l@s zapatistas no están sol@s.

Infos

Esta es la nueva pagina de europa Zapatista : Contiene noticias y artículos publicados en los sitios web y blogs de los diferentes colectivos europeos solidarios con l@s zapatist@s y con los de abajo y a la izquierda. Permitiendo así colectivizar e intercambiar la información desde nuestros rincones.

Estado de la pagina

Número de artículos:
10  15  20 

 

Dénonciation de l'augmentation des violences faites aux femmes au Chiapas.

tags : pl-fr,
Les femmes en défense du territoire dénoncent l'augmentation des taux de violence au Chiapas.
Traduction@Carolita

171125_25n_cdmch
Déclaration du Mouvement des femmes pour la défense du territoire
25 NOVEMBRE
"JOURNÉE INTERNATIONALE CONTRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES."
DECLARATION
Dans le cadre de la Journée internationale contre la violence à l'égard des femmes, les 23 et 24 novembre derniers, des femmes, des hommes, des filles et des femmes âgées de différentes régions du Chiapas, du Mexique et du monde se sont réunis à la Cinquième Assemblée du Mouvement pour la défense de la terre, du territoire et pour la participation et la reconnaissance des femmes dans les décisions pour dénoncer l'augmentation de la violence directe, institutionnelle et structurelle dont l'urgence et la gravité que devait recevoir la Déclaration d'Alerte de Violence de Genre pour les Femmes du Chiapas (AVGM) et que le gouvernement du Chiapas n'a pas accompli.
Au cours de ces journées, nous partageons des témoignages sur la façon dont s'exerce la violence contre les femmes et le féminicide au Chiapas qui ne sont pas un problème qui ne devrait être résolu que par les hommes et les femmes dans la sphère privée, les familles dans leurs relations, les communautés au sein des peuples et les organisations civiles dans la promotion et la défense des droits, mais qui est avant tout une responsabilité de l'Etat puisque la dimension de la violence féminicide a ses origines et ses causes dans la violence structurelle comme la pauvreté, la discrimination, l'injustice, la misogynie. qui sont reproduits à partir des institutions et des agents de l'État patriarcal.
Depuis que l'Alerte à la violence de genre a été déclarée le 18 novembre 2016, le gouvernement du Chiapas et le gouvernement fédéral devaient mettre en œuvre des actions d'urgence dans les domaines de la prévention, de la justice, de la réparation des dommages et d'une large diffusion de messages de tolérance zéro à la violence contre les femmes, mais nous avons dénoncé à plusieurs reprises que cela ne s'est pas produit jusqu' à aujourd'hui.
Au contraire, les taux de violence au Chiapas comme l'agression physique, les disparitions et les enlèvements de personnes, en particulier de femmes, la traite, la dépossession, les déplacements forcés, les expulsions, les abus, les viols et les féminicides ont augmenté de façon alarmante dans les 122 municipalités du Chiapas, et nous insistons sur le fait que l'Alerte à la violence de genre ne peut pas être réduite aux 23 cas signalés par le gouvernement fédéral.

D'après l'information qui a été communiquée à l'Assemblée, nous notons certaines des principales allégations sur lesquelles nous sommes d'accord:

