l@s zapatistas no están sol@s.

Infos

Esta es la nueva pagina de europa Zapatista : Contiene noticias y artículos publicados en los sitios web y blogs de los diferentes colectivos europeos solidarios con l@s zapatist@s y con los de abajo y a la izquierda. Permitiendo así colectivizar e intercambiar la información desde nuestros rincones.

Estado de la pagina

Número de artículos:
10  15  20 

 

Connaitre les conseillères du Conseil Indigène de Gouvernement: Sara López González

tags : cni, pl-fr,


Mexique - Fleurs dans le désert : Sara López González

Publié le 5 Février 2018

Résultat de recherche d'images pour ""Sara López González" CNI"
Femmes du Conseil Indigène de Gouvernement   SARA
Par Gloria Muñoz Ramírez / Desinformémonos
Les femmes ne veulent pas être plus que cela, mais que nos paroles soient entendues.
Il a fallu du temps à Sara pour oublier les bruits de la prison, les chocs à la porte et les grands coups qui l'ont effrayée pendant les onze mois où elle a été enfermée pour avoir lutté contre les tarifs élevés de l'électricité.La première fois qu'elle entendit la porte de la prison se fermer, elle sentit "courage, colère, impuissance" de s'y savoir injustement. Elle a été libérée grâce à la pression nationale et internationale et a immédiatement rejoint la lutte, non seulement contre les tarifs douaniers injustes, mais aussi pour la défense du territoire maya. Aujourd'hui, elle est également membre du Conseil Indigène de Gouvernement de Campeche.
Sara López González est née dans la commune de Candelaria il y a 52 ans. Assise au milieu des fleurs qui ornent le patio devant sa maison, elle se souvient du moment où, avec son collectif, elle a décidé de participer à l'initiative du Congrès National Indigène et de faire partie d'une proposition qui tente d'"organiser le peuple" En 2006, elle a participé à l'Autre Campagne, une initiative de l'EZLN qui, en dehors des partis politiques et de la structure électorale, a fait le tour du Mexique d'en bas, appelant, comme maintenant, à s'organiser pour faire face au pillage, à l'exploitation, au mépris et à la répression offerts par le capitalisme.

 
Le Conseil Indigène de Gouvernement, explique Sara,"ne demande pas de prendre le siège présidentiel, mais l'autonomie gouvernementale et l'organisation du peuple. Et tout comme nous sommes organisés au sein d'une communauté, nous voulons le faire au niveau de l'État, de la péninsule et au niveau national. Le travail qui lui appartient en tant que conseillère, dit-elle,"est de visiter la région et d'expliquer la proposition." En réalité, insiste-t-elle, "nous ne voulons pas arriver à la présidence ou nous convertir en parti politique. Nous ne voulons pas être comme un parti, nous ne sommes pas ces gens corrompus qui vivent des autres. Et il nous convient d'expliquer les différences."
A Campeche, il y a huit autres conseillers, dont "deux compañeros qui vivent près de la frontière avec le Guatemala, qui ont un travail spécifique de défense de la terre." Les trois ont été questionnés par les Mayas pour savoir quelles solutions ils offrent aux problèmes de la région.  Et la réponse anti-climatique est que le CIG n'offre pas de solutions,"parce que celles-ci sont construites avec les peuples, qu'il n'y a pas de recette pour gouverner". Et l'exemple qui se détache est celui des conseils de bon gouvernement zapatistes, qui n'offrent pas de manuel non plus, mais qui sont une réelle possibilité. "Ni Marichuy, qui est la porte-parole, ni le CIG, disons "nous allons vous donner tant de projets" pour résoudre vos problèmes. Ceci parce que nous tomberions alors dans le même jeu du gouvernement et des partis politiques."
Pendant que Sara explique les difficultés d'organisation, ses petits-enfants reviennent de l'école en jouant avec des radios walkie-talkie. En entrant ils s'arrêtent en une seconde. "Ici, à l'appel, ma grand-mère est en train d'être interviewée, je me change et sort." Sa petite sœur s'approche immédiatement et sautille de surprise. Ils la prennent dans leurs bras, l'embrassent et continuent à jouer et à courir dans la maison qu'ils partagent avec elle.
