l@s zapatistas no están sol@s.

Infos

Esta es la nueva pagina de europa Zapatista : Contiene noticias y artículos publicados en los sitios web y blogs de los diferentes colectivos europeos solidarios con l@s zapatist@s y con los de abajo y a la izquierda. Permitiendo así colectivizar e intercambiar la información desde nuestros rincones.

Estado de la pagina

Número de artículos:
10  15  20 

 

Connaitre les conseillères du Conseil Indigène de Gouvernement: Maria de Jesus Patricio Martinez

tags : pl-fr,

Mexique- Fleurs dans le désert : María de Jesús Patricio Martínez ou Marichuy

Publié le 31 Janvier 2018 @Carolita

Femmes du Conseil Indigène de Gouvernement
Par Gloria Muñoz Ramírez / Desinformémonos

Guadalupe Vasquez Luna

MARÍA DE JESÚS PATRICIO MARTÍNEZ
La taille de la douleur est l'espoir
Le 29 mai 2017,  la vie de Maria de Jesús Patricio Martínez a changé, peut-être plus qu'à n'importe quel autre moment de sa 54e année. Sa nomination en tant que porte-parole du récent Conseil Indigène de Gouvernement l'amènera à voyager dans les coins les plus oubliés du Mexique profond au cours des prochains mois. Dépossessions, menaces, répression et souffrances, résistances sans fin se sont retrouvés sur son chemin. Il n'y a pas d'herbe médicinale qui guérit tant de mépris et elle, une guérisseuse, fait appel dans chaque village à l'organisation comme seul remède.
Depuis le début officiel de la tournée, avec la visite des cinq districts zapatistes et de Palenque en octobre dernier, elle n'est guère revenue à Tuxpan, Jalisco, sa communauté natale dans laquelle elle a dirigé pendant 20 ans, et jusqu' à il y a quelques mois, la maison de santé Calli Tecolhuacateca Tochan.Ses trois enfants quittent le village pour être pris en charge par des proches tandis qu'elle et son mari Carlos Gonzalez, également fondateur du Congrès National Indigène (CNI), marchent avec le Conseil en demandant aux villages de s'organiser contre la dépossession.
Plus de la moitié du Mexique a été vu depuis lors. À bord d'une camionnette blanche, ils parcourent les trottoirs d'un pays qui les refuse. Dans chaque lieu, des événements communautaires sont organisés sur les places et des réunions où les problèmes locaux sont discutés. Une chose est ce que vous voyez dans le temple, et une autre est ce qui se passe sans caméras entre les deux. Pour cette raison, il n'est souvent pas compris qu'il n' y a pas de temps pour la presse ou pour les événements médiatiques, car dès le début ils ont privilégié le court échange.
Consciente du problème indigène national, qui s'est aggravé au cours des 20 dernières années, Marichuy vit maintenant de près et personnellement " chaque dépossession et injustice" dont on lui parle tant lorsqu'ils se réunissent au Congrès National Indigène. "Nous sommes restés courts lors des rencontres", dit-elle," je vois plus de destructions et de morts avec les méga-projets qui leur sont imposés de l'extérieur."
Les constantes sont nombreuses. Les gouvernements et les sociétés transnationales suivent le manuel de dépossession au pied de la lettre. Ils pénètrent dans les villages, imposent des méga-projets sur leurs territoires sans consulter personne et transforment le paysage en zone sinistrée. Les personnes âgées voient avec tristesse ce qui se passe "et encouragent la résistance qui" s'empare de la force pour tout ce qui est détruit", dit la porte-parole Nahua.
Marichuy insiste sur le fait que chaque douleur engendre une rébellion. "Les gens ne veulent pas laisser leur territoire, leur terre, leur organisation être détruits." Là où le problème est plus fort surgit "plus de résistance, plus d'organisation, plus d'effort à vivre", dit-elle dans l'entrevue donnée aux bureaux de Desinformémonos à Mexico au début de l'année.
La répression de la résistance est une autre page du manuel. Ceux qui s'opposent à la destruction sont tués, emprisonnés et portés disparus. Les communautés considèrent cela comme intimidant, effrayant et elles doivent s'organiser. Mais cela ne fonctionne pas pour eux, dit-elle, parce que "malgré cela, les voix continuent de parler et de dire:" Nous allons marcher avec vous et nous allons nous renforcer, car c'est seulement de cette façon que nous pourrons avancer ".
