l@s zapatistas no están sol@s.

Infos

Esta es la nueva pagina de europa Zapatista : Contiene noticias y artículos publicados en los sitios web y blogs de los diferentes colectivos europeos solidarios con l@s zapatist@s y con los de abajo y a la izquierda. Permitiendo así colectivizar e intercambiar la información desde nuestros rincones.

Estado de la pagina

Número de artículos:
10  15  20 

 

Connaitre les conseillères du Conseil Indigène de Gouvernement: Bettina Lucila Cruz

tags : pl-fr,

Mexique - Fleurs dans le désert : Bettina Lucila Cruz Velázquez


Femmes du Conseil Indigène de Gouvernement  BETTINA
Par Gloria Muñoz Ramírez / Desinformémonos
Ils veulent occuper l'eau, la terre, le vent, les montagnes et nous en tant que peones.
Dans cette région où les transnationales s'emparent du vent pour le vendre, Bettina Lucila Cruz Velázquez marche debout dans son huipil de fleurs colorées et sa nagua vaporeuse. Juchitán de Zaragoza, l'une des 570 communes dans lesquelles l'État d'Oaxaca est divisé, est entouré de vastes plaines avec des milliers d'éoliennes. Ici, elle a grandi, s'est formée, s'est mariée et continue de se battre pour le Conseil Indigène de Gouvernement.
Nous sommes en novembre et deux mois se sont écoulés depuis le tremblement de terre qui a secoué l'isthme de Tehuantepec et détruit plus de 80 pour cent des maisons et des bâtiments de la capitale Juchitán. Les rues ressemblent à une zone de guerre. La machinerie lourde ramasse les débris, tandis que les tentes sont sur le sol, car pour aggraver les choses, il ne cesse de pleuvoir. Le 7 septembre, un tremblement de terre d'une magnitude de 8,2 a bouleversé l'histoire de cette région. L'horloge du palais municipal a été arrêtée ainsi que la vie d'un million 500 000 victimes. "Le marché, la maison de la culture, l'église, l'école, le palais municipal et près de 20 000 maisons se sont effondrés, de sorte que pratiquement toute la population de Juchitán a été laissée dans la rue", explique Bettina.
Dans les rues,  les gens installent des chambres et des cantines. Ils ont même mis des ornements dessus. Une avec un vase là-bas, l'autre avec une lampe dans un bureau. Des berceaux, des lits, des étagères et des machines à coudre se déploient au milieu de nulle part, près des décombres de sa maison. 
Là-bas, les familles reviennent à la vie. Et dans le marché nouvellement installé, parmi les iguanes en bouillon, les oeufs de tortues, les rebozos, les huipiles multicolores et les sacs de commission fleurissent.
Cela n'a pas cessé de trembler depuis le 7 septembre, mais cette ville n'a pas abandonné. Et ses femmes encore moins.
Leur modernisation est venue polluer le sol, tuer les oiseaux et détruire la flore et la faune de la région.
Bettina est l'une des fondatrices de l'Assemblée des Peuples Indigènes de l'Isthme de Tehuantepec en Défense de la Terre et du Territoire (APIITDTT), qui a été formée il y a dix ans pour affronter le projet éolien mené par les entreprises espagnoles Unión Fenosa Gaz Naturel, Endesa et Iberdrola. Il y a déjà 25 parcs construits dans l'isthme de Tehuantepec," tous sans aucun bénéfice pour la population ", dit Bettina. Ils n'ont demandé à personne ici s'ils voulaient que la force du vent soit utilisée pour produire de l'électricité," ici ils l'ont découverte et sont venus s'imposer ", accuse t-elle.
A partir du réchauffement climatique et des changements climatiques, des réalités émergentes dans le monde, les politiciens et les hommes d'affaires ont créé un discours pour installer les parcs. La Conseillère explique que l'énergie renouvelable a pris la forme d'entreprises, d'emplois prometteurs pour les gens et de développement pour la région "jamais vus auparavant". Ils n'ont même pas respecté le paiement des impôts, dit-elle, ils se sont réfugiés pour ne pas les payer. Les entrepreneurs de Juchitán doivent plus de 3 milliards de pesos d'impôts et dans toute la région de l'isthme, ils totalisent plus de 6 milliards de dollars", dit Bettina.
