l@s zapatistas no están sol@s.

Infos

Esta es la nueva pagina de europa Zapatista : Contiene noticias y artículos publicados en los sitios web y blogs de los diferentes colectivos europeos solidarios con l@s zapatist@s y con los de abajo y a la izquierda. Permitiendo así colectivizar e intercambiar la información desde nuestros rincones.

Estado de la pagina

Número de artículos:
10  15  20 

 

Sostieni Ya Basta - Caminantes con il tuo 5 per mille da destinare a progetti di cooperazione

L'Associazione Ya Basta - Caminantes costruisce ponti di cooperazione in America Latina e nell'Euromediterraneo.

I ponti che vogliamo costruire partono dalle sponde di chi è in movimento, in cammino, costruendo movimentazioni sociali reali per quantità e qualità.
Ponti possibili tra chi di fronte agli effetti della crisi sceglie singolarmente e collettivamente non la reazione retriva ma la libertà, l'eguaglianza e la fraternità, come parole da reinventare e conquistare.
Ponti per connettere la ricerca reale delle forme necessarie di organizzazione di tant@ in grado di costruire la pratica di un comune possibile, libero dal saccheggio del capitale finanziario, per un presente ed un futuro di giustizia sociale ed ambientale.
In cammino, con nello zaino la bussola orientata a cercare non il punto di partenza di qualcosa ma il punto d'arrivo che si vuole raggiungere: la costruzione di un altro mondo.

CAMMINA CON NOI!

DESTINARE IL 5 PER 1000 A YA BASTA E' SEMPLICE

Anche per l'anno 2015 è possibile destinare il 5 per mille dell'Irpef alle associazioni di volontariato, Onlus…
Chi compila il modello 730 o il modello Unico può quindi, sostenere l'Associazione Ya Basta Onlus, senza alcun costo aggiuntivo, compilando il riquadro per la scelta di destinazione del 5 per mille.

E' sufficiente fare due mosse:
1. firmare nel riquadro indicato come «Sostegno del volontariato, delle organizzazioni non lucrative di utilità sociale…»;
2. scrivere in quel riquadro questo numero:
92128610281

Basta scrivere solo il CODICE FISCALE non è necessario indicare il nome dell'associazione

Chi destina il 5 per mille non paga nulla in più.
Il 5 per mille non è alternativo all'8 per mille: chi vuole può scegliere entrambi.

I PROGETTI CHE SOSTEREMO CON IL TUO 5 PER MILLE

DIAMO CORPO AI SOGNI – SOSTENIAMO LA SALUTE AUTONOMA ZAPATISTA->http://www.yabasta.it/spip.php?article1964

JPEG - 48.4 Kb
Clinica Autonoma Zapatista - San Josè del Rio - Chiapas - Messico

Campagna di raccolta fondi per l'acquisto di un nuovo apparato di anestesia per la sala chirurgica della Clinica-Scuola “La primera esperanza de los sin rostro de Pedro” a San Josè del Rio, Zona Selva Chiapas Messico - Caracol I “Madre de los Caracoles del Mar de nuestros Suenos”, La Realidad - Giunta del Buongoverno “Hacia la Esperanza” .
Vai alla presentazione

WE GOV

JPEG - 52.5 Kb
Tunisia - Marzo2015

A sostegno della capacità d'azione democratica della società civile in Tunisia, Libia, Giordania e Palestina.
Finanziato dalla Commissione Europea, coordinato dal GVC.

Nella nostra sede in Via Barbarigo 17 a Padova puoi trovare:

Azucar do Brasil – Zucchero del Movimento Sem Terra Brasile
Cafè Rebelde – Caffè delle comunità zapatiste, Chiapas, Messico
Argan – Olio e sapone delle cooperative di donne del sud del Marocco

RICORDA DESTINA IL 5 PER MILLE ALL'ASSOCIAZIONE YA BASTA – CAMINANTES

...ci puoi sostenere sempre con donazioni:

- presso il conto corrente Banca Popolare Etica IT06J0501812101000000100737

- tramite il nostro conto Paypal

Per ringraziarti ti dedichiamo
Caminante no hay Camino Juan Manuel Serrat

Associazione Ya Basta - Caminantes
Via Barbarigo 17 - Padova tel. 049 8751003

mail: padova@yabasta.it

Seguici in Twitter e FB yabastapd

PNG - 513.7 Kb
Sostieni Ya Basta - Caminantes con il tuo 5 per mille da destinare a progetti di cooperazione

CASA, AUTONOMIA E DIGNITA’: L’ESPERIENZA DELL’OPFVI DI CITTA’ DEL MESSICO

Il nostro primo giorno a Città del Messico lo abbiamo passato andando nella zona est della città per incontrare l’esperienza dell’Organizacion Popular Francisco Villa Indipendente (OPFVI). Siamo stati alla Polvorilla. Un luogo incredibile, una comunità di circa 3000 persone che … Continue reading

El Niño Dries Up 13 Main Rivers in Mexican State of Chiapas

 

.

