l@s zapatistas no están sol@s.

Infos

Esta es la nueva pagina de europa Zapatista : Contiene noticias y artículos publicados en los sitios web y blogs de los diferentes colectivos europeos solidarios con l@s zapatist@s y con los de abajo y a la izquierda. Permitiendo así colectivizar e intercambiar la información desde nuestros rincones.

Estado de la pagina

Número de artículos:
10  15  20 

 

Connaitre les conseillères du Conseil Indigène de Gouvernement: Osbelia Quiroz Gonzalez

tags : cni, pl-fr,


Mexique - Fleurs dans le désert : Osbelia Quiroz González

Publié le 4 Février 2018

Femmes du Conseil Indigène de Gouvernement  OSBELIA
Par Gloria Muñoz Ramírez / Desinformémonos
OSBELIA QUIROZ GONZÁLEZ
Rédigé par Carolita

Personne ne va nous dire quoi faire.
Osbelia Quiroz González, 80 ans, est l'aînée du Conseil Indigène de Gouvernement. Sa force fatigue les plus agiles. Elle surprend en montant et descendant des collines, en mettant le corps devant les machines qui emportent leur territoire ou en laissant le passage libre au péage pour répandre leurs exigences. "La Gazelle" était le nom donné à l'enseignante Osbelia quand dans sa jeunesse elle a participé à des compétitions d'athlétisme .C'est compréhensible.
Tepozteca de naissance, il n'y a personne qui ne le sait pas à la tête de la municipalité. Des centaines de ses élèves sont aujourd'hui des adultes, des parents et même des grands-parents. C'est un dimanche de novembre et Osbelia se dirige vers le rassemblement que le mouvement tient devant la présidence municipale contre l'expansion d'une route qui les divise et attaque leur peuple. Arranger l'autel et balayer. Elle prend les affiches qui la frappent et avec elles dans son sac va rejoindre ses compañeros au stand de péage, qu'ils ont pris symboliquement et installé le laissez-passer gratuit, action qui consiste à demander aux travailleurs du Ministère des Communications et des Transports (SCT) de quitter les cabines ou de se tenir à l'écart, alors qu'ils laissent passer les automobilistes sans payer de taxe, en déposant la coopération volontaire dans leurs boîtes. Osbelia déplie son carton et se tient d'un côté. La police la surveille et elle ne veut même pas se retourner.

"Je n'ai pas peur de la répression, dit-elle sûre d'elle. "Si jamais on m'arrête, j'irai où l'on m'emmène. Peu importe si je suis incarcérée, je peux y être et si j'ai l'occasion de continuer à lire, je lirai ce que nos ancêtres ont fait, ce qui nous appartient de droit: notre territoire."  Héritière du sang des guerriers, elle fait face à l'actuel gouverneur Graco Ramirez ainsi qu'aux ouvriers des transnationales qui les dépouillent de leur territoire. Il n' y a pas de repos, dit-elle, et "moins de temps".
Village tragique
Ces dernières années, l'offre touristique a dépassé la capitale municipale de Tepoztlán. Hôtels, restaurants et sports d'aventure sont proposés pour tous les budgets. Les fins de semaine, il est pratiquement impossible de se déplacer dans le centre-ville et d'énormes files de véhicules encombraient les avenues et les rues étroites. Le débouché économique, cependant, n'est pas pour les Tepoztecos. En 1999, le village a été déclaré l'un des 111 villages magiques du pays, un statut qui, selon Osbelia,"nous appauvrit", non seulement à cause de la couleur jaunâtre avec laquelle ils ont homogénéisé les façades,"comme si elles avaient l'hépatite", mais aussi à cause de la surexploitation de leurs ressources. "Dans les villages il n' y a même pas de drainage, de pavage ou d'éclairage, mais les travaux de maquillage sont pour plus de tourisme, tout au profit des hôteliers."