Bettina ne parle pas de ce qu'elle ne sait pas. Elle a obtenu son doctorat à l'Université de Barcelone, où elle a reçu une bourse d'études pour les étudiants indigènes, en aménagement du territoire et développement régional, avec la thèse "Développement régional dans l'isthme de Tehuantepec: une perspective depuis le territoire". Le discours des entreprises et du gouvernement, dit-elle, est simple:"Ils viennent avec le rôle du développement et de l'emploi, ils disent que l'État ou la région doit être modernisé, et avec le développement viennent les parcs éoliens et l'énergie renouvelable." Mais pour les habitants de l'isthme, dit Bettina,"la modernisation a signifié la dépossession, des impacts négatifs sur la vie quotidienne, la culture, l'économie et la vie sociale. Sa modernisation est venue polluer le sol, tuer les oiseaux et détruire la flore et la faune de la région. Elle a mis fin aux activités économiques telles que l'agriculture, l'élevage et le petit commerce pratiqué par les femmes ", entre autres affectations.
Les énergies renouvelables ont pris la forme d'entreprises, d'emplois prometteurs pour les gens et de développement pour la région "jamais vus auparavant". 
La diète du peuple zapotèque, basée sur le maïs, le gibier et les plantes récoltées, a également été transformée. "Tout est déplacé par la présence de parcs éoliens qui sont positionnés au sol, fermés et qui ne permettent plus à la vie de continuer comme avant. Ils brisent le tissu social qui, en tant que peuple indigène, est la chose la plus importante que nous ayons", accuse Lucila Bettina.
"Nous les peuples dit-elle avons survécu parce que nous vivons dans une collectivité. Nous nous soutenons mutuellement, nous sommes liés, nos fêtes sont massives et collectives. Nous avons tous les moyens de nous soutenir mutuellement et cela se brise parce que les entreprises nous divisent en profitant des uns, payent plus aux autres, en les confrontant à ceux contre qui nous nous opposons." On ne peut même plus être ensemble dans les fêtes, on est divisés. Des tentatives ont même été faites pour nous assassiner par les mêmes personnes de la région qui sont utilisées par les entreprises." Bref, dit-elle," nous sommes en train de nous perdre en tant que peuple indigènes, nos coutumes et nos relations."
Le manuel de dépossession a été suivi en territoire Juchitean à la lettre. Les entrepreneurs vont de maison en maison offrant de l'argent pour la terre. D'abord un peu, le moins qu'ils puissent faire, au cas où ça arriverait. Ici, ils ont commencé à payer un millier de pesos pour le contrat et 12.500 pesos par an pour le loyer du terrain pour l'installation de chaque éolienne. Lorsque les opposants ont commencé à s'organiser, les hommes d'affaires ont augmenté le taux: 10 mille pesos pour le contrat et jusqu'à 20 mille pesos par éolienne, en plus de 7 pesos par mètre carré pour les affectations.
La doctora binnizá explique comment les entreprises ont su tirer parti des besoins des gens:"Si un agriculteur loue deux éoliennes (environ cinq hectares), plus les affectations, il reçoit environ 100 000 pesos par an, ce que personne d'autre ne lui donnera. Mais cela ne prend pas en compte les effets sur la terre et la vie des peuples. Pour que quelqu'un puisse réaliser des profits intéressants, il faudrait qu'il loue au moins 50 hectares pour installer plusieurs éoliennes, mais personne n'en a besoin d'autant".
Contrairement aux paysans, les entreprises gagnent trois millions par an pour un mégawatt produit. Il y a des éoliennes qui produisent un mégawatt, d'autres un mégawatt et demi et d'autres trois mégawatts. L'énergie est produite par des entreprises espagnoles et il y en a d'autres, comme Gamesa, qui vendent la technologie. Les Espagnols ont rejoint les Mexicains et ont formé un consortium "pour l'autosuffisance". Ils produisent pour Walmart, Bimbo, Oxxo et même pour le Papalote Museo del Niño .De plus, le ministère de la Défense nationale possède ici son propre parc éolien. Et même les mines ont leur propre parc, comme Peñoles. Tout le monde en profite, à l'exception des villages, qui paient plus cher pour leur ravitaillement tous les jours. Bettina, par exemple, montre son dernier reçu d'un montant de 1 500 pesos. "On va faire comment pour payer ça. En plus, c'est seulement deux mois après le tremblement de terre, quand on n'occupe même pas la maison. C'est comme ça que les choses se passent."