Marichuy ne voyage pas seule. Un groupe de conseillers fait la route à côté d'elle. La majorité d'entre eux sont des femmes, puisqu'elles sont les conférencières principales lors d'événements et de réunions. Le Conseil rassemble les douleurs qui ont été ressenties dans les réunions et les assemblées et n'offre pas de débouchés ni de solutions prometteuses, parce que, dit-elle, tout devra venir d'eux. Patricia Mariano Salas, d'une communauté Wixárika au nord de Jalisco, l' a accompagnée pendant une bonne partie de la visite et, selon les régions, des conseillers des états visités sont incorporés, en plus des délégués du CNI. L'eau et les fruits sont chargés dans une petite glacière dans le véhicule qui les transporte. Pas d'avions, de caravanes, d'escortes, de repas spéciaux ou d'hôtels de luxe. Marichuy et son équipe mangent des haricots, du riz et du poulet, lorsqu'il y en a, aux tables des maisons communautaires qui les hébergent. Ils ne sont jamais laissés en dehors des villages par sécurité et par l'hospitalité de ceux qui les reçoivent.
La maison des peuples indigènes
Le CNI est né le 12 octobre 1996, à la suite des accords du Forum spécial sur les droits et la culture indigène, tenu en janvier 1996 à San Cristóbal de las Casas. C'était la première fois, après le soulèvement zapatiste, que les peuples indigènes du pays appelés par l'EZLN se rencontraient. Marichuy était l'une des plus de 500 représentants d'au moins 35 peuples, nations et tribus indigènes qui se sont mis d'accord sur l'autonomie indigène comme axe de leur reconstitution et de leurs relations avec l'État.
"Nous ne vous demandons pas d'oublier vos différences et vos discussions, nous ne vous demandons pas d'unir vos forces ou de livrer une pensée à la force d'une autre pensée. Nous demandons le respect et la tolérance envers ceux qui pensent différemment...Nous demandons qu'ensemble, nous donnions à ce pays et à ce monde qui nous offre seulement la mort et l'humiliation comme futur, une leçon: la leçon de dignité humaine qui sauve le monde de la stupidité et du crime ", ont été les mots zapatistes qui ont été entendus le 4 janvier 1996 dans le Convento del Carmen. Comme un enfant, ils l'ont mis au monde pendant neuf mois. Et en octobre, ils ont donné naissance au Congrès National Indigène, un réseau de peuples dont Marichuy a été fondatrice et moteur.
 Nous ne vous demandons pas d'oublier vos différences et vos discussions, nous ne vous demandons pas d'unir vos forces ou de livrer une pensée à la force d'une autre pensée. Nous demandons le respect et la tolérance de ceux qui pensent différemment. 
Vingt ans plus tard, le défi est de continuer à rassembler les voix sans chercher à les homogénéiser. Le chemin actuel leur permet. Et c'est pourquoi, dit Marichuy,"l'une des intentions en participant à ce processus est de visiter certaines communautés sœurs qui n'ont pas marché avec nous dans le CNI, que nous écoutions leur parole, leurs problèmes et que nous soulevions aussi notre proposition. S'ils acceptent de marcher ensemble, nous les invitons. La proposition, dit-elle ,"a été acceptée par des frères qui l'ont faite leur. Et elle souligne aussi que ceux qui vivent dans les villes se sentent interpellés sans être indigènes,"parce qu'il s'agit de marcher ensemble avec d'autres secteurs et d'autres frères."
Mines, gazoducs, énergie éolienne, routes et autres difficultés
L'équilibre, après avoir visité plus de 15 Etats de la République, est que l'un des principaux objectifs de la proposition a été atteint:"rendre visible les peuples, les problèmes, les luttes, et surtout porter le message qu'il faut que nous puissions tous nous articuler pour pouvoir faire face à cette destruction que le capitalisme laisse derrière lui".
La liste des dommages est longue:"les mines à ciel ouvert qui polluent l'eau, les rivières qui sont canalisées vers les barrages hydroélectriques, la pollution des territoires par les compagnies éoliennes, les gazoducs, les routes, les problèmes de justice", entre autres à laquelle  s'associe,"avec tristesse, le fait que de parler sa propre langue et de ne pas parler espagnol est un problème pour pouvoir se défendre".
Dans certains endroits, l'organisation est plus forte et dans d'autres, elle est un peu plus faible parce qu'il y a eu beaucoup de répression et beaucoup de divisions imposées de l'extérieur.
