l@s zapatistas no están sol@s.

Infos

Esta es la nueva pagina de europa Zapatista : Contiene noticias y artículos publicados en los sitios web y blogs de los diferentes colectivos europeos solidarios con l@s zapatist@s y con los de abajo y a la izquierda. Permitiendo así colectivizar e intercambiar la información desde nuestros rincones.

Estado de la pagina

Número de artículos:
10  15  20 

 

Connaitre les conseillères du Conseil Indigène de Gouvernement:Myrna Dolores valencia

tags : cni, pl-fr,

Mexique - Fleurs dans le désert : Myrna Dolores Valencia Banda

Publié le 7 Février 2018

Femmes du Conseil Indigène de Gouvernement   MYRNA
Par Gloria Muñoz Ramírez / Desinformémonos
Trad @carolita
Jusqu'à l'âge de 30 ans, je pouvais apprécier le monde si beau dont on me refusait l'accès.
D'immenses plaines plantées de blé et de canola envahissent le territoire Yoreme. Les champs sont travaillés par des centaines de journaliers qui cultivent pour les nouveaux propriétaires les terres qui leur appartenaient jusqu'à récemment. Ils ont vendu ou loué leur source de nourriture et de culture, avec tromperie ou en connaissance de cause, mais toujours dans des conditions inégales. Aujourd'hui, ce sont des peones sur leur propre terre. Sur le chemin il y a aussi des saules, des cyprès et des peupliers qui survivent à l'agro-industrie. C'est au sud-est du Sonora, où le peuple Yoreme a rendu cette terre désertique fertile il y a des décennies.
Dans cette région est née Myrna Dolores Valencia Banda, conseillère de Cohuirimpo, l'un des huit villages yoreme, connu sous le nom de Mayo, dans le sud du Sonora. Elle fait également partie du conseil du gouvernement traditionnel de son peuple, enseignante de lycée et défenseure du territoire. "Je suis Myrna et je suis vivante ", ainsi se présente au début de l'entrevue cette femme de 41 ans, qui en mai 2017 a été nommée représentante de son peuple devant le Conseil Indigène de Gouvernement .
La conversation avec Myrna a lieu sur les rives de ce qui reste du fleuve Mayo, près de la communauté d'El Recodo, centre de la ville ancestrale de Cohuirimpo, où se trouve le cimetière des plus anciens. D'où nous pouvons apprécier l'affluent sacré contaminé et appauvri. "Notre peuple", explique Myrna, est frère du fleuve, et comme lui, il a perdu son identité et s'est dispersé. Il est triste de constater que bon nombre des traditions et des coutumes ne sont plus là, car c'est ce que notre système de production et d'organisation actuel a fait, ce qui a entraîné la pollution de l'eau par les élevages porcins et d'autres entreprises".
Le plus grand problème auquel son peuple est confronté, explique la Conseillère et défenseure du territoire, c'est la dépossession. "Ils diront que la vente est du côté de la raison, de la légalité, que les gens vendent, mais ce n'est pas le cas. Notre vérité nous dit que nous ne pouvons conclure des accords qu'entre égaux. Quiconque est arrivé le premier a le droit et personne qui est arrivé plus tard n'a la vérité et le droit de retirer ou d'exproprier quelque chose dont la vie dépend. La terre signifie cela, notre existence même."
Les conséquences de la réforme de l'article 27 de la Constitution, qui a ouvert il y a plus de 20 ans la porte à la privatisation de l'ejido, sont palpables ici. Les ejidatarios, par nécessité et oppression, ont été contraints de louer ou de vendre, même avec des astuces et des tromperies de propriétaires fonciers modernes, qui ne pensent pas à la vie de nos frères, seulement pour augmenter leur propriété, avoir une production, peindre de vert permanent la terre et apporter des papiers verts à la banque, alors que nous, il ne nous reste plus rien".
En 1973, les ejidatarios ont transformé 520 hectares de terres pour les sécuriser, mais seulement 90 hectares ont été reconnus, et ailleurs. La crise est venue et personne ne pouvait vivre du fruit de la terre, si  bien que peu à peu ils ont accepté de les louer ou de les vendre .Entre 5 et 7 mille pesos ils ont dit qu'ils paieraient par hectare, donc si quelqu'un avait cinq hectares, il recevrait entre 25 et 30 mille pesos par an, soit 2 mille 500 pesos par mois en moyenne. Mais, bien souvent, ils ne sont même pas payés pour cela, le gouvernement étant complice de cette dynamique.