D'immenses étendues de territoire sont occupées par les 25 parcs éoliens. De lourdes remorques doubles et triples passent en deux colonnes pour se protéger de la force du vent, qui est tellement forte qu'elle les renverse. Avec Bettina nous avons grimpé la colline et de là, elle montre la région couverte par les gigantesques pales de lames blanches. Partout où vous regardez, ils mettent la soi-disant "énergie verte" qui, dit Bettina,"n'est pas renouvelable et ce n'est pas parce qu'elle est verte qu'elle est bonne". Comment parler d'un projet écologique "si la première chose qu'ils font à leur arrivée est de déboiser, de détruire la végétation et l'habitat des animaux".
 Bettina connaît à l'envers et à l'endroit tout ce qui se rapporte aux parcs. "Je ne sais pas si l'énergie verte cherche à mettre fin aux parties vertes, dit-elle ironiquement, parce qu'elle tue la vie."  Et elle explique:"L'énergie qui repose sur l'exploitation, la dépossession et l'annihilation des richesses naturelles des peuples indigènes ne peut pas être verte. Il ne pourrait en être ainsi que si les gens s'approprient et l'utilisent pour ce qui est nécessaire. En ce sens, s'ils s'en souciaient vraiment, ils devraient cesser de produire de l'énergie avec des centrales hydroélectriques et thermoélectriques qui causent d'énormes dommages. Mais le gouvernement ne veut pas faire cela, mais produire pour la vente, peu importe l'environnement." L'énergie éolienne, poursuit-elle, leur permet d'acheter le label vert et de continuer à polluer. Ce n'est qu'un mensonge," il n' y a pas de réduction ou de remplacement de l'énergie fossile par des énergies renouvelables, et il n' y a pas de justice environnementale pour les peuples."
Avec la mer des peuples et des stratégies juridiques, la construction du parc dans la mer de la Barra Santa Teresa, appartenant à la société Mareña Renovables, a été arrêtée, mais la menace entre dans une deuxième phase, car ce parc a été renommé et s'est élevé à Juchitán avec le nom de Eólica del Sur. "Le gouvernement, pour ne pas avoir le même problème qu'avec les peuples organisés de la zone Huave, a ouvert une consultation supposée libre et informée à Juchitán, mais cela n'a pas été ainsi. Ce n'était pas le cas auparavant parce qu'ils avaient déjà donné leur permission avant de le faire et ce n'était pas gratuit parce que cela avait été fait avec des personnes sous la contrainte, qui avaient déjà des contrats avec l'entreprise et qui étaient déjà engagées. Les entrepreneurs ont appris que pour entrer dans la communauté, ils doivent avoir des alliés et maintenant ils ont même des groupes d’articulation."
Le mouvement pour la défense du territoire a obtenu, via un amparo, la suspension définitive de ce projet en décembre 2015", mais le gouvernement a changé de juge et remplacé celui du Septième District, qui tenait compte de la perspective des peuples indigènes. Ce juge a été envoyé dans une zone à haut risque dans le Tamaulipas, et ici, ils ont fait venir un autre juge qui a rejeté notre demande de protection, alléguant que la compagnie avait fait une consultation préalable avant la construction et l'exploitation du parc. Nous avons fait valoir que ce n'était pas le cas et que ce n'était pas de bonne foi, mais qu'ils étaient venus approuver un parc qui avait déjà été établi." Les entrepreneurs et les gouvernements traitent ce processus comme "la consultation principale", mais l'amparo 554/2015 se poursuit à la Première Chambre de la Cour suprême, ce qui prouve le contraire.