" Rien de magique", insiste Osbelia, ils le transforment en "un village tragique", dans lequel les Tepoztecos "nous ne pouvons même plus marcher sur les trottoirs, tout est très cher et nous allons faire nos courses à Yautepec et Cuautla, qui sont moins chers"De plus, ceux du "patronage" demeurent avec les dotations budgétaires destinées aux Villages Magiques." Le commissaire de Tepoztlán, accuse-t'elle," est un monsieur qui a vendu le mouvement enseignant. Mais aussi, admet-elle," il y a des gens honnêtes".
Contrairement à la croyance populaire, les premiers peuples de l'ancienne Villa de Tepoztlán ne vivent pas du tourisme. Au contraire, ils le fuient. La majesté de ses vallées et de ses montagnes ont attiré hôteliers et restaurateurs,"mais la plupart du temps ils viennent de l'extérieur". Le vrai tepozteco est le portier, le serveur, celui qui accueille les voitures, c'est à dire, celui qui fournit ses services. C'est aussi celui qui "serré sur le marché vend ses produits de la campagne, avec ses étals de chalupas, quesadillas et enchiladas. C'est celui qu'ils veulent expulser, car ils veulent faire disparaître le marché traditionnel du centre, avec son maïs et ses légumes."
Le vrai tepozteco est le portier, le serveur, celui qui accueille les voitures, c'est à dire, celui qui fournit ses services. C'est lui qu'ils veulent expulser.
Aujourd'hui, les cours des maisons ne sont plus ouvertes aux bêtes de somme, mais pour faire place aux immenses rangées de véhicules, puisque plus de 100 places de stationnement ne sont converties dans le premier tableau. Les collines ne sont plus l'attraction principale, mais espace à vendre, avec la spéculation correspondante. Il y a vingt ans, le mètre carré était évalué à 200 pesos, maintenant dans le centre de Tepoztlán il est de trois à quatre mille pesos, ce qui représente une augmentation de mille pour cent.
Sur l'Avenue Revolución vous pouvez trouver les week-ends et jours fériés de l'artisanat, des vêtements hippies, des sandales et la nourriture en charge des Tepoztecos et des étrangers. Les touristes marchent dans la rue "et achètent leurs petites choses et cela profite au commerce local." L'"autre tourisme" se fait par hélicoptère, avion, spa et gastronomie. Ce tourisme est celui qui les dépouille, explique l'enseignante. "Ce n'est pas lui qui prend sa "michelada", sa neige, marche, monte la colline et se repose dans la ville. Ils ne s'opposent pas au tourisme, explique-t-elle, mais oui à celui qui a fait de Tepoztlán la plus grande cantine du monde et celui qui vient pour faire du tourisme d'aventure et détruire les collines."
L'enseignante évoque le fait que "une partie d'une colline où il y avait des peintures rupestres vient d'être démolie".Pour Tepoztlán, elle réitère,"ces ambitieux sont en train de le terminer et non les Tepoztecos, ou quelques-uns qui y adhèrent pour un certain temps, parce que plus tard ils les mettent aussi de côté".
Descendante des Tlahuicas,"race de résistance, race guerrière", Osbelia s'organise avec son peuple pour défendre ce qui leur est dû. Le Tepozteco, dit-elle ,"nous a laissé des mots importants, il nous a dit de défendre le territoire, que nous ne devrions pas croire en ces gens qui sont venus nous tromper avec des lumières qui sont clair de lune et non pas des étoiles."
Et puisqu'il y a encore de la richesse,"comme ils n'ont pas tout pris", les compagnies transnationales "viennent finir le travail atteignant les entrailles du territoire, détruisant notre Terre Mère avec des mines, des gazoducs, des thermoélectriques, avec ces cimenteries que sont les autoroutes".