El Niño Dries Up 13 Main Rivers in Mexican State of Chiapas

 

When reading this, please ask yourself whether building 5 dams on the Usumacinta would be the best source of electricity.

drought-479x319

 

 

State officials will ask the federal government to decree a state of emergency in various regions of the state to access national disaster funds.

The southern Mexican state of Chiapas has been hard hit by the El Niño climate phenomenon causing such an intensive drought that 13 rivers have been completely dried up, Mexican newspaper Reforma said on Friday.

State Director of Civil Protection Luis Manuel Garcia told Reforma that 40 Chiapan municipalities have been affected, of which four are experiencing extreme drought.

“All of the biggest rivers in the coastal area of Chiapas have been practically dried up,” Garcia said.

In light of the extreme circumstances, Garcia said they would send a petition to the federal government requesting that they issue a state of emergency decree for three of Chiapas’ municipalities in order to get financial resources from the National Disaster Fund.

“The drought issues began last year when we recorded 36 percent less rains than the historical average, and this year has so far been the same,” he said.

The official recalled that Chiapas is one of Mexico’s states with more rains, but that due to El Niño, this is no longer true.

“The wells from which water for the population is extracted are eight metres below their normal level,” Garcia said.

According to meteorologists’ predictions, the drought will continue to affect the state during May, which has prompted the state government to ask farmers to delay the beginning of their plantations for about a month.

The threat of drought has been looming over Mexico since at least October of 2015, when experts predicted the country would soon be hit by the worst drought in recent history.

The effects of the climate phenomenon have already been felt in Baja California, Oaxaca, Yucatan, Guerrero and Chiapas.

http://www.telesurtv.net/english/news/El-Nino-Dries-Up-13-Main-Rivers-in-Mexican-State-of-Chiapas-20160429-0023.html

 

El Niño in Chiapas: water rations in effect

13 rivers have almost dried up as a result of drought

A severe drought caused by the meteorological phenomenon El Niño has affected the state of Chiapas, where some rivers can no longer provide water for several municipalities and underground reservoirs are being depleted, forcing authorities to enforce water rationing measures.

Just in the last month, 13 rivers have virtually dried up, affecting 40 municipalities in the Soconusco and Costa regions of the state.

Drought in 36 of those is considered moderate by the state Civil Protection office while in the remaining four — Arriaga, Tonalá, Pijijiapan and Las Margaritas — it has reached severe levels.

“The Lagartero river represents the main water supply for Tonalá and several communities [within the municipality]; rivers like Doña María or Cintalapa, and all the great rivers of the coast region, are virtually drying up,” said Civil Protection chief Luis Manuel García.

In some Pijijiapan neighborhoods, tap water is only available one or two days per week as the Coapa river can’t cope with providing a full supply to the municipality.

In total, seven rivers run through it, two of which have completely dried up, while the others present very low flows.

In order to access national disaster funds, the state government is working with the federation to declare a state of emergency in the municipalities of Arriaga, Tonalá and Pijijiapan.

“Last year rainfall was 36% below average and so far this year the trend continues”, observed García, who recalls that similar conditions were experienced during the 1997-1998 season when one of the strongest El Niño events on record was registered.

A technical study of the region’s aquifers was performed recently, said García, and all were found to be below their average levels. “Wells that supply water for several cities were found to be eight meters below their usual levels.”

Due to the emergency conditions, local authorities have decided to cover several communities’ water needs through tanker trucks, while also monitoring bottled water distributors to ensure they keep their prices at a reasonable level.

In the state capital the water department has performed repairs to its network in order to control and prevent leakage.

The water supply in Tuxtla Gutiérrez is also limited to access twice a week, while its two water treatment plants have been operating at 70% and 30% capacity, respectively.

Weather forecasts predict that the drought could extend through May, and that rains should be expected sometime in June.

Faced with these conditions, farmers have been warned to postpone sowing crops until further notice.

Source: Reforma (sp)

http://mexiconewsdaily.com/news/el-nino-in-chiapas-water-rations-in-effect/#sthash.okkw2cLP.dpuf

.



.


