l@s zapatistas no están sol@s.

Infos

Esta es la nueva pagina de europa Zapatista : Contiene noticias y artículos publicados en los sitios web y blogs de los diferentes colectivos europeos solidarios con l@s zapatist@s y con los de abajo y a la izquierda. Permitiendo así colectivizar e intercambiar la información desde nuestros rincones.

Estado de la pagina

Número de artículos:
10  15  20 

 

Quien es Pascual Gomez Jimenez, preso injusto del Amate

Pascual Gómez Jiménez
Pascual foto
Organización: La voz verdadera del Amate
Mi historia
22 de enero del año 2017
Soy Pascual Gómez Jiménez originario de la Ranchería Sal del Trigre. Municipio Chilón (Chiapas) el día 20 de agosto del año 1986, nací en esa comunidad, ahí crecí. Cuando ya tengo 7-8 años mi papá me mandaba en la escuela y terminé mi primaria. Cuando cumplí 18 años junté con mi esposa, en ese momento empecé a trabajar en el campo y a dar servicio en la escuela, entonces los Padres de Familia me conocen con mi conducta y también ser cooperantes.
Para demostrar mi participación, en el año 2008, como a las 6 de la tarde estoy llegando a trabajar y cuando llegué a mi casa, como de 5 minutos y llegó un señor que se llama Manuel Silvano Gómez y me dijo que me iba a acompañar a un lugar que se llama Chaban. Pero le dije que no quería, pero es necio y a la fuerza que tenía que ir con él, entonces yo le dije a mi esposa que regreso rápido. En ese momento fuimos caminando como aproximadamente de media hora y nos cruzamos el rio con una balsa y llegamos a ese poblado a las 4 de la tarde y compramos la casa y le dije que ya no vayamos en el rio, porque ya entramos de noche. Pero él no quería ir en campo o en el pié, porque él sabe que tiene una orden de aprehensión por violación, por eso no quiere que nos vayamos en carretera, entonces como a las 11 de la noche fuimos a cruzar otra vez el rio con el señor y sus hijos, pero que hacer cuando ya llegamos a la otra orilla del rio cuando van bajando uno por uno y el señor Manuel Silvano Gómez se resbaló su zapato y la balsa ya no lo pisó bien en medio, sino que se puso en un lado y la balsa se revolvió y el señor se cayó en el río. Ahí está presente su hijo, en ese momento me quité mi ropa para ayudarlo pero ya no puede porque sus zapatos es bota de hule y pantalón de mezclilla y playera manga larga y se chupó rápido el agua y lo llevó hasta abajo, por eso no pude salvarlo. Y el hijo del finado ahí esta presente cuando no pudimos hacer nada, se fue en su casa y yo fui en mi casa también.
Al amanecer, como a las 6 de la mañana, me levanté para llegar a ver a su familia, pero su familia no quiere que yo vaya a hablar con ellos y si presento a llegar dice que me van a matar también, porque el chavo que está conmigo estaba bien amenazado con su hermano del finado, entonces ya no fui a verlo.
Pero la amenaza la tuve por meses y ya no sabía si me habían sacado orden de aprehensión , yo siempre salgo a pasear en Ocosingo y pasa tiempo, como tres años, el día 8 de junio de 2011 salí a pasear con mi esposa a la ciudad de Ocosingo y con mi hijo. Aproximadamente como a las 3:30 de la tarde regresé, pero en la gasolinera ahí están los sectoriales revisando los transportes que van a Palenque como yo iba ahí me pararon y empezaron a revisar. Pasó como a los 5 minutos y llegó otra patrulla y vino directo donde estoy sentado y me preguntaron mi nombre y le dije mi nombre. En ese momento me bajaron y me esposaron, me subieron a la patrulla y me llevaron a una casa privada. Ahí me empezaron a vendar mis ojos y me llevaron al baño, ahí me empezaron a torturar y me echaron agua en mi boca y bien golpeado, cuando ya no respiro, bien me golpeaban mi estómago para vomitar el agua, como a las 8 de la noche me trasladaron a Chiapa de Corzo, otra vez me torturaban y vendaron mis ojos.
Al mismo tiempo, como a las 7 de la mañana me bajaron al Ministerio Público, me entregaron cosas, lo que no es de nosotros y nos obligan a parar para tomarnos foto, cuando terminaron de ahí me llevaron a Procuraduría. Ahí nos tomaron datos, cuando terminaron de apuntar nuestro nombre y nos metieron en la cárcel.
Pasó como 5 minutos, vino un comandante de civil donde me dijo que tengo orden de aprehensión de homicidio calificado, entonces al mismo tiempo, como a las 7 de la noche me bajaron a declarar. Lo declaré lo que pasó, el día domingo en la mañana me trasladaron al Cereso nº16 El Encino de Ocosingo y cuando pasé en interior hice mi talacha, entregue escoba, jabón fabuloso y algunas cosas más.
Entonces empezó a citar a quien me acusó, en un año se presentó en juzgado de Ocosingo, donde se declaró todo a mi favor, que yo no había matado a su papá. Entonces el defensor de oficio preguntaron al chavo porque me acusaron. Por el miedo, porque dice que si no me acusaba dice que lo van a matar. Por eso, por su miedo es el saber me acusaron, por su amenaza de su tío Anselmo Silvano Gómez que vive en Yakteec y pasaron años cerca de mi casa. El juez de Yajalón me sentenció a 25 años de prisión y no lo acepté, lo mandé a apelación y me bajaron a proceso otra vez y ya pasó tres veces mi caso, nunca se presentó el que me acusó, pero hasta ahorita no me han notificado ninguna vez.
Somos 6 personas en esta organización y le estamos echando ganas, y también compañeros les agradecemos mucho por su apoyo y quiero que aún apartado y que otros también lucharemos juntos.
Soy Pascual Gómez Jiménez y mi esposa Rosa Silvano López, hicimos hijos Daniel Gómez Silvano, Pascual Gómez Silvano, Adaí Gómez Silvano, Sandra Isera López Silvano. Estos son mis hijos que están sufriendo allá afuera.
Gracias compañeros y compañeras
Atentamente
Pascual Gómez Jiménez

Quien es Diego López Méndez (preso injusto del amate)

Diego López Méndez
Diego Foto
Mi historia
Yo nací en el barrio de Chixletic, municipio Sam Juan Cancuc (Chiapas), ahí crecí, a los 5 años tenía yo cuando mi familia, mi papá y mi mamá empezaron a pensar que es lo que van a hacer, porque éramos 4 niños, pero uno murió quedamos 3, yo y mis 2 hermanos mayor.
Ahora como mi papá no tiene terreno ahí en ese municipio, San Juan Cancuc, por eso empezó a buscar un lugar donde vivir o sobrevivir.
7 años tenía cuando me fui en un lugar que se llama El Edén del Carmen. Municipio de Ocosingo, Chiapas. Allí comenzamos a trabajar a sembrar todo como maíz, frijol, chile, calabaza, chilacayote y también café. Pero como a mi papá le gusta sembrar muchas cosas y es muy trabajador en el campo, y nosotros también como niños aprendimos a trabajar en el campo. Allí saqué mi primaria y a los 12 años de edad tenía yo cuando mi papá nos dijo: “hijos vénganse” yo y mi hermano Miguel, le dije hermano: “dijo papá que quiere hablar con nosotros, qué piensas, nos vamos.” Bueno, pues vamos, me dijo. Y ahora mi papá nos empezó a decir, aquí en este lugar está un poco duro, porque la verdad en esta comunidad donde estamos ahora, ya ves que cuando tienes 18 años tienen que cooperar por todo lo que hacen la gente aquí dijo. Y también cualquier rato les van a dejar cargo como agente, comité, secretario o tesorero, o otras cosas más, pero este cargo ya no es igual donde nacieron porque en San Juan Cancuc, todos los que piden pueden hablar en nuestro dialecto o nuestro idioma, dijo. Y mi papá se puso un poco tristeporque todos mis familiares no saben nada de español y yo le contesté: “Papá que quieres que hagamos”. Y me contestó: “ Miren les voy a decir o les voy a dar permiso para que aprendan un poquito, aunque no lo aprendan bien, que sólo lo entiendan. Vayan a San Cristóbal, o en otros lugares, porque la verdad es triste no saber hablar español. Y ahora empezamos a pensar con mi hermano, y dijo mi hermano: “Yo me voy primero, y ti acompáñalo un tiempo a trabajar a mi papá.” Y yo le dije a mi hermano: “Está bien, cuídate mucho y te vas porque la verdad tiene razón papá. Ya ves cuando viene alguien que no sabe nada de dialecto, pues no sabes contestarle. Ve y sólo te pido que no olvides a nuestra familia.” Le dije, y contestó: “No te preocupes hermanito, pórtate bien y échale ganas”, me dijo. Y mi hermano salió y se fue directo a México a trabajar, y yo me quedé un tiempo también. Como tres meses me quedé en mi casa, después salí también. Vine en San Cristóbal de las Casas, trabajé como 8 años en este lugar, Bar Los Amigos, era el mismo dueño que el Bar Tio Chelo y el bar Compa Chelo. Y ahora lo vendió los 2 bares que tenía, ahora cuando lo vendió le quedó sólo el Bar Tio Chelo, Benito Juarez, número 94 (Barrio San Diego). En esta ciudad, San Cristóbal de las Casas, (Chiapas), ahí aprendí un poco de español, aún poco pero lo entendía más o menos, gracias a mi papá que ya me dio permiso, pero una parte me salió mal. A los 18 años de edad tenía cuando se me acercó una mujer y me junté con ella.
Estuve un año con ella, yo me fui en Sonora como tres meses, cuando regresé me dieron trabajo en el mismo lugar donde trabajaba yo, en el bar El Tío Chelo. Ya no tardé ahí, sólo 2 meses, como tenía yo un amigo que llevábamos mucho tiempo trabajando juntos, no lo sabía yo si había cometido delito o no. Fue un día miércoles, como a las 2 de la tarde. En la fecha 18 de julio de 2012, esa fecha estaba yo trabajando como era yo de mesero. Salió mi cliente , fui a buscar escoba para limpiar mi área donde me toco atender. Tenía yo en mi mano cuiando llegaron dos personas, me preguntó mi nombre y le dije. Y esos dos me dijeron: “acompáñame” y les pregunté por qué. No preguntes, me dijo. Bueno, como yo no debo por eso me fui. Saliendo por la puerta uno me agarró en mi nuca y otro en mi cinturón, me metieron en un carro. Cuando estaba yo en el carro me dijo: “¿Lo conoces a esa persona?” Voltéate! , me dijo. Yo no conozco a nadie, le dije, y en ese momento se encabronaron los que me llevaron. Y yo les pregunté porque me tienen aquí si no me han dicho. “Y ahora si quieres saber por qué estás aquí”, me dijo.
Si quieres saber, y al momento que le pregunté, me mostró una foto de una persona que estaba muerta. “¿La conoces?
Le contesté que no, porque la persona que me mostró no la conozco. Y me dijo que aunque no quieras decir porque ya te pusieron dedo, ahora te llevo o te carga la chingada, me dijo. Pero como las personas que me agarraron quieren saber si yo lo maté, pero como yo, no sabía yo ese delito que sucedió no lo puedo decir que si, porque no lo he hecho.
En ese momento me empezaron a torturar, y a torturar, porque quieren saber la verdad, si yo fui o no. Y de ahí me amenazan con una pistola. “¿Lo vas a decir o quieres quedar aquí?, también me dijo.
Le contesté lo que querían, les dije, pero como no me de dejaban de torturar, por fin me confesé, porque ya no aguantaba yo la torturación. Me confesé por tortura, y me preguntaron si lo voy a declarar y yo les dije que no, y no lo declaré. Y cuando me llegué al Cereso El Amate, nº 14, me hicieron firmar y las huellas.
Como a los 8 meses, llevaba yo en el Amate, me volvieron a notificar para poner huellas porque las primeras huellas las rechazaron. Me notificaron otra vez y empiezo a leer su declaración del chavo que viene junto con él, porque el fue que lo agarraron primero, y yo después ya ni lo escuché como declaró y me preguntó la licenciada si declaré también, y yo le dije que no. Y me dijo: “Como no, si aquí está su declaración.”, me dijo. Y empezó a leer toda la declaración, que lo leyó la licenciada, yo sé que solo lo inventaron o dijo algo ahí la persona que vino con él, no lo se. Así que ya llevo 4 años con 8 meses aquí en el Amate, hasta ahorita no me han dado sentencia porque estoy en proceso. Yo soy totalmente inocente, si hubiera yo hecho no estuviera yo trabajando ese día, hubiera yo escapado o irme en otro lugar, pero como no debo nada no me salí.
Aquí está pasando tranquilo, aprendí muchas cosas, a tejer hamacas y otras cosas más. Y también juego basketball, le doy gracias a Dios que no siento como paso los días. Y aquí, en este lugar han pasado muchas cosas, también ya llevaba mucho tiempo viviendo en esta nave 11, donde supuestamente son para los indígenas. Pero como salieron los Chenalós, ya salieron libres lo buscaron un representante unos compañeros tzeltalros, es de Oxchuc que se llama: Esteban Encino Méndez y cuando le pusieron cargo como que se sintió muy alto o más jefe. Empezó a pedir dinero, en la nave ya por fin se molestó la gente y se pegaron de brinco, ya no querían cooperar y se molestó. Yo como no estoy de acuerdo lo que está haciendo me fabricaron delito para que me saquen de la nave 11. No me pudieron sacar en borracho, o en vicio porque no lo tengo, ni en vicio. Por eso fabricó algo para que así fácil me hacen la chamba y sí salí, pero en golpes. Esa fecha fue en 29 de noviembre del 2016, cuando no es legal las cosas que me hacen, dan vuelta y ahora, a los 15 días me habían sacado en su cargo, por lo mismo que no supo trabajar.
En 18 de enero de 2017, igual sacaron 2 voceros a representante de modulo verde y modulo café. En 20 de enero de 2017 vino el Secretario de Gobierno en Tuxtla a buscar un representante en cada modulo para que así trabajan juntos con los internos y hasta el momento estamos esperando que va a pasar más.
Y necesito sus apoyos, más apoyos para salir más adelante. Esta es toda mi historia, o mi palabra que escribí y también les pido mucho perdón por mi letra y la palabra porque no se muy bien el español. Quiero que me lo corrijan donde faltan unas letras, por favor.
Somos 6 personas en esta organización y le estamos echando ganas. Y también compas les agradezco mucho a todos por sus apoyos y quiero que me sigan apoyando y nosotros también lucharemos juntos.
Soy Diego López Méndez y tengo mi mujer y mi hijo, sólo 1 hijo tengo todavía porque no tardé con mi mujer allá afuera, pero le agradezco también que siga viniendo aquí a visitarme,
Atentamente
Diego López Méndez
Saludos para todos los compañeros
Gracias y gracias.
Y les mando muchos en un fuerte abrazos.