Ciment pour cultures
Le 20 mai 2017, Tepoztlán a débuté avec trois mille arbres jetés sur la route La Pera-Tepoztlán,"un crime environnemental pour lequel ils n'avaient pas la permission", explique la Conseillère. L'abattage s'inscrit dans le prolongement de l'autoroute La Pera-Cuautla,"un travail totalement illégal qui divise notre peuple, traverse nos lieux sacrés et attaque l'environnement".

"Une partie de cette extension, explique l'enseignante, qui va du km 17 au km 20+700, a été vendue par les ejidatarios "pour la maigre somme de 43 pesos le mètre. Là-bas, dit-elle, le Secrétariat des Communications et des Transports (SCT)"peut faire ses dégâts, parce qu'il a l'accord d'occupation précédent, mais le projet est en train de tout détruire du kilomètre 0 au kilomètre 20+700".
L'entrevue se déroule dans le peu qui reste de la pyramide Yohualichan,"veilleuse nocturne", sur la colline du même nom. Les pierres ancestrales ont été pillées et ornent maintenant les murs de la maison d'un fonctionnaire. "Ce n'est pas juste", conclut Osbelia, qui gravit la colline et participe à une cérémonie traditionnelle de défense du territoire.
Les machines lourdes ont été arrêtées par les Tepoztecos à maintes reprises. Ils ont mis le corps en jeu pendant qu'ils se battaient au tribunal. Ils ont gagné un premier amparo à la société Tradeco, qui a obtenu la concession de la construction, et ils ont réussi à arrêter les travaux pendant trois ans, mais depuis les machines sont revenues, cette fois-ci celles de la société Angular, entre autres, qui tente de récupérer le "temps perdu".
"Les dommages sont énormes, explique Osbelia, parce qu'ils portent atteinte à l'environnement dans son ensemble. C'est "une entreprise de routes et de péages qui ne profitent qu'à eux" et elle ne vient pas seule,"elle transporte des méga-tiendas (superettes) et des maisons comme d'habitude, puisqu'ils ont déjà donné l'ordre qu'ils peuvent détruire les zones protégées à perpétuité", tandis que les habitants de Tepoztlán " reçoivent la pollution et le bruit des remorques ". C'est donc une route pour les riches, pour transporter et apporter des marchandises, un projet du Plan Intégré de Morelos, qui dérive du Plan Puebla-Panama.
Les dommages sont énormes, car ils détruisent l'environnement dans son intégralité. Il s'agit d'une entreprise de transport routier et de péages qui ne profite qu'à eux.
"Le gouvernement est maudit", résume Osbelia. Les mégatiendas ne manqueront pas d'eau, mais "la ville, mesurée en un jour par semaine," en plus de la dévastation de la flore, dont plus de 500 plantes médicinales et la faune locale. Au kilomètre 8, par exemple, il y avait des chevreuils, mais avec l'élargissement, ils sont partis:"Je le sais parce que j'ai un peu de montagne là-bas",dit Osbelia.
Le territoire touché par cette extension est le Parc National El Tepozteco, où il y a des aires protégées à perpétuité, et le Corridor Biologique Ajusco-Chichinautzin, le poumon du Mexique. Ce corridor biologique est composé de huit municipalités: Atlatlahucan, Tlayacapan, Totolapan, Yautepec, Tepoztlan, Huitzilac et Jiutepec.
Tepoztlán est principalement une terre communale dans laquelle se trouvent les villes de Santa Catarina, San Andrés de la Cal, San Juan Tlacotenco, Ocotitlán, Amatlán, Ecatepec, Jilotepec et Santiago Tepetlapa, toutes menacées d'être divisées par l'élargissement. En 1937, la région a été décrétée par Lázaro Cárdenas comme Parc National de Tepozteco, en 1988, elle a été déclarée Corridor Biologique Ajusco Chichinahuatzin et en 2000, cette richesse a été protégée par le Programme de Régulation Écologique Territoriale.