"C'est pour eux, pour les enfants et les petits-enfants pour lesquels nous luttons", dit Sara. Et elle poursuit avec son opinion sur les partis politiques, qui "nous ont divisés", dit-elle. Leur propagande "entre dans les peuples et les communautés et nous allons à contre-courant, nous n'avons pas les moyens de changer l'idéologie des gens. C'est très dur, il faut beaucoup de travail pour que les gens voient les choses différemment." La conseillère maya insiste sur le fait que la proposition du CIG ne se termine pas avec le processus électoral,"parce que c'est un très long processus et une longue lutte de résistance, que nous continuerons après 2018, que nous gagnions ou non, que nous votions ou non. L'objectif est d'organiser ce pays, les peuples indigènes et non indigènes, ceux de la campagne et de la ville. Au moins, on l'a commencé, et on va le finir quand nous irons dans la prochaine vie."
L'initiative du CIG a une femme comme porte-parole et, en général, ce sont les femmes qui participent au voyage que María de Jesús Patricio, mieux connue sous le nom de Marichuy, parcourt dans le Mexique d'en bas. Sara explique qu'avec une femme comme porte-parole indigène," nous voulons dire au monde que nous sommes ici et que ce que nous voulons, c'est la vie pour tous et pour toutes."C'est une femme indigène qui porte la parole de tous les peuples et de toutes les femmes, pour dire à ce système capitaliste que nous existons et que nous disons " ça suffit".
Nous les femmes, nous sommes géniales
Sara pense qu'il y a encore peu de femmes qui décident librement d'aller se battre et de s'engager auprès du peuple. Ou elles ne sont peut-être pas nombreuses, dit-elle, mais on ne peut pas les voir. Et ceci, dit-elle,"est aussi dû à la violence qui existe contre elles, de bien des façons. Rien que le simple fait qu'ils vous crient que la nourriture est chaude ou froide, ou qu'ils n'ont pas aimé le café, c'est de la violence."
Dans la culture maya, comme dans la plupart des cultures du monde, il y a le machisme et la violence contre les femmes. Nous sommes tous exploités, les hommes et les femmes du monde entier, mais les femmes sont plus exploitées, et la femme est plus reléguée, on lui dit qu'elle n'est bonne que pour la maison, pour faire des tortillas, laver, repasser, tout le travail domestique. Et nous, les femmes dit Sara,"sommes plus que cela."
Les femmes "nous sommes multi-fonctionnelles parce que nous avons la capacité de faire beaucoup de choses. Mais nous voulons avoir la place qui nous revient dans la lutte et en tout, tant au niveau local que national. Que ne nous relègue pas le système, la maison ou la lutte. Nous voulons être plus, et que notre parole soit entendue. Non que nous allions au front, mais à côté de notre compañero, parce que c'est comme ça que nous allons rebâtir ce pays. Nous voulons montrer aux compañeros que nous ne voulons pas  nous sentir plus qu'eux, mais que nous voulons être reconnues et respectées, dans la lutte et en tout."
Par exemple,"lorsque nous organisons des ateliers à Xpujil, des hommes y participent. Lors de l'assemblée des délégués du Conseil Régional Indigène de Xpujil, il n y a que deux ou trois femmes. Les femmes participent à leurs communautés, mais pas encore en tant que représentantes, parce que c'est compliqué. D'autres compañeros lutteurs sociaux ne me feront pas mentir, parce que vous allez les voir, mais pas la compañera, elle va s'occuper du fils ou de la fille. C'est quelque chose de différent de ce que font les compañeros zapatistes, parce que là l'homme s'occupe déjà des enfants et les fait manger."