Quien es Adrian Gomez Jimenez? (preso injusto del amate)

Adrían Gómez Jiménez
adrian fotoMe llamo Adrían Gómez Jiménez, nací el 5 de marzo del año 1981 en Paraje Romerillo, municipio de San Juan Chamula. Mis padres se llamaron: Domingo Gómez Hernández y Rosa Jiménez Hernández . Mis padres fueron a vivir a San Cristóbal de las Casas (Chiapas) en donde crecí y trabajé como obrero.
En 1994 fallece mi querida madre, y cuatro años más tarde mi padre fallece en un accidente automovilístico. Así que a los 17 años me quedé huérfano de padre y madre y así que tuve que sostenerme por mi propia cuenta y con la ayuda de mis hermanos salimos adelante.
Pero a los 22 años me incriminan en una participación de un secuestro, permítanme contarles como pasó:
Como trabajador en la obra conocí a Felipe en una obra de construcción, hicimos amistad y convivíamos. Pero cierto día un martes 3 de febrero del año 2004, cuando yo regresaba de mi trabajo, siendo las cuatro de la tarde me tope con Felipe, me invitó y me pidió de favor que le acompañara a el y a Agustín López Pérez a una comunidad llamada Zaclamantón, municipio de San Juán Chamula por motivo de que Agustín estaba enferma su mamá y Felipe conoce un curandero que tiene experiencia en curar enfermedades graves y yo les acepté su invitación e hicieron la parada de un taxi marca Wolsvagen conocido como “vocho”, servicio público, y le preguntaron cuento cobraría por un viaje redondo a Zaclamantón y el conductor del taxi dijo que iba a cobrar cien pesos, les pareció bien el precio así que nos fuimos, llegando a ese lugar Felipe bajó del taxi. Fue a ver al curandero, pero el curandero no está a esa hora (como a las 5 p.m.) y le dimos tiempo al ver que no llegaba el señor (entre 15 y 20 minutos). Al ver que no llegaba el señor Felipe sugirió regresar a Sam Cristóbal y volver otro día. Cuando nos subíamos al taxi, de pronto, se atraviesa un centra color plateado nos bajan del taxi y los señores nos interrogan que hacíamos ahí. Se explicó el motivo, pero los señores nos achacan de mentirosos y nos involucran en la desaparición de un tal señor que lo habían encontrado su coche precisamente dónde andábamos en Zaclamantón, nos arrestan, nos trasladan en San Juan Chamula, en donde nos interrogan y nos torturan con golpes.
Posteriormente nos entregan con los Judiciales y nos trasladan al Ministerio Público de Tuxtla Gutierrez, estando en el Ministerio nos acusan del secuestro de Roberto Lievano Najera, pero como soy inocente no acepté los cargos. Al ver ellos que no aceptaba los cargos usaron los métodos de tortura, me pusieron bolsa en la cabeza, me pusieron tehuacan en la nariz, los golpes, cachetadas, la tortura psicológica, como ya no aguantaba la tortura acepté los cargos con el fin de que me dejaran de torturar, de esa manera me privaron de mi libertad sin ninguna orden de aprehensión.

El día 4 de febrero me estuvieron interrogando y golpeando, posteriormente me llevan al arraigo el 6 de febrero. Un mes estuve arraigado para que me pudieran fabricar bien el delito. Cumpliendo los días y un mes me trasladan a Cerrohueco, ingresé un 6 de marzo y estuve haciendo la talacha por seis meses. Estando en Cerrohueco me dictan auto formal de prisión, la cosa es que no me explican para qué, estuve como tres meses y nos trasladan al Cerero nº 14 El Amate, así que no cumplí los seis meses de talacha que me habían dicho los precisos.

La mayor parte de mi reclusión la he vivido en El Amate y no he tenido un defensor adecuado por parte del Juzgado he llevado 12 años de proceso. En el año 2014 solicité mi sentencia porque el ofendido no se ha presentado ni una vez para carearse conmigo y quería ver cuantos años me dictaría el juez. Pero el juez del Cereso nº 5 de San Cristóbal no dictó mi sentencia por motivo de que había muchas irregularidades, así que me bajaron de proceso y me abren un nuevo expediente; por cierto, mi primer expediente fue el número 54, posteriormente fue el numero 174/2009, actualmente es el número 250/2015, así que no saben que hacer con mi caso, por eso les pido su ayuda, porque en este Cereso hay mucha injusticia, hay muchos problemas, la comida es muy mala, no hay atención médica, no hay medicamentos.
No he tenido visita y trabajo haciendo hamaca para comprar las cosas que necesito, el dinero es muy escaso.
Por motivo que solo terminé mi primaria y secundaria.
Simplemente es difícil la vida aquí, pero tenemos fe en que nos ayudarán a su debido tiempo, sólo les suplicamos que nos ayuden.
Adrián Gómez Jiménez
22 de enero de 2017

Zoques denuncian megaproyectos afectando a 84500 hectáreas de su territorio.

tags : megaproyectos, pl-fr,

Comunidades zoques resisten a proyectos de despojo


Indígenas Zoques en defensa de la tierra y de la vida, marcharon el dia de ayer en la capital de Chiapas para exigir un alto a los proyectos de muerte del gobierno, o sea 11 concesiones mineras, la ampliación de presa hidroeléctrica en Chicoasen, un proyecto de geotermia en el volcán chichonal así que un geoparque, pequeñas represas en Ocotepec y Chapultenago y la concesión de 12 pozos petroleros. Por tantas construcciones, sin tomar en cuenta la opinión de los pueblos viviendo en esas tierras, se unieron en esa marcha varios pueblos, organizaciones, y movimiento de lucha como el Modevite, Pueblo Creyente, Las Abejas, el magisterio etc...

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule et plein air 


Aquí les presentamos el Comunicado del Movimiento Indígena Zoque, y les invitamos a leer la nota de los comp@s del medio libre Pozol.

Tuxtla Gutiérrez, Chiapas a 22 de junio de 2017

COMUNICADO DE PRENSA

A los pueblos indígenas del mundo, México y Chiapas
A los pueblos zoques de la Selva Lacandona, Veracruz, Oaxaca, Campeche, Guadalajara y Boston Estados Unidos.
A los organismos de defensa de los Derechos Humanos y organizaciones sociales.
A los medios de comunicación libres

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule et plein airLa reforma energética aprobada en 2013 junto a las 10 reformas constitucionales constituyen una seria amenaza de despojo de las tierras de los pueblos indígenas de México, en particular contra los pueblos zoques del norte de Chiapas. Por ello, nos hemos organizado en un movimiento indígena de resistencia y de defensa de la vida y la madre tierra para hacer frente a los proyectos extractivos que ponen en riesgo la vida social, ambiental y cultural de 60 mil hablantes zoques.

Sobre nuestros territorios la amenaza es real por las 11 concesiones mineras otorgadas por el Gobierno con un total de 70 mil hectáreas, de los cuales ya se encuentra en operación la Minera Frisco en Solosuchiapa, propiedad de Carlos Slim; 1 ampliación de presa hidroeléctrica sobre las tierras de Chicoasén; 1 proyecto de Geotermia sobre el cráter del Volcán Chichonal sobre 15 mil hectáreas; 1 geo-parque en el mismo Volcán con 2,400 hectáreas; además de pequeñas represas en Ocotepec y Chapultenago. En total más de 180 mil hectáreas de montañas de niebla, manantiales, ríos, tierras ejidales y espacios simbólicos se encuentran amenazadas por los proyectos extractivos.

La amenaza más directa sobre nuestras tierras es la licitación que viene realizando desde agosto del 2016 la Secretaría de Energía (SENER) a través de la Licitación Pública Internacional conocida como la Ronda 2.2 para el concesionamiento de 12 pozos de extracción de gas natural y aceite en los estados costeros del Golfo de México y Cuencas del Sureste, la cual se compone de 12 bloques, 2 de los cuales tienen impacto en el Estado de Chiapas. Un total de 84,500 hectáreas de tierras de 9 municipios del norte de Chiapas serían utilizadas para la extracción de gas natural mediante el despojo y contaminación ambiental del territorio zoque.

El bloque 10, afectaría 42 mil 600 hectáreas de los municipios de Tecpatan, Francisco León y Ostuacan, con la finalidad de obtener aceite superligero y gas húmedo, mientras que el bloque 11, afectaría 41 mil 900 hectáreas de Chapultenango, Ixtacomitan, Ixtapangajoya, Pichucalco, Solosuchiapa, Sunuapa y Teapa (Tabasco), para obtener aceite ligero y aceite superligero.

La instalación de 12 pozos petroleros en el territorio zoque de Chiapas provocaría graves daños ambientales, económicos y culturales como el uso excesivo de agua (se calcula que cada pozo requiere 20 millones de litros de agua); desplazamientos migratorios, contaminación de suelo, aire y manantiales, pérdida de biodiversidad, desequilibrio ambiental, disminución de la producción alimentaria, daño patrimonial y de salud pública.

La ronda 2.2 pone en riesgo un total de 16 arroyos y 4 manantiales de las comunidades zoques de Chapultenango, Ixtacomitán, Francisco León y Tecpatán. Por mencionar algunos serían los ríos Yomonó y Totopac en Tecpatán; el Movac y Susnubajk en Chapultenango; los ríos Tumbak y Magdalenas en Francisco León y el rio Blanco en Ixtacomitán, poniendo en riesgo la disponibilidad de agua para la agricultura y el equilibrio ambiental del territorio. Un riesgo fuerte son los tubos que atravesarían las tierras zoques que en caso de romperse generarían una contaminación de toda la red de mantos freáticos del subsuelo hasta por 60 kilómetros a la redonda.

Otro riesgo del proyecto de hidrocarburos es que cambiaría el uso de suelo del territorio ya que actualmente las tierras están dedicadas a la actividad agrícola y de conservación ambiental, por lo que al instalarse los pozos petroleros pasarían a uso industrial por parte de las empresas extractivas que dejarían tras de sí un paisaje desolador de tierras inservibles como ocurre en el ejido Nuevo Volcán Chichonal municipio de Juárez. Por eso, reiteramos que estos son: proyectos de muerte.

En las anteriores rondas de licitación otorgadas por la Secretaría de Energía del gobierno federal (SENER) se cometieron una serie de irregularidades; por mencionar dos de ellas:
En la ronda 1.3, el bloque conocido como Catedral fue concesionado al grupo Diavaz, propiedad de Pedro Aspe, quien fue Secretario de Hacienda de Carlos Salina de Gortari y fuerte impulsor de la reforma energética, siendo beneficiado ya que ahora puede adquirir bloques de extracción.

En diciembre de 2015 se concesionaron 5 campos petroleros pertenecientes al quinto campo en los municipios de Reforma, Juárez, Pichucalco, Ixtapangajoya y Solosuchiapa; 3 de estos fueron asignados a una empresa canadiense, uno a una empresa mexicana que es sucursal de otra empresa canadiense y uno más a una empresa mexicana.