 Pour Osbelia, la lutte contre l'autoroute est la lutte pour la vie, et pour cela elle s'est battue pendant plus de cinq décennies avec son peuple.Défendre le territoire pour les Tepoztecos n'est pas nouveau. Résister est leur verbe. Les habitants évoquent la résistance emblématique des temps de la Révolution, Emiliano Zapata et Rubén Jaramillo dirigeant les peuples. Plus tard, en 1979, les villageois refusèrent la construction d'une prison et quelques temps plus tard, ils livrèrent plusieurs batailles contre des projets touristiques, comme un téléphérique depuis la colline de Chalchi à Tepoztec, puis un  périphérique, circuit routier au pied de la même colline. Plus tard, ils ont mené la résistance emblématique contre la construction d'un club de golf, ce qui les a conduits à l'exercice de l'autonomie gouvernementale.
La lutte contre le golf en 1994 est mémorable. Les gens se sont levés et ont arrêté ce projet, mais le plus important, c'est que le président de la municipalité a dû sortir avec ses collègues. Le cabildo a quitté Tepoztlán parce que la lutte était si forte qu'elle ne leur a pas permis de rester et "ils sont partis en traîtres", se souvient Osbelia.
Nous, les femmes savons comment contrôler la peur.
Dans cette lutte, comme dans toutes les luttes menées par Tepoztlán, la participation des femmes a été vitale. "Les femmes ouvrent la voie et nous occupons la première place, mais nous n'excluons pas la place des hommes", dit l'enseignante qui est convaincue que "ils vont venir à nos côtés, nos jeunes et nos enfants, parce que la lutte appartient déjà à tout le monde ".Les hommes, poursuit-elle," ont déjà été au pouvoir et ont mal fait leur travail, ils ont abusé, il est temps de comprendre, de réfléchir qu'il est temps pour la participation des femmes, d'aimer notre Terre Mère".
Les femmes, dit Osbelia avec son expérience," nous savons ce qu'est la peur, nous savons comment contrôler la peur. C'est pourquoi elle insiste:"Il est temps pour nous de bien participer, parce que dans la lutte politique nous sommes un point clé car nous ne nous laissons pas tromper et nous agissons honnêtement. Nous avons déjà convaincu nos compañeros, nos enfants, nos frères et sœurs, de de la participation des femmes. Il est temps de nous unir, de mettre fin à ce machisme et à ce patriarcat. Laissez-les aider à la cuisine, pendant que les femmes passent devant. Nous devons bien répartir notre temps."
En ces temps, cette femme octogénaire réfléchit,"nous avons besoin de la force de l'intelligence et de leur courage", sans exclure l'homme "mais sans qu'il nous rejette, nous les femmes". Elle est forte depuis toute petite.Tout lui a coûté et elle a tout gagné. La parole lui est propre, bavarde depuis son enfance, elle marchait pieds nus sur le rancho de ses grands-parents à Tecmilco. Les sandales elle les met seulement à l'âge de sept ans, lorsqu'ils l'inscrivent en première année du primaire.
Il est l'heure de nous unir, de mettre fin à ce machisme et à ce patriarcat. Laisse-les aider à la cuisine, pendant que les femmes sortent devant.
L'éloquence la saisit au marché, alors qu'elle allait vendre du lait, du fromage blanc, du fromage et de la crème à Amatlán, Santiago Tepetlapa et Ixcatepec, où elle arrivait en marchant le long d'une ruelle, ou sur un âne ou à cheval, lorsqu'elle accompagnait son grand-père à la messe. Au marché, elle aidait aussi, dès l'âge de sept ans, à vendre ce que son père produisait: jicama, tomates, haricots et haricots verts. Elle a aussi appris à écouter là-bas. "Quand elles goûtaient la jicama (pois patate), les dames me disaient , tzopelli, tzopelli, qui en Nahuatl veut dire que c'était doux." Puis elles me saluaient en Nahuatl et comme je ne le savais pas, je venais à la maison pour demander. Avant de m'habituer sur le tas à la vente et quand je les servais, on me disait :"Tlazohcamati", ce qui veut dire merci."