Myrna voyage en vélo ou à pied jusqu'au télécollège où elle enseigne. Ses étudiants sont métis et indigènes, mais aucun de ces derniers ne porte de vêtements traditionnels ou ne parle les langues indigènes. La langue yoreme a été perdue dans le plus grand des peuples indigènes qui vivent dans l'État de Sonora. "La dépossession des terres et des coutumes, dit Myrna, est soutenue par le système. "C'est notre réalité, dit-elle.
L'enfance de Myrna était à l'apogée de l'agriculture, quand "toute la famille a pu travailler la terre et, après la récolte, a apporté l'argent à la banque et il en restait encore un peu. C'était l'époque où "les gens qui n'avaient pas de terre allaient chez les ejidatarios et leur demandaient une partie de la production. Il n' y avait pas d'égoïsme. Je me souviens des piles de graines, les gens sont venus avec leurs sacs et tout le monde a reçu quelque chose à vendre et à consommer. C'était une période d'abondance."
Peu reste de l'histoire du siècle dernier dans ce territoire. Les " temps de bonheur " que Myrna dépeint sont révolus lorsque les entreprises et les gouvernements " ont tout voulu ". Ici, on y semait du blé et du maïs et la milpa était complétée par de la citrouille et des haricots. Maintenant, la monoculture du blé est en train de manger la terre. "Nos grands-parents nous ont dit que la monoculture appauvrit la terre parce que ce n'est qu'une variété de semences", explique la Conseillère. Et l'horizon s'est rempli de champs de blé.
La conversation avec la conseillère Yoreme a eu lieu quelques jours après sa visite au Chiapas, où elle a parcouru les cinq régions zapatistes avec ses compañeros du CIG et leur porte-parole Marichuy. Ce qu'elle a vu et dont ils ont parlé, c'est d'organiser une réunion nocturne dans la communauté de Buaysiacobe, municipalité d'Etchojoa. Un groupe d'hommes et de femmes rassemblés dans la cour d'une maison l'attend. Au milieu de la lumière, parmi les poulets, les chiens endormis et les chants de fond d'une église évangélique, Myrna raconte au public ce qu'elle a vu, entendu et ressenti dans les communautés rebelles du sud-est du Mexique. Mais d'abord, les autres parlent des problèmes auxquels ils sont confrontés en tant que peuple et des menaces qui pèsent sur leurs communautés:
"Nous devons préserver la vérité de nos ancêtres. Nous voulons resurgir et retrouver cette autonomie. " On en connaît quelques-uns qui ont beaucoup de terres et qui sont toujours dans leurs camionnettes et qui achètent les terres aux ejidatarios ou les leur enlèvent. Nous les appelons les Yoris, ce sont les riches qui viennent piller sans se soucier de rien." "Ce qui m'a fait peur, c'est de voir des camionnettes de Monsanto. Celle-là et d'autres entreprises agrochimiques qui embauchent des gens et les testent périodiquement et, après un court laps de temps, les liquident inexplicablement. Nous sommes sur le point de disparaître, parce que les générations futures ne parlent plus la langue. Disent certaines voix. Myrna note.Et puis elle reprend :"Nous voulons resurgir et nous rétablir en tant que peuple". Nous devons tous contribuer à quelque chose pour survivre, pas tant pour défendre autre chose que pour défendre nos vies. Parler d'une armée zapatiste n'est pas parler d'un étranger. Dans tous les peuples il y a de tels corps de défense." "Dans les territoires indigènes il y a des gouvernements, des coutumes, il y a un tout, c'est un monde complet. Nous voulons récupérer notre espace, nous ne venons de nulle part d'étranger. "Notre combat est de continuer à nous organiser et à travailler."
A la fin de la réunion, éclairés par une faible lumière, les gens rassemblent les chaises et les seaux qui ont servi à s'asseoir. La propriétaire de la maison ramasse des balais de jardin et des outils agricoles, des vêtements accrochés aux cordes à linge, des crochets, des pots de fleurs, du bric à brac, de l'attirail et tout ce qu'elle trouve. Les voleurs se baladent tous les jours et prennent tout. Ils les appellent "cholos (métis)" et ils disent aussi que les caciques de la région les envoient.