En el caso del territorio zoque, a partir del mes de septiembre de 2016 la SENER ha intentado llevar a cabo un proceso de consulta en las comunidades zoques, lo cual ha sido solo para aparentar que se lleva a cabo el proceso de consulta que exige la Ley Nacional de Hidrocarburos, porque en la realidad no se ha consultado a todas las comunidades afectadas; solo se consulta a los agentes rurales; las comunidades hablantes zoques no han tenido traductores en su propio lengua materna por lo que las supuestas consultas han sido engañosas y bajo presión a cambio de que algunos ejidos reciban proyectos como ampliación de caminos, puentes y drenaje, pero sabemos que solo son obras para que las empresas saquen mejor el petróleo.

En las supuestas consultas no se han presentado la Manifestación de Impacto Ambiental, por tanto se ha violado el derecho a la información que tienen los pueblos indígenas.
Panorama Social
A partir de la Ronda 2.2 las comunidades afectadas han dispuesto a establecer un proceso de organización y articulación comunitaria frente al despojo del territorio que pretende hacer el proyecto del Estado Mexicano contra los pueblos indígenas de México.

Los megaproyectos extractivos representan muerte, por eso las comunidades zoques anteponen los intereses colectivos para la sobrevivencia, el agua, la tierra y la vida, pero también para defender su derecho a la libre autodeterminación, por lo que mediante movilizaciones, foros, conferencias de prensa, asambleas comunitarias y auto-consultas se ha determinado dar voz a los pueblos zoques porque son más las afectadas por los proyectos extractivos.

Para tal efecto, en las comunidades de los municipios de Chapultenango, Francisco León, Tecpatán e Ixtacomitán se han levantado firmas en actas de asamblea que se oponen a la extracción de hidrocarburos en su territorio. Las actas con las que se cuenta, ya han sido entregadas a instancias federales, así como legislativas para que se den los cauces necesarios y se dé cumplimiento a las exigencias de las comunidades que defienden su territorio.

El día de hoy hacemos entrega al gobierno del Estado y damos a conocer en el marco de esta magna peregrinación del Pueblo Creyente Zoque en Defensa de la Vida y la Tierra, las decisiones de las comunidades zoques, mismas que son:

1. Respeto al derecho de AUTOCONSULTA Y LA LIBRE AUTODETERMINACIÓN DE LOS PUEBLOS ZOQUES DE CHIAPAS.

2. Exigimos la cancelación definitiva de los bloques 10 y 11 de la licitación de la Ronda 2.2 que encabeza la SENER.

3. RECHAZO para otorgar el permiso para el proceso de licitación y por consiguiente del concesionamiento de los pozos de extracción de hidrocarburos que pertenecen al bloque 10 y 11, debido a que solo dejan pobreza; la llegada de la delincuencia organizada detrás de las empresas que ganan las licitaciones; pero principalmente por el daño ambiental y la división comunitaria, porque también se confrontan los pueblos.

4. Exigimos la cancelación de las concesiones mineras, ampliación de presas y proyectos geotérmicos que se ubican en los municipios del Pueblo Zoque.

5. Declaración por parte del Pueblo Zoque como TERRITORIOS LIBRES DE PROYECTOS EXTRACTIVOS, QUE ATENTAN CONTRA LOS RECURSOS NATURALES (HIDROCARBUROS, MINERÍA, PRESAS HIDROELÉCTRICAS, CENTRALES GEOTÉRMICAS).

Por lo acontecido, en el marco de esta magna peregrinación del Movimiento Indígena del Pueblo Creyente Zoque en Defensa de la Vida y la Tierra estamos procediendo a hacer las denuncias correspondientes ante los tribunales nacionales e internacionales por omisión ante la falta de la presentación de la Manifestación de Impacto Ambiental correspondiente, así como por las faltas que se están cometiendo en el proceso consulta previa, libre e informada.
Hoy ante la opinión pública, nos declaramos en permanente defensa del territorio zoque de Chiapas, que muestra aquí, en la capital de Chiapas, el rostro de la dignidad, el rostro del Pueblo Zoque que defiende el presente y el futuro de nuestro Chiapas lleno de riquezas y que han sido explotados para el interés de unos cuantos.

Estamos aquí, los municipios del Pueblo Zoque que nos oponemos al proyecto de muerte que representa la Ronda 2.2 para extraer hidrocarburos de nuestra Madre Tierra; hemos caminado para que nuestra voz se levante y sea escuchada más allá de las fronteras de Chiapas, que sea la solidaridad de los pueblos la que nos permita defender la vida, el agua y la tierra por un Chiapas y un México mejor para las generaciones presentes y futuras.

NO A LOS HIDROCARBUROS
SI A LA VIDA
POR LA AUTODETERMINACIÓN DE LOS PUEBLOS
MOVIMIENTO INDÍGENA DEL PUEBLO CREYENTE ZOQUE EN
DEFENSA DE LA VIDA Y DE LA TIERRA

Fotos Facebook Pueblos Zoque Defensa del Territorio

SCI Moisés: "Dans le capitalisme, les pays n'existent pas"

tags : ezln, pl-fr,
Paroles du sous-commandant insurgé Moisés, mercredi 12 avril 2017.


LE MONDE CAPITALISTE EST UN GRAND DOMAINE FORTIFIE

Sub Galeano: Prélude:les horloges l'apocalypse, et l'heure des choses à petite échelle"


Bonne nuit, bonne après-midi, bonjour, selon depuis où vous nous écoutez.
Frères et sœurs, compañeros, compañeras:


Ce que je vais vous raconter ce n’est pas ce que je crois, mais ce dont nous ont parlé nos arrière-grands-pères, nos arrière-grands-mères et nos grands-parents.


J’ai discuté avec un de nos arrière-grands-parents qui dit, lui, qu’il a 140 ans. Selon moi et mes calculs, à peu près 125 ans. Il faut être très proche de son oreille, pour qu’il entende ce que tu lui demandes.


Avec plus ou moins une vingtaine et quelques de ces arrière-grands-parents, j’ai discuté. On leur a posé des questions – parce qu’étaient également présents sur place les compañeros du Comité Clandestin – et donc le résultat, c’est que la partie de ce que racontait le Sub Galeano, cela va avec quelque chose de réel qu’ils et elles ont discuté avec nous.




Par exemple la tuile qu’ils faisaient avant pour les finqueros – c’est-à-dire les propriétaires des haciendas, des grands domaines, le patron, comme eux ils disent-. Leur tâche, c'était de faire des sacs avec des excréments de cheval. Et ça, ils le sèchent. Après les avoir séchés, ils les réduisent en miettes avec le bout d’un bâton, et ils l’enrichissent. Et pour cela du coup, ils le mélangent avec de la boue pour faire la tuile, pour faire les briques et le torchis avec lesquels on construisait leur maison aux patrons, aux grands propriétaires.


L’arrière-grand-père, il dit que lui il se rappelle pourquoi c’est par tâche. Par tâche, ça veut dire qu'ils devaient donner telle quantité de sacs, chacun d’entre eux. Ce qu’il faisaient, c’est que même quand le cheval venait à peine de déféquer, ils devaient l’apporter, avec l’eau qui s’écoulait dans leur dos. Le truc c’est qu’il faut apporter la quantité de sacs que le patron a décidée.


Et donc, de là ils ont appris aussi à faire leurs maisons à eux. Ils les ont utilisés pareil. Ils les appellent murs de boue, des bajareques, des cabanes en torchis, on appelle ça. Et donc pareil, ils ont appris d’eux quoi, mais c’est plus petit, c'est deux fois moins grand.

Et donc ce dont je vais vous parler un peu plus c’est d’où vient notre idée à nous, en tant que zapatistes que nous sommes, qui voyons et étudions comment nous sommes aujourd’hui par rapport à ceux qui nous exploitent. Et donc en résumé je vais vous le dire, parce que c’est cela qui va nous servir pour comprendre ce qui s’est passé avant et comment nous sommes aujourd’hui, et comment cela va continuer par la suite.



Et donc, ce qu’ils nous disent nos grands-parents, nos arrière-grands-pères et grands-mères, c’est que le patron c'est le propriétaire des fincas, des grands domaines, de plein de fincas, de plein d’haciendas, de grandes propriétés. Tous les patrons ont leurs caporaux, leurs majordomes et leurs contremaîtres. Ces trois, quatre là avec le patron.


Ils nous racontent que des grands domaines il en existe de 15 mille, de 20 mille et de 25 mille hectares. Et qu’il y a des grands domaines de différentes sortes de travaux. Il y a des domaines, c’est juste un type de travail, du café. Et il y a des domaines qui sont de café, de bétail, de maïs, de haricots, de canne à sucre…. De différents sortes de travaux quoi.


Ils nous racontent aussi leur manière de comment exploiter. Ils nous racontent qu’il y a des finqueros, des grands propriétaires ou des propriétaires de grands domaines qui ne leur ont jamais rien payé. Tout le temps de leur vie, ils leur ont seulement fourni le travail. D’autres nous racontent que seul le dimanche, ils le leur accordaient; tous les autres jours c’est pour le patron. D’autres nous racontent que le patron leur donnait une semaine pour le patron et une semaine pour eux. Mais c’est une astuce, c’est un stratagème, parce que –nous racontent-ils- de la semaine qui est soi-disant pour eux, pour nos arrière-grands-pères et mères, ils nous racontent que ce qu’ils récoltent, ce qu’ils ramassent cette semaine-là (que ce soit des haricots, du maïs, quelques animaux qu’ils regroupent), au moment de les vendre, il faut qu’ils donnent la moitié au patron, et eux il leur reste l’autre moitié.



Ils nous racontent que quand le patron veut voir si le bétail est au complet, ils doivent le ramener, transporter les animaux quoi, et les mettre dans un enclos. Ils nous racontent que du coup, si il en manque un des animaux du patron, ceux qui sont chargés du bétail, ils doivent aller le chercher, et il faut qu’ils le ramènent vivant ou mort. Comment il fait pour demander ça le patron, le grand-propriétaire quoi, comment il a la preuve qu’il est mort ? Il faut qu’il lui ramène un bout de la peau de l’animal, pour que le patron se rende compte que l’animal est bel et bien mort. S'ils ne les retrouvent pas, ils doivent les chercher, jusqu’à les retrouver morts ou vifs.



Et le patron quand il sort les bêtes pour les vendre, alors les travailleurs il les organise par groupes, chacun avec un certain nombre de têtes de bétail.Que ce soit 10, 20 personnes, des hommes, avec tant de têtes d'animaux à amener. Le patron les compte à la sortie et il les compte en les reprenant, là où il veut que l'animal arrive. Chaque personne doit ramener la quantité complète. Si la quantité n'est pas complète, c'est eux qui doivent payer, ou bien celui qui en est responsable.





Ils nous racontent que l'enclos, lorsque le patron le veut, il doit être en pierre, l'enclos. Ou alors avec du bois taillé à la hache. Mais ils disent qu'il faut que ce soit du bois du coeur même de l'arbre. Ca veut dire que c'est la partie la plus dure du bois, pour qu'il ne pourrisse pas ensuite. Du coup, ils n'acceptentpas la partie tendre. Le patron ne le prend pas.





Ils nous racontent aussi que, quand ils sortent pour vendre les cochons (pas le patron, mais l'animal: les porcs, les truies quoi), même chose qu'avec le bétail. Juste que là oui, il y a une différence, nous racontent les grands-pères et les arrières-grands-pères. Ils racontent qu'il faut emmener le troupeau pendant la nuit, car les cochons, ils ont chaud. Donc, leur lampe, leur lumière, nous, comme on dit, c'est l'ocote, la torche en pin. Ils portent des bouts de bois fendus d'ocote pour que ce soit leur lumière pour marcher de nuit. Pareil, avec un nombre de cochons pour chaque responsable. Et s'ils veulentmarcher de jour, ils doivent y aller en portant de l'eau pour mouiller les cochons, c'est-à-dire pour les rafraîchir, pour qu'ils ne souffrent pas de la chaleur.





Ils nous racontent que les femmes, les grands-mères et arrière-grands-mères racontent que le patron a sa manière de comment il veut les choses. Par exemple, les grands-mères et les arrière-grands-mères disent que quand le travail est dur, c'est les femmes mariées qui doivent y aller. Quel est leur travail? Moudre du café, moudre du sel par sacs entiers. Et alors elles nous racontent que les mères s'y rendent avec leurs enfants, et pour moudre le sel, il faut que ça soit fait avec le metate en pierre. Et sur place, il y a les caporaux, les majordomes et les contremaîtres, et la patronne et le patron. Elles amènent sur place leur bébé qui est dans leur dos à pleurer et pleurer et pleurer, et ils ne les laissent pas s'occuper du bébé, parce que le patron est là, et qu'elle, elle doit finir sa tâche. Et du coup c'est lorsqu'au patron ou à la patronne, il lui prend l'envie d'aller aux toilettes, que la maman peut en profiter pour allaiter sesenfants.





Elles nous racontent que le patron demande que ce ne soit que des jeunes filles qui viennent travailler à sa maison dans le grand domaine, pour faire différents types de tâches. Mais une de ses ruses au patron, c'est qu'il choisit une jeune fille et il lui dit: "toi, je veux que tu ailles faire le lit", changer les draps. Et quand la jeune fille entre, le patron y va aussi pour la violer. Et donc il les choisit. Et elles nous racontent aussi que s'il le veut, il les attrape.