De Tepoztlán, Osbelia est allée vivre avec ses grands-parents à Ixcatepec. Elle a fréquenté l'école primaire de Escuadrón 201, l'école secondaire de Tepoztlán et l'Ecole Normale de Cuernavaca, capitale de Morelos. Sa thèse portait sur la santé dans le village où elle est née. Sa vie, dit-elle,"est longue et très belle". Elle étudiait quand "la femme n'était pas habituée à étudier." De tous ses frères, elle était la seule, car ils ne le voulaient pas. En 1951, quand elle était en sixième année, ils installèrent la première école secondaire en ville et Osbelia dit "je veux y aller" et ils l'envoyèrent. À ce moment-là, dit-elle, la femme n'étudiait pas non seulement parce que les gens parlaient mal, mais aussi parce qu'il n'y avait pas d'argent pour le passage. Elle a surmonté les deux obstacles.
"Regardez ces femmes "," comment se fait-il qu'elles ne restent pas à la maison "," là elles bavardent et sont scandaleuses "," pourquoi ne restent-elles pas chez elles pour laver leur maison ", sont quelques-unes des phrases auxquelles se réfèrent, et se réfèrent encore, aux femmes des villages. "Ils ne savent pas que nous avons déjà fait le travail, nous sommes pressées et nous nous battons. Ceux qui ne participent pas ne le savent pas parce qu'il y a aussi beaucoup d'apathie", dit doña Osbelia.
Quand elle a terminé ses études secondaires, elle a réfléchi à ce qui l'attendait. "Il était clair pour moi que je voulais continuer mes études et elle hésitait entre l'enseignement et la médecine". Elle n'a pas reculé non plus dans le métier de couturière parce qu'un jour, elle a fait tomber le tejolote et a cassé plusieurs assiettes. Elle pensait qu'elle devait gagner rapidement de l'argent pour en acheter d'autres, bien que sa mère lui ait dit qu'ils n'avaient aucune valeur. "Je veux gagner de l'argent pour les remplacer", pensa-t-elle, et comme la carrière de couturière et la confection était rapide," ce serait plus rapide d'amasser l'argent".Personne ne pouvait la sortir de cette idée-là, alors elle a commencé à étudier la couture et a aimé ça. Plus tard, elle est allée à l'école normale des enseignants.
Elle a étudié à l'école Normale à Palmira, mais avant de terminer elle a eu l'occasion de faire un stage à Palpan. Elle a ensuite suivi des cours intensifs pour terminer son diplôme sans perdre un an. Elle a été reçue au poste de professeur d'Etat, puis au siège fédéral et a ainsi conclu la Normale à seulement 15 ans. A 17 ans, elle a obtenu son diplôme et à partir de ce moment, elle a travaillé dans de nombreux endroits où elle arrivait à pied ou à cheval. Mais elle voulait en savoir plus, alors elle se rendit à Puebla pour étudier à l'Ecole Supérieure Normale et là, entre les cours, elle tomba amoureuse, se maria tout en poursuivant ses études.
Je l'ai déjà fait!
"J'ai épousé à 26 ans un jeune homme que j'ai rencontré à Tepoztlán. J'ai été persécutée par beaucoup de gens en dehors de mon village, mais je voulais revenir ici parce que je suis amoureuse des collines. J'ai eu du mal à trouver un tepozteco à mon goût, mais j'espérais un garçon qui vive dans le centre et qui me propose d'être sa petite amie. Je savais qu'il n'étudiait pas, qu'il venait juste de terminer ses études secondaires et qu'il était allé à México pour étudier les métiers d'art. Alors j'ai dit:"Oui, je t'aime bien, mais si tu me donnes une preuve que tu étudies quelque chose, alors on sort ensemble." Peu de temps après, il m'a montré qu'il était déjà inscrit à l'Ecole Nationale de Peinture de l'Esmeralda. Je n'avais pas d'autre choix et nous avons commencé à nous fiancer, et finalement nous nous sommes mariés. Bien mariés, quand j'avais 28 ans."