Dans le domaine des mesures préventives :
- Les messages publics émis par le gouverneur, Manuel Velasco Coello, et le secrétaire de l'Intérieur, Miguel Ángel Osorio Chong, ont été prononcés lors de la prestation de programmes d'aide tels que Prospera en profitant du besoin des femmes qui sont amenées à remplir ces événements massivement; par conséquent, les messages de prévention perdent tout leur sens parce qu'ils sont donnés au beau milieu du conditionnement politique, abordant la question de la violence d'un point de vue patriarcal, dans un espace traversé par le harcèlement et le racisme gouvernemental. Sans parler des véritables problèmes rencontrés par les femmes, dont la responsabilité incombe à l'État et à ses institutions de santé, d'éducation et de justice pour éradiquer la violence à l'égard des femmes.
- Dans le domaine de la santé, la Règle 046 n'est toujours pas pleinement appliquée et l'aide médicale d'urgence, hospitalière et médicale sont finalement refusées même lorsque les femmes ont besoin de soins obstétricaux, en raison de la violence familiale, de la violence sexuelle et des violences féminicides, de leur revictimisation et le fait de ne pas se conformer aux mesures d'alerte de la violence de genre. Dans ce domaine, le travail des sages-femmes traditionnelles est criminalisé, et leur pratique et leurs connaissances sont conditionnées en les forçant à se former et à se certifier, de sorte qu'elles cessent d'être sages-femmes et deviennent assistantes ou infirmières des médecins, c'est pourquoi nous avons tout à fait raison de dire: "La violence est aussi dure que la douleur de l'accouchement." Tous les hôpitaux et cliniques de l'entité manquent également de personnel suffisant et formé aux profils susmentionnés, manquent de l'infrastructure matérielle et instrumentale nécessaire et des médicaments de base pour fournir des soins médicaux, qui en tant que droit humain appartiennent à nos peuples, et en particulier aux femmes de par leur vulnérabilité sociale, économique et culturelle spécifique, ce qui se traduit par la violence institutionnelle.
- Dans nos communautés, le PROCEDE (pour la certification agraire), en tant que politique publique néolibérale, continue à n'accréditer la terre que pour les hommes, légitimant et institutionnalisant l'exclusion des femmes du droit à la propriété foncière, à l'usage et à l'usufruit de la terre; le Parquet agraire continue à favoriser la dépossession de la terre au dépend des femmes, perpétuant les usages et coutumes qui violent les droits de l'homme, à la convenance du patriarcat indigène, dont les autorités agraires co-participent.
- Les présidents municipaux agissent en tant que juges et juges de paix qui se subordonnent à eux ou aux groupes de pouvoir de fait au sein des communautés, où il existe déjà un pouvoir narco-paramilitaire, mercantilisant la justice en payant des amendes aux parties, où pour les femmes il n' y a pas de justice et où, au lieu de cela, elles sont à nouveau victimisées et où, dans certains cas, elles peuvent être violées par les autorités.
- Le système éducatif, dans lequel, en dépit du mandat constitutionnel, les enseignants n'éliminent pas la violence raciste, de classe et sexiste dans les salles de classe en raison d'un manque de formation aux approches de genre et de droits humains pour éliminer cette violence, du niveau préscolaire au niveau universitaire.
- L'État est négligeant et complice des espaces publicitaires qui favorisent la dégradation et l'objectivation des femmes, leur promotion en tant que produits sexuels et l'amour romantique qui perpétue le rôle subalterne des femmes. Les messages de violence symbolique sont dans les médias de masse, tolérés et promus par les entreprises de télévision (TELEVISA et TV AZTECA) qui fabriquent, soutiennent et justifient les mauvais gouvernements néolibéraux et patriarcaux au pouvoir.
- L'État ne comprend pas la dimension de la violence sur les femmes, dont le féminicide est un exemple extrême. Sans aucun doute, il est nécessaire que le pouvoir capitaliste patriarcal se voit pour comprendre la nature systémique de la violence que nous dénonçons aujourd'hui. Cette vision courte de l'État et de ses agents a réduit notre demande et ne tient pas suffisamment compte de la violence sur les femmes, et encore moins de la violence structurelle dont l'État est responsable.
- L'Etat ne comprend pas non plus la dimension de la violence de genre et oriente son discours (et non son action) uniquement vers la violence que vivent les femmes, sans considérer cette violence comme un problème relationnel entre les hommes et les femmes.
Dans le domaine de la justice et des mesures de réparation:
- Le système judiciaire ne dispose pas des outils théoriques méthodologiques de base pour traiter les situations de violence dénoncées par les femmes, y compris les organes spécialisés dont les femmes sont à nouveau victimes, la violence structurelle et systémique qui détermine la reproduction de la violence sexiste dans tous les domaines de la vie sociale est invisible et ignorée.
- L'État et ses fonctionnaires ne comprennent pas la dimension de la violence féminicide comme une violence systémique, dans laquelle le féminicide est un signe extrême de cette violence. Cette vision courte a favorisé le fait que notre demande a été réduite et qu'elle n'envisage pas la violence féminicide, sans parler de la violence structurelle dont l'État est responsable. De même, la dimension de la violence sexiste n'est pas comprise, c'est pourquoi l'État oriente son discours (et non son action) vers la violence que vivent les femmes, sans considérer cette violence comme un problème relationnel entre hommes et femmes. Le premier signe visible de cette transformation idéologique et culturelle serait une compréhension de la mesure dite de "tolérance zéro", réduite jusqu'à présent à la promotion d'un slogan publicitaire dépourvu de contenu et de responsabilité politique.
- Il ne fait aucun doute que l'État doit se donner les conseils scientifiques et éthiques nécessaires pour former et éduquer ses agents à ces dimensions de la vie sociale afin qu'ils puissent réellement assumer leurs responsabilités légales envers les femmes et la société dans son ensemble. Comme l'exigent les traités internationaux desquels ils font partie. De telle sorte que le droit des femmes à l'accès à la justice est minoré par l'incapacité, le manque de recherches et d'analyses contextualisées, le manque de ressources et d'infrastructures, l'impunité et, dans de nombreux cas, l'inconstitutionnalité des lois, comme c'est le cas de la conciliation dans les cas de violence familiale, dans cette situation, la réparation des préjudices subis par les victimes du féminicide et leurs familles reste lettre morte.
- D'autre part, le budget alloué à l'Alerte à la violence de genre est un butin politique de fonctionnaires corrompus qui volent l'argent du peuple, tout comme ils volent l'argent des victimes du tremblement de terre. Dans les municipalités qui participent à la mise en œuvre de l'Alerte, on dit qu'elles ne connaissent pas l'existence et le montant des ressources dans ce domaine et que les quelques actions qu'elles mènent sont le résultat de coupes budgétaires dans d'autres tâches municipales. Le CONAVIM est irresponsable par rapport à ses responsabilités concernant la mise en œuvre de l'AVG au Chiapas.
Pour tout cela, nous déclarons qu'Enrique Peña Nieto, Miguel Ángel Osorio Chong et Manuel Velasco Coello, représentants de l'Etat mexicain. N'ONT PAS APPLIQUÉ la mise en œuvre effective de l'Alerte à la violence de genre au Chiapas, comme le stipule la loi.
C'est pourquoi nous les tenons pour responsables des 35 disparitions de femmes (données du Parquet Général); des centaines de viols, plus de 200 morts violentes, et au moins 58 féminicides et 79 tentatives d'assassinats (données de l'Observatoire Féministe Contre la Violence à l'égard des Femmes du Chiapas), qui ont eu lieu au cours de cette année, alors que l'Alerte de Genre a lieu au Chiapas.
San Cristóbal de Las Casas, Chiapas; 25 novembre 2017

Plus de violence contre les femmes!

Nous les aimons vivantes!

Vive les sœurs Mirabal!