l@s zapatistas no están sol@s.

Infos

Esta es la nueva pagina de europa Zapatista : Contiene noticias y artículos publicados en los sitios web y blogs de los diferentes colectivos europeos solidarios con l@s zapatist@s y con los de abajo y a la izquierda. Permitiendo así colectivizar e intercambiar la información desde nuestros rincones.

Estado de la pagina

Número de artículos:
10  15  20 

 

Etat de Mexico, Marichuy et la douleur des femmes.

tags : marichuy, pl-fr,


              Depuis deux mois, Marichuy parcourt le pays. Comme promis, elle est allée à la rencontre des peuples originaires de l’État de Morelos, de Puebla, de Vera Cruz, du Tabasco, de Campeche, de Jalisco. Comme promis, elle a écouté, partagé leurs espoirs, leur souffrance. À chaque fois, les mêmes litanies de douleurs et d’impunité. Marichuy et le CIG, en côtoyant ces luttes, sèment des graines de résistances à chaque rendez-vous. Comme un écho de ce Mexique rebelle qu’elle arpente avec force et conviction, avec comme unique ambition d’armer les consciences et de : « Décoloniser la pensée capitaliste et patriarcale. Nous rendre à l’évidence qu’une autre forme de gouvernement est possible et qu’entre les ruines naissent les espoirs d’un monde nouveau».Fin Novembre, Marichuy a fait quatre escales dans l’état de Mexico, un des plus violents du pays. Deux pôles urbains où violences, féminicides et expropriations régissent le quotidien de millions de personnes (Texcoco, Ecatepec). Dans un des quartiers les plus sensibles de la capitale, Nezahuacoyotl, mais également à l’UNAM (1), où elle a longuement traité de la violence faite aux femmes.

Pour Marichuy, ces rencontres représentent un véritable défi dans un territoire où la question indigène est exsangue, où les liens de communauté n’existent quasiment plus, où les espoirs de changement sont annihilés par les stratégies de survie dans cette ville monstre qui dévore ses enfants. Chaque jour un peu plus…
             Première escale à Texococo, zone proche d’Atenco (2). Près du petit kiosque de la place centrale, les badauds passent. Les cireurs de chaussures travaillent. Les amoureux se bécotent sur les bancs publics. La foule n’est pas au rendez-vous. À peine, une centaine de personnes. La cérémonie commence dans la fumée du copal. Les danseurs aztèques dansent pour purifier l’espace, offrir la force à Marichuy et au CIG de porter leur parole. Le tambour vrombit et ramène la voix des combattants d’hier qui se mêle à ceux d’aujourd’hui. Une rencontre sous le signe d’une culture millénaire.


Le Frente Popular de Defensa de la Tierra (FPDT) est présent avec une Banderole « Atenco Vive »  et chaque porteur, fier et droit, brandit une machette. Les slogans sont scandés avec force et détermination. Pour signifier qu’ils sont toujours là, prêt à défendre leur territoire.
Malgré cette lutte exemplaire, le nouvel aéroport se construit sur les terres de Texcoco apportant la contamination des rivières, la destruction de la forêt, l’expropriation de terres agricoles pour créer des lotissements, des zones commerciales et autres zones industrielles. Marichuy dénonce un méga-projet mortifère qui ignore les suspensions judiciaires que le FPDT a réussit à obtenir et un gouvernement qui laisse les milices faire leur sale travail, histoire d’anéantir toutes nouvelles velléités de luttes.

À Ecatepec et Nezahuacoyotl, deux quartiers parmi les plus violents de l’État de Mexico, la trame commune est la question des féminicides. En ce 25 novembre, jour international contre les violences faites aux femmes, le sujet prend une autre ampleur. Au Mexique, les chiffres sont effrayants; selon le Fond de Développement des Nations Unies pour les Femmes, 7 femmes sont assassinées chaque jour.

Les féminicides sont des crimes barbares qui jettent l’opprobre non pas sur l’agresseur mais sur la victime elle-même. Les zapatistes ont clairement dans le cœur la volonté farouche d’en finir, un jour, avec ces crimes d’un autre âge : « Pourquoi l’homme qui me tue, me tue, et celui qui ignore ma mort, la minimise, la maquille, la cache, la salit avec ses médisances ( elle avait une tenue provocante, elle était dans un bar, elle sortait la nuit, seule) occultant juste que mon délit est de vivre. Rien de plus, Vivre. Et qu’importe mon âge, ma couleur de peau, ma position sociale, mes idées, mes rêves, mes cauchemars. Mon assassin ne s’est pas décidé parce que j’allais voter ou m’abstenir, parce que j’allais voter rouge, vert, bleu, café, jaune ou indépendant. La vérité c’est que je n’ai même pas de carte d’électeur. L’âge non plus n’est pas le mobile ; je suis une petite fille, une jeune, une adulte, une femme mûre, une ancienne. Il m’a assassinée parce que je suis femme » ( Sous-commandement Galeano, Conciencia por la Humanidad, 27/12/17).