Aujourd'hui, la mer et le vent sont encore menacés, car le contrat du projet original qu'ils ont fait avec le commissariat de San Dionisio del Mar est toujours en vigueur et "ils espèrent que les conditions changent"Le gouvernement, insiste Bettina,"n'est pas statique, il ne s'arrête jamais. Il injecte son venin, pollue, achète des gens, des compañeros de lutte et des autorités, contrôle les gens en leur donnant de l'argent,"comme partout ailleurs".

Luttant seuls, nous ne pourrons pas
L'isthme fait partie du corridor biologique méso-américain, l'un des plus importants du monde, mais avec les projets éoliens, cette connexion a été rompue. En raison de sa situation stratégique, il fait également partie de la Zone Economique Spéciale et qui est menacée en permanence par la construction d'un pont interocéanique entre Salina Cruz et Coatzacoalcos. La remise en état du train transismico à grande vitesse et la construction d'une autoroute pour approcher les bassins économiques du Pacifique par l'isthme de Tehuantepec, qui est beaucoup moins chère que d'aller jusqu'au Panama, est un autre projet en préparation.
Le train transísmico est un projet conçu depuis l'arrivée de Hernán Cortés dans cette région et il s'est rendu compte que le voyage de Coatzacoalcos, Veracruz, à cette zone de la mer, était court et idéal pour transporter des marchandises vers l'Europe.Plus tard, le dictateur Porfirio Díaz reprit le projet, mais c'est Benito Juárez qui signa le Traité McLane-Ocampo, avec lequel le gouvernement céda l'isthme de Tehuantepec. Heureusement, dit Bettina,"ils le rendent, sinon nous serions une région annexée aux États-Unis."
 Les mines, comme sur tout le territoire national, sont progressivement déployées sur l'état d'Oaxaca. Dans l'Isthme, il y a trois concessions à San Dionisio del Mar, deux à San Juan Atepec et une qui est déjà en activité à Ixtepec. L'or, le fer, l'argent et le lithium sont quelques-unes des ressources qu'ils arrachent du sous-sol. Il y a aussi des mines de sel et d'autres pour fabriquer du ciment. L'affectation est dévastatrice.
L'achat des volontés est le mode opératoire des sociétés minières. A Ixcatepec, par exemple, ils ont brisé la résistance en "achetant du commissariat des biens communaux, ce qui a facilité les concessions aux parcs éoliens et à la ligne de transport". La stratégie du gouvernement, explique la conseillère,"consistait à acheter les comuneros pour qu'ils puissent élire cet homme comme commissaire dans une assemblée".
Ils veulent nous détruire parce qu'ils méprisent nos vies en tant que peuples indigènes, ce que nous sommes et notre culture.
A San Juan Atepec, la résistance gagne du terrain. Ici, la population a fermé le bureau d'une firme de consultants qui travaillait pour la mine et a déclaré la communauté libre de territoire minier, avec l'appui du président municipal. "Ce sont encore des questions déclaratives, prévient Bettina, mais l'organisation est partie. L'idée, dit-elle, est de"ne pas attendre qu'ils s'installent, car s'ils le font, ils ne partent pas".
La dépossession et la destruction progressent également avec le décret sur la Zone Economique Spéciale, qui s'ajoute à ceux de Puerto Chiapas et Lázaro Cárdenas, Michoacán. L'experte en analyse des stratégies gouvernementales de développement explique qu'elles sont spéciales "afin que les entrepreneurs puissent bénéficier d'une exonération fiscale et décider même des salaires qu'ils paieront aux gens ou des ressources que les municipalités doivent utiliser pour les services dont les entreprises ont besoin, comme la collecte des ordures ou la construction d'une route". En soi, les ressources sont rares et restent aux mains de ceux qui les administrent, des présidents municipaux et des conseils municipaux. Maintenant, elles vont être emmenées dans les entreprises", prévient Bettina Cruz.
"Ils veulent occuper l'eau, la terre, le vent, les montagnes et nous avoir comme peones. Ils veulent nous tuer parce qu'ils méprisent nos vies en tant que peuples indigènes, ce que nous sommes et notre culture", dit-elle. C'est pourquoi, insiste-t-elle,"nous, en tant qu'assemblée, avec les peuples et les gens organisés, nous sommes au Congrès national indigène et au Conseil Indigène de Gouvernement , parce que nous pensons qu'en combattant seuls, nous ne pourrons pas".