La vie quotidienne, tant dans les communautés que dans les colonies, poursuit la Conseillère," est que vous ne pouvez pas sourire si un compañero ou un homme passe par là parce qu'alors vous êtes déjà en train de flirter avec lui, mais si vous êtes un homme vous pouvez. Et aux niveaux national et international, la violence est contre les femmes, elles sont violées et tuées. Je ne dis pas qu'il n' y a pas de meurtres d'hommes, mais celles qui sont à risque sont des jeunes femmes, des dames, des vieilles femmes. En d'autres termes, la violence est vécue à la maison puis à l'extérieur, dans la société et dans la rue."
Quand elle était en prison, Sara lisait de la littérature féminine zapatiste. "Je me souviens beaucoup d'elle parce que ça m a fait rire de reconnaître la situation. Une Zapatiste a dit:"J'ai dit au compagnon que nous les avions invités à bien s'organiser, parce que pour eux nous n'avancions pas. Nous, les femmes, nous y allons toujours, mais si nous n'avançons pas, c'est à cause de nos compagnons masculins." Rien de mieux à dire, dit Sara. Nous, insiste-t-elle," nous sommes plus rapides, plus agiles pour faire les choses ". Nous sommes fortes, précieuses et avons de grandes capacités. On peut faire beaucoup de choses en même temps. Nous sommes mères, sœurs, filles, grands-mères, combattantes, organisatrices".Sara pense qu'il y a encore peu de femmes qui décident librement d'aller se battre et de s'engager auprès du peuple. Ou elles ne sont peut-être pas nombreuses, dit-elle, mais on ne peut pas les voir. Et ceci, dit-elle,"est aussi dû à la violence qui existe contre elles, de bien des façons. Rien que le simple fait qu'ils vous crient que la nourriture est chaude ou froide, ou qu'ils n'ont pas aimé le café, c'est de la violence."
Nous, les femmes, nous voulons avoir la place qui nous revient dans la lutte et dans tout, tant au niveau local que national. Ne pas être reléguées par le système, à la maison ou dans la lutte. 
Les Mayas, la vie et la résistance d'aujourd'hui et non des pièces de musée
La culture Maya est l'une des cultures mésoaméricaines les plus connues au monde et, pour cette raison, l'une des plus exploitées par le tourisme et l'industrie culturelle. Marchandise de charlatans qui étudient leurs mystères "surnaturels" et d'entreprises qui surexploitent les ressources naturelles et leurs vestiges archéologiques, cette culture ancienne est aujourd'hui vie et résistance. Les livres d'histoire séparent le passé glorieux d'un présent qui s'oppose à la fin de l'existence et revendique leurs lieux sacrés comme étant les leurs, bien que les gouvernements et les entreprises ne soient que des scènes de concerts de mode.
 Descendante de la culture qui a inventé le zéro, des astronomes, chasseurs ,hommes et femmes qui ont érigé des merveilles architecturales, Sara doit payer une redevance pour entrer dans le site archéologique d'El Tigre, situé à quelques kilomètres de chez elle. On dit que dans ce lieu imposant, probablement capitale des acalanes, Hernán Cortés assassinait Cuauhtémoc. Sara marche fièrement à travers les bâtiments. Les gens d'ici sont les héritiers des chontales qui ont grandi sur les rives de la rivière Candelaria et elle, bien que d'une mère du Tabasco, est née ici et  elle est reconnue comme Maya.
Enfant, Sara courait dans la brousse, moulait du maïs et fabriquait des tortillas. Plus grande, se souvient-elle, elle jouait aux billes, aux toupies, à la chácara (marelle) et au football, puis elle a rejoint les hommes purs.La nourriture et les poupées ne lui ont pas été données parce que son père, dit-elle,"Je crois qu'il voulait un garçon."
Sa formation politique commence avec les jésuites. La théologie de la libération lui a ouvert d'autres mondes quand elle n'avait que 14 ans et qu'elle a grandi avec des ateliers de foi et de politique."À ce moment-là, j'essayais de capter les idées et ensuite, lors des réunions de jeunes, je diffusais les leçons que j'avais apprises, sans savoir jusqu'où j'irais." Dans l'église, le Père José Martín del Campo la mettait en prière, mais il lui a dit que le vrai travail chrétien était à l'extérieur.