Cela accompagne la dépossession, explique Marichuy,"le fait qu'ils obligent les indigènes à laisser la langue et la tenue vestimentaire, et à s'intégrer dans toute une véritable" civilisation ". Ils ne se rendent pas compte que les gens veulent continuer à vivre et à exister comme ils sont et ce qu'ils demandent, c'est le respect de ce que nous sommes, de notre territoire, de notre terre, de nos plantes, de nos arbres et de cette façon naturelle de nous organiser."
La connaissance que María de Jesús a des peuples est vaste. Et maintenant, en tant que porte-parole et à l'écoute, elle est plongée dans les problèmes et sent dans sa propre chair les dépouillements qui s'accumulent. Elle est allée à Tepoztlán, Morelos et a vu comment les machines s'installent sur une autoroute "sans le consentement des gens". Elle a vu la "destruction" qu'ils lui montraient de leurs arbres sacrés et de leurs collines. Là, elle a été reçue par la conseillère Osbelia, une nahua comme elle, mais âgée de 80 ans. "Ils disent et nous disons que la terre a la vie et nous donne la vie, elle nous donne l'existence, et c'est pourquoi ils détruisent une partie de notre existence avec cette route."
Dans le sud, par exemple, elle a traversé Campeche avec Sara, conseillère pour Candelaria. Et avec elle et les autres, elle a assisté à l'introduction des cultures transgéniques et du palmier africain:"Avec cela, les problèmes de santé comme le cancer ont augmenté. Ils modifient le cycle de production de leurs propres céréales dans un processus destructeur de leur nourriture", dit Marichuy.
Dans la péninsule du Yucatán, elle a également été confrontée à la déforestation et à la pollution de l'eau, et plus haut, dans le Veracruz, les plus de 40 000 puits de pétrole qui polluent la région; en Oaxaca, l'eau canalisée vers un barrage hydroélectrique qui laissera la population sans approvisionnement en eau, et avec les 25 parcs éoliens de l'Isthme de Tehuantepec, dont les éoliennes ont de très grandes pales et tombent dessus, détruisant des maisons, ou jetant une substance qui tombe sur la terre, la pollue et elle cesse de produire .
En parcourant le nord de Veracruz, on a parlé à Marichuy et au CIG, en plus de la pollution et de la déforestation,du fléau du crime organisé. "Les gens ont peur qu'ils viennent de la main du gouvernement pour les pousser à ne pas s'organiser et à ne rien dire, mais ils se battent toujours. Ils se disputent une rivière et sont prêts à aller là où ils doivent aller tant qu'ils n'enlèvent pas leur eau et le milieu du travail."
À Puebla, dit la porte-parole, ils ont vu l'imposition du gazoduc, une autre centrale hydroélectrique et la répression contre ceux qui ne sont pas d'accord, tandis que dans l'État de México, ils leur ont parlé des programmes gouvernementaux qui arrivent déguisés en aide pour contrôler la population. Là aussi "on voit clairement la déforestation qu'ils provoquent avec les routes et la rocade qu'ils veulent créer".
En allant vers Jalisco, son état, les graves problèmes sont dus à la contamination de l'eau par les mines, à l'introduction de compagnies d'eau et de serres et au dépouillement du territoire aussi par les compagnies minières. Pendant son séjour à Colima, Marichuy a été frappée par "l'organisation de la communauté de Zacualpan pour défendre sa terre des mines". Ils ont une rivière que voulait prendre l'entreprise Coca Cola, et ils ont dit qu'ils ne cuisineraient pas avec un Coca Cola, mais avec de l'eau. Et ils se sont défendus."
Marichuy insiste sur le fait que la taille de la douleur est l'espoir. Et la résistance. Elle reconnaît que "dans certains endroits, l'organisation est plus forte et dans d'autres, elle est un peu plus faible parce qu'il y a eu beaucoup de répression et beaucoup de divisions imposées de l'extérieur". C'est une autre partie du manuel de dépossession: "Les entreprises s'impliquent dans les assemblées et de là elles les divisent, car le but est de détruire leurs propres formes d'organisation pour continuer à s'imposer."
La résistance, explique-t-elle,"dans presque toutes les communautés est directe. Les gens disent:"S'ils ne nous écoutent pas, nous allons fermer la route" ou "nous ne les laisserons pas entrer dans la mine", ou "nous allons bloquer parce qu'ils doivent nous écouter". Ces formes ont entraîné l'incarcération, la répression, les disparitions, mais malgré cela les gens ne sont pas découragés et continuent ".