Emprisonnée, braquée, persécutée et menacée
La répression et l'emprisonnement ont été une réponse aux demandes des habitants de l'isthme. Ils l'ont poursuivie et battue, lui ont tenu une arme à la tête et l'ont harcelée. Elle a également été emprisonnée et a dû se réfugier à plusieurs reprises à l'extérieur de sa communauté pour ne pas être harcelée et surveillée.
Un jour en 2012, la police est arrivée et l'a emmenée de chez elle. Elle est accusée d'atteinte à la richesse nationale et de privation illégale de liberté. Elle a été détenue pendant 72 heures, puis elle a été poursuivie devant un tribunal pendant près de quatre ans, jusqu'à ce qu'elle soit acquittée en 2015. "Ah, tu es une défenseure des droits de l'homme, parce que vos droits de l'homme sont terminés, ici ceux qui commandent c'est nous", lui ont dit ceux qui l'ont détenue illégalement pendant cinq heures, lorsqu'elle a été déplacée d'un camion à l'autre pour lui faire peur. Lorsqu'elle a été présentée vivante à la prison de Tehuantepec, elle s'est considérée bien servie. Là-bas ses compañeros ont fait une veillée.
Un jour en 2012, la police est arrivée et l'a emmenée de chez elle. Elle est accusée d'atteinte à la richesse nationale et de privation illégale de liberté.
A une autre occasion, lors d'une manifestation sur le pont de La Venta, un groupe d'ouvriers de l'entreprise Acciona est arrivé avec des armes en lui donnant des coups de pied. Elle a été menacée de mort et a dû quitter Juchitán pendant trois mois.Depuis lors, un an après son arrestation, elle a également dû fuir parce que, après l'obtention de l'amparo contre Mareña Renovables, ils ont tenté de la tuer, elle et son mari. Des tueurs à gages armés surveillaient sa maison et le couple a dû quitter leur communauté pendant plus de six mois.
Les femmes de l'isthme
Dans l'isthme, hommes et femmes participent aux luttes et aux décisions importantes de la famille et de la communauté. Bettina confirme que les femmes ici "bougent, parlent et décident".Même si, admet-elle," il y en a certaines qui ne peuvent pas le faire parce que, même si elles ont une famille de femmes fortes, elles se soumettent à la présence d'un homme, c'est pourquoi nous ne pouvons pas dire que la question patriarcale est terminée."
Les femmes de l'isthme, ainsi dépeintes avec leurs iguanes par la photographe Graciela Iturbide, accompagnent l'homme à la pêche et dans la milpa et "si elle a dans ses mains le produit, elle le transforme, elle l'utilise et avec cela elle peut faire un échange. Les femmes brodent, cousent, font à manger, font tout", dit la fière juchiteca.
Dans l'organisation, bien sûr, il est courant de les voir au premier rang, comme dans les affrontements avec la police, où elles n'hésitent pas à se défendre avec les outils qu'elles trouvent à portée de main. "Les femmes sont toujours à l'avant-garde des mobilisations, avec la vieille croyance que les femmes sont intouchables mais c'est fini,"parce qu'elles sont battues uniformément, elles continuent à avancer. Quand Mareña Renovables entra dans la Barra avec 70 patrouilles, elles s'organisèrent avec des pierres, de l'eau, des bâtons, et ainsi, avec leur force, elles affrontèrent l'agression. Elles sont aussi dans des assemblées et parlent, discutent, décident,"mais elles n'aiment pas être dans des espaces pour être candidates ou quelque chose comme ça, elles pensent qu'elles vont perdre leur temps et envoyer quelqu'un pour les informer."
Par conséquent, dit-elle, il est important que la porte-parole du CIG soit une femme indigène," qui parle une langue et qui vienne d'une communauté ". Les femmes de l'isthme sont stupéfaites et "elles commencent à générer une réflexion, il est clair qu'être indigène et parler une langue n'est pas une limitation, mais tout le contraire. C'est pourquoi ce processus nous renforce toutes."