Nous avons commencé à convoquer les personnes de Candelaria qui avaient des problèmes avec leurs factures et nous avons rassemblé 80 personnes. C'est comme ça qu'on a commencé le combat.
Puis Sara s'est rendue à Xpujil où elle s'est pleinement impliquée dans le travail des communautés ecclésiales de base et a organisé un atelier sur la coopération avec un groupe de jeunes femmes. Elles travaillaient également avec le soja, alors non transgénique, et ses formes de transformation, dans l'apiculture et le commerce.
La jeune Sara a commencé à quitter le Campeche pour faire du travail communautaire. Elle a donc cueilli le café dans le Nicaragua Sandiniste. Elle a également travaillé avec des réfugiés guatémaltèques arrivés dans le Campeche et  au Quintana Roo,  auxquels elle a enseigné des ateliers de phytothérapie et d'odontologie.
Le mot ténacité représente le mieux cette conseillère qui n'a étudié qu'à l'école primaire en tant que fille, mais qui était déterminée à terminer ses études secondaires à l'Institut National d'Education pour Adultes. Elle a ensuite suivi des ateliers en odontologie et en médecine générale avec des étudiants de l'UAM Xochimilco et des médecins d'autres pays qui sont arrivés dans le Campeche pour dispenser une formation afin qu'elle et ses compagnons puissent plus tard entrer dans les communautés où les services de santé n'étaient pas disponibles.
Pata de perro comme aucune autre, elle a fait de sa mère une complice pour les sorties que le père empêchait, parce que la tradition a indiqué qu'elle pouvait quitter la maison du père seulement après le mariage .Elle et sa mère ont réussi à empêcher cela. Elle n'était pas une novice, donc avec son premier amour elle a vécu 16 ans de mariage. Elle a eu quatre enfants avec lui, tous âgés de plus de 30 ans aujourd'hui. Puis elle s'est remariée et de ce mariage, son cinquième enfant est né, il y a 20 ans. Et entre l'un et l'autre, elle n'a jamais cessé de se battre. Elle allaitait en même temps qu'elle participait à la défense des droits de l'homme de la communauté et à la défense du territoire.
Le divorce dans une communauté n'est ni facile ni courant. Sara s'y est confrontée et a quitté la maison avec ses quatre enfants. À ce moment-là, il y avait un mandat d'arrêt contre elle, de sorte que son évasion était double, son ex-mari menaçant de la livrer. Elle avait participé pendant deux semaines à un barrage routier en raison du manque d'eau à Xpujil et avait été persécutée. Ses compañeros de combat l'ont cachée dans la montagne et son mari est venu la chercher en la menaçant de la livrer, la forçant à quitter la communauté, où elle a laissé tous ses biens. Avec ses quatre enfants et quelques vêtements, elle est retournée à Candelaria. Et elle a tout recommencé.
À cette époque, les gens étaient très en colère à cause des factures d'électricité élevées. Sara mit une pharmacie dan le centre et obtint le reçu pour un millier de pesos, mais ils commencèrent à tripler les tarifs et elle ne put plus payer. Puis, avec sa famille, elle a installé un purificateur d'eau, mais ils ont pratiquement travaillé pour payer l'électricité. "Nous avons commencé à convoquer les personnes de Candelaria qui avaient des problèmes avec leurs factures et nous avons rassemblé 80 personnes. C'est comme ça qu'on a commencé le combat." C'est elle, son nouveau compagnon et son beau-frère qu'ils appelaient. Les mêmes personnes qui se joindraient plus tard au mouvement zapatiste de l'Autre Campagne.
Neuf mois derrière les barreaux
Ce furent des années de lutte et d'organisation au cours desquelles des milliers de personnes formèrent un mouvement de résistance et refusèrent de payer les charges excessives. En 2009, la Commission Fédérale d'Electricité (CFE) l'a poursuivie pour le crime fabriqué de privation illégale de liberté d'un fonctionnaire.Ils arrivèrent avec des assignations pour elle et son compagnon et deux avocats leur furent fournis par la sénatrice Rosario Ibarra de Piedra, qui a rejoint la défense dirigée par David Peña du Réseau National de Résistance Civile contre les Tarifs Électriques Élevés.