Avec son petit ami, elle a ensuite visité les musées et les théâtres de ce qui était alors la région la plus transparente du Mexique. Expositions de Modigliani ou El Greco, et la pièce de théâtre " Silencio, pollos pelones, que les van a echar su maíz”.Trente ans après son mariage, il est mort d'une pneumonie. Ils ont eu six enfants "bien programmés" : trois garçons et trois filles. Elle a inscrit l'aîné comme un grand garçon "pour qu'il puisse faire son nom". Et contrairement aux règles du peuple, personne n'a été baptisé. Après son mariage, elle a continué à travailler pendant 32 ans comme stagiaire.
La première fois, portant son premier fils, elle est venue à l'assemblée contre le téléphérique et "mon mari était très surpris, mais il n'a rien dit".
Son mari est décédé en 1994, alors qu'elle commençait la bataille contre le club de golf, et avait participé à la lutte contre le téléphérique,contre le train panoramique et le périphérique. Et à elle, rebelle, il lui  "apparaissait" en chaque lieu. La première fois, portant son premier fils, elle est arrivée à l'assemblée contre le téléphérique et "il était très surpris, mais il ne m'a rien dit. Quand il a pris sa retraite, il m'a dit d' y aller et je me suis dit:"J'ai réussi. C'est ainsi que je participais à toutes les luttes, parce qu'ici à Tepoztlán les femmes sont très enthousiastes ".
Dans la lutte actuelle contre l'expansion de l'autoroute doña Osbelia est une participante à temps complet."Je me dépêche de faire mon travail et de partir, dit-elle, bien que certains de ses enfants insistent pour dire qu'elle est déjà âgée et  que c'est dangereux".  Elle répond qu'elle n'a que 80 ans et qu'il n'y a pas de problème, parce que "les compañeros de los Frentes m'ont très bien accueillie dans une lutte que les jeunes ont commencée". Maintenant, dit-elle, ceux du mouvement sont aussi sa famille."
C'est le temps des peuples
Le Front de défense de Tepoztlán a décidé de participer avec le CNI à la formation du Conseil Indigène de Gouvernement, qui veut rendre visible et organiser les luttes des peuples. Certains Tepoztecos ont visité les communautés zapatistes du Chiapas et ont assisté à des réunions contre le néolibéralisme dans les terres de l'EZLN. "C'est là que nous nous rendons compte du mode de vie qu'ils ont, une vie saine, ce que tous les peuples aimeraient avoir, avec liberté, égalité, là où les choses sont tout à fait claires. C'est là que l'amour et la sécurité peuvent être ressentis", dit Osbelia, qui, avec la porte-parole du CIG, a fait le tour des cinq caracoles zapatistes. "Eux, les zapatistes, sont nos frères, nous sommes d'accord avec leur pensée et c'est pourquoi nous avons décidé d'entrer dans cette voie, ce qui n'est pas facile du tout."
Le discours de doña Osbelia est clair:"Nous ne pouvons plus supporter ce système corrompu, ce système capitaliste qui nous tue et nous vend notre Terre Mère. Elle est retirée directement aux paysans et à ceux qui ne le sont pas, et ils veulent mettre fin aux peuples indigènes, ils oublient que nous existons, mais c'est nous qui donnons la vie au Mexique, parce que la subsistance vient de la terre et des paysans qui la travaillent. C'est aussi simple que ça."