Je n'imaginais pas voir autant de gens à l'UNAM.
La ville de México est le pont à traverser du nord au sud et vice-versa, car la route ne suit aucune logique géographique. Ici ils rencontrent d'autres conseillers et l'équipe de soutien et ils offrent des marathons d'entrevues avec les médias. Le premier acte massif à l'extérieur du Chiapas a eu lieu dans cette ville, rien de moins qu'à l'Université Nationale Autonome du Mexique (UNAM), où l'un des thèmes centraux était le féminicide, puisque,avant l'acte central dans l'esplanade de la Bibliothèque Centrale, ils ont fait un arrête au péage du campus de la Cité Universitaire où la jeune Lesvy Berlin Osorio Martínez a été retrouvée morte. Là, elle a été accueillie par Araceli Osorio, la mère de Lesvy, et par des groupes féministes qui ont organisé un acte de rejet de la violence sexiste.
Marichuy a été accueillie à l'UNAM par la génération du tremblement de terre, la même génération qui est descendue dans les rues pour enlever les décombres lors du tremblement de terre du 19 septembre, les jeunes hommes et femmes qui ont crié qu'ils étaient là et qui s'organisaient pour apporter de la nourriture et sauver des vies. Elle est la première pré-candidate indigène à la présidence du Mexique et aussi la première de tous ceux qui participent à ce processus électoral à visiter la Maxima Casa de Estudios.
"L'action à l'UNAM indique clairement que "cette voie que nous avons empruntée n'est pas seulement pour les peuples indigènes, mais aussi pour ceux qui estiment qu'elle fait partie de ce processus de reconstruction".
Le 28 novembre 2017, la porte-parole des peuples indigènes et des dépossédés remplit l'esplanade historique de l'université, dans laquelle un grand nombre d'auxiliaires sont prêts à recueillir le soutien des citoyens. Environ un million de signatures devraient être réunies pour porter une candidature indépendante. Et ce jour-là, les étudiants l'ont faite leur. En janvier, ce chiffre est loin, mais pas impossible. Le parcours suit sa propre logique et les activités sont annoncées jusqu'au 17 février. Le 19 est la date limite fixée par l'Institut National Électoral (INE) pour recueillir des signatures qui, pour elle,"ne sont pas des signatures, mais des douleurs".
"Le CIG, prévient Marichuy, ne dispose d'aucune structure pour payer les frais de déplacement. Absolument tout vient des gens qui organisent des repas collectifs, des tombolas, des kermesses et des projections pour payer un mouvement qui pense "parler de choses impossibles, parce que le possible a été trop dit".
L'acte de l'UNAM, se souvient Marichuy, indique clairement que "ce chemin que nous avons pris n'est pas seulement pour les peuples indigènes, mais pour ceux qui estiment qu'il fait partie de ce processus de reconstruction". Pour elle "il est clair que la partie fondamentale, chez les frères qui ne sont pas indigènes, c'est la jeunesse. Certains sont étudiants et ne savent pas ce qui va se passer. Ils étudient, ils se préparent, et ils disent "pourquoi, si nous ne savons pas s'ils vont nous tuer,  nous faire disparaître ou si nous allons trouver du travail".
Les jeunes, dit-elle,"ne sont pas l'avenir, mais le présent. Ce sont eux qui peuvent construire quelque chose de réel à partir d'eux-mêmes. Et c'est pourquoi il était important de compter sur eux cet après-midi-là," car cela nous a permis de dire clairement que cette proposition s'adresse à tous les habitants de ce pays et qu'elle a été enveloppée par d'autres secteurs ".
Ce sont souvent les hommes qui ne comprennent pas et n'acceptent pas de marcher ensemble.
Marichuy ne se dit pas féministe, même si elle l'est. Le concept vient de l'extérieur, mais la pratique contre le patriarcat est quotidienne. Dans les communautés, les femmes sont un élément important de la résistance:"elles ont toujours été là, même si elles n'ont pas été rendues visibles et n'apparaissent pas beaucoup". En de nombreuses occasions, dit Marichuy,"lorsqu'il y a découragement, les femmes disent" si ils ne veulent pas, allons devant nous les femmes, marchons ". Cette décision fait que tout le monde se réjouit et marche."