Le Ministère Public de la République (PGR) l'a poursuivie et des tables de dialogue ont été mises en place, dont les accords n'ont pas été respectés. Le mouvement a accepté d'autoriser l'installation de isoloirs pour les élections municipales et d'État en échange de l'abandon des revendications. "Les procès-verbaux ont été signés et nous avons laissé les urnes être installées, mais avant cela, il y a eu une panne d'électricité massive, ce qui a violé l'entente avec le gouvernement, parce que non seulement nous n'avons pas été arrêtés, mais aussi parce qu'ils n'ont pas tenté de s'opposer au service. Nous sommes allés nombreux demander au gestionnaire du CFE de rétablir le service, qui a dit qu'il viendrait avec nous, mais en réalité, il ne faisait que voir qui participait."
Le représentant de la CFE leur a dit qu'il n'avait pas de camionnette pour les accompagner,  il a demandé s'il pouvait aller avec Sara, et elle, avec une certaine naïveté, a dit oui. "Je conduisais avec le représentant de la CFE et c'est pour cette raison que j'ai été accusée de privation illégale de liberté." Le gouvernement avait tout prévu. Ils ont laissé passer les élections et l'ont immédiatement arrêtée, ainsi que quatre autres compañeros. C'était le 9 juillet 2009.
À cinq heures du matin, elle a été réveillée par de grands coups à la porte de sa maison. Sara a écouté les cris de ses enfants et s'est levée "ne sachant pas quoi faire." Elle a pris son portable pour sauvegarder la liste de contacts. Ils sont entrés. "Je n'avais pas peur, mais de la haine, du courage, de l'impuissance." Elle et son compagnon ont été emmenés dans une camionnette avec la tête entre les jambes pendant trois heures et demie.
En prison, Sara a refait surface et, malgré la peur, s'est rebellée contre les mauvais traitements. C'étaient sans doute les neuf mois les plus difficiles de sa vie.
"Nous sommes arrivés au PGR dans le Campeche et j'étais tout endolorie, avec les yeux gonflés et la chaleur. Quand nous sommes descendus, j'ai vu les trois autres compañeros de la lutte détenus, y compris celui qui était chargé de se déplacer s'ils nous arrêtaient. L'autre compañera pleurait et j'ai pleuré. Je me sentais responsable parce que nous les avions invités à la résistance et ils ont accepté. J'ai essayé d'être forte. Après avoir été photographiés dans différentes poses, ils nous ont mis à la prison de San Francisco Kobén". Et là, sur le point de séparer les cinq activistes des sections des hommes et des femmes, les détenus se sont embrassés et se sont dit au revoir. Ils ont été accusés de privation illégale de liberté d'un fonctionnaire et d'entrave à la fonction publique.
En prison, Sara a refait surface et, malgré la peur, s'est rebellée contre les mauvais traitements et s'est confrontée aux gardiens ainsi qu'au directeur de la prison. C'étaient sans doute les neuf mois les plus difficiles de sa vie. Les avocats ont obtenu que pour sauvegarder leur intégrité qu'ils soient maintenus dans un lieu sûr et ensemble. "Il n' y a pas d'endroit sûr ici, mais je vais les envoyer à la clinique, c'est là où ils seront tous les cinq", a dit la directrice.