Pour ceux qui prétendent nous représenter, explique l'enseignante, leur temps s'achèvera,"tous ceux qui n'ont pas su tirer profit de ce qu'ils avaient entre leurs mains, mais qui étaient déséquilibrés, qui ont suivi le chemin de la corruption et qui ne nous ont laissé qu'une vie triste, précaire et désastreuse." Le changement, approfondit-elle,"se fera avec l'union de tous les peuples, non seulement des indigènes, mais aussi de ceux des villes. Ici, il n'y aura pas de ville exclue, nous invitons tout le monde à marcher ensemble parce que c'est la seule façon d'atteindre notre objectif, qui n'est autre que de renverser ces mauvais qui occupent le pouvoir." Osbelia insiste sur le fait qu'"ils manquent de temps. Dites-leur très clairement. Le temps des peuples est venu, afin qu'ils puissent s'épanouir totalement et que la vie soit bonne pour tous."
 Osbelia ne s'arrêtera pas. Elle a enseigné pendant plus de 30 ans, et ça se voit. Avec un esprit extraordinairement agile, la proposition du CIG repose sur une approche didactique "Nous apporterons le changement étape par étape, avec intelligence et préparation", dit-elle de façon convaincante. Et, devant un groupe de comuneros, elle esquisse le plan d'action:"Nous devons atteindre chaque peuple et écouter les luttes, les tristesses, les joies qu'ils ont eues, expliquer que les luttes sont gagnées avec l'unité."
De la résistance, explique-t-elle," nous passons à l'étape de la marche, des pas fermes pour commencer petit à petit arrachant le mal présent chez ceux qui nous représentent"Ce sera un dur labeur, confirme-t-elle," ce ne sera pas facile " et c'est pourquoi " nous devons être raisonnables, intelligents, ils vont nous tendre une embuscade et je ne sais pas ce qu'ils manigancent d'autre, mais nous avancerons avec clarté, certitude, fermeté et courage."
A ceux qui disent nous représenter le temps leur est compté, à tous ceux qui n'ont pas su profiter de ce qu'ils avaient entre les mains, mais qui se sont effondrés et ont pris le chemin de la corruption.
Claire, se référant au prétexte de la participation au processus électoral, avec ou sans signatures pour l'enregistrement de la porte-parole María de Jesús Patricio, elle explique que " ce qui compte est d'avoir la participation, la visibilité et l'organisation", sans ressources ni argent de qui que ce soit mais avec "le soutien des peuples eux-mêmes, qui donneront leur appui pour continuer la lutte en marchant".
De Marichuy, femme indigène et guérisseuse, porte-parole du Conseil, Osbelia souligne qu'elle représente la Terre Mère. "Elle connaît la douleur parce qu'elle est guérisseuse, et elle connaît nos enfants parce qu'elle est mère. Son choix pour nous représenter, dit-elle," était unanime, non pas aléatoire, parce qu'elle a une trajectoire très nette, parce qu'elle est intelligente, parce qu'elle est une femme ".
Osbelia elle-même a également été élue par consensus, car "les fronts de défense du territoire sont ainsi déterminés".Elle a mis quelques jours à y réfléchir, car "ce n'était pas une décision facile à prendre, mais j'ai accepté et pris l'engagement." Son travail, explique-t-elle," n'est pas du prosélytisme, parce que nous n'offrons ni ne promettons rien, mais nous demandons aux gens de ne pas se laisser aller et d'expliquer la lutte." Elle leur dit " que la peur doit être maîtrisée, que nous devons être sensés et qu'en dépit de la répression, nous ne devons pas nous taire. Certainement pas."
Quelques jours avant l'entrevue, un groupe de policiers municipaux a supprimé le sit-in des militants anti-autoroutes devant le palais municipal. Ils ont également été agressés lorsqu'ils ont essayé d'arrêter la machinerie lourde, comme cela fut le le cas une fois lorsque des policiers fédéraux, d'État et municipaux sont arrivés et les ont tous battus. A cette occasion, Osbelia fut la dernière à quitter les lieux." Je n'ai pas peur d'eux, ou je sais comment les contrôler", dit-elle.