La proposition du CIG s'est avérée plus que féminine. Ce sont elles qui sont dans les structures, qui parlent des discours politiques, qui organisent les événements. "Vous ne pouvez plus les voir se contenter de préparer les casseroles et les repas ou de fixer l'endroit, ou prendre soin de leurs enfants pendant qu'elles sont dans les assemblées. "Notre intention, dit Marichuy, est qu'elles participent de manière plus décisive. Et, comme les autres conseillères, elle précise qu'"il est nécessaire de marcher ensemble avec les hommes, non pas que nous allions en arrière ou en avant, mais que nous allions ensemble dans cette défense de notre vie, qui est la vie pour tous".
Au fur et à mesure qu'elle traverse les communautés, la première candidate indigène a une candidature présidentielle incite davantage de femmes à participer. Elles le disent dans les villages et les femmes du Conseil le répètent, dont beaucoup n'auraient pas été encouragées si la porte-parole n'était pas à la charge d'une femme. "Nous avons vu et dit que nous le pouvons, que si nous nous organisons, si nous sommes d'accord, nous pouvons marcher ensemble dans le processus de reconstruction de ce Mexique."
Les femmes ont le droit de participer et le devoir et la responsabilité de construire quelque chose de différent. C'est ce que nous allons accomplir en participant nous-mêmes, en décidant de marcher ensemble avec les hommes.
Maria de Jesús Patricio prévient que le machisme dans les communautés "est enraciné"Depuis les peuples, explique-t-elle"nous avons vu comment la structure capitaliste est pensée et conçue pour que l'homme ait raison, et c'est lui ou eux qui ont conçu ces structures de mort pour nos peuples. C'est pourquoi, dit-elle, il faut rompre. Les femmes ont le droit de participer et le devoir et la responsabilité de construire quelque chose de différent. Nous y parviendrons en participant nous-mêmes, en décidant de marcher ensemble avec les hommes."
"Mais que c'est dur, c'est dur. Certaines conseillères sont des mères divorcées ou célibataires, car peu d'hommes acceptent les sorties pour leur participation politique. Ce sont des femmes fortes qui ont remis en question les coutumes de leurs communautés. "Souvent, ce sont les hommes qui ne comprennent pas et n'acceptent pas de marcher ensemble. Pour elles, mères et filles,"c'est plus difficile parce qu'elles doivent travailler, avancer et faire de la place pour participer à ce processus. C'est pourquoi je pense que certaines compañeras prennent la décision de faire cavalier seul et de montrer qu'on peut le faire", dit Marichuy," mais tout le monde"s'explique en souriant."
J'avais environ 14 ou 15 ans lorsque mon identité indigène a été clarifiée.
Comme beaucoup d'indigènes de ce pays, Marichuy a pris conscience de son identité après son enfance. Elle savait qu'elle appartenait à une communauté à cause de "la façon de vivre ensemble, de cultiver, des festivités qu'ils effectuaient". Elle comprenait qu'elle avait sa propre robe et son propre langage,"mais j'avais environ 14 ou 15 ans lorsque mon identité c'est clarifiée. Habitués à  être repoussés de nombreux peuples indigènes perdent leur langue et leurs coutumes pour éviter la discrimination.
María de Jesús est née le 23 décembre 1963, elle a fréquenté l'école secondaire et a enseigné la médecine traditionnelle à l'Université de Guadalajara.
La petite fille Marichuy n'allait pas très bien. "J'ai pensé pourquoi nous sommes pauvres et pourquoi les autres restent avec nos terres." Et peu à peu, elle a commencé à comprendre que "le fait d'être indigène était considéré comme une seconde catégorie". Son grand-père, par exemple, lorsqu'il a déménagé à Ciudad Guzmán près de Tuxpan, a loué un pantalon et une chemise dans des tentes spéciales qui assuraient ce service, car il n'avait pas le droit d'entrer dans les lieux avec ses vêtements traditionnels: culotte de laine et de coton. C'est pourquoi sa grand-mère leur disait:"Ne mettez pas votre robe pour qu'ils ne vous discriminent pas comme ils le font contre nous, pour que ce qui nous arrive ne vous arrive pas. Et ainsi, dit l'indigène Nahua,"on continue à comprendre, mais on se demande, pourquoi pas, pourquoi ne puis-je pas aller comme ça, pourquoi est-ce que c'est mal".
