ici ils ne sont pas des migrants, c'est aussi leur Terre Mère.
7. S'ils ne les veulent pas dans la rue, ils pourraient faire une place artisanale et que tous les artisans, artisanes et commerçants y soient respectés.
8. La responsabilité du CIG est de travailler avec la base à partir d'en bas.
9. Il devait y avoir eu un soulèvement au Chiapas pour que Magdalena parle à nouveau sa langue et reporte ses vêtements.
10. Marichuy n'est pas une candidate, mais une porte-parole qui porte la voix des peuples indigènes et de ceux d'en bas.
11. Mon enfance a été à San Antonio Pueblo Nuevo, bien que j'ai été poussé dans le ventre de ma mère dans la ville de México.
12. Les groupes indigènes vivant dans la ville de México sont victimes de discrimination fondée sur la langue et l'habillement.
13. Avec Don Alfredo, comme elle l'appelle, elle est mariée depuis 41 ans , le décrivant comme un homme humble, simple, honnête et sincère.
14. San Antonio Pueblo Nuevo, communauté Mazahua de moins de 500 habitants, où Magdalena avait de l'espace pour marcher, respirer et jouer.
15. Ce n'est pas présidence qui nous intéresse, mais l'organisation.
traduction carolita du reportage de Gloria Muñoz Ramírez pour Desinformémonos
Magdalena García Durán Esto es lo que realmente soy
Tuvo que haber un levantamiento en Chiapas para que Magdalena volviera a hablar su lengua y regresara a portar su vestimenta. Cuenta que antes, por la discriminación alentada por personajes como La