Elles nous racontent aussi ce que je vous ai déjà dit, qu'elles vont moudre le café, qu'elles vont moudre le sel, que le salaire que leur donnait le patronc'était trois morceaux de boeuf, mais des bêtes qui sont déjà mortes. C'était ça la paie.





Ils nous racontent aussi que même aux enfants, ils leur donnent du travail. Personne n'y échappe. Ils les appellent "gardien", mais pas gardien de football. C'est juste le nom qu'ils leur ont donné quoi, "gardien": Leur travail, à ces enfants de six ans, c'est de moudre le nixtamal (le maïs cuit) mais sans chaux, pour le donner aux chiens, aux cochons et aux poulets. Une fois terminé, ils doivent porter l'eau, et plein de fois, ils la portaient sur le dos, avec un tonneau, ils disent. Le tonneau, c'est du bois qu'on enlève et où on fait un trou, on le perfore quoi. Il y a entre 18 et 20 litres qui tiennent dans ce tonneau: c'est ça que doivent porter les enfants, pour que le patron se lave les mains, prenne son bain, pour ce qu'il veut quoi. Un fois ça terminé, ils sont chargés d'allerchercher du bois. Une fois terminé, ils sont chargés d'égrainer le maïs.



Ils nous racontent aussi que les vieux, ceux qui ne peuvent plus travailler dans les champs, les vieilles... personne n'y échappe. Les vieillards, ils vont allerchercher une plante qu'on appelle "ixchte": et donc ce dont se chargent les vieillards, c'est de la râper pour que du fil en sorte. Un groupe se charge de ça, de la râper. Et un autre groupe de vieillards de la tresser pour en faire du fil. Et un autre groupe de vieillards se charge de faire les filets. C'est comme ça, en chaîne, le travail des vieillards. Et les vieilles? Un groupe se charge de démêler les fibres du coton. Et un autre groupe se charge d'en faire du fil, et un autrede le tisser pour faire une couverture. Et ce morceau de couverture, c'est celui qu'ensuite ils achètent, nos arrière-grands-pères, nos arrière-grands-mères, pour se couvrir. Ils nous racontent que les vêtements qu'ils utilisaient, c'était juste pour couvrir la partie principale, juste ça, ce n'est pas comme on estmaintenant.





Ils nous parlent aussi des punitions. Les punitions, il y en a de différentes sortes. L'une d'elle, c'est que le patron a laissé mélanger le maïs et le haricot. Et donc, ce que le patron il fait, c'est qu'il les arrose là dans la terre, et il te dit que tu dois séparer le maïs et le haricot. Il le sait bien - c'est ce qu'ils nous racontent - le patron que tu ne vas pas pouvoir. Parce qu'en plus il te donne le temps pour le faire. Et le temps que le patron il te donne, c'est de dire: "moi je vais cracher par terre, et le temps que sèche ma salive, c'est le temps durant lequel je veux que tu sépares le maïs mélangé au haricot". Et du coup, comment tu vas faire?





Et donc, comme on ne peut pas accomplir ce type de punition, à côté, il y a un terrain déjà préparé où le patron, il a rassemblé des pierres. Là, sur ce terrain, c'est là où il va falloir marcher agenouillé, parce que tu n'as pas pu séparer le haricot mélangé au maïs. Là tu vas t'agenouiller. Et tu ne dois pas te relever jusqu'à ce que ça lui aille, au patron. Si tu te relèves, c'est que tu n'acceptes pas ta punition. Et donc, si toi tu supportes ça, eh bien c'est là qu'on en vient au fouet. Je vais le dire exactement comme l'ont dit les grands-parents. Ils ont dit que du coup, quand le patron, il avait un taureau qui mourrait, ils enlevaient la bite du taureau et ils la faisaient sécher, et c'est elle qu'ils utilisent pour fouetter leurs travailleurs. Et donc au moment où tu te retrouves agenouillé là-bas, le patron arrive pour te fouetter et tu ne dois pas te relever, parce qu'ils disent - c'est ce qu'ils nous racontent- que si tu te relèves, c'est encore pire. Et ils disent - c'est ce qu'ils nous racontent- que t'es obligé de te relever à cause de la douleur du fouet qu'ils t'assènent, et à cause de la douleur des genoux que tu ne supportes plus, et t'es obligé de te relever.





Et au moment où tu te relèves, il y a déjà les caporaux, les majordomes et les contremaîtres qui sont là, qui sont ceux qui te chopent et qui t'attachent les deux mains et les pieds aux poutres de la maison, jusqu'à ce que ça lui passe au patron son envie de fouetter, ou jusqu'à ce qu'ils se rendent compte que - comme disent les grands-parents, tu finisses mallugado. Ca veut dire que tu restes évanoui, déjà inconscient. Et donc c'est quand t'en arrives à cet étatque le patron, il te laisse.





Ce qu'ils nous racontent, c'est que dans les travaux qui sont effectués, tout est à la tâche. Il n'y a rien de ce qui est fait qui n'est pas calculé à la tâche. Et tout ça, avec les caporaux, avec les majordomes et avec les contremaîtres. Ils nous parlent par exemple des plantations de café. Lorsque c'est la saison de cueillir le café, tout le monde y va, et c'est à la tâche qu'est calculée la quantité qu'ils doivent remettre. Et les enfants qui ne peuvent pas y arriver, qui sont trop petits pour atteindre les branches où sont les grains de café, leur travail consiste à ramasser tout ce qui est tombé. Quand ce n'est plus la saison de récolter le café, arrive le moment de différents types de travaux: un groupe se charge de désherber la plantation de café, c'est-à-dire le sous-bois; un autre groupe se charge de ce qu'ils appellent "la mise en caisse" c'est-à-dire qu'à chaque arbuste de café il faut qu'ils construisent un caisson où ils vont mettre le compost; un autre groupe se charge de nettoyer l'arbuste de café, parce qu'il y a de la broussaille sur la tige de l'arbuste, et du coup il faut tout enlever. Et ce qu'ils disent, les grands-parents et les arrière-grands-parents - c'est ce qu'ils nous racontent- c'est qu'à la main on y arrive pas, et donc ce qu'ils font c'est qu'ils brûlent l'olote du maïs, parce que quand la feuille est brûlée il lui reste son fil, et c'est avec ça qu'ils les taillent, parce que le contremaître passe vérifier que tout est bien fait. Et si c'est pas le cas, il faut que tu recommences. Et si tu ne le refais pas, à la punition.



Ils nous racontent aussi qu'un groupe se charge de tailler le café; il ne doit pas y avoir de lianes ni de broussailles sur l'arbuste du café. ils nous racontent aussi qu'il y a un autre groupe qui est chargé de ce qu'ils appellent "l'éclaircie", comme ils disent. C'est-à-dire que s'il y a des arbres au-dessus, ils doiventfaire partir l'ombre; mais seulement le nécessaire, comme dit le patron.


Ils nous racontent aussi que dans toutes les fincas qu'il y a eu et qu'il y a encore - parce qu'il continue à y en avoir - il y a toujours l'ermitage, comme ils l'appellent. Et donc quand ils s'y rendent à l'heure de la prière, là-bas il y a des chaises et des bancs, mais nos arrière-grands-parents ne peuvent pas s'asseoir. Si jamais ils s'asseyent, ils les virent. Et le prêtre, il les regarde; il ne dit rien. Il n'y a que les patrons ou ceux qui sont métis qui peuvent s'asseoir. Et si eux ils veulent s'asseoir, c'est par terre.


Dans les villes- c'est ce qu'ils nous racontent -, ils interdisent à nos arrière-grands-parents de vendre le peu qu'ils ont. Ils nous disent que c'est parce qu'ilssalissent la ville. Ils n'autorisent pas à ce qu'ils aillent dans le centre. Et donc ce que font les métis, c'est qu'ils ferment les abords de la ville. Et ils leurprennent tout s'ils veulent vendre, ou bien ils leur paient ce que eux ont décidé.



Nos arrière-grands-parents nous racontent qu'en ces temps-là, il n'y avait pas de route, que des charrettes avec des chevaux. Et donc quand la femme du patron, elle veut aller à l'hacienda, à la finca, elle n'utilise pas le cheval avec la charrette, parce que "l'animal est un animal, il ne pense pas". Elle peut avoir un accident, la femme du patron. Et qu'est-ce qu'ils font, pareil: un groupe va à la ville pour amener la femme du patron en la portant. Mais en plus ils doivent amener des marchandises, et donc un groupe y va et ils se répartissent les charges à tour de rôle. Et en arrivant à l'hacienda ou à la finca, on lui demande, à la femme, s'il ne lui est rien arrivé. Et on lui demande aussi qui l'a portée et s'il n'y a eu aucun accident. Aussi bien à l'aller qu'au retour.





Il y a encore tout un tas d'autres choses qu'ils nous ont raconté. Par exemple là, ils nous ont montré le "centavo", le centime qu'avant on leur payait. Ilsnous racontent que lorsque le patron a commencé à vouloir les payer un peu, ils gagnaient un centime par jour. Ils nous ont montré. Ils nous ont dit aussi qu'ils ne supportaient plus les mauvais traitements qu'ils subissaient. Ils disent qu'ils ont alors essayé de s'organiser, de chercher une terre où aller vivre. Donc les patrons, les propriétaires terriens, ils ont su qu'ils se sauvaient de la finca et ont commencé à chercher où ils étaient. Et nos arrière-grands-parents, ils nous racontent que ce sont les mêmes patrons qui se déguisent en soldats. Ils vont ensuite les déloger, détruire et brûler la petite maison qu'ils étaient en train de construire, où les arrière-grands-pères et les arrière-grands-mères ils veulent vivre.



Ils nous racontent que c'est ce qui leur est arrivé. Et c'est là qu'ils ont découvert que le patron - parce qu'un des arrière-grands-parents était déjà passé dans différentes fincas - était déguisé en soldat. Ils nous racontent qu'ils leur ont détruit les petites cabanes qu'ils avaient, et ils les ont réunis, ceux qui étaient partis créer le hameau, et ils leur ont dit : "qui c'est le meneur?". Comme ça, ils ont dit les soldats; "Qui c'est le meneur? Si vous, vous ne dites pas quic'est, vous allez tous devoir être punis". Et c'est là où ils ont dit : "un tel", celui qui a mené la fuite de la finca et chercher où vivre. Et donc ils lui ont dit : "tu vas payer 50 pesos". Et ils nous ont dit que pour trouver 50 pesos -je vous ai dit l'année, car l'arrière-grand-père dit qu'il a 140 ans, ce qui veut dire que ça se passait 140 ans avant aujourd'hui où nous sommes en train de parler-, donc, ils nous disent que pour trouver 50 pesos, c'est une année de travail,pour trouver 50 pesos.



Et donc ils se sont rendus compte que c'était difficile que quelqu'un veuille être le meneur pour pouvoir s'échapper de la souffrance. Mais ils nous ont aussiraconté que du coup ils ont pris conscience que c'était ainsi, et donc ce qu'ils ont fait c'était de ne pas dire qui c'était, mais que c'était le groupe. Ils ont recommencé à construire...à chercher un autre terrain quoi, et à construire leurs petites maisons, mais cette fois, ceux qui se dirigeaient c'était tout le monde. Plus personne ne pouvait dire qu'il y avait un meneur. C'est-à-dire qu'ils sont devenus un collectif. C'est comme ça qu'ils ont commencé à réussir àvivre quelque part.



Et donc pourquoi on vous parle de tout ça? C’est que nous, les femmes et les hommes zapatistes, on voit qu’aujourd’hui, on entre de nouveau là-dedans. Dans le capitalisme, aujourd’hui, les pays n’existent pas. C’est comme ça qu’on le voit. Le capitalisme, il va convertir le monde en grand domaine, en finca. Il va en faire des miettes comme c'est déjà le cas, comme quand on dit que tel pays c'est le Mexique, tel pays le Guatemala – comme on dit-. Mais ça va juste être un groupe de patrons-gouvernement. Tous ceux qui disent que c’est le gouvernement de Peña Nieto… Nan, nan, nous on dit. C’est déjà plus un gouvernement. Parce que celui qui commande n’est plus celui qui commande. Celui qui commande, c’est le patron capitaliste. Ces gouvernements qui prétendent être: celui de Peña Nieto, celui du Guatemala, celui du Salvador et tous les autres, ce sont des contremaîtres. Les majordomes, c’est les gouverneurs. Les présidents municipaux, c’est les caporaux. Tout ça, au service du capitalisme.



On voit donc qu'on n'a pas besoin d’étudier beaucoup pour se rendre compte de comment ça se passe. Parce que par exemple cette loi, cette nouvelle loi de la structure, la nouvelle loi structurelle qu’ils ont déjà mis en place ici au Mexique, nous on n’y croit pas, que ceux qui l’ont faite c’est les députés et les sénateurs. Cela, on l’avale pas. Cela, celui qui l’a dicté c’est le patron: le capitalisme. Parce que c’est eux qui veulent faire les choses de nouveau comme l’avaient fait leurs ancêtres avant, pareil. Mais aujourd’hui en encore pire.





