l@s zapatistas no están sol@s.

Infos

Esta es la nueva pagina de europa Zapatista : Contiene noticias y artículos publicados en los sitios web y blogs de los diferentes colectivos europeos solidarios con l@s zapatist@s y con los de abajo y a la izquierda. Permitiendo así colectivizar e intercambiar la información desde nuestros rincones.

Estado de la pagina

Número de artículos:
10  15  20 

 

Paroles de Marichuy et du CIG au dépôt de leur candidature

tags : cig, marichuy, pl-fr,

Paroles de Marichuy, porte-parole du CIG, après avoir apporté la lettre de motivation en tant qu'aspirante à l'Institut National Electoral, 10 octobre 2017.

PAROLES DE MARICHUY AU SUJET DE SON ENREGISTREMENT A L'INE

Bonjour et bonne après-midi compañeros, compañeras, frères indigènes, médias libres et médias commerciaux. Nous sommes en train de réaliser un des premiers pas qui nous emmenera plus avant. Merci d'être ici présents, en soutien, car ceci est une proposition collective, de beaucoup de gens.

Et ce que je veux dire tout d'abord, c'est que pour arriver à réaliser cette première étape, ils nous ont mis beaucoup d'embûches. Ils ont voulu nous traiter comme si on était de la haute, de ceux qui se régissent comme eux le font là-bas, en haut. Que cette structure est uniquement conçue pour eux, et pas pour les gens d'en bas, pas pour la classe laborieuse. Encore moins pour les communautés indigènes. Mais même malgré ça, nous avons réussi à passer cette première étape. Et il faut que je vous dise qu'ils ne voulaient pas nous ouvrir un compte à la banque, ce qui était une des exigences, qu'il fallait avoir un compte en banque, et la banque HSBC nous a bloqué, ils ne voulaient pas l'ouvrir, et on a dû en chercher une autre.

Et donc déjà à partir de là on voit bien comment ce pouvoir est truqué, n'est-ce pas ? Mais même comme ça on a réussi et on a déjà passé la première étape. Et cela, évidemment, avec le soutien de vous tous. On veut aussi que ce soit clair qu'il s'agit de quelque chose de différent, c'est une proposition collective, qui n'est pas telle que eux en ont dessiné les contours, que ce soit une personne qui dit, une personne qui décide, et que ce qui est fait c'est ce que la personne dit. Ici ce n'est pas le cas.

Nous sommes en collectif, n'est-ce pas ? C'est pour cela que c'est le Conseil Indigène de Gouvernement, qui est la présence des peuples indigènes agglutinés dans ce grand Conseil, et qui sont des conseillés proposés par leurs propres communautés, vus depuis leurs communautés, soutenus depuis là, et qui vont être attentifs. C'est cela le principal. Le Conseil Indigène de Gouvernement, qui est celui qui va faire le chemin. Et donc ce n'est pas une personne, que ce soit bien clair, n'est-ce pas ? Nous sommes un groupe. Et aussi, comment est-ce qu'on va marcher ? On va marcher à la manière des peuples indigènes, avec le soutien des gens, avec le soutien de nos communautés. De la même manière qu'on organise les fêtes dans nos communautés, qu'on s'organise pour recevoir quelqu'un d'autres communautés, pour recevoir la charge, c'est comme ça qu'on va faire. Qu'il soit bien clair que nous n'allons pas recevoir un seul centime de l'Institut National Électoral.

Et cela, ce qu'on va mettre en oeuvre, ça va être avec le soutien de tous, n'est-ce pas ? On va marcher de cette manière. Et ça aussi, pour quelle raison ? Parce que pour nous c'est clair, d'autant plus maintenant qu'on vient de traverser une catastrophe, on a bien vu que les gens d'en-bas ne les intéressent pas, qu'ils ne sont pas avec les gens d'en-bas. Que ce qu'ils veulent c'est les exterminer et les dégager. Tout comme ils sont venus en finir avec nous les peuples indigènes, tout comme ils nous ont imposé leurs plans, leurs programmes pour s'assurer de cette spoliation, de cette division. Et donc c'est clair que pour eux, les gens d'en-bas n'existent pas.

Et qu'est-ce qu'il faut que nous on fasse ? Nous organiser. C'est cela notre proposition. Il faut que nous nous organisions et qu'on se donne la main entre tous, et qu'on en finisse avec ce système capitaliste, ce système patriarcal, ce système raciste, classiste. Parce qu'on le vit dans nos propres chairs, quoi. Et donc il faut seulement qu'on fasse cet effort, nous organiser, pour qu'on puisse aller de l'avant avec cette proposition qui surgit depuis les peuples indigènes et qui n'est pas une invention, c'est quelque chose qui se vit depuis des années et c'est pour cela qu'ils ont été et qu'ils continuent à exister au fil de toutes ces années.

Pourquoi est-ce qu'ils n'ont pas réussi à en venir à bout ? Parce qu'ils sont organisés et qu'ils en ont hérité année après année, décennie après décennie, n'est-ce pas ? Et donc cette organisation qu'il y a dans les communautés et qui est un héritage, maintenant on veut la proposer pour tous les mexicains, vous comprenez ? Et donc c'est quelque chose qui se vit déjà dans les communautés, qui n'est pas, comme je vous le disait, une invention. C'est quelque chose qui existe déjà et que nous avons, les peuples c'est cette proposition qu'ils font, et c'est pour cela que nous voulons marcher comme le font les peuples indigènes, aux côtés de vous tous, avec cette proposition. Ce n'est que comme ça que nous irons de l'avant. Et aussi que les peuples indigènes ne peuvent pas y arriver tout seuls, c'est pour cela qu'on demande le soutien des travailleurs de la campagne et de la ville. C'est ensemble qu'il faut qu'on fasse cet effort pour aller de l'avant et faire avancer nos communautés, quartiers, colonies, peuples, tout cela.

Il faut que nous unissions nos efforts, ensemble aux côtés des peuples indigènes. C'est eux qui vont nous montrer comment il faut avancer. Et aussi en tant que femme, que mère, que travailleuse, je vous dis et je vous en fait part, il faut qu'on lutte contre ce machisme, contre ce classisme, contre ce système patriarcal qui veut à tout prix en finir avec nous, nous séparer et dire qu'il n'y a que les hommes qui sont aptes. Et il faut qu'on s'organise. Si nos peuples vivent cette discrimination, les femmes encore plus. Et moi je crois que ça ne concerne pas seulement les femmes des communautés indigènes, je pense que ça concerne tout le pays, au niveau national. C'est pour ça que cette lutte est pour tout le monde.

Cette lutte va bien au-delà du Mexique, que ce soit clair que c'est pour le monde entier. C'est pour ça qu'il faut qu'on organise toutes ces douleurs qui ont lieu dans nos communautés, dans nos peuples, qu'il faut qu'on organise toutes ces rages. Et donc c'est ce message qu'on cherche à faire passer : qu'il faut organiser ces douleurs et ces rages. Il n'y a que comme cela que nous pourrons avancer, compañeros. Merci.

source : Congrès National Indigène

traduction collective