BERTA CÁCERES: UNA INDOMABLE CON TALANTE DE ESTADISTA

tags : internacional, pl-fr,

x RadioProgreso y Eric


150422113110_berta_premio4_624x351_goldmanenvironmentalprizeSi uno pensaba en alguna candidata a la Presidencia de la República, que representara los intereses de la nación, los anhelos de toda la población y que lo hiciera desde los más pobres, ésa era Berta Cáceres, “la Niña guardiana de los ríos”, Una mujer indomable, insobornable. Por eso la mataron.


El crimen de Berta Cáceres quedará en la impunidad. Todas las fuerzas oscuras del país, bajo el mando de la empresa DESA, que tiene aliados en el Ministerio Público, así lo han decidido. Y en el aire enrarecido de este país prevalecerá lo que esas fuerzas han regado a través del poder mediático: se trató de un crimen pasional teñido de conflictos internos en la organización que Berta fundó. Sólo la presión popular interna, en estrecha articulación con las voces de la solidaridad internacional, podrán revertir esta impunidad. 


UNA AMISTAD TEJIDA DURANTE AÑOS

Eran las 4 de la madrugada del jueves 3 de marzo, mi hora cotidiana de despertarme, cuando descubrí decenas de llamadas perdidas en el celular. No acababa de contarlas cuando me llamaba Gustavo Cardoza, entrañable compañero de trabajo: “Quizás ya lo sabe, pero por las dudas le informo que han asesinado a Berta Cáceres”. Me senté en la cama con la esperanza de estar sumergido aún en el sueño, uno de los frecuentes y tortuosos sueños en que veo la sangre. Son tantos en Honduras -un país atravesado por la zozobra y por continuas noticias ingratas- a quienes la realidad de la muerte y las amenazas nos persigue hasta esa zona recóndita del inconsciente…


Pero no era un sueño. Todas las llamadas perdidas eran de personas cercanas. Todas sabían de la amistad que Berta y yo habíamos tejido a lo largo de años de pláticas, reuniones, caminatas, luchas, discusiones, debates y complicidades compartidas. De repente, recordé que me había acostado con el escrúpulo de haber olvidado de llamar a Iolany, la coordinadora de comunicaciones de nuestra plataforma social en el ERIC y en Radio Progreso. Berta me había llamado la tarde anterior, a las tres y nueve minutos, apenas doce horas antes de que la mataran, para concertar un foro y dos programas de radio con el mexicano Gustavo Castro, experto en energías alternativas, hoy único e incómodo testigo de lo que ocurrió la noche del crimen.


Por las gestiones y las infinitas relaciones de Berta, COPIHN (Consejo Cívico de Organizaciones Populares e Indígenas de Honduras) había traído a Gustavo al país para que compartiera sus experiencias con diversas organizaciones defensoras de los bienes comunes de la Naturaleza, que luchan contra la energía térmica. Quedamos en que los dos, Berta y Gustavo, vendrían a la radio el 8 de marzo para que les hiciéramos una entrevista en la revista radial que transmitimos todas las semanas. También estarían conmigo en el programa diario y nocturno de una hora, “América Libre”.


“Pero no se le olvide, que usted es bien volado”, fueron las últimas palabras de Berta. “No te preocupes, mujer. Sólo llego a la radio y coordino con Iolany”, le dije, más para tranquilizarla que por seguridad de que no se me olvidaría. Llegué a la radio al final de la tarde, saludé a Iolany, pero olvidé por completo coordinar lo de Berta. Me acordé hasta las diez de la noche, cuando ya estaba quitando el promontorio de cosas que acostumbro a tener sobre mi cama para dormir. Sólo pensé: Hay tiempo mañana para coordinar, sin saber que el tiempo de Berta se acababa esa noche…


CREÍAMOS QUE ELLA ERA INTOCABLE

Cuando uno recibe una noticia tan estremecedora como ésa recordará para siempre hasta los pequeños detalles del momento en que la recibió. Así me sucedió el 16 de noviembre de 1989 cuando supe del asesinato de los jesuitas y de Elba y Celina. Y así también, cuando años atrás, el 24 de marzo de 1980, alfabetizando campesinos en Boaco, Nicaragua, supe que habían asesinado a Monseñor Romero, a quien había escuchado el día antes en su última homilía en un destartalado aparato de radio.


Después de saber que habían matado a Berta quedé paralizado unos cinco minutos, incrédulo, queriendo despertar de esa pesadilla. En Honduras, en donde la muerte ronda por todos lados, uno no deja de preguntarse en qué momento le tocará, si al abrir el portón en la madrugada para ir al programa mañanero de la radio o si en la carretera o si al ir a comprar las tortillas del desayuno... Así va la vida en esta nuestra Honduras, teñida de sangre, violencia y riesgos.