C’est pour ça qu’au début on a parlé de ça. On est en train de parler du fait que par exemple, Absalón Castellanos Domínguez, l’ex-général, il avait desfincas ici au Chiapas et il avait, ou il a encore des fincas à Oaxaca [NdT: ex-gouverneur du Chiapas durant les années 80 - et connu pour sa répression féroce -, Absalón Castellanos Domínguez a été détenu par les zapatistes suite au soulèvement de 1994, et les terres de ses fincas au Chiapas récupérées par le mouvement. Il a ensuite été libéré en échange de la libération de prisonniers zapatistes]. On parle de 5 mille, de 10 mille hectares. Ici, le capitalisme maintenant, c’est une finca. Quand le patron capitaliste dit:”je vais dans ma finca la mexicaine, je vais dans ma finca la guatémaltèque, je vais dans mafinca l’haïtienne, je vais dans ma finca de Costa Rica… tous ceux qui sont des pays sous-développés, ça va être la finca.







Ça veut dire que le monde, il va le transformer en finca le capitalisme, le patron, celui qui veut gouverner, si on le laisse faire. Et notre question à nous, les femmes et les hommes zapatistes: pourquoi eux – c’est-à-dire les capitalistes- pourquoi eux, ils changent les formes de comment réaliser l’exploitation ? Pourquoi nous, on ne change pas de forme de comment lutter pour nous sauver de cela?

C’est pour ça que je vous ai parlé de ce qu’ont fait nos arrière-grands-parents, d’où nous venons, nous les indigènes. Eux, ils nous ont dit ça, qu’à ce moment-là, ils ont fait une erreur quand ils disaient que « le comparse d’un tel nous dirigeait ». Mais ils n’ont pas laissé tomber. Ils ont cherché comment continuer à lutter pour sortir de là où est le patron, ils ont dit « personne ne nous a dirigé », « un pour tous et tous pour un ».






Et donc, pourquoi nous, maintenant? Pourquoi maintenant le capitalisme, il n'y a pas que nous qui sommes indigènes qui sommes en train de souffrir, icidans le monde.Maintenant, oui, nous sommes en train de souffrir aussi bien à la campagne qu’à la ville. C’est-à-dire indigènes et non-indigènes. Et donc, qu’est-ce qu’on va faire?


Ici nous, les femmes et les hommes zapatistes, qui vivons comme ça, dans la merde du capitalisme, et qui continuons à lutter, et qui allons continuer à lutter… Petits comme nous sommes, mais nous montrons que donc – comme nous l’ont enseigné nos arrière-grands-parents – que si, il y a des manières de comment faire. On est là avec notre petit bout de liberté. Il nous manque encore de libérer le Mexique. Mais on se dit que donc du coup, comment on va faire pour se libérer dans le monde?



Mais ici, sur ce petit bout de monde, au Chiapas, les compañeros et les compañeras ont leur liberté pour faire ce qui leur vient à l’esprit. Ils ont dans leurs mains tout ce que cela signifie être autonome, indépendant.

Mais comment on va faire? Qu’est-ce qu’on va faire? Parce que maintenant, on voit cela de ce que nous disons, que le monde va changer, que le monde,le capitalisme il veut le transformer en finca.


Donc à vous de voir, d'y réfléchir, à vous de l’analyser. Regardez-le là où vous vivez, là où vous êtes, si vous n’y êtes pas, dans la merde du capitalisme,et qu’est-ce que là il faut faire avec ça. Parce que cela, c’est ce que le capitalisme il est en train de faire maintenant.

Et maintenant, le sous-commandant insurgé Galeano va reprendre le fil de sa parole.

Au Chiapas, du 23 au 29 juillet : « PARTage pour l'humanité »

tags : 29, pl-fr,

Au Chiapas, du 23 au 29 juillet : « PARTage pour l'humanité »

Appel et invitation :

"(…) Nous convoquons toutes et tous les artistes à la seconde édition du
“pARTage pour l'Humanité” qui a pour thème : « Contre le Capital et ses
murs : tous les arts réunis”. Elle pourra être célébrée dans le monde
entier et sur l'espace cybernétique. La partie “réelle” aura lieu du 23 au
29 juillet 2017 au caracol d'Oventic et au CIDECI-Unitierra (à San
Critóbal de las Casas). L'édition virtuelle aura lieu du 1er au 17 août
2017 sur la toile".

Voir le site d'Enlace zapatista

Si tu veux participer, tu peux écrire à :
participantescomparte2017@ezln.org.mx

Si tu veux assister :
asistentescomparte2017@ezln.org.mx

Ici le formulaire de préinscription comme participant

Prélude - les horloges, l'apocalypse et l'heure des chose de petites dimensions

tags : pl-fr,

Voici plus bas, grâce aux efforts du groupe de traduction collective, la première partie de la série de textes rendus publics par les zapatistes à l'occasion du séminaire : "Les murs du Capital, les brèches de la gauche" :

Prélude - Les horloges, l'apocalypse et l'heure des choses de petites dimensions

12 avril 2017.

Bon après-midi, bonne nuit, bonjour, bon matin.

Nous voulons remercier les compañeras et compañeros du CIDECI-UniTierra qui, avec leur générosité camarade, nous ont de nouveau confié leur espace pour que nous puissions nous réunir. Et aux équipes de soutien de la commission Sexta qui se sont chargées du transport (nous espérons que vous n'allez pas vous perdre de nouveau), de la sécurité et de la logistique durant cet événement.

Nous voulons remercier également la participation des personnes qui durant ces journées nous accompagneront avec leurs réflexions et leurs analyses durant ce séminaire, que nous avons appelé "Les murs du Capital, les brèches de la gauche". Merci donc à :

Don Pablo González Casanova.
María de Jesús Patricio Martínez.
Paulina Fernández C.
Alicia Castellanos.
Magdalena Gómez.
Gilberto López y Rivas.
Luis Hernández Navarro.
Carlos Aguirre Rojas.
Arturo Anguiano.
Christian Chávez.
Carlos González.
Sergio Rodríguez Lascano.
Tom Hansen.

Nous remercions et saluons aussi tout spécialement les médias libres, autonomes, indépendants, alternatifs ou peu importe le nom qu'on leur donne, à elleux et à leur effort pour donner son envol à la parole et que ce qui se réfléchit ici, atteigne d'autres endroits.

-*-

Nous, les femmes et les hommes zapatistes, avons décidé d'ouvrir ce séminaire ou cette rencontre qui fait partie de la campagne "Contre les murs d'en haut, les brèches en bas (et à gauche)", pour permettre, de cette manière, que ceux dont le tour de parole suivra puissent se dissocier, critiquer, ou simplement faire les morts ou les mortes, selon.

C'est la raison pour laquelle nous sommes seuls à cette table, juste accompagnés par Don Pablo González Casanova. Et lui, est ici pour plusieurs raisons : l'une d'elles est qu'il est déjà au-delà du bien et du mal, et, il l'a démontré au fil de ces 23 ans, il ne s'occupe ni ne ne se préoccupe qu'on lui fasse des remontrances pour traîner en mauvaise compagnie. Une autre raison est que, de fait, il dit toujours ce qu'il pense. Lui pourra vous le dire, et il dira la vérité, qu'on ne lui a jamais imposé ni la vision ni le point de vue, raison pour laquelle bien des fois il ne coïncide pas avec notre réflexion, mais est au contraire extrêmement critique. C'est tellement vrai que le nom de code avec lequel on se réfère à lui dans nos communications internes, pour que l'ennemi ne sache pas qu'on parle de lui, c'est "Pablo Contreras". Nous le considérons comme un compañero, un de plus parmi lesquels nous sommes ce que nous sommes et comme nous sommes. C'est une fierté de marcher à ses côtés, de compter sur sa voix critique et, surtout, sur son engagement sans failles ni duplicités.

Notre parole d'aujourd'hui,, nous l'avons préparée avec le sous-commandant insurgé Moisés pour qu'elle soit reliée par un fil, enfin, c'est tout du moins notre prétention.

Je sais bien que nous sommes connus pour manquer de sérieux et pour être extrêmement irresponsables, en plus bien sûr d'être irrévérencieux, butés et ouvertement fouteurs de merde ; qu'après, on se met à raconter des histoires, là où ce serait l'occasion d'être solennel et transcendantal et où l'académie exige "l'analyse concrète de la réalité concrète". Au final, que nous sommes des transgresseurs de la responsabilité, des bonnes manières et de l'urbanité civilisée.

Mais, malgré cela, je vais vous demander de faire preuve de sérieux parce que ce que nous allons dire aujourd'hui va provoquer une avalanche d'attaques et de disqualifications.

Bon, une supplémentaire, en plus de celle déjà mise en scène par l'hystérie illustrée de la gauche institutionnelle qui, naïve, pense arriver au Pouvoir et que cette fois oui, c'est la bonne, car elle a obtenu précocement ce qui s'annonçait déjà, c'est-à-dire qu'elle s'est convertie en un clone de ce qu'elle prétend combattre, la corruption inclue. Ce progressisme illustré qui a élevé au rang de concepts des sciences sociales des catégories telles que "complot" ou "mafia du pouvoir", et qui prodigue des pardons, des absolutions et des amnisties au moment de s'en référer à ceux d'en haut, et des sentences et des condamnations quand elle s'en réfère à ceux d'en bas. Et oui, il faut bien reconnaître que cette gauche illustrée est d'une malhonnêteté courageuse, parce qu'elle n'a pas peur du ridicule à répétition pour se convaincre elle-même et de convaincre ses ouailles de circonstance que "régénérer" est synonyme de "recycler" quand c'est de la classe politique et patronale qu'il s'agit [1].

Ce que nous voulons vous dire à cette occasion aujourd'hui est bref, et nous commencerons par l'exprimer dans quelques-unes des langues originaires qui se transforment en paroles au fil de notre chemin :

La parole chol revient à la commandante Amada : ...

La parole tojolabal revient à la commandante Everilda : ...

La parole tzotzil revient à la commandante Jesica : ...

La parole tzeltal revient à la commandante Miriam : ...

La parole castilla revient à la commandante Dalla : ...

Ce qu'ont dit les compañeras et les compañeros peut être plus ou moins traduit en espagnol par "Trump vas-te faire foutre", mais je ne vais pas le dire comme ça pour qu'on ne m'accuse pas d'être grossier et prosaïque. On le traduira donc par un laconique : "Fuck trump".

Une fois établi le plus important et le plus sérieux de ce que nous avons à dire durant ce séminaire, ou quel que soit le nom qu'on donne à cette réunion qui a, en réalité, pour objectif principal d'adresser une embrassade collective à Don Pablo Gonzalez Casanova, nous pouvons maintenant passer à ce qui est de moindre importance : notre réflexion.

-*-

LES HORLOGES.

Le temps, toujours le temps. Les horloges. Les secondes, les minutes, les heures, les jours, les semaines, les mois, les années, les lustres, les décennies, les siècles. Le tic-tac frénétique de la bombe du Capital, le terroriste par excellence, menace aujourd'hui l'humanité entière. Mais aussi le temps devenu calendrier et manière de faire selon chacun, selon la lutte d'en bas et à gauche, la résistance et la rébellion.

Il y a 21 ans, durant ce qu'on désigne comme les Dialogues de San Andrés, désespérée par le fait que le zapatisme devait consulter les villages pour le moindre accord aussi minime qu'il soit, la délégation gouvernementale réprimandait la délégation zapatiste au sujet de ses montres. A quelques mots près, ils les récriminaient avec ces paroles : "Vous, vous parlez beaucoup du temps zapatiste, et vous portez des montres digitales qui marquent la même heure que les nôtres". Les fous-rires des commandants Tacho et Zebedeo ont alors résonné dans la petite pièce où se déroulaient les discussions.

Ce fut cela, la réponse zapatiste au questionnement du gouvernement. A proximité, en tant que membres de la Commission Nationale d'Intermédiation, en étaient entre autres témoins Don Pablo González Casanova et un artiste de la parole, le poète Juan Bañuelos, qui est mort il y a quelques jours et qui, durant un des accompagnements qu'il a fait aux côtés de la délégation durant le trajet dilaté jusqu'à La Realidad zapatiste, défendit aux côtés du lui aussi défunt SupMarcos Les Vers du Capitaine de Pablo Neruda, que quelqu'un attaquait comme étant de la "poésie trop politique". "Cela ce n'est pas de la poésie", argumentait le responsable de la diatribe, "c'est un pamphlet".

Le silence s'en est suivi durant le trajet. Juan Bañuelos regardait les montagnes, confectionnant peut-être dans sa tête le poème "Le courrier de la Selva" à l'intérieur duquel, contrairement à ce qui s'est dit, il ne parlait pas de lui-même, mais de celui qui faisait le facteur entre la CONAI et l'EZLN, risquant sa vie, sa liberté et ses biens,en ces temps assombris par la trahison zedilliste de 1995 (un de ses opérateurs, Esteban Moctezuma Barragán, est aujourd'hui un des absous qui s'est vu offrir le poste de dirigeant stratégique de choc du "changement véritable").