Lorsque l'entreprise Mareña Renovables entra dans la Barra avec 70 patrouilles, elles s'organisèrent avec des pierres, de l'eau, des bâtons, et ainsi, avec leur force, elles affrontèrent l'agression. 
"L'isthme n'est pas un endroit idyllique ou isolé", dit la conseillère. Le machisme existe et il y a encore des hommes qui battent leurs femmes, qui ne les laissent pas sortir et qui maintiennent leur domination sur elles. Mais Bettina n'en fait pas partie.
L'entretien a lieu le dimanche. Elle est de retour d'une tournée avec Marichuy, porte-parole du CIG, à travers Santiago Jocotepec Choapan, et le 12 novembre, elle se rend à Álvaro Obregón, l'une des communautés les plus militantes de l'isthme contre l'énergie éolienne. Une assemblée d'hommes et de femmes l'y attend. Elle arrive, salue et parle en binniza. L'assemblée communautaire parle des partis politiques "qui ne font qu'offrir et promettre, diviser et ne rien faire". Il est également question des menaces qui pèsent sur le territoire, de l'organisation et de la proposition du CNI et du CIG. Bettina explique chacun des sept principes, tels que "convaincre et ne pas vaincre" et "obéir et ne pas commander". Et tout le monde parle des temps difficiles à venir.
Dans la rue, ils me criaient combien pour me mettre au lit.
Bettina Lucila a commencé sa participation politique à l'adolescence. Ensuite, dit-elle, elle ne parlait pas autant qu'aujourd'hui, mais elle participait déjà. A l'âge de 13 ans, elle s'est engagée dans un mouvement étudiant paysan organisé dans plusieurs écoles secondaires de la région.Ils se sont mis en grève pour demander que le prix du transport soit abaissé. Ils se sont appelés eux-mêmes rien de moins que le Conseil des Etudiants du Soutien Populaire. C'était en 1977, quand la Coalition Ouvrière Paysanne Etudiante de l'Isthme de Tehuantepec (COCEI) commença un important travail d'organisation.
L'influence de sa mère était sans aucun doute prédominante dans sa formation. À une époque où la séparation était inconcevable, sa mère a décidé de quitter son partenaire parce qu'il ne la traitait pas bien. Elle s'était mariée à l'âge de 15 ans, s'était séparée à 16 ans, était retournée chez sa mère et à partir de ce moment-là, elle n'a pas cessé de travailler jusqu'à sa mort. Bettina et ses soeurs ont grandi avec leurs grands-parents, et quand ils ont disparu, ce sont les tantes qui s'occupaient d'elle, parce que la mère s'était dévouée au commerce et voyageait à Mérida et Chetumal, où elle achetait des tissus, des jouets, des saucisses, de gros fromages et du beurre dans une boîte bleue pour les vendre.
Il est célèbre et même mythique le rôle prépondérant des femmes dans la société de l'isthme. Tout est grand en elles, à commencer par l'intelligence, la force et la joie. Elles sont aussi de grandes bavardes et organisatrises et ont toujours joué un rôle important dans les mouvements sociaux, comme dans la COCEI, qui a remporté la présidence municipale de Juchitán pour la première fois en 1981, quand était jusqu'à ce moment invincible le Parti Révolutionnaire Institutionnel. Bettina, ses ancêtres et sa progéniture ont grandi dans cette descendance féminine. Elle est la quatrième d'une famille de cinq enfants qui s'occupaient des cochons et les nourrissaient pendant que leur mère faisait du commerce. D'où le dicton "allez voir si la truie a mis bas", puisqu'il est courant que les enfants prennent soin des animaux et ne s'impliquent pas dans les discussions entre adultes.
La lutte est aussi de parler notre langue, manger notre nourriture, faire nos fêtes, danser nos danses. Tout cela doit être revendiqué. 