Au cours de ces six années de lutte, ce n'est pas toujours la police qui les a attaqués directement, mais des groupes de choc payés par les autorités municipales ou l'entreprise de construction. Les villageois de Tepoztlán expliquent que les membres du groupe d'affrontement viennent de la ville de San Juan Tlacotenco, qui fait partie de Tepoztlán, mais qu'ils ont joué à d'autres moments en faveur du gouvernement parce qu'ils veulent s'approprier la moitié du territoire. Il y a vingt ans, lorsque Tepoztlán a réussi à annuler le projet de terrain de golf, ce même groupe a joué en faveur du gouvernement en échange d'avantages personnels.
"Il y a des gens, dit l'enseignante Osbelia,"qui ont besoin de gagner de l'argent et ils sont embauchés, ils leur donnent leurs 250 pesos et ils viennent nous maltraiter, mais je pense qu'il faut aussi leur parler, nous devons les inviter à réfléchir. Nous devons leur dire que notre lutte est pour la vie et que nous ne le faisons pas pour quelques-uns. Qu'ils comprennent que ce que nous voulons, c'est sauver l'environnement, sauver notre environnement, l'air que nous respirons, le chant des oiseaux que nous entendons, qui nous rétablit, qui nous accueille pour un nouveau jour."
Enveloppée dans son châle noir, dans sa longue jupe et blouse brodée de fleurs multicolores, Osbelia Quiroz se déclare, comme son peuple, en résistance. "Personne ne nous dira ce qu'on doit faire. Nous savons ce qui est bon et nous donnons notre existence avec dignité. Nous sommes en train de nous organiser et pas à pas nous marchons avec les peuples indigènes de ce pays qu'est le Mexique", conclut-elle.
Reportage photo
OSBELIA QUIROZ GONZÁLEZ
Conseillère Nahua. Tepoztlán, Morelos
Il est temps de nous unir, de mettre fin à ce machisme et au patriarcat. Laissez-les aider à la cuisine, pendant que les femmes passent devant.

Photos: Miguel Tovar et Oleg Yasinsky
1. Osbelia Quiroz González, Conseillère Nahua. Tepoztlán, Morelos
2. La machinerie lourde pour agrandir l'autoroute et diviser leur territoire, a été arrêtée par les Tepoztecos à d'innombrables occasions.
3. Les Tepoztecos prennent symboliquement les péages pour installer le "pass libre" et répandre leurs exigences.
4. L'autoroute est pour les riches, pour transporter et apporter des marchandises, pas pour les locaux.
5. Défendre le territoire pour les Tepoztecos n'est pas nouveau. Résister est leur verbe
6. L'abattage d'arbres sans discernement est l'un des effets environnementaux de l'extension de l'autoroute La Pera-Cuautla.
7. Le Tepozteco "nous a laissé des mots importants, il nous a dit de ne pas croire en ces gens qui sont venus nous tromper avec des lumières éclairées par la lune et non par les étoiles".
8. Contrairement à la croyance populaire, les premiers peuples de l'ancienne Villa de Tepoztlán ne vivent pas du tourisme.
9. Osbelia aidait au marché à vendre ce que son père produisait.
10. Ces dernières années, l'offre touristique a dépassé la capitale municipale de Tepoztlán.
11. Le débouché économique causé par le tourisme n'est pas pour les tepoztecos
12. Le temps des peuples est venu, afin qu'ils puissent s'épanouir totalement et que la vie soit bonne pour tous.
13. Les collines ne sont plus l'attraction principale, mais l'espace à vendre, avec la spéculation correspondante.
14. Son travail de conseillère "n'est pas de faire du prosélytisme, parce que nous n'offrons ni ne promettons rien, mais nous demandons aux gens de ne pas se laisser distancer.
15. Un corps de policiers municipaux a réprimé le sit-in tenu par des activistes contre l'autoroute
Osbelia Quiroz González Nadie nos va a decir lo que tenemos que hacer
Osbelia Quiroz González, con sus 80 años, es la mayor del Concejo Indígena de Gobierno. Su fortaleza cansa al más ágil. Sorprende subiendo y bajando cerros, poniendo el cuerpo frente a la maqu...