De son côté, je m'imagine que le défunt SupMarcos respirait avec soulagement à la vue du territoire zapatiste et peut-être, dans un murmure prémonitoire, récitait-il les derniers vers de la "Lettre sur le chemin" de Pablo Neruda, le poème qui conclut le livre Les vers du Capitaine.

Et ainsi cette lettre se termine
sans aucune tristesse :
mes pieds bien ancrés sur la terre,
ma main écrit cette lettre sur le chemin,
et au milieu de la ville je serais
toujours
aux côtés de l'ami, face à l'ennemi,
avec ton nom à la bouche
et un baiser qui jamais
ne s'est éloigné de la tienne."

-*-

Au sujet du temps (le "timing", comme disent les tanks obèses et paresseux de la pensée d'en haut), ils ont voulu nous critiquer et nous cataloguer. Ils nous ont dit par exemple que, à l'ère digitale, nous, les femmes et les hommes zapatistes, nous sommes comme ces montres qui fonctionnent avec des rotors, des engrenages et des ressorts, et qu'il faut remonter manuellement.

"Anachroniques" ont-ils dit. "Le passé qui revient demander des comptes", ont-ils déclaré. "Le retard historique", ont-ils murmuré. "Ce qui reste à conclure de la modernité", ont-ils menacé.

Et bien, avec notre habituel sens de l'opportunité, nous leur répondons que nous ne sommes pas comme une montre mécanique à l'ère des smartwatch qui te mesurent les calories consommées et consumées, le rythme cardiaque, en plus de te dire si tu te bouges bien ou mal lorsque les corps nus répètent le cérémonie, oui celle-ci bien anachronique, de la rencontre des peaux et des humidités. Elles sont tellement modernes et avancées ces montres, que, parfois, tu peux même y voir quelle heure il est.

Évidemment, nous sommes à une époque où la réalité virtuelle a bien plus d'avantages que la réalité réelle, et n'importe quel imbécile peut simuler la sagesse grâce au fait que les réseaux sociaux lui permettent de trouver des échos tout aussi stupides et cyniques ; une époque où la prétendue originalité de l'antipathie s'annule lorsqu'on se rend compte que l'impertinence, l'ignorance et la pédanterie constituent une "individualité" partagée par des millions de nicknames, comme si la stupidité n'était rien d'autre qu'un être solitaire à comptes multiples, et la misogynie de Calderón et de la Calderona, son épouse, ont leur double dans tout l'univers des réseaux sociaux et même chez ceux qui, avec des maîtrises et des doctorats au sein de la gauche bienséante et institutionnelle, se réfèrent à la possible porte-parole du Conseil Indigène de Gouvernement sous le sobriquet sarcastique de "la Tonantzin".

Mais ce qui à droite est un délit juridiquement répréhensible n'est dans la gauche institutionnelle qu'un gracieux commentaire qui ne mérite pas d'être condamné, mais célébré. Même si elle se vêtit de l'habit de l'unique et du non-reproductible et qu'elle dirige le supplément d'un journal de presse, l'imbécillité est la plus commune et la plus courante des caractéristiques humaines du spectre politique d'un en-haut où les différences se diluent même dans les sondages.

Mais dans cette ère technologique qui nous contemple avec une réprobation moqueuse, nous, les femmes et les hommes zapatistes, nous sommes semblables au sablier.

Un sablier qui, même s'il n'a pas besoin d'être réactualisé toutes les 15 minutes et qui n'a pas besoin d'avoir encore du crédit pour fonctionner, doit quand même renouveler périodiquement son délai limité.

Bien que peu pratique et peu commode, tout comme nous sommes, nous, les femmes et les hommes zapatistes, le sablier a ses avantages.

On peut par exemple y observer le temps écoulé, voir le passé, tenter de le comprendre.

Et on peut voir aussi le temps à venir.

On ne peut pas comprendre le temps zapatiste si on ne comprend pas le regard qui calcule le temps écoulé dans un sablier.

C'est pour cela que nous vous avons amené ici, pour cette seule et unique fois, madame, monsieur, autrE, petite fille, petit garçon, ce sablier dont le modèle a été baptisé du nom de : "Tu n'as rien compris, John Snow" .

Regardez-le vous-mêmes, appréciez la perfection de ses lignes incurvées qui rappellent que le monde n'est pas rond mais que pourtant il bouge, se renverse et, comme le disait Mercedes Sosa à son époque : "il change, tout change".

Regardez-les vous-mêmes, et comprenez que vous ne nous comprenez pas, mais que ce n'est pas important ; que, comme on dit souvent, il n'y a pas de malaise, parce que ce n'est pas en direction de notre manière archaïque (qui, plutôt que prémoderne, est préhistorique). Ce n'est pas dans cette direction que nous vous demandons de regarder, non. C'est vers au-delà que nous avons besoin de votre vigilance.

Parce que nous comprenons qu'à vous, ils vous demandent de porter attention à ce bref instant durant lequel un grain de sable arrive au niveau du passage étroit où il tombe et se joint aux instants qui s'accumulent dans ce que nous appelons "passé".

Parce que c'est cela qu'ils vous insinuent, qu'ils vous conseillent, qu'ils vous demandent, qu'ils vous ordonnent, qu'ils obligent : vit l'instant, vit ce présent qui peut être réduit encore plus grâce à la technologie la plus élevée et la plus sophistiquée. Ne penses pas au temps qui gît déjà dans l'hier, parce que dans le vertige de la modernité, "il y a une seconde" revient au même qu'"il y a un siècle".

Mais, surtout, ne contemplez pas ce qui vient après.

Et nous évidemment, à rebrousse-poil, juste pour en aller en sens contraire, en bonne tête de mule quoi (sans déranger personne en particulier, chacun suivant ce qui lui correspond), en train d'analyser et de questionner le petit grain de sable qui se trouve, anonyme, au milieu de tous les autres, attendant son tour pour s'enfiler dans l'angoissant tunnel. Tout en regardant en même temps celui qui gît en bas et à gauche dans ce qu'on appelle le "passé", se demandant bien ce qu'ils ont à voir l'un et l'autre avec cette discussion sur les murs du Capital et les brèches d'en bas.

Et nous, femmes et hommes, avec un œil sur le chat et un autre sur la chose, c'est-à-dire sur le chien, ce qui transforme le "chat-chien" en outil d'analyse de la réflexion critique et le fait cesser d'être la compagnie constante d'une petite fille qui s'imagine sans peur, libre, compañera.

Mais ce n'est pas le zapatisme que nous vous invitons à essayer de comprendre ou d'expliquer. Même si, évidemment, si vous vous souhaitez réitérer votre maladresse, votre limitation et votre dogmatisme anti- ou pro-, et bien qui sommes-nous donc pour vous en empêcher ?

Et donc on vous dit que non, qu'on ne vaut pas la peine, que le zapatisme n'est qu'une lutte de plus parmi bien d'autres. Voir même la plus petite en termes de nombre, d'impact, de transcendance.

Même si, c'est vrai, peut-être la plus irrévérente si on la compare à l'ennemi qu'elle s'est donné, à son objectif, son horizon, sa détermination têtue à construire un monde où puissent tenir de nombreux mondes, tous, ceux qui existent et ceux qui naîtront.

Et tout cela pendant que, avec une obstination absurde, nous tournons et retournons le sablier, comme si on voulait vous dire, nous dire, que ceci est la lutte : quelque chose où il n'y a pas de repos, où on doit résister et ne pas ouvrir les portes de la prudente lâcheté qui, accompagnées du panneau "SORTIE", apparaissent tout au long du chemin.

La lutte est quelque chose où il faut être attentif au tout et à toutes les parties, et être prêtes, prêts, parce que ce dernier grain de sable n'est pas le dernier, mais le premier, et il faut renverser le sablier, parce qu'ici, ce n'est pas l'aujourd'hui, mais l'hier et, oui, vous avez raison, aussi le jour de demain.

Et voilà, vous connaissez le secret de la méthode zapatiste pour l'analyse et la réflexion : nous n'utilisons même pas une montre mécanique à remontage manuel, mais un sablier.

Bien sûr, ça se comprend, que peut-on attendre de ceux qui maintenant soutiennent qu'à cette époque, en plus de la logique de l'argent, c'est la sainte mère de Donald Trump qui est mondialisée, parce que sur toute la planète on s'en souvient et on la mentionne, c'est-à-dire qu'on la traite de tous les noms.

Ou peut-être que nous utilisons un sablier parce que nos efforts pour comprendre ne vient pas d'un intérêt académique, scientifique ou descriptif, ou d'un prétentieux et stupide tribunal qui pense tout savoir et peut donner son opinion sur tout. Parce qu'il est notoire - et les réseaux sociaux le confirment : n'importe quelle bêtise trouve des adeptes. Et c'est ainsi que prennent forme les troupeaux autour du berger qui, à son tour, fait partie du troupeau d'un autre berger, et ainsi de suite.

Non, notre intérêt est subversif. Nous combattons l'ennemi. Nous voulons savoir comment il est, quelle est sa généalogie, son modus operandi pourrions-nous dire, suivant en cela Elias Contreras, un défunt membre de la commission d'enquêtes de l'EZLN qui affirmait que le capitalisme était un criminel, et que dans le monde la réalité entière était la scène du crime, et qu'en ce sens elle devrait être étudiée et analysée.

Et maintenant j'en viens à penser que les pistes laissées par Elías Contreras, celles laissées par le défunt SupMarcos, celles que nous, femmes, hommes, zapatistes, nous vous laissons, madame, monsieur, et autres, fille, garçon, jeunes, bien qu'elles ne soient pas dans le calendrier mais bien plutôt dans le regard, elles sont, toutes, des signes pour suivre un chemin.

Et le truc, l'astuce comme dit le SubMoy, la "magie" comme disait le SupMarcos, est dans le fait que ces pistes ne sont pas là pour que vous nous trouviez, nous découvriez, nous attrapiez. Elles sont, selon cette note que j'ai trouvé dans le coffre des souvenirs du SupMarcos et que maintenant je relis déconcerté, pas seulement pour que vous trouviez le miroir, mais pour que vous alliez construire la réponse, votre propre réponse à vous, à la question apocalyptique qui vous giflera au visage, peu importe votre couleur, votre genre ou transgenre, votre croyance ou dé-croyance, vos affiliations et phobies politiques et idéologiques, votre façon de vivre, votre temps, votre géographie.

La question qui annonce l'apocalypse la plus terrible et merveilleuse : Et toi quoi ?

L'apocalypse qui, selon ce que raconte la fille qui s'auto-prénomme Défense Zapatiste, est genrée. "C'est la faute de ces enfoirés de mecs", tranche chaque fois qu'elle peut cette fille qui rêve de compléter son équipe de football, que ce soit ou non le propos.

"Tout est déjà réglé, même si le ballon, il est un peu bosselé, comme si ils lui avaient donné un coup sur sa tête et qu''elle est pleine de bosses", me répond la fille à une question qui ne m'a même pas traversé l'esprit.

"Et bien sûr, il faut compléter l'équipe, mais ne t'inquiète pas Sup, on va être plus nombreux, peut-être que ça prend du temps, mais on va être plus", me dit-elle en essayant de me tranquilliser pendant que dans le Caracol, nous attendons, inquiets, qu'ils trouvent l'équipe de soutien qui est perdue.

Le Sous-commandant Insurgé Moisés murmure "'tain, je crois que nous devons faire une équipe de soutien pour l'équipe de soutien, parce qu'il leur arrive toujours quelque chose", alors que Défense zapatiste essaye de me convaincre de chercher parmi vous des prospecteurs pour gambader derrière un ballon déformé à travers un pré aujourd'hui rempli de tiques voire d'un ou deux serpents nauyaca, et reluisant depuis quelques jours à peine de l'eau dégorgeant d'une pluie à laquelle, à n'en pas douter, il manque une montre parce qu'elle n'avait rien à faire là en ce mois d'avril.

Les indications que je reçois de la fille sont loin d'être simples. L'équipe n'a pas besoin d'un gardien, position occupée, je le sais, par un vieux cheval borgne qui se distingue des autres par le fait qu'il n'a pas d'attache, ni de marque, ni de quelconque propriétaire, et qu'il mastique, insouciant, une bouteille en plastique vide sur laquelle ne se distingue plus la marque de la célèbre boisson coca.

La position de défenseur, c'est évident, est aussi déjà prise. Et l'équipe a un arrière droit qui a plutôt l'air d'un chat... ou d'un chien, qui, bon, c'est par là que se trouve la souris de l'ordi du SubMoy, et là le Monarque le poursuit en criant « sale chien ! », et l'insurgée Erika précise que ce n'est pas un chien, et le Monarque "un chat alors". "Non plus", dit Erika qui veut seulement s'assurer que le chat-chien s'échappe indemne, ce qu'elle réussit.