Enfant, Bettina portait des vêtements ordinaires, bien que la plupart des femmes portaient la nagua traditionnelle. Dans les écoles, ils ont été contraints de porter l'uniforme, de sorte que, comme une grande partie de la lutte," de la résistance et la rébellion", elle a décidé de récupérer les vêtements binnizá : le huipil brodé de fleurs colorées et la chaîne, et la nagua de grande ampleur.
Contrairement à de nombreuses communautés indigènes où les femmes ne portent plus leurs vêtements traditionnels, dans l'isthme la majorité d'entre elles portent leurs vêtements et parlent le zapotèque sans subir aucune discrimination. C'est une région où, souvent, même les étrangers doivent s'habiller en costumes indigènes pour pouvoir, par exemple, participer aux festivités. Ils sont victimes de racisme lorsqu'ils quittent l'isthme et veulent continuer à parler et à s'habiller comme ils sont.
Bettina, par exemple, l'a vécu dans sa chair et son sang à Barcelone, une ville cosmopolite où elle est allée étudier pour son doctorat. Là-bas, ils ont non seulement fait de la discrimination contre elle parce qu'elle était indigène, mais aussi simplement parce qu'elle était mexicaine. "Dans la rue, ils m'ont crié à qu'ils voulaient me mettre au lit, parce qu'ils pensaient que j'étais dans leur pays juste pour le travail du sexe ou quoi que ce soit d'autre", se souvient-elle
Dans la ville de México, ce n'est pas très différent. Lorsqu'elle est habillée avec son huipil, elle parcourt les rues et va dans les hôtels et les restaurants,"il ne faut pas s'attendre à être servis comme les autres." Mais cela, dit-elle, "fait aussi partie de la lutte. Il faut entrer dans tous les lieux avec fierté. La lutte est aussi de parler notre langue, manger notre nourriture, faire nos fêtes, danser nos danses. Tout cela doit être revendiqué, et si quelqu'un a des problèmes, il devra vivre avec."
Après le lycée, Bettina est allée étudier à Mexico. Elle s'est inscrite au CCH Sud puis à la Faculté des Hautes Etudes Supérieures Cuautitlán de l'UNAM, où elle a étudié le génie agricole,"en pensant retourner dans ma ville natale et travailler à la campagne. En même temps, elle a commencé à participer au COCEI de la ville de  México. Il s'agit des moments culminants du Plan de Coordination Nationale d'Ayala, du Front National contre la Répression, de la CNTE et d'autres mouvements majeurs de 1980.
En tant que membre de la COCEI, elle a participé activement au Front National contre la Répression et dans la Coordination Nationale Plan d'Ayala, où elle a rencontré de nombreux leaders paysans qui se sont par la suite institutionnalisés. Mais c'était des moments de combat. En 1981, ils ont repris les ambassades et Bettina a mis les pieds en prison pour la première fois. J'ai passé trois jours en prison pour cette action organisée pour rendre visible les problèmes de Juchitán et la fraude électorale." Ils ont également organisé une grève de la faim et d'autres actions jusqu'à ce qu'ils remportent de nouvelles élections. "Ce furent des moments glorieux où la COCEI passa de la lutte pour la terre et la démocratisation du commissariat des biens communaux à la revendication de la mairie populaire". Des années plus tard, regrette Bettina,"le mouvement a été laissé entre les mains des dirigeants et institutionnalisé, et aujourd'hui ce sont les personnes contre lesquelles nous devons nous battre: mes anciens compañeros".
Quand le mouvement a commencé à être institutionnalisé "et que d'autres choses ont été faites,"Bettina a cessé de participer et est allée à l'académie. Elle a obtenu son diplôme d'ingénieur agronome en 1986, a épousé Rodrigo,"un compañero de la côte" qu'elle a rencontré à l'Université et dans la lutte. Et elle revint à Juchitán. Elle avait 26 ans et jusqu'à présent, ils sont ensemble.
Par la suite, cette Juchiteca s'est inscrite au Master en Développement Rural Régional à l'Université de Chapingo après avoir obtenu une bourse pour étudier le doctorat en Aménagement du Territoire à l'Université de Barcelone. Il était courant de la voir dans les couloirs de Chapingo avec ses filles, qu'elle emmena aussi en Europe pendant un certain temps, sans son mari.