Quand on grandit, on ne va jamais demander à quelqu'un de nous soutenir
Myrna a grandi dans une famille de femmes. Cinq sœurs et aucun garçon n'avaient leur mère, qui les élevait en construisant leur caractère. "Quand on grandit, on ne va jamais demander à quelqu'un de nous soutenir", leur a-t-elle dit. "Vous devez gagner ce que vous mangez avec votre travail," était le mot d'ordre.
La petite fille Myrna a joué avec des poupées, mais elle ne s'est jamais contentée " d'être tout le temps dans ce genre de maternité ", et même si elle dit qu'elle " aime les enfants ", elle insiste sur le fait qu'ils ne représentent " qu'une étape dans la vie des femmes ". Elle les aime tellement qu'elle a décidé d'étudier comme enseignante et de consacrer sa vie à l'éducation.
Originaire d'un peuple qui sent que son avenir est menacé par la réduction de son territoire et de sa population, Myrna a continué à prendre l'habitude de "le sauver en accouchant". Alors qu'elle était mineure, elle avait deux enfants et, avec eux dans les bras, elle décida de poursuivre ses études, ce pour quoi elle avait le soutien de ses parents et de celui qui était à l'époque son compagnon.
Son enfance fut passée dans un petit village, où "il n' y avait pas d'autres maisons ou de clôtures, mais seulement des clôtures, à un peu plus de 100 mètres autour, un canal, et là, à environ 200 mètres, on pouvait voir un autre bâtiment". La première clôture qu'ils ont construite l'a empêchée de jouer parmi les mezquites,"et cela m'a attristée encore plus après qu'un petit oiseau ait plongé  sur une pointe. Je ne sais pas si le petit oiseau voulait traverser la clôture , mais j'ai beaucoup pleuré parce qu'il me représentait. Comme moi, il ne pouvait pas franchir la clôture. Cela m'a donné le rêve de vivre dans une communauté où il y a la liberté et la vraie communion, où les adultes sont responsables des enfants, peu importe qui les a mis au monde."
Myrna avait 30 ans quand elle a pleinement assumé son identité Yoreme,"et jusqu'alors j'ai pu apprécier le monde si beau qui m'a été refusé".
Le rêve d'enfance devint récurrent et prit forme. Myrna a recréé dans son imaginaire un espace circulaire avec les enfants au centre, puis les adultes et ensuite les personnes âgées:"C'est encore mon rêve et c'est ce à quoi j'aspire. En tant que conseillère, je m'efforce de le réaliser", dit-elle avec emphase.
Après la première barrière, Myrna vit d'autres personnes se lever, d'autres et d'autres. Et elle a consacré sa vie à les démolir. Comme celle qui l'empêchait d'apprendre et de parler le yoreme. Il s'agissait d'une décision brutale de sa grand-mère, parce qu'assumer son identité représentait faire face au racisme et à la discrimination. "Tu ne vas pas parler ainsi, tu dois étudier et de l'école ils vont te courir après s'ils t'entendent parler ainsi" lui dit-elle. C'est pourquoi Myrna, comme tant d'autres indigènes du pays, a grandi sans connaître son identité. "Pourquoi je me sens bizarre parmi les blancs?"se demanda-t-elle. "Pourquoi je ne peux pas être moi dans ces espaces?"  Elle trouverait les réponses plus tard, avec une ferme volonté de sauver ses racines et la connaissance de sa culture, qu'elle confondit même avec des superstitions. Pour les Yoreme, il n'y a pas de majorité d'âge. Les individus sont considérés comme des adultes selon leurs responsabilités. Myrna avait 30 ans quand elle a pleinement assumé son identité Yoreme,"et jusqu'à ce moment-là, j'ai pu apprécier le beau monde qui m' a été refusé." Mirna reproche cette injustice. "Comment est-il possible qu'un système entier ait conspiré pour que je ne parle pas la langue du peuple dont je viens?”.
Combattante infatigable, déjà mariée et avec des enfants, Myrna est allée à l'université et y a pris des cours pour apprendre le yoreme. Mais elle en apprit davantage auprès des anciens, des dames comme sa grand-mère qui l'en avait empêché, des blagues, des légendes et des festivités dans lesquelles la langue d'origine prédomine.
Indigène, femme et enseignante
Très tôt le matin, Myrna traverse les rues de sa communauté, dans ces mois ouverts par la mise en place d'un système de drainage dont les travaux n'ont pas été soumis à une consultation et qui a causé plus de 30 accidents et pertes humaines. En pédalant, Myrna arrive au télécollège 130 de Buaysiacobe. Il y a 24 étudiants qui l'attendent, pour la plupart métis ou métissés, qui parlent peu ou pas le yoreme. Chevaux et brouettes qui parlent d'une autre époque sont croisés sur la route. Et un magnifique lever de soleil dans les montagnes est le décor de la ferme où commence la journée.
Les garçons et les filles portent des uniformes, une jupe carrée et un pantalon bleu marine. Ils disent qu'il fait "frais", presque "froid", mais le thermomètre indique 26 degrés Celsius à six heures du matin dans le désert Yoreme. Sur le trajet à bicyclette de sa maison à l'école, on peut voir le dépeuplement de cette ville en plusieurs phases: en arrière-plan, on peut voir les champs de blé avec les ouvriers qui travaillent les terres qui leur appartenaient autrefois; des vieilles maisons anciennes il reste peu de choses et, au contraire s'élèvent des maisons faites de matériaux étrangers; un monsieur à bicyclette annonce la vente de tortillas, puisque personne d'autre ne récolte du maïs ou pour l'autoconsommation; et les enfants, ainsi que leurs professeurs, ne parlent pas leur langue et ne portent pas leurs costumes. Beaucoup parce qu'ils sont métis, d'autres parce que l'éducation est en espagnol et en uniforme.
Même dans ces circonstances, ou précisément à cause d'elles, Myrna parvient à répandre la résistance. Ne s'arrête pas une seconde. De l'école à la maison, de là à une assemblée, puis elle se joint à la protestation contre les envahisseurs d'une terre à Cohuirimpo. Tout en répondant aux appels téléphoniques de ses enfants et des voisins de la région.
En tant que femme indigène et enseignante, Myrna rejette les réformes structurelles du président Enrique Peña Nieto. La réforme de l'éducation, une question qui la concerne tous les jours,"est conçue pour qu'elle ne soit plus du peuple" Ici, le problème est spécifique:"La dynamique de travail des parents, aussi produit de la dépossession, les conduit à travailler dans les champs à partir de quatre heures du matin, si bien que les enfants sont seuls à partir de ce moment-là et que s'ils le peuvent, s'ils le souhaitent, s'ils ont le petit déjeuner et d'autres conditions, ils vont à l'école. Mais l'autorité éducative, dit-elle, loin d'étudier la situation, ce qu'elle nous dit, c'est qu'ils doivent passer d'une année scolaire à l'autre, ce qui entraîne une augmentation alarmante des abandons scolaires."
Myrna est claire et parle aisément. Elle a le caractère fort et la beauté du nord. "Le système éducatif mexicain ne fait pas de moi une enseignante. e suis enseignante parce que j'ai la responsabilité d'un peuple", dit-elle. C'est une enseignante et elle est en résistance : "Et je défendrai toujours la responsabilité de ces enfants qui n'ont même pas leurs parents autour d'eux, et la réforme de l'éducation ne m'offre rien pour eux. Ce 2018, explique-t-elle, verra l'entrée en vigueur d'un nouveau programme d'études qui ne contiendra aucun soutien, car il n' y a tout simplement pas de budget pour les écoles."Elle ne nous offre pas, au contraire, elle nous prive, et c'est pourquoi nous disons qu'il s'agit d'une réforme du travail qui viole les droits des enseignants."
Outre le déficit éducatif, la santé des communautés Yoreme s'est détériorée de façon alarmante ces dernières années. Différents types de cancer, parmi d'autres maladies, affectent les populations indigènes de la rive du río Mayo. "Il y a des situations très douloureuses dans les communautés, car il ne s'agit pas seulement de faire face à la maladie, mais aussi au problème de la situation économique, à la crise dans tous ses aspects et à la douleur qu'elle provoque."
Le système éducatif mexicain ne fait pas de moi une enseignante. Je suis enseignante parce que j'ai la responsabilité d'un peuple.
L'accaparement des terres est incontrôlé, explique Myrna, et l'utilisation des terres est très différente de ce que nous appelons " le bien vivre". Par conséquent, à cause de ce que le yori (un homme qui ne respecte pas) introduit dans les communautés, le yoreme (qui signifie un homme qui respecte), le craint et aussi le confronte."
Comme dans l'éducation, Myrna associe les problèmes de santé à la dépossession. Elle explique:"Nous avons été volés ou trompés dans l'achat de terres et avec cela, la façon de produire des aliments sains. Les petites fermes familiales ont disparu là où nous savions ce qui nourrissait le poulet, le porc ou le boeuf.  La consommation d'aujourd'hui est d'aliments industriels et transformés, nous ne savons même pas ce que nous mangeons et combien cela va nous coûter comme préjudice"
Les plus anciens yoreme disent qu'auparavant, il n' y avait pas de diabète, le cancer et les embolies n'étaient pas connus et les maladies ont été guéries avec des plantes médicinales. "Aujourd'hui, la santé est menacée," et tout cela à cause de la nourriture qui se détériore en raison du manque de notre terre pour semer. A cela s'ajoutent la contamination de l'eau et la disparition progressive de certaines plantes médicinales. Et le cercle se referme.
Myrna explique également que la santé émotionnelle est affectée. Avec la diminution du territoire, la dynamique des travailleurs et l'introduction de nouvelles technologies (comme les téléphones cellulaires),"la chaleur humaine se perd, la fraternité aussi pour parler et être ensemble et, en somme, l'esprit de communauté diminue". A cela s'ajoutent les dépendances apparues chez les adolescents et les jeunes. "Il est difficile de concevoir qu'il y ait des êtres humains qui tentent ainsi de s'opposer à la vie de notre peuple ", déplore la Conseillère.
Le problème de l'introduction de drogues dans ces villages ne passe pas inaperçu. L'image de jeunes errants dans la rue, assis dans les coins ou marchant sans but dans la rue est banale. Tout cela, dit l'enseignante du secondaire," ne peut pas être traité isolément. C'est pourquoi nous devons nous unir."
Les excavations et le dépouillement
Myrna s'oppose le corps en avant quand il s'agit de défense territoriale. Nous allons par camion jusqu'aux communautés près de Camargo, à Cohuirimpo, où d'énormes excavations apparaissent avec la terre extraite d'un côté, sous forme de pyramides. Le panorama est désolant. C'est l'image de la dépossession consommée. C'est là qu'ils prennent du gravier, du gravillon et des matériaux de construction en pierre. Ce sont des terres de la famille Yoreme, mais sans permission ni consultation, elles sont "attaquées". La superficie est d'environ 500 mètres carrés et la société Siglo XXI est celle qui fonctionne actuellement. "Quand on s'en est rendu compte, toute la végétation était finie. Même des animaux morts ont été vus."
Le yori (le blanc, celui qui ne respecte pas, celui qui vient de l'extérieur) est comme ça et "il lui importe peu que l'extraction de matière brise l'équilibre, parce que si la terre a cette constitution, c'est pour quelque chose . Lorsque le matériau est enlevé, les vides énormes qui subsistent représentent un danger car lorsqu'il pleut, ils se remplissent d'eau. Ici en soi, c'est un endroit bas et quand il pleut, les ruisseaux apportent de l'eau, stagnent et créent des poches d'infection."
Ils ont aussi laissé du remblais sur les rues. "Ils ont recouvert toute la colonie de San Ignacio. Ils ont fait 150 voyages de matériel de remblais et c'est pourquoi les gens sont heureux maintenant, parce qu'ils ont passé 20 ans à demander au gouvernement de réparer les rues et ils ne l'ont pas fait, jusqu'à maintenant. Il y a alors ceux qui disent qu'il est mauvais de prendre le matériau et d'autres qui disent que c'est bon. On suppose que c'est l'autorité qui doit dire s'il y a dépossession ou non, mais l'autorité est impliquée", explique le conseil de gouvernement traditionnel de ce peuple.
Fin mai 2017, les habitants ont remarqué des excavations sur la route qui relie les communautés de Nachuquis et Punta de la Laguna. Il n' y a eu aucune annonce ou information préalable
Sur le chemin des excavations, nous avons croisé une énorme porcherie. "Ils l'ont aussi mise sans consulter. Il y avait là un puits d'eau potable contaminé par la proximité de la ferme. Et donc les maladies."
Fin mai 2017, les habitants avertissent d'autres fouilles sur la route qui relie les communautés de Nachuquis et Punta de la Laguna. Il n' y a eu aucune annonce ni information préalable tant que les membres du gouvernement traditionnel, y compris Myrna, accompagnés d'un groupe de villageois, n'ont pas interrogé les responsables des fouilles. Ils ont donc découvert qu'il s'agissait de l'introduction du drainage. A ce moment-là, les travaux ont été arrêtés, pour se poursuivre seulement trois mois plus tard, en septembre, cette fois-ci à partir de la construction d'une lagune d'oxydation dans un pâturage à usage commun appartenant au territoire de Cohuirimpo, à proximité de la communauté de Rancho Camargo, une congrégation intégrale de ladite ville ancestrale.
Les Yoreme ont arrêté la construction avant. Ils plaçaient le corps devant la machine, campaient sur place et empêchaient les excavatrices de passer. Et jusqu'à présent, les autorités sont parvenues au "dialogue". Des fonctionnaires de la Commission nationale pour le développement des peuples Indigènes (CDI) et d'autres organismes se sont présentés à Rancho Camargo, après avoir traversé la communauté où ils sont arrivés en offrant, en échange de l'autorisation des projets productifs, des bourses aux étudiants et une attention à l'éducation des adultes.
Les systèmes lagunaires d'oxydation sont généralement utilisés dans les zones rurales pour le traitement des eaux usées. Ils finissent par constituer un danger pour la santé, plutôt qu'un remède pour le déversement des déchets, car ils deviennent des foyers de bactéries et génèrent une odeur nauséabonde dans les environs. Myrna est catégorique:"Les gens résistent parce que non seulement le travail n'est pas bénéfique, mais la communauté ne l'a jamais demandé. Rien ne nous assure qu'une inondation ne fera pas déborder la lagune avec tous les débris."
Les fouilles actuelles sont à 50 mètres du lit de la rivière Mayo, dans la communauté de Recodo, où la lagune d'oxydation recevra, disent-ils, le drainage de Nachuquis, mais la population même de cette communauté " bénéficiaire " en a connaissance et craint les risques. C'est ainsi que la CDI agit, c'est ainsi qu'ils apportent le " progrès " aux communautés, c'est ainsi qu'ils nous dépouillent et se moquent de nous  ", prévient Myrna.
La pollution de l'eau n'est qu'un des grands problèmes qui affectent la vie des Yoreme. La conseillère explique que les agro-intrants qui sont déversés dans la rivière Mayo ont fait que "l'eau qui est la vie, signifie maintenant la mort", parce que non seulement la rivière est polluée, mais aussi les eaux souterraines. La lagune est un écosystème très précieux pour nous. Il y a des lieux sacrés qui seront endommagés. Le gouvernement veut transformer nos environnements en d'autres mondes." L'enseignante le sait et travaille chaque jour pour restaurer le tissu communautaire. Ce qu'ils veulent, c'est nous pousser à la soumission, dit elle, et c'est pourquoi nous continuons de résister."
Etre membre du CIG et être gardienne de la vie
Dans l'histoire du peuple Yoreme, dit la Conseillère "il y a des périodes de bouleversements sociaux où les hommes, par leur force physique, qui je crois est l'une des distinctions humaines, anatomiques, ont dû aller se battre. Les batailles ont décimé la communauté des hommes, et les femmes ont naturellement assumé leurs rôles. A Cohuirimpo, on parle d'une femme nommée Nacha Pascola, qui, au milieu d'une chasse organisée par l'homme blanc, a organisé les femmes et est sortie, s'est battue et a chassé l'homme blanc pour l'éloigner de chez eux. Cette histoire, dit-elle, représente l'esprit de femmes mayo.
Myrna ne confronte pas la force des femmes à celle des hommes,"nous avons toujours été à côté, au même niveau". Elle admet qu'il y a du machisme au sein des communautés et le relie au système capitaliste qui "nous "objectivise". Elle donne l'exemple:"J'aime beaucoup les vêtements traditionnels, mais beaucoup de gens disent:" Oh, comme c'est barbare, tu as l'air grosse ".Mais bon, c'est moi et je n'ai pas à nier ce que je suis. Le fait que j'ai une idée de ce que je suis et une confiance en moi ne leur permet pas d'opprimer ma vie. Au lieu de cela, le capitalisme encourage la vanité et la consommation accrue dans la tentative d'imiter les modèles imposés par le même système".
Sans aucun doute, dit-elle, son rôle actuel de conseillère et de représentante de son peuple l'a fait grandir, car "nous agissons librement, comme nous le sentons, et c'est important pour affronter le machisme.  Le fait que nous ayons une femme comme porte-parole, et qu'elle égale à nous les femmes, nous aide à voir notre propre réalité, une égalité qui nous permet d'avoir le contrôle de nos foyers, de nos peuples et de nous-mêmes en tant que femmes."
Nous sommes un Conseil Indigène de Gouvernement, mais pas un gouvernement qui opprime, mais qui accompagne le peuple, qui vit la problématique et qui ne remettra jamais en doute le fait de relever la tête.
Pour Myrna, être conseillère signifie continuer son travail quotidien. Etre membre du CIG, c'est en partie être un gouvernement, être la gardienne de la vie, préserver la vie, organiser le peuple, défendre le peuple en tant que collectif. C'est être une représentante, non une dirigeante. Nous disons que nous sommes un Conseil Indigène de Gouvernement , mais pas un gouvernement qui opprime, mais qui accompagne le peuple, qui vit la problématique et ne doutera jamais sur le fait de relever la tête, de donner sa parole, d'accompagner le peuple à tout moment et de souffrir les douleurs du peuple sans rien attendre en retour."
C'est pourquoi, explique-t-elle, la proposition du Congrès National Indigène "est une table de salut, quelque chose qui se rapproche de l'essence d'être yoreme, qui se répercute dans notre être.Quelque chose qui nous vient soudainement à l'esprit et nous fait reconnaître et dire:"C'est ce que je suis". C'est un modèle de gouvernement très proche du modèle ancestral que nous portons dans notre information génétique, parce que nous ne concevons pas une autorité qui représente le gouvernement blanc, le gouvernement Yori, qui a toujours été distant et qui a été formé à partir de gens autres que nous."
De tomber amoureuse à aimer
Myrna s'est mariée à l'âge de 17 ans et elle est restée dix ans mariée jusqu'à ce qu'elle dise:"Il était temps de marcher seule. Et c'est ce quelle a fait. En tant que femme, elle a vécu pleinement l'amour, en plus d'être mère, un lieu où elle se sent bénie, parce que "ce cycle me conduit sur un chemin que je sais que j'atteindrai". Les hommes, en revanche,"n'ont pas de cycle qui les régule comme nous".
Cela me rend très fière d'avoir cette capacité de tomber amoureuse parce que ce n'est pas seulement quelque chose qui a tendance à se reproduire, mais qui me fait me sentir humaine, femme, vivante.
Quand elle a divorcé, essayant de trouver des réponses, Myrna a écrit un livre:" De tomber amoureuse à aimer. Elle appelait ça sa thérapie de rétablissement. Cela me rend très fière d'avoir cette capacité de tomber amoureuse parce que ce n'est pas seulement quelque chose qui a tendance à se reproduire, mais qui me fait me sentir humaine, femme, vivante."Lorsqu'elle est restée sans partenaire, dit-elle, elle a commencé à trouver "d'autres femmes qui souffraient. Et son rêve était de travailler avec et pour elles. Le rêve s'est réalisé et 40 femmes se sont réunies et ont commencé à travailler. Elles se sont appelés "Femmes de Mouvement". Avec ce collectif, Myrna a participé au concours pour le commissariat de sa communauté. Elle n'a pas gagné, mais l'expérience l'a laissée ouverte à la participation politique. "Je savais que si je n'étais pas là, je serais dans autre chose." Et elle a continué à travailler.
Le soir, Myrna va saluer Alfredo Osuna, du Conseil des Anciens de Cohuirimpo, sage et autorité yoreme, des premiers accompagnateurs du Congrès National Indigène (CNI). Dans la pénombre, don Alfredo la reçoit et lui lit ses écrits les plus récents: La vérité souffre parfois plus de la chaleur de ses défenseurs que des arguments des adversaires. La vérité est puissante et restera. Si ce n'est pas vrai, c'est bien inventé. La vérité est immortelle. L'erreur est fatale. La vérité est plus étrange que la fiction. La vérité est forte, ça ressemble à un ballon de football: on peut le frapper toute la journée, et la nuit il restera rond et résistant."
Myrna Dolores Valencia BandaConcejala yoreme. Comunidad Cohuirimpo, Sonora¿Cómo es posible que todo un sistema se haya confabulado para que yo no hablara el idioma de la gente de la que vengo?Fotos: Luis Jorge Gallegos