Fait aussi partie de la composition toujours incomplète le fameux Pedrito, qui, selon ce que je comprends du schéma que Défense zapatiste déploie devant moi, est une espèce de Libero multi-positions. « C'est que Pedrito il obéit quand ça lui chante », me précise-t-elle, "un jour il veut être gardien, un autre jour attaquant, en défense qu'il y pense même pas", prévient la fille. Avant d'ajouter : "mais c'est comme ça qu'ils sont ces foutus mecs, un jour ils disent un truc et le jour d'après va voir ailleurs", en me regardant les yeux entrouverts, avec sa meilleure tête de "Fuck Trump et pousse-toi dans un coin que je ne t'éclabousse pas ou à toi de voir si toi aussi t'es concerné".

Avant de partir, Défense zapatiste me résume : "Hé Sup, pas n'importe qui ein, il faut de la discipline et de la lutte, parce que sinon ensuite ils s'évanouissent rapidement et dans l'équipe, que de la résistance et de la rébellion". Je n'ai pas voulu la décevoir, mais le simple réquisit de la discipline laisse de côté toutes les équipes de soutien et tous, toutes, tout-e-s les personnes présentes, à commencer, bien sûr, par Pablo Contreras ici présent.

Pour le défunt SupMarcos, selon ce dont je me rendrai compte après sa mort en retrouvant ses lettres, l'apocalypse, ce n'est pas le miroir, ni la question, mais la réponse. "Là" a-t-il écrit de son écriture maladroite d'enfant mal appliqué et disqualifié chronique en calligraphie, "C'est là que le monde se termine... ou commence".

Je reviendrai à une autre occasion sur ces feuilles tachées d'humidité et de tabac que, avec d'autres et dans un coffre en toile abîmée et déchirée, le SupMarcos m'a remises peu de temps avant sa mort, avec une sentence laconique : "tu verras bien".

Cette même phrase, il me l'a répétée quand il descendait de l'estrade à La Realidad, le sang de mon frère mort, le maître Galeano, encore chaud sur la terre ; quand, comme une prémonition de ce qui viendrait après, l'unique lumière était celle de la pluie brisant la logique de ce mois de mai que les calendriers avaient déjà rendus caducs.

Non, je ne parlerai pas de cet écrit. Ou pas encore. Non plus de celui que je viens de trouver et qui, provocateur, porte ce bref intitulé : "De comment Durito a décidé d'embrasser la noble profession de la Cavalerie itinérante et s'est donné comme but de parcourir le monde en défiant les injustices, secourant le démuni, sauvant l'opprimé, soutenant le faible et arrachant des soupirs lascifs aux prudes demoiselles, ainsi que des essoufflements d'envie chez les machines. Rapports, devis sans engagement et embauches : Hojita de Huapac #69".

Oui, je suis d'accord avec vous, c'est un titre aussi modeste que son protagoniste.

Mais je ne vous le lirai pas maintenant, et pas parce que je ne veux pas écouter les sourires que vous arracheraient cette histoire, écrite de la main du défunt avec pour seule précision de lieu et de date lisibles : "Campement Watapil, Sierra del Almendro, avril 1986", c'est-à-dire il y a de cela environ 30 ans. Mais pour le moment ce n'est pas pertinent.

Bien sûr, vous êtes en train de vous mettre en colère parce que, pensez-vous, pourquoi je vous fais désirer cela si ni-maïs-ni pop corn-ni oranges-pourries—ni jus de fruits-ni-gâteau, si maintenant je ne vais pas vous lire cette histoire au titre si bref et si explicatif, mais laissez-moi vous dire que ces papiers trouvés dans la malle du SupMarcos m'ont rappelé quelque chose qui s'est passé quand, sur la montre de La Realidad, l'heure de sa mort n'était pas encore advenue :

Le SupMoy et le maintenant défunt SupMarcos sont revenus de la réunion avec le Comité Clandestin Révolutionnaire Indigène - Commandement Général de l'EZLN, célébrée dans une des salles du caracol de La Realidad, et ils m'ont fait appeler.

J'ai compris que, sur les deux montres que le maintenant défunt Sup portait depuis le premier janvier 1994, l'heure était venue. Parce que je savais que sa mort avait déjà été décidée, mais pas quand. Le fait qu'ils me convoquent ne pouvait signifier qu'une seule chose : le décès était imminent, et lui me donnerait les dernières instructions avant ma naissance.

Le SupMoy a dû se retirer et je suis resté seul avec le SupMarcos.

Il m'a remis une petite mallette en toile, vieille et mal recousue, sans rien me dire de plus.

J'ai demandé ce que j'allais faire avec ça et il m'a seulement répondu que je saurai quoi faire le moment venu. J'ai acquiescé en silence.

Puis, il m'a donné les indications de l'emplacement d'une boite aux lettres de la montagne où, m'a-t-il dit, il gardait différents livres.

Maintenant ils me reviennent en mémoire : les anthologies poétiques de León Felipe et Miguel Hernández, le Romancero gitan de García Lorca, les deux tomes du Don Quichotte, Les vers du capitaine de Pablo Neruda, une édition bilingue de sonnets de William Shakespeare, Cronopes et fameux de Julio Cortázar, et d'autres dont je ne me souviens pas pour le moment.

Cela m'a fait bizarre que, dans sa dernière volonté, il y eu de la place dans ses pensées pour recommander le sauvetage de quelques livres qui, très probablement, seraient déjà réduits en miettes par l'humidité et les fourmis rouges.

J'ai dû fait un geste quelconque, parce qu'il s'est senti obligé d'expliquer : "Il n'y a pas de solitude plus désespérante qu'un livre que personne ne lit".

Je n'ai rien dit, j'ai seulement écrit en code les données de la boite postale.

Ensuite, il m'a demandé comme c'était son genre au moment des indications finales : "Des doutes, des questions, des angoisses, des désaccords, des insultes en chocolat ou de l'autre sorte ?".

Je suis resté pensif.

"J'ai une question" lui ai-je dit. Pas parce que j'en avais une mais pour me donner du temps, et pouvoir penser à quelque chose.

Il a gardé le silence.

Et je ne sais pas pourquoi, je l'ai interrogé sur Durito.

Oui, je sais, j'aurais dû lui demander autre chose, les raisons de sa mort par exemple, ou la toujours pressante question "et maintenant ?". Mais non, je l'ai interrogé sur Durito.

Pourquoi as-tu choisi comme personnage un insecte ? Le truc du Vieil Antonio, je comprends, pareil avec les enfants, mais un insecte ? Et pire, un scarabée ! Les scarabées qu'il y a par ici sont ceux qui font leur nid avec de la bouse et ils y élèvent leurs petits.

Il alluma sa pipe et répondit entre des bouffées de fumée :

"D'abord, comme tu t'en rendras compte dans quelques minutes, ce ne sont pas eux les personnages, mais moi. Et en ce qui concerne Don Durito, et bien c'est le petit, le faible et l'insignifiant qui se soulève, se rebelle et défie tout, y compris sa destinée imposée".

"En ce qui concerne la bouse, les scarabées ne sont pas les seuls qui sur ces terres travaillent avec la bouse et l'utilisent y compris pour leurs maisons. Les indigènes aussi. Bon, ça, c'était avant notre soulèvement".

Oui, nous avons parlé d'autres choses, mais pas parce que c'était un interrogatoire, mais parce que le début des funérailles prenait du retard et que le SupMarcos faisait toujours de la sorte : pendant qu'il pensait à quelque chose, il se mettait à discuter de n'importe quoi ou de ce qu'on lui demandait, comme s'il avait besoin d'occuper son esprit de plusieurs choses à la fois pour pouvoir en même temps résoudre la principale.

De ces autres choses, je ne sais pas, peut-être, c'est un suppositoire, je vous les raconterai à une autre occasion. Ou non, va savoir.

Mais le lien entre le scarabée et les indigènes zapatistes, peut-être que vous le comprendrez mieux dans les histoires qui vont suivre à travers la voix du SupMoy.

Je passe donc la parole à notre chef et porte-parole, le Sous-commandant insurgé Moisés, qui revient récemment du plus profond de la jungle lacandone, où il est parti pour nous expliquer pourquoi le monde capitaliste ressemble à un grand domaine entouré de murailles.

Merci beaucoup.

SupGaleano.

Mexique, avril 2017.

traduction collective

source du texte en espagnol : Enlace zapatista


[1] référence au journal de MORENA, le parti de Lopez Obrador, qui a repris le nom de Régéneration, en référence au journal éponyme publié au début du 20e siècle par l'anarchiste mexicain Ricardo Flores Magon pour appeler au soulèvement contre la dictature de Porfirio Diaz

Campaña Luis Fernando Libre: mitín en solidaridad con Luis Fernando Sotelo

 

 

A LXS COMPAÑERXS SOLIDARIXS
AL EJERCITO ZAPATISTA DE LIBERACIÓN NACIONAL
AL CONCEJO INDIGENA DE GOBIERNO
A LA SEXTA NACIONAL E INTERNACIONAL
A LA RED CONTRA LA REPRESIÓN Y POR LA SOLIDARIDAD:

El Estado utiliza la prisión como un método de control social, que es creada por un sistema que busca desechar todo lo que se salga de las normas impuestas por el poder político que defiende únicamente los intereses económicos capitalistas, es por ello que las cárceles están llenas de personas en su mayoría de escasos recursos, quienes carecen de oportunidades para cubrir las necesidades básicas, como son el alimento, el agua, un techo, es decir una vida digna, que muchas veces son el motivo por el cual estas personas están presas; es así como, los grandes empresarios se pasean libremente jineteando el dinero de la población y junto con gobernantes hacen fraudes millonarios mientras la población es encarcelada por ¨robar¨ para sobrevivir. Cabe decir que la cárcel también busca ser una forma de desarticular y callar a todo aquel que se organiza buscando otra forma de vivir fuera del sistema capitalista, es decir, toda lucha anticapitalista es objeto de la represión del estado pues atenta contra los intereses económicos del propio sistema, por lo que la prisión intenta detener la organización y dar un mensaje de miedo hacia la protesta social.
Es en este contexto que nuestro compañero Luis Fernando Sotelo Zambrano lleva ya 2 años y 7 meses de secuestro a manos del Estado, en un proceso plagado de mentiras e irregularidades, siendo sentenciado primero a 33 años 5 meses de prisión y después reducida esta pena por una apelación a 13 años 15 días de prisión más la reparación del daño por aproximadamente 9 millones de pesos, hoy el amparo directo es el último recurso que tiene nuestro compañero para lograr su libertad y tenemos claro que esta lucha debe ser jurídico-política y es por ello que convocamos:

A REALIZAR UN MITIN EN SOLIDARIDAD CON LUIS FERNANDO SOTELO ZAMBRANO, PARA EXIGIR LA RESOLUCIÓN DEL AMPARO DIRECTO DONDE SE DICTE SU LIBERTAD INMEDIATA
EL 3 DE JULIO A LAS 10:00am EN EL SEGUNDO TRIBUNAL COLEGIADO EN MATERIA PENAL ( AV. REVOLUCIÓN 1508, COLONIA GUADALUPE INN, DELGACION ALVARO OBREGÓN cerca de metro Barranca del Muerto)

Con la prisión el estado no sólo busca coartar la libertad de lxs compañerxs sino que también intenta quebrar su moral y de todo su entorno, para así desmovilizar la organización, llevándonos a un proceso desgastante dentro de las leyes del estado, las cuales nunca nos benefician pues esas normas fueron impuestas por un poder político que ni nos representa ni reconocemos; sin embargo lo que el sistema no sabe es que ni nos rendimos ni claudicamos, pues desde la organización peleamos por la libertad de nuestrxs compañerxs; mientras ellos tienen la fuerza pública para reprimirnos, nosotros tenemos la fuerza de la solidaridad, mientras ellos tienen las armas, nosotros tenemos la organización, mientras ellos nos juzgan con sus leyes y procesos ilegítimos, nosotros tenemos la razón, y es así como hemos venido fortaleciendo esta lucha donde no vamos a limosnear la libertad de nadie, sino que les vamos a arrancar del secuestro del estado la libertad de todxs y cada unx de nuestrxs presxs.
Siendo éste el último recurso jurídico que tiene nuestro compañero para obtener su libertad, hacemos énfasis en el llamado a la solidaridad y apoyar con nuestra presencia y así exigir la pronta resolución donde absuelvan y liberen de inmediato a Luis Fernando Sotelo.
¡HASTA QUE ESTEMOS LIBRES TOD@S!
¡QUE SE UNAN LAS RABIAS
QUE SOPLE EL VIENTO
QUE ARRECIE LA TORMENTA!
Campaña LUIS FERNANDO LIBRE

 


Las Abejas: "Nada nos va a parar: La semilla sembrada en el CIG ha germinado"

Congreso Nacional Indígena. que esa semilla juntos la hemos sembrado y brotado en tierra fértil, en el Concejo Indígena de Gobierno (CIG) en nuestra gran hermana Marichuy.



Organización Sociedad Civil Las Abejas de Acteal      
                Tierra Sagrada de los Mártires de Acteal
                Municipio de Chenalhó, Chiapas, México
                                      A 22 de junio del 2017.