Plus d'une centaine de couvertures que Sara a tricotées durant ces mois-là et elle a lu tout ce qui lui était apporté. Elle a également commencé à écrire une partie de sa vie, les moments qu'elle a vécus dans la vie quotidienne en prison, la colère et la douleur qu'elle a ressentie quand elle a entendu parler du meurtre de son amie, militante et défenseure Beatriz Cariño Trujillo, la chute de son fils qui lui a fait perdre la mémoire, parmi d'autres angoisses qui ont été atténuées en les écrivant. Les choses n'allaient pas mieux dehors. Leurs enfants ont été suivis par la police et même des hélicoptères ont survolé la maison. C'était une chasse gigantesque, il y avait 36 ordres d'arrêt pour les compañeros et une situation qui ne lui donnait pas beaucoup de temps pour la tristesse. Depuis la prison, elle a rencontré des gens du mouvement et élaboré des stratégies. En prison, le jour de son arrestation, elle a pu voir les listes des noms de ses compañeros avec des mandats d'arrêt, les mémoriser et dès qu'elle en a eu l'occasion de leur dire de s'échapper.
Autour de son incarcération, une campagne nationale et internationale a été organisée pour demander sa libération. Tous les cinq ont entamé une grève de la faim pendant 15 jours et Amnesty International s'est occupé de cette affaire. La pression a augmenté jusqu'à ce qu'ils soient libérés sous caution. Et il leur a fallu plus de temps pour être libérés que pour donner une continuité à un travail d'organisation qu'ils n'ont même pas relâché en prison.
Cela fait onze ans qu'ils ont commencé le mouvement contre le service et les frais imposés par la CFE. Les revendications du mouvement sont que l'énergie électrique doit être considérée comme un droit de l'homme et avoir une redevance bi-mensuelle "qui peut être payée". Refuser de payer a été le premier acte de résistance pacifique. Environ 80 personnes ont commencé à s'organiser, mais en deux ou trois mois, il y avait déjà plus de 3 000 des 30 communautés du Campeche. L'une des manifestations les plus représentatives a eu lieu lorsque la CFE est venue installer de nouveaux compteurs. "Les gens les ont tous emmenés "parce qu'ils ne servaient qu'à voler, puisque la CFE les manipule comme bon leur semble".
La répression est la réponse à leur demande d'un tarif équitable. Quelques jours avant l'entrevue, un de ses compañeros a été arrêté. Sara est allée en prison pour le voir et, avec la famille, a pris des dispositions pour sa libération. La CFE "avance dans son travail pour nous imposer des compteurs digitaux. Nous nous opposons les uns aux autres et le harcèlement et la répression arrivent. Le jeudi, le compañero José Alberto Villafuerte García a été arrêté sans mandat d'arrêt. Ils l'ont emmené au Cerezo Francisco Kobén, nous demandant une caution de 250 mille pesos ". Villafuerte a été accusé de vol d'énergie électrique, malgré les accords signés avec le ministère de l'Intérieur et des représentants de la CFE au niveau national. C'est la situation actuelle du mouvement", résume-t-elle.
Le palmier africain dévastateur, le pillage et l'exploitation
La route de Candelaria est bordée de palmiers africains, une culture qui détruit l'environnement et la diversité culturelle. Les chercheurs Agustín et León Enrique Ávila Romero ont documenté que dans le Campeche il est semé par de nouveaux acteurs avec un plus grand capital et de grandes extensions de terre, avec des pratiques similaires à celles en Afrique, Amérique du Sud et Asie. Le modèle commercial qu'ils promeuvent, basé sur l'agriculture contractuelle, explique les frères Ávila,"encourage les paysans à démanteler la forêt pour planter des palmiers, ce qui commercialise l'économie paysanne et détériore les pratiques culturelles des groupes paysans et indigènes avec l'arrivée d'agents étrangers. Les sociétés transnationales, expliquent-ils, voient dans cette culture "une opportunité de niche" pour fournir de l'huile à l'industrie alimentaire et cosmétique, et deuxièmement pour convertir la pâte obtenue en biodiesel."
Sara Lopez avertit que le gouvernement de Campeche a annoncé la plantation de 120.000 hectares de palmiers africains dans l'état, entre Candelaria, Palizada et Escárcega. Dans de nombreuses communautés, ils la rejettent, mais dans d'autres, ils la voient comme un moyen de subsistance, parce qu'ils ne connaissent pas le problème de la dévastation, de la pollution des sols et de l'air."La monoculture du palmier africain, poursuit la Conseillère, consomme beaucoup d'eau et assèche lentement notre rivière, les ruisseaux, les petites poches d'eau dans certaines communautés. En fait, dit-elle ,"dans la communauté, Pedro Baranda il a été planté il y a de nombreuses années et il a séché les poches d'eau."
Une autre conséquence de la culture est que "là où elle est semée, rien d'autre ne peut être planté parce que la terre est infertile". Et l'autre est la contamination des sols, de l'eau et de l'air par tous les pesticides qu'ils utilisent. Sara explique que c'est un cercle vicieux, car la pollution de l'eau augmente la mortalité des poissons. Un exemple: il y a une usine de traitement d'huile de palme africaine sur la rivière Candelaria, et cette année, avec les inondations, la plantation a commencé à rejeter beaucoup d'huile directement dans la rivière, ce qui a causé la mort de la faune marine.
Partout où le palmier est semé, rien d'autre ne peut être planté parce que la terre est infertile. L'autre problème est la contamination du sol, de l'eau et de l'air par tous les pesticides qu'ils utilisent.
Avec la location ou la vente de leurs terres pour la monoculture du palmier, explique-t-elle, la terre s'appauvrit et le paysan ne peut plus semer de haricots ou de maïs, ni même de piment.Puis vient le gouvernement avec un programme de crédit pour les agriculteurs pour se consacrer à l'élevage bovin,"ils se sont endettés, ont vendu leur portefeuille et ne peuventt plus récupérer", beaucoup ont décidé de migrer aux États-Unis ou se rendre dans les centres touristiques de la péninsule, où ils travaillent comme maçons ou serveurs. San Antonio et la Floride sont deux des villes avec des groupes d'habitants de Campeche (campechanos) offrant leur travail, y compris le fils de Sara qui part pour des périodes de deux ans.
L'état de Campeche souffre également de l'invasion des cultures transgéniques provenant des mennonites. La région connue sous le nom de Los Chenes est la plus touchée, mais très près de Candelaria, sur la route de Chetumal,"on peut déjà voir des mennonites planter du soja transgénique". En route vers Hopelchén, à l'est de la capitale du Campeche, l'invasion du sorgho et du soja commence. De là, les hommes d'affaires distribuent les graines de la transnationale Monsanto, mère de tous les maux.
Un autre exemple des attaques actuelles contre les peuples mayas est le peuple Ch'ol de Xpujil, la communauté dans laquelle Sara a vécu pendant de nombreuses années. Ici, les peuples originaires ont été déplacés par l'imposition du décret de la Réserve de biosphère de Calakmul, qui limite leur accès à leur territoire. La conseillère explique que "lorsqu'ils ont déclaré la réserve, plusieurs communautés ont été expulsées et bon nombre d'entre elles qui se trouvent au cœur de la réserve ne peuvent plus semer. S'ils veulent construire une maison et couper un palmier, ils ne peuvent pas parce qu'ils sont dans la réserve, et ils peuvent les mettre en prison."Il y a quelques jours à peine, une femme avec son bois de chauffage a été arrêtée par les soldats,"parce qu'ils ne peuvent pas couper du bois de chauffage dans la réserve parce que l'armée les en empêche, mais les entrepreneurs font ce qu'ils veulent et y vont et font ce qu'ils veulent.
Et à la liste des griefs s'ajoute l'invasion des projets touristiques sur les plages paradisiaques de Ciudad del Carmen ou Champotón, entre autres, où ils sont en train de prendre les terres sur la base des tromperies promues par le gouvernement. C'est la privatisation des ressources naturelles, explique Sara, et son travail de militante l'amène à informer les gens et à les avertir que s'ils acceptent la concession de la rivière Candelaria,"ils seront bientôt portiers sur leurs propres terres."
La conclusion est claire, dit Sara:"Si nous ne nous organisons pas, ils nous prendront ce qui est à nous.
Ça en valait la peine.
Elle est âgée de 52 ans et, sans blague, elle affirme que "tout a été utile", y compris les revendications de ses enfants pour les avoir laissés seuls pendant longtemps, comme lorsqu'elle est allée au Nicaragua pour cueillir le café. "Ils ont été avec moi avant, pendant et après la prison. Ils m'appuient, ils sont d'accord avec la lutte, et maintenant ils sont grands et doivent travailler. C'est pour ça que je suis la seule folle de la famille."
Avec ses cheveux longs, noirs et bouclés, belle, grande et avec un sourire serein, Sara Lopez refait sa vie avec un nouveau compagnon. Elle aime la vie et la lutte et sa passion est la danse, à tel point que "s'il y avait des danses tous les jours, je danserais tous les jours". Il en va de même pour la cumbia, la salsa ou le rock. Elle n'arrête pas d'écouter Silvio Rodríguez, une musique des années 80, Los Angeles Negros ou trios. Et avant, pendant et après l'entretien, elle vérifie son téléphone qui ne cesse de sonner.  Elle est active sur les réseaux sociaux et par leur intermédiaire maintient le contact avec les autres conseillers.
Dans le CIG rien n'est fait, mais nous devons apprendre et faire. C'est vivre la pratique et la théorie, le faire nous-mêmes sans dépendre de qui que ce soit.
Au sein du Conseil Indigène de Gouvernement, elle a occupé la commission de presse et a donc dû répondre aux besoins urgents de la profession de journaliste. "Dans le CIG, rien n'est fait, mais nous devons apprendre et faire. C'est vivre la pratique et la théorie, le faire nous-mêmes sans dépendre de qui que ce soit."
Son compagnon actuel demande du temps, mais "le mouvement, la lutte, c'est ma vie. C'est comme ça qu'il m'a rencontrée, et c'est très difficile pour lui de me laisser partir. Bien que parfois, admet-elle, elle manque de câlins et de compagnie, surtout les jours comme celui-ci quand un compañero est arrêté et que la tristesse la ronge. En tant que personne et en tant que femme, on a aussi besoin de soutien", dit-elle avec le sourire.
Reportage-photo
SARA LÓPEZ GONZÁLEZ
Conseillère maya. Candelaria, Campeche
Nous, les femmes, nous voulons avoir la place qui nous revient dans la lutte et dans tout, tant au niveau local que national. Ne pas être reléguées par le système, la maison ou la lutte.
Photos: Noé Pineda
1.Sara López González, Conseillère maya. Candelaria, Campeche
2. En raison du désaccord avec les tarifs d'électricité élevés, un mouvement de résistance a été organisé dans la communauté.
3. Il y a encore peu de femmes qui décident librement d'aller se battre et de s'engager auprès du peuple.
4. De prison, Sara a écrit sur la colère et la douleur d'être loin de sa famille.
5. Nous, les femmes, nous voulons avoir l'espace qui nous correspond, dans la lutte et en tout.
6. La monoculture du palmier africain consomme beaucoup d'eau et assèche progressivement la rivière, les ruisseaux et les trous d'eau.
7. Sara s'est impliquée dans la défense des droits humains de la communauté et la défense du territoire.
8. La propagande des partis entre dans les communautés et les villages vont à contre-courant
9. Avec sa famille, Sara a installé un purificateur d'eau, mais ils ont pratiquement travaillé pour payer l'électricité.
10.Dans les communautés mayas, le machisme a de nombreuses expressions, mais les femmes s'organisent et se débrouillent.
11. C'est pour les enfants et les petits-enfants pour lesquels nous nous battons.
12. Les habitants de la communauté sont les héritiers des chontales qui ont grandi sur les rives de la rivière Candelaria.
13. Un des problèmes dans la région est l'invasion de projets touristiques qui affectent la vie communautaire.
14. Autour de son incarcération, une campagne nationale et internationale a été organisée pour demander sa libération.
15. Son travail  de défenseure est d'avertir que si la concession de la rivière Candelaria est autorisée, ils deviendront bientôt des portiers sur leurs propres terres.
traduction carolita du reportage de Gloria Muñoz Ramírez pour Desinformémonos