María de Jesús est née le 23 décembre 1963, elle a étudié l'enseignement secondaire et grâce à ses connaissances, elle a enseigné la médecine traditionnelle à l'Université de Guadalajara. Mais ce n'est pas en raison de de ses études  qu'elle "pensait qu'elle valait plus" que ses grands-parents et ses parents."Laisse-les, lui disait-on, cela lui a donné le courage de voir comment on les voyait. En grandissant, elle a compris que l'appartenance à une communauté " a une racine très importante et que ce sont les gens qui étaient là avant qu'ils nous envahissent avec tant d'idéologie étrangère ".
L'insurrection zapatiste a rendu les peuples visibles, car avant 1994 ils n'existaient pas pour les médias.
Le soulèvement zapatiste du 1er janvier 1994 a surpris Marichuy à l'âge de 30 ans. Elle l'a découvert, comme la grande majorité, à la télévision, et s'est immédiatement identifiée à leurs causes. Très tôt au début du mois d'août de la même année, María de Jesús a assisté à la première Convention Nationale Démocratique, qui s'est tenue à Guadalupe Tepeyac, la même communauté qui l'a accueillie en octobre 2017, au début de son voyage à travers le Mexique d'en bas.
Marichuy participait déjà dans sa communauté à la défense de son territoire. Et elle est allée au Chiapas avec six de ses compañeros de classe. Et ainsi, petit à petit, elle suivait le chemin zapatiste, rejoignant les initiatives venant du sud. Il lui est apparu clairement, dit-elle,"l'importance de l'unité entre tous pour faire face à ce qui nous tue."
Le gouvernement croit que cet abandon, l'oubli des peuples, peut être résolu en leur donnant des bourses d'argent. Mais nous luttons depuis des années pour être considérés comme des sujets de droit et non comme des objets.
Avant 1994, l'actuelle porte-parole du CIG participait à une organisation paysanne régionale "en essayant de défendre la terre, de faire plus pour nous pour que notre voix soit entendue dans le sud de Jalisco et qu'ils nous laissent tranquilles, pour que nous ne soyons pas dépouillés de ce qui est important, c'est-à-dire la terre". L'insurrection indigène, dit-elle,"ce qu'elle a fait, c'est de renforcer ce que nous avions déjà et de rendre les peuples visibles, parce que là, à Jalisco, pour les médias avant 1994, il n' y avait pas de peuples indigènes. Après 1994, pour eux ils sont nés, ils leur donnent une couverture et ils se rendent compte qu'il y a aussi des villages là-bas." A Jalisco, la répercussion immédiate a été de répéter l'ancienne formule des dons, car le gouvernement ne connaissait pas d'autres façons de traiter avec les peuples indigènes. Ils pensaient, dit Marichuy,"que les indigènes voulaient de l'argent. Et à ce jour, ils ressentent toujours la même chose. Le gouvernement croit que cet abandon, l'oubli des peuples, peut être résolu en leur donnant des bourses d'argent. Mais nous luttons depuis des années pour être considérés comme des sujets de droit et non comme des objets. Non pas que quelqu'un doive décider, non pas que quelqu'un doive nous dire quoi faire."
C'est exactement pourquoi l'EZLN et le CNI se sont battus au Congrès de l'Union en 2001, lorsqu'ils sont venus dans la ville de México à la Marche de la couleur de la Terre pour exiger que leurs droits soient reconnus dans la Constitution. Ce jour de mars, Marichuy était la seule femme qui parlait au nom du CNI. Pour l'EZLN, la commandante Esther a pris la parole.
CNI, ceux qui sont partis
Au cours des 20 années du Congrès National Indigène,"il y a beaucoup de compañeros et compañeras qui sont morts. Certains de maladie, d'autres d'accident, et d'autres ont été tués dans la lutte pour défendre leur territoire. De tous, dit Marichuy,"nous avons beaucoup appris.
Il y a beaucoup de compañeros et compañeras qui sont morts!
Et elle les énumère. Il y a la commandante Ramona, un élément fondamental de la création du CNI. Egalement Don Efrén Capiz, Evita Castañeda, Don Juan Chávez, Noé Torres, Don Félix Serdán, Ricardo Robles "El Ronco" (qui bien qu'il n'était pas indigène, est devenu une partie des peuples) ainsi que Don Andrés Aubry et Federico Ortiz, d'Uruapan, entre autres qui sont restés sur la route et que le CNI continue à honorer en chemin.
"Pour eux et pour elles, dit Marichuy,"la lutte continue."
MARÍA DE JESÚS PATRICIO MARTÍNEZ

Porte-parole du Conseil Indigène de Gouvernement. Communauté Nahua, Tuxpan, Jalisco
Ils ne se rendent pas compte que les gens veulent continuer à vivre et à exister tels qu'ils sont. Ce que nous demandons, c'est le respect de ce que nous sommes, de notre territoire, de notre terre, de nos plantes, de nos arbres et de cette façon naturelle de nous organiser.

Photos: Noé Pineda, Daliri Oropeza y Andalusia Knoll Soloff
1. María de Jesús Patricio Martínez, porte-parole du Conseil Indigène de Gouvernement. Communauté Nahua de Tuxpan, Jalisco
2. Les gens ne veulent pas les laisser continuer à détruire leur territoire.
3. Marichuy a commencé son voyage à travers le Mexique d'en bas, en territoire zapatiste.
4. La pollution de l'eau est l'un des problèmes les plus graves dans les territoires indigènes
5. Dans certains endroits, l'organisation est plus forte et dans d'autres, elle est un peu plus faible parce qu'il y a eu beaucoup de répression et beaucoup de divisions imposées de l'extérieur.
6. Les peuples veulent continuer à vivre et à exister comme ils sont et ce qu'ils demandent, c'est le respect de ce qu'ils sont et de leur territoire.
7. Le CIG ne dispose d'aucune structure pour couvrir les frais de voyage. Toutes les manifestations sont organisées par les communautés et la société civile
8. Les machines construisent une route sans le consentement des personnes et détruisent les collines sacrées et les arbres millénaires.
9. L'action dans l'UNAM indique clairement que ce voyage n'est pas seulement pour les peuples indigènes, mais aussi pour ceux qui estiment qu'il s'inscrit dans ce processus de reconstruction.
10. Avec le soulèvement zapatiste, les indigènes commencent à exister pour les médias
11. Ce sont souvent les hommes qui ne comprennent pas et n'acceptent pas de marcher ensemble.
12. Au cours des 20 années de vie du Congrès National Indigène, de nombreux compañeros et compañeras sont morts.
13. L'ancien recteur de l'UNAM Pablo González Casanova et la porte-parole Marichuy rencontrent la classe ouvrière
14. La signature n'est pas celle qui lutte
traduction carolita du documentaire de Gloria Muñoz Ramírez pour Desinformémonos :
María de Jesús Patricio Martínez Del tamaño del dolor es la esperanza
El 29 de mayo de 2017 le cambió la vida a María de Jesús Patricio Martínez, quizás como en ningún otro momento de sus 54 años. Su nombramiento como vocera del recién constituido Concejo Ind...

Rédigé par caroleone