Al Congreso Nacional Indígena
A las Juntas de Buen Gobierno
A la Sexta Nacional e Internacional
A la Sociedad Civil Nacional e Internacional
A las Organizaciones Sociales y Políticas
A las y los Defensores de los Derechos Humanos Nacional e Internacional
A los Medios Libres, Alternativos, Autónomos o como se llamen
A la Prensa Nacional e Internacional
Y a la opinión pública.

Hermanas y hermanos:

La lluvia ha llegado en nuestras tierras, pero, también hay tormentas que quieren destruir nuestras semillas...
Ante la represión y masacres que nos hacen los malos gobiernos, damos nuestra palabra las mujeres y hombres integrantes de la Organización Sociedad Civil Las Abejas de Acteal.
Vemos cómo los malos gobiernos en turno: Enríque Peña Nieto y Manuel Velasco su estrategia contrainsurgente es mucho más criminal y sangrienta que la que culminó con la masacre de Acteal, el 22 de diciembre de 1997.

El sistema capitalista neoliberal, o la hidra capitalista o el dragón de 7 cabezas del apocalipsis, al que sirven Peña Nieto, Manuel Velasco, no se sacia sus deseos de sangre. Su deseo es exterminarnos a los  pueblos y mujeres y hombres que no nos callamos ante los proyectos de muerte que nos imponen en nuestros territorios.


Nos duele y nos indigna hasta lo más profundo de nuestro corazón, los asesinatos que sufren nuestras hermanas, hermanos como Rodrigo Guadalupe Huet Gómez, integrante de la organización Semilla Digna participante del Congreso Nacional Indígena (CNI), fue asesinado por un grupo paramilitar que se identifica como Nuevo Guadalupe Victoria, este pasado 22 de mayo. Y después de este asesinato de nuestro compañero han continuado las amenazas de muerte.

Que el Corazón del Cielo y Corazón de la Tierra, engrandezca el corazón y les traiga justicia a la familia de nuestro hermano Rodrigo Guadalupe y al pueblo hermano de Cruztón, en el municipio de Carranza, Chiapas. Sabemos cómo es el dolor, pero, no olvidar que no están solos. Y, si encontramos estas espinas en nuestro camino, es porque el mal gobierno y el sistema capitalista neoliberal o la hidra capitalista o el dragón de 7 cabezas del apocalipsis, saben que nuestra lucha en la construcción de un México justo y libre, va a triunfar.

El mal gobierno de Peña Nieto y de Manuel Velasco, no pueden tapar con un dedo, el infierno en que tienen sumergido a nuestro país.
En el municipio de Tila en donde en el año de 1995, el mal gobierno creó paramilitares para echar a andar su estrategia de contrainsurgencia en el marco de Campaña Plan Chiapas 94. Esta Zona Norte de Chiapas, conocido como laboratorio de la creación del grupo paramilitar "Paz y Justicia", quien es responsable de varias desapariciones forzadas y asesinatos. Ahora, este grupo paramilitar a través de su líder Arturo Sánchez Sánchez y su hijo Francisco Arturo Sánchez Martínez, han vuelto a traer la violencia y la muerte en contra de nuestras hermanas y hermanos del ejido Tila. Y el actual gobierno está permitiendo hechos violentos como de igual manera así lo permitió y propició el gobierno de Ernesto Zedillo en ese entonces.
El mal gobierno de México y sus asesinos paramilitares serán los responsables de cualquier hecho lamentable con nuestras hermanas y hermanos del ejido Tila. Que el viento lleve nuestras palabras y nuestra solidaridad al pueblo de Tila y que no se desanimen, porque no están solos.
Nos solidarizamos también con nuestras hermanas y hermanos de la comunidad San Francisco, municipio de Teopisca, que están siendo hostigados por los ricos Juan Hernández Molina, Pedro López Girón y Pedro Hernández Espinoza y su gente. Les decimos que no están solos, y le decimos al mal gobierno y al grupo agresor con nombre y apellidos que respeten el territorio recuperado de nuestras hermanas y hermanos de San Francisco.

Desde Acteal Casa de la Memoria y la Esperanza, saludamos y abrazamos la justa y digna lucha del pueblo Nahua de Tepoztlán, en contra de la ampliación de la autopista La Pera - Cuautla. Aunque estemos lejos geográficamente, pero, de alguna manera estamos con ustedes hermanas y hermanos. Exigimos al mal gobierno cese a la represión y no a la ampliación de la autopista en mención.

Saludamos y nos solidarizamos con nuestras hermanas y hermanos de la comunidad Ñuhú, de Santa Cruz Ayotuxco, municipio de Huixquilucan, en el Estado de México, que enfrentan la destrucción de su territorio por el mal gobierno y las empresas constructoras que están devastando el bosque otomí mexica para la construcción de la autopista Toluca - Naucalpan. A pesar de que desde el pasado 26 de abril de este año, fueron notificados de la suspensión judicial de dicha obra, misma que no ha sido respetada por las autoridades del mal gobierno ni las empresas constructoras, violando así sus propias leyes del mal gobierno.

El sistema capitalista neoliberal o la hidra capitalista o el dragón de 7 cabezas del apocalipsis no sólo azota y devora en tierras mexicanas, sino, también en Guatemala, es por eso que rechazamos totalmente el desplazamiento forzado y que sean atendidos sus demandas de nuestras hermanas y hermanos de la comunidad de San Andrés en Laguna Larga, municipio de La Libertad en Petén, Guatemala, que el pasado 2 de junio cerca de 700 personas, fueron desplazadas de manera forzada de sus tierras tras el anuncio de un desalojo masivo y el desplazamiento de más de mil efectivos de la Policía Nacional Civil (PNC) y del ejército de Guatemala.

Es demasiado el dolor, es monstruoso la violencia del mal gobierno de Peña Nieto, de Manuel Velasco Coello y demás gobiernos títeres y serviles del sistema capitalista neoliberal o de la hidra capitalista o del dragón de 7 cabezas del apocalipsis.

Los malos gobiernos de México, la historia los ha juzgado de vender patrias. Su gran ignorancia y su falta de sensibilidad humana, les hace creer que nuestra Madre Tierra es mercancía.



Pero, nosotros los pueblos quienes sabemos que la Madre Tierra NO se vende, sino, que se ama y se defiende, es por eso que este 22 de junio nuestras hermanas y hermanos del Movimiento Indígena del Pueblo Creyente Zoque están marchando-peregrinando "a favor del agua, la tierra y la vida".

Hermanas y hermanos del Movimiento Indígena del Pueblo Creyente Zoque, desde Acteal, Tierra Sagrada de los Mártires, Casa de la Memoria y la Esperanza: Nos solidarizamos, saludamos y respetamos su lucha y marcha-peregrinación que están realizando en este momento en la Ciudad de Tuxtla Gutiérrez. No están solos, aunque no estemos ahí con ustedes físicamente, pero, nuestro corazón y pensamiento caminan y luchan con ustedes. También saludamos a todas las hermanas y hermanos que en este momento caminan físicamente con ustedes, quizá bajo un fuerte sol o lluvia. Saludos al MODEVITE, a la Coordinadora Nacional de Trabajadores de la Educación (CNTE) Sección VII Chiapas bloque democrático, a nuestro hermano y compañero de lucha y servidor de Cristo P. Marcelo y, a todas las mujeres y hombres y jóvenes y niñas y niños conscientes de buen corazón.

A pesar de tanta injusticia y saqueo a nuestros pueblos y territorios, nos da mucha alegría saber y conocernos en este camino de la construcción de un México más justo, humano y libre. Así es pues hermanas y hermanos Desde esta Tierra Sagrada, pedimos a la Sangre derramada de las y los 45 mujeres y hombres y más 4 no nacidos masacrados aquí en Acteal, y nuestra Madre la Virgen de la Masacre que los acompañe y guíe con sabiduría, amor y firmeza en su caminar y su lucha que también es nuestra; por la defensa del agua, la tierra y la vida. ¡NO AL FRACKING, NI AQUÍ, NI ALLÁ, NI HOY, NI NUNCA!

A pesar del infierno del sistema capitalista neoliberal o la hidra capitalisa o el dragón de 7 cabezas del apocalipsis, nosotros los pueblos organizados seguimos caminando y retoñando la vida. Y, así andamos sembrando semillas de esperanza y de vida, sobre la muerte.

Ya nada nos va a parar: La semilla ha germinado. La lluvia ha llegado en nuestras tierras. La semilla crece mucho más rápido con la lluvia. Y esa semilla sigue creciendo, porque no es una semilla cualquiera. Porque es la semilla de dignidad de los pueblos del Congreso Nacional Indígena. Y que esa semilla  juntos la hemos sembrado y brotado en tierra fértil, en el Concejo Indígena de Gobierno (CIG) en nuestra gran hermana Marichuy.

Hermanas y hermanos, desde nuestra humildad y de corazón pedirle al Corazón del Cielo y Corazón de la Tierra, a Mamá-Papá Dios o de acuerdo a nuestras creencias espirituales, que nuestro CIG y nuestra Vocera Marichuy tengan muchas fuerzas y sabidurías. Y pedir también que a los hombres y mujeres que todavía no entienden nuestra lucha y nuestro caminar, que se acerquen y se organizasen y se den cuenta que nuestro país México, se está desmoronando por los partidos políticos y por los malos gobiernos. Y que nosotras y nosotros los pueblos y hombres y mujeres conscientes y de buen corazón, debemos de reconstruirlo.

"Nuestro sueño, no es un sueño", decíamos hace varios años. Ahora, nuestro sueño, se ha despertado.

Desde Acteal, Casa de la Memoria y la Esperanza.

Atentamente

La Voz de la Organización de la Sociedad Civil Las Abejas de Acteal.


Por la Mesa Directiva:



                               Vicente Jiménez Sántiz                     Antonio Ramírez Pérez                                                                 
    
                                 Sebastián Pérez Pérez              Javier Ruiz Hernández

                                Reynaldo Arias Ruiz                  Sebastián Cruz Gómez

El Pueblo Zoque #CNI con el apoyo del pueblo y organizaciones de Chiapas marcha contra las minas.

tags : #cni, apoyo, chiapas, cni, pl-fr,
Hoy, 22 de junio el pueblo zoque acompañado del pueblo creyente y del magisterio marchan en la ciudad de Tuxtla Gutierrez capital de Chiapas, para la defensa de su tierra en contra de los megaproyectos de minas y fracking en su territorio.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule, arbre et plein air
@pozol

Rápidamente el Pueblo Creyente y el Modevite anunciaron sumarse a esta marcha, otros pueblos del Congreso Nacional Indígena, como la organización de la Sociedad Civil de Las Abejas se solidarizaron con esa Marcha.


L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air
@pozol


Como herencia del apoyo y de la solidaridad del pueblo creyente, de la sociedad civil, y de los y las zapatistas el magisterio, seccion 7 y 40 se sumaron igual a la marcha.

Mensaje de Las Abejas de Acteal

Hoy 22 de junio conmemoración de los mártires de Actel, la organización sociedad civil de las Abejas de Acteal Las Abejas se solidariza espiritualmente con el pueblo zoque en la marcha peregrinación por la defensa de la madre Tierra, los mártires de Acteal está presente con los hermanos y compañeros del pueblo zoque que lucha por sus derechos. No al hidrocarburo.

L’image contient peut-être : 17 personnes, plein air

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et texte

El Centro de derechos humanos Frayba con la presencia del Obispo y presidente de ese Centro Raul Vera y el Padre Chuy de Las Margaritas enviaron ese mensaje:


Desde San Cristóbal de Las Casas, Chiapas, México. El Centro de Derechos Humanos Fray Bartolomé de Las Casas, AC. Se garantice el derecho de los pueblos indígenas.

La ronda 2.2 pone en riesgo un total de 16 arroyos y 4 manantiales de las comunidades zoques de Chapultenango, Ixtacomitán, Francisco León y Tecpatán. Por mencionar algunos serían los ríos Yomonó y Totopac en Tecpatán; el Movac y Susnubajk en Chapultenango; los ríos Tumbak y Magdalenas en Francisco León y el rio Blanco en Ixtacomitán, poniendo en riesgo la disponibilidad de agua para la agricultura y el equilibrio ambiental del territorio.
#NoALosHidrocarburos #TerritoriosZoques

L’image contient peut-être : 17 personnes, personnes souriantes, personnes debout et texte


Silvia Juarez, ex presa por defender la tierra igual dio su apoyo al movimiento

Silvia Juarez Juarez, defensora comunitaria del territorio Zoque.
Exigimos que el pueblo zoque sea declarado TERRITORIO LIBRE DE PROYECTOS EXTRACTIVOS, QUE ATENTAN CONTRA LOS RECURSOS NATURALES (HIDROCARBUROS, MINERÍA, PRESAS HIDROELÉCTRICAS, CENTRALES GEOTÉRMICAS).
#NoALosHidrocarburos #TerritoriosZoques

L’image contient peut-être : 5 personnes, plein air