Que se soit à Ecatepec ou Nezahuacoyotl, la même mise en scène : des croix roses balafrées d’un « Ni una mas » (3), des photos, des noms, un âge, une histoire brève de morts violentes, de mutilations, de viols, de disparitions forcées. Sur le sol, des chaussures, des sacs qui ne seront plus jamais portés. La plupart du temps, l’auteur des faits, le mari, le voisin, un gars ordinaire ressort libre. Et parfois, des histoires sans nom, jamais réclamées par une famille. Comme cette gamine, entre 3 et 5 ans, connue juste sous l’appellation « la petite fille aux chaussettes rouges », retrouvée morte dans un terrain vague, à moitié nue et son corps couvert d’hématomes. Le Mexique n’est-il pas en train de sombrer dans l’horreur la plus totale ? Mais peut-être bien qu’il est déjà bien au-delà…

Sur scène, Batallones Femininos met en rime et en rap leur rage. Elles sautent, elles rugissent, « Vivas nos queremos » (4). Marichuy en tant que femme porte avec force cette question des féminicides. Elle sait dans son corps et dans sa chair la douleur et la peur d’être une femme pauvre, indigène dans un pays sous le joug d’un patriarcat encore bien vivant. Et ses mots prennent d’autant plus d’ampleur : « Les milliers de femmes mortes dans ce pays nous parlent de l’impunité qui entourent les criminels, surtout lorsqu’ils appartiennent aux classes privilégiées ». Elle rajoute : « Quand ils violent, font disparaître, emprisonnent ou assassinent une femme, c’est comme si toute la communauté, le quartier, le peuple ou la famille avait été violé, disparu, emprisonné ou assassiné. Et par le moyen du deuil et de la peur, ils veulent coloniser et pervertir le tissu qui existe dans notre cœur collectif, pour s’emparer de tout ce que nous sommes et de le changer en marchandise dont ils ont besoin pour l’accumulation insatiable d’argent et de puissance dont se nourrit le système capitalisme ».Elle conclura avec force : « Un crime de haine est un crime capitaliste, et face à cela, nous n’allons pas nous taire, et répondre par une digne révolte par le biais d’une organisation collective ».À l’UNAM, la mère de Lesby Berlin Osario, 22 ans, retrouvée sur le campus étranglée par le câble d’une cabine téléphonique dénonce avec force : « La mort de Lesby est un féminicide ce n’est PAS un suicide. Je réclame Justice ». Son petit-ami qui était avec elle ce soir-là a été lavé de tout soupçon. La foule entre larmes et colère lui répond en criant « No estas sola »Il y a comme une envie de hurler et de vomir ce monde machiste.

Sur l’esplanade de l’université, des milliers de personnes attendent la porte-parole du CIG. Son discours parle de la gratuité de l’éducation, en dehors de tout système mercantile. Pour que le savoir et la connaissance soit au service du peuple et pas seulement pour ceux d’en haut. Elle se souvient des luttes étudiantes de 1968, 1986, 1999 et déclare : « Quand nous avons dit que notre lutte, qui nous amène à parcourir tous les coins du Mexique d’en bas n’est pas pour le pouvoir et n’est pas non plus pour obtenir des postes publics ou des bulletins de vote, nous le disons parce que nous cherchons quelque chose de beaucoup plus grand et important, nous cherchons la conscience collective d’en bas, celle que nous avons vu naître et fleurir chez les étudiants organisés et qui nous ont beaucoup appris avec leur dignité et leur détermination ».Au cœur de Mexico, capitale du pays, elle rappelle que les villes sont par excellence le lieu où se reproduit le système capitalisme :« L’exploitation, les expulsions et le mépris sont des incontournables dans l’existence des villes ». D’autant plus dans cette mégalopole où vivent plus de 22 millions de personnes.

         
  Après la ferveur du Chiapas, il y a eu comme une baisse d’intensité dans ces rencontres. Oui, l’élan populaire était moins visible. Oui, la foule n’a pas toujours été au rendez-vous. Clairement, le pays est en état de torpeur, gangrené par la violence, tétanisée par la peur d’être assassiné, emprisonné, torturé, violé. Il est donc difficile de sortir de chez soi, de laisser germer l’espoir et de partager autre chose que de la survie. Leur univers est de plus en plus étriqué, laminé par un système capitaliste qui broie tout ce qui dépasse. Même les militants font profil bas.

Dans cet espace restreint, Marichuy ne se pose ni en prophète ni en solution toute faite. Elle propose juste de construire ensemble les réponses. Parce qu’il n’y pas d’autres choix. Pas d’autres alternatives. Résister ou disparaître à jamais. Ceci n’est pas une formule pour révolutionnaires nostalgiques. C’est la triste réalité du Mexique d’aujourd’hui…
San Cristobal de las Casas, 28 décembre 2017. Traba
(1) Université Nationale Autonome de Mexico, crée en 1910, c’est une des plus importantes et des plus influentes d’Amérique latine.
(2) Lutte emblématique de 2006 contre la création d’un aéroport international, sévèrement réprimée par le gouverneur de l’époque, Enrique Peña Nieto, aujourd’hui président. 2 morts, 3 dirigeants du FPDT arrêtés avec 200 de leurs sympathisants, 27 femmes violées par des policiers.
(3) Pas une de plus.
(4) « Vivantes nous nous voulons ». https://www.youtube.com/watch?