Elle a vécu sa vie entre la maternité et l'université. Elle a intitulé sa thèse "Le développement régional dans l'isthme de Tehuantepec: une perspective depuis un territoire", et c'est dans le processus de sa rédaction qu'elle a trouvé des informations sur le développement envisagé par le gouvernement pour la région, et a décidé de les donner à d'ex compañeros de lutte. L'information portait sur la performance des entreprises et sur le type de profits qu'elles ont réalisés. L'indignation les a amenés à s'organiser et l'Assemblée de Juchitán en 2007 pour la Défense de la Terre est née, qui est devenue en 2009 l'Assemblée des Peuples de l'Isthme en Défense de la Terre et du Territoire, et puis San Francisco del Mar, San Dionisio del Mar, Chahuites, San Juan Atepec, Tapanatepec, Unión Hidalgo, Álvaro Obregón et Xadani ont uni leurs forces pour lutter contre Mareña Renovables.
Ce qui se passe dans l'isthme, dit Bettina,"se passe dans tout le Mexique. Et c'est pourquoi nous pensons que si nous unissons toutes les luttes et les initiatives organisatrices, aussi petites soient-elles, nous devenons grands. C'est le projet du CNI, de nous organiser, non pas pour les élections, mais pour la vie."
Toute la lutte, dit-elle ,"en vaut la peine. Ici, ils ont réussi à rendre visible le problème de l'énergie éolienne,"le rouleau d'énergie verte a été démasqué, les impacts ont été discutés et la résistance a été travaillée. L'organisation s'est développée et de nouvelles organisations sont apparues pour défendre le territoire."
"Ce n'est pas possible, ce n'est pas juste qu'il y ait quelques riches qui se sont emparés de notre pays, avec quelques étrangers. C'est pourquoi je rêve de changer les choses et d'avoir une vie digne. Non, je ne sais pas si je suis forte. Je le sens, et d'autres avec moi, mais nous devons gagner des forces parce que nous avons le droit à la liberté et à la vie", conclut-elle.
Reportage photo
BETTINA LUCILA CRUZ VELÁZQUEZ
Conseillère binnizá. Juchitán, Oaxaca

La lutte est aussi de parler notre langue, manger notre nourriture, faire nos fêtes, danser nos danses. Tout cela doit être revendiqué

Photos: Noé Pineda
1. Bettina Lucila Cruz Velázquez, Conseillère binnizá. Juchitán, Oaxaca
2. D'immenses portions du territoire de l'isthme sont envahies par 25 parcs éoliens qui ont dévasté l'environnement.
3. Le 7 septembre un tremblement de terre d'une magnitude de 8,2 le  a changé l'histoire de cette région
4. L'horloge du palais municipal a été arrêtée avec la vie d'un million 500 000 victimes.
5. Les familles reviennent à la vie après le tremblement de terre qui les a laissées dans la rue
6. Les femmes de l''isthme brodent, cousent, font à manger, se battent et se mobilisent.
7. Dans l'isthme, hommes et femmes participent aux assemblées et à la prise de décisions.
8. L'organisation à Juchitán s'est développée et de nouvelles stratégies sont apparues pour défendre le territoire.
9. Les mégaprojets représentent une menace pour l'approvisionnement en eau de la communauté
10. Cela n'a pas cessé de trembler depuis le 7 septembre, mais cette ville n'a pas abandonné. Et ses femmes encore moins
11. Les femmes sont toujours à l'avant-garde des mobilisations, avec la croyance ancestrale que les femmes sont intouchables, mais c'est fini maintenant.
12. Les entrepreneurs vont de maison en maison et offrent de l'argent pour les terres
13. L'assemblée communautaire parle des menaces qui pèsent sur le territoire, de l'organisation et de la proposition du CNI et du CIG.
14. Bettina a décidé de récupérer la robe binnizá: le huipil brodé avec des fleurs colorées et la chaîne, correspondant à la nagua de grande ampleur
15. Pour installer des éoliennes, la première chose que font les entreprises est de déboiser, détruire la végétation et l'habitat des animaux.
traduction carolita du reportage de Gloria Muñoz Ramírez pour Desinformémonos :