Cada quien desarrolla sus propias defensas sicológicas y se arma del escudo de una lógica de posibilidades. En el caso de Berta pensábamos que no lo harían. ¿O ilusamente queríamos verlo así? Creíamos que sus múltiples reconocimientos la hacían intocable. Tal vez por la ingenuidad de quienes queremos seguir creyendo que también los violentos y codiciosos de este país tienen sus límites. O tal vez creíamos eso como un recurso para tener seguridad en algo. Con el importante Premio Goldman que le dieron a Berta en abril de 2015, el premio más valioso del planeta para quienes defienden el medioambiente, ¿quién podría tocarla? En eso confiábamos muchos cuando la vimos premiada, yo entre ellos.



“SERÁS NUESTRA CANDIDATA”

Si uno pensaba en alguna candidata a Presidenta de la República que representara los intereses de toda nuestra población y que lo hiciera desde los más desposeídos, esa mujer solo podía ser Berta Cáceres.


Yo la bromeé en muchas ocasiones con esa idea, una broma que tenía sustento real. “Berta, vos serás Presidenta de Honduras -le decía-, serás la que llevemos de candidata cuando aquí haya elecciones honestas”. “Deje de joder”, me respondía siempre, con una expresión aprendida. Pero una sonrisa maliciosa, mezclada con un gesto de preocupación, delataba sus sentires internos: estaba abierta a aceptar todos los desafíos que le demandaba la realidad de su pueblo. También el de conducir un día los destinos del país desde la máxima responsabilidad del Estado, hoy en manos de individuos de tan nula visión política y tan bajo nivel ético.


Berta Cáceres era una de las personas que debió estar presente en el diálogo nacional de hace unos meses, si ese diálogo hubiera sido realmente honesto y abierto. Y no sólo ella hubiera debido participar, era la persona adecuada para coordinarlo desde los sectores sociales y populares. Nadie como ella hubiera representado tan bien sus intereses y sus demandas.


El hecho de que ella no estuviera en la lista de invitados al gran diálogo nacional que armó el Presidente Juan Orlando Hernández para legitimarse, después de las antorchas indignadas que lo cuestionaban y pedían que se fuera, basta para invalidar ese evento. Después, el “gran” diálogo sirvió de argumento para que la OEA instalara en el país la MACCIH (Misión de Apoyo a la lucha contra la Corrupción y la Impunidad en Honduras). Hoy, Juan Orlando Hernández y el Secretario General de la OEA, Luis Almagro inflan el pecho diciendo que esta instancia es resultado de un diálogo nacional en el que participaron todos los sectores del país. Pero ahí no estuvo Berta.


DOS LÍNEAS DE INVESTIGACIÓN

Contra todas las convicciones, pronósticos y análisis, Berta Cáceres fue asesinada. El Fiscal General dijo que hay dos líneas de investigación. La primera apunta a los conflictos internos dentro del COPINH, adobados con asuntos personales o pasionales. La segunda tiene que ver con la lucha de Berta Cáceres y las denuncias que en los últimos tres años hizo públicas sobre las amenazas, chantajes e intimidaciones con que la empresa DESA (Desarrollos Energéticos, S.A.) quiso criminalizar su trabajo y judicializarla. Berta denunció que estaba amenazada de muerte y no sólo ella, también dos de los dirigentes indígenas lencas más cercanos a su lucha: Aureliano Molina y Tomás Gómez.


Desde los primeros momentos y en las primeras pesquisas realizadas, un policía sembró la cizaña: “A esa mujer la mataron por puta, tenía dos maridos”. En los primeros veinte días después del crimen el Ministerio Público decidió seguir la primera línea de investigación, aunque manteniendo todo lo que investigaba en el mayor de los secretos. A nadie de quienes tienen derecho a conocer cómo avanza o no esa investigación las autoridades no les dan la más mínima información. Mientras, Molinla y Gómez siguen en la mira. Esa estrategia busca dejar todo envuelto en la nebulosa de los rumores, en donde la manipulación mediática saca provecho. ¿Asuntos pasionales? Pues sí, fue tanta la pasión que puso Berta al luchar por defender a su pueblo lenca, por defender sus ríos, sus bosques y sus territorios, que ciertamente murió por un “asunto pasional”, por la pasión de toda una vida en defensa de los derechos de la Naturaleza y de la gente. Por la pasión por lograr una Honduras soberana y justa.


EL ÚNICO TESTIGO

El vigilante de la colonia en donde vivía Berta puso también su dosis de cizaña: “En un cien por ciento -dijo- identifico a esos dos hombres (Molina y Gómez) como los que entraron y salieron de la casa de doña Berta a la hora de la muerte. Nadie más que ellos dos entraron y luego salieron en un carro color blanco”. Ya en su segunda declaración el vigilante redujo su certeza a un cincuenta por ciento. Y cuando lo encararon con los dos hombres tuvo que aceptar que no eran ellos. A pesar de todo, los dos dirigentes de COPINH siguieron siendo los principales sospechosos. Dicen que, desde un inicio, la decisión del Ministerio Público fue dictar requerimiento fiscal inmediato contra Molina, quien fue pareja de Berta por un tiempo y con quien se decía rompió por conflictos personales.


Lo que dio al traste con todo este plan fue el único testigo de lo que pasó la noche del crimen, el mexicano Gustavo Castro. Los asesinos no previeron que ese día Berta tendría en su casa un huésped, con el que había organizado una gira en diversos territorios y con diversas organizaciones para que compartiera conocimiento y experiencias sobre energías alternativas, siempre con la pasión de salvar “la casa común”, la Naturaleza.


Cuando los asesinos entraron en su casa, Berta debe haberlos sentido de inmediato. Vivía siempre en estado de alerta. Tantas veces me dijo: “A mí no me van a agarrar así nomás, les va a costar que me maten”. Ella debió enfrentarse a los asesinos, debió luchar antes de que le dispararan. Gustavo dormía profundamente en una habitación del fondo y los disparos lo despertaron. Cuando salió, los asesinos ya huían y al verlo aparecer le dispararon para que no se lo impidiera.


Desangrándose, Berta aún tuvo energías para decirle a Gustavo la contraseña de su celular. “Llame por favor a Salvador, que se venga”, fue lo último que le dijo, antes de rendirse a la muerte. Murió llamando a Salvador Zúniga, su compañero de vida, con quien tuvo tres hijas y un hijo y del que se había separado años atrás por conflictos personales y sobre todo por conflictos por liderazgos. Tanto ella como él han sido dos de los líderes de mayor reconocimiento en el país, ambos fundadores en 1993 de COPINH. Ambos competían por quien tenía más ascendencia sobre las bases indígenas de esta organización emblemática y ambos fueron víctimas de persecuciones, amenazas, chantajes y calumnias por los gobiernos, por los militares y por los grupos de poder del país.


UN CRIMEN POR ENCARGO

Quienes saben de este tipo de crímenes afirman que los asesinos de Berta fueron expertos sicarios contratados por quienes querían deshacerse de Berta, porque les estorbaba demasiado y no lograban callarla. Se arriesgaron a matar a una dirigente tan popular porque para ellos era mayor el riesgo de seguir teniendo que enfrentar a una mujer con las convicciones de Berta, dispuesta a luchar hasta las últimas consecuencias. Matarla era necesario para sus negocios, sus proyectos y sus intereses. Debieron evaluar el costo y el beneficio con gente especializada que contrató a sicarios para que hicieran el trabajo.


Fue un crimen por encargo. No hubo saña, no hubo palabras de recriminación, ni los alegatos propios de una retórica pasional o de un conflicto de egos. Llegaron a matarla y punto. Los disparos fueron certeros, de profesionales, de la cintura para arriba. Tampoco les interesaba matar a nadie más. Los contrataron para matarla a ella. La presencia del mexicano los tomó desprevenidos y teniendo ya asegurada la ruta de escape y contando con una total impunidad posterior, no les interesaba matar a quien inesperadamente encontraron en la escena del crimen. Le dispararon, pero sólo para neutralizar al intruso e impedir que los atacara o los persiguiera.


Gustavo, el testigo inesperado, entorpeció el plan original. La estrategia tendría que centrarse en el móvil pasional, insistiendo y repitiendo lo mismo una y otra vez. Presentar el móvil del crimen como pasional y mezclado con disputas por conflictos internos en COPINH conseguiría dos objetivos: asesinar a Berta y desarticular la estructura del COPINH. Había que vincular al crimen a Aureliano Molina -amante resentido y dirigente de la organización- y a Tomás Gómez, quien se habría confabulado con Molina para, matándola, tener libre el camino para asumir la dirección absoluta del COPINH.


El incómodo testigo mexicano ponía en cuestión toda esta trama. En cómo asentarla en la percepción colectiva han trabajado los responsables del crimen a lo largo de los primeros veinte días. Y mientras construyen el andamiaje de la impunidad, necesitan revestir de total secretividad toda la investigación.


ESTRATEGIA DE IMPUNIDAD

El asesinato de Berta Cáceres debe quedar en la impunidad. Los poderes fácticos y los poderes establecidos no tienen otro camino. No pueden echarse a la espalda un crimen de tan alta resonancia internacional. Pero como en este caso el olvido no será fácil, la estrategia de la impunidad deben organizarla muy bien, especialmente para que la comunidad internacional quede satisfecha y para que la investigación contenga suficientes elementos que enturbien la imagen de Berta ante la comunidad nacional, para así disminuir su limpio perfil de incansable luchadora.


Un proceso judicial estructurado para este fin deberá sembrar en la conciencia de la población lo que aquel policía dijo en las primeras horas después del crimen: Berta Cáceres fue asesinada por algún hombre despechado y por algún conflicto en la organización que ella dirigía. Ésos deben ser los móviles, para empañar la imagen de Berta y su recuerdo y para debilitar la lucha del COPINH, la organización indígena que dirigió esta mujer, bautizada como “la Niña guardiana de los ríos”.


ESO NO LO INVESTIGARÁN

La segunda línea de investigación no pueden tomarla en cuenta. Tendrían que destapar los contratos, las concesiones, los compromisos, los decretos y leyes denunciados durante años por Berta Cáceres. Tendrían que analizarse las figuras legales con las que ha ido adelante el proyecto “Agua Zarca” y otros proyectos extractivistas y devastadores en la región de Occidente, en la Costa Norte y en otras zonas de Honduras, concesiones en las que aparecen las firmas y los nombres de las personas, grupos y empresas más poderosas del país, vinculadas a corporaciones transnacionales.


Seguir la línea de investigación que vincula el asesinato de Berta con todo lo que ella denunció destaparía la corrupción y la codicia de los verdaderos conductores del modelo neoliberal que se ha enseñoreado de nuestro país.


Esta segunda línea de investigación vincularía también a empleados de nivel intermedio de algunas empresas y a algunas autoridades locales y departamentales, comprometidos también en el proceso que condujo a la contratación de los sicarios. Investigar a responsables intermedios conduciría con relativa facilidad y celeridad a identificar a los más altos responsables, gerentes de empresas y políticos del más alto nivel, quienes dirigen los proyectos extractivistas que explotan los bienes naturales.


Nadie en el actual engranaje del poder está dispuesto a hacer esto, a correr riesgos que pongan en peligro intereses, privilegios y estabilidad. Y, por eso, hay unanimidad en favorecer todo lo que aliente la otra línea de investigación: pasiones personales entrecruzadas con luchas intestinas por el poder.


EL MUNDO SABÍA DE ELLA

Quienes planearon el asesinato de Berta Cáceres sabían que matarían a una persona a la que nunca podrían controlar. Esta mujer era una auténtica indomable como espontáneamente la llamaron en los diversos actos de reconocimiento y en las consignas, lemas y testimonios el día que la enterrábamos. Lo que no esperaban sus enemigos, por vivir ensimismados en su codicia, fue la repercusión mundial que adquirió su asesinato.


El control mediático en Honduras es de tal calibre que ninguno de los medios de cobertura nacional cubrió como correspondía el notición que representó para Honduras el 20 de abril de 2015 la entrega en Estados Unidos del Premio Goldman por la defensa del ambiente a una compatriota. Algún medio colocó la noticia en un recuadro esquinero, perdido entre la publicidad. Ellos no lo sabían, pero el mundo sabía de sobra quién era Berta Cáceres.


Tampoco los medios nacionales cubrieron la visita que Berta hizo, junto a otros dirigentes de movimientos populares de todo el mundo, al Papa Francisco en el Vaticano, en octubre de 2014. Menos se interesaron en informar que fue ella la vocera que habló en nombre de todos ante el obispo de Roma. La misma Berta comentó en los días previos a ese encuentro las maniobras que algunas jerarquías eclesiásticas católicas habían realizado para impedir que ella formara parte de los dirigentes populares que recibiría Francisco.


De tan poca monta consideraban las autoridades hondureñas a Berta Cáceres que cuando la Comisión Interamericana de Derechos Humanos le otorgó medidas cautelares por el peligro que corría su vida, nunca aceptaron reunirse con ella para definir cómo implementar esas medidas, quedando a criterio del oficial de turno en La Esperanza, municipio donde residía Berta, el realizar patrullajes en los alrededores de su vivienda y en los lugares que ella frecuentaba.


Nadie en el poder dimensionó lo importante, lo querida y lo reconocida que era en el mundo Berta Cáceres, por su liderazgo entre su pueblo lenca y entre el pueblo hondureño. Para las autoridades del país era sólo un estorbo, una revoltosa. El Presidente del Congreso Nacional, Mauricio Oliva, resumió lo que toda la pléyade de funcionarios corruptos y empresarios codiciosos pensaban sobre Berta, sobre lo que hacía y sobre los que se organizaban alrededor de su liderazgo cuando el 20 de marzo, y a propósito de la pregunta que le hicieron sobre la marcha de las investigaciones para identificar a los autores del crimen, exhortó: “Yo les digo a los que andan en esas luchas que no se compliquen la vida. Pórtense bien, no anden en malos pasos”.


LA REPERCUSIÓN MUNDIAL

La repercusión mundial por el asesinato fue inmediata, enorme y llovieron los manifiestos, declaraciones, denuncias y reclamos de congresistas, senadores y funcionarios del gobierno de Estados Unidos, del Parlamento Europeo, de diversos gobiernos de países latinoamericanos, de la ONU y la OEA, de la más amplia gama de organismos defensores de derechos humanos, ambientales, indígenas, feministas, populares y sociales. El Embajador de Estados Unidos en Tegucigalpa, James D. Nealon, asistió al velatorio en la casa de la madre de Berta, también llegaron varios embajadores de países europeos y las principales figuras públicas que se oponen a las políticas del gobierno.


Tan enorme fue la reacción mundial ante este magnicidio que el Presidente de la República, declarado enemigo público de Berta Cáceres, en la convención de su partido, el Partido Nacional, realizada el mismo 5 de marzo, día del funeral, se vio obligado a pedir a los convencionales, políticos de la más extrema derecha y abanderados de los proyectos extractivos, un aplauso para Berta…


Los medios de comunicación voceros de la política oficial, los mismos que ignoraron siempre las luchas de Berta y que sólo la mencionaban para desacreditar lo que hacía, tuvieron que cubrir la noticia de su muerte y sus honras fúnebres con una dedicación y amplitud como lo hacen con actos oficiales del gobierno, con la Teletón o con algunas de las más sonadas masacres que inundan el sangriento escenario de nuestro país.


Todos los medios llegaron a la casa de la mamá de Berta. Hubo periódicos escritos que cubrieron el acontecimiento con hasta quince páginas de una misma edición en la que brindaban informaciones, datos, reportajes, crónicas y declaraciones relacionadas con la vida, las luchas y el asesinato de Berta…


ESTRATEGIA MEDIÁTICA

De acuerdo a informaciones que se filtraron, la decisión de los propietarios de medios de difundir la noticia y cubrir los funerales fue concertada con Casa Presidencial ante la avalancha de reacciones que llegaban de todo el mundo. Querían evitar que los escasos medios no controlados se convirtieran en referentes únicos ante los medios de comunicación internacionales. Querían dominar el espacio informativo para reorientar la interpretación de los hechos y cimentar la línea de investigación que hablaba de un crimen pasional y de conflictos internos en COPINH.


La cobertura mediática que se procuró dentro de esa estrategia se centró en la sangre en el lugar del crimen, en el llanto de la familia, en las reacciones de pesar de las diversas instancias oficiales, todas lamentando el hecho, llamando a la reconciliación y apoyando una investigación que condujera a capturar a los hechores. Se trataba de salir al paso de cualquier señalamiento contra la empresa DESA o contra el gobierno. La poderosa hermana del presidente se adelantó a advertir que los cabezas calientes se aprovecharían del crimen para responsabilizar al gobierno y, particularmente, a su hermano el Presidente de la República.


Y ya al día siguiente del funeral, 6 de marzo, comenzó otro capítulo de la trama mediática. En el espacio estelar de entrevistas televisivas del domingo en la noche, apareció el padre de Berta Cáceres. Venía de la convención del Partido Nacional para decir -y el entrevistador se esmeró en hacerle decir lo que querían que dijera- que el asesinato de su hija había sido políticamente manipulado por la izquierda. Eso fue lo que dijo entre muchas otras insensateces. Compareció también en otros canales y en otros medios y con el mismo discurso.


Después del funeral de la Niña guardiana de los ríos la campaña mediática ha continuado insistiendo en el móvil pasional y en el móvil de un grave conflicto interno en la organización, todo organizado por el equipo de comunicación de Casa Presidencial, dirigido por Hilda Hernández, hermana del Presidente.


QUÉ VIÓ EN SU PADRE

¿De quién heredó Berta Cáceres su personalidad indomable? ¿Qué hubo en esta mujer que, viniendo de un país tan pequeño, lograra un alcance internacional tan grande?


Su padre, que la abandonó cuando era una niñita, que maltrató a su madre y a todas las mujeres que encontró a su paso, dejando regados en el país a decenas de hijos y de hijas, todo un macho, la convirtió en una firme defensora de los derechos de las mujeres. Su tenaz feminismo nace del rechazo a lo que vio en su padre. Ésa fue la raíz, después vinieron lecturas, ideas, conceptos, formulaciones, pero el humus que hizo fecundo y fértil todo lo que leyó, estudió y formuló está en el desbocado machismo de su padre. Ese mal ejemplo hizo de ella una abanderada impecable de la lucha contra la cultura patriarcal y una continua promotora de nuevas relaciones entre hombres y mujeres.


Los conflictos que tuvo con Salvador Zúniga, su compañero y padre de sus tres hijas y de su hijo, además de la competencia que libró con él por el liderazgo de la organización, la hicieron aún más indomable. No aceptó nunca las decisiones arbitrarias y menos aún que un hombre quisiera imponerlas, sólo por el hecho de ser hombre. No aceptó nunca que la vida de una mujer fuera controlada por un hombre.


SU MADRE: GENEROSA E INDOMABLE

¿Y su madre? Austraberta Flores, doña Bertita, es también clave para entender la personalidad de su hija. Su madre es una mujer profundamente hospitalaria. Todo mundo cabe en casa de doña Bertita, nadie que entre en su casa saldrá sin haber comido un huevo o tortillas con queso o con mantequilla y sin haber tomado café o té.


Hace unos doce años, a finales de diciembre, tuve la idea de visitarla acompañado de mi madre, mis hermanas y varias de mis sobrinas y sobrinos. Éramos diecisiete en total. La visita estaba pensada para unos minutos. Llegamos a las seis de la tarde y después de saludarla íbamos a buscar un hospedaje en la ciudad. Hasta el sol de ahora no comprendo cómo ocurrió lo que ocurrió: las diecisiete personas que llegamos a casa de doña Bertita, sin siquiera haber avisado que llegaríamos, cenamos, tomamos ponche, dormimos allí y al día siguiente desayunamos. Doña Bertita nos despidió rogándonos que repitiéramos la visita todas las veces que quisiéramos. Le tomamos la palabra y dos años después volvimos a llegar los mismos, apertrechados de alguna provisión y de una casa de campaña. Pero ni la usamos ni consumimos lo que llevamos. Ella nos lo dio todo.


Doña Bertita es un milagro… y hace milagros. Según ella cuenta, ha atendido el parto de 4 mil 500 mujeres lencas. Es madrina de miles de mujeres y de hombres lencas. Toda la gente que baja de las comunidades lencas a la ciudad de La Esperanza, para comprar, vender o hacer cualquier mandado, pasa por casa de doña Bertita a saludarla y a recibir su bendición. Quien conoce a doña Bertita entenderá mejor de dónde le viene a su hija Berta la generosidad y la indomable personalidad que demostró siempre.


“EL PUEBLO LENCA ES MI FAMILIA”

Doña Bertita es la gran matrona de la región. Si su casa es lugar de acogida de hombres y mujeres de las aldeas lencas, también llegan donde ella la gente de la ciudad y personajes de la política y los negocios. Fue electa tres veces consecutivas alcaldesa del municipio de La Esperanza, fue gobernadora del departamento de Intibucá y diputada suplente del Partido Liberal, al que renunció para siempre y públicamente tras el golpe de Estado de junio de 2009.


En varias ocasiones que estábamos su hija Berta y yo cenando o desayunando en su casa le escuché decir que desde muy niña sus amigos y amigas fueron siempre lencas. “Siempre fueron mi familia, mis hermanas y mis hermanos”, decía. La pasión de su hija por defender los derechos del pueblo lenca vino de ahí. No la aprendió en capacitaciones políticas. Fue una herencia de vida, nació entre ellas y ellos. Su madre le heredó al pueblo lenca, porque todos en ese pueblo vinieron al mundo recibidos por las manos de doña Bertita.


POR ESO LA MATARON

Berta Cáceres creció compartiendo la tortilla y el café, el tamal y el copal, las candelas blancas, amarillas, azules y verdes con el pueblo lenca. Su amor por ese pueblo nació desde el vientre de su madre. Después fueron las ideas, los conceptos, las decisiones políticas. Por lo arraigado del amor por la cultura lenca Berta fue insobornable. Nadie la pudo comprar, nadie la pudo domar.


Nadie pudo con ella. Tuvieron que matarla. Sin esa mística primigenia, sin ese amor esencial, las personas pueden ser sobornables, domables, comprables. Las ideas claras, los conceptos exactos, las posiciones políticas lúcidas no garantizan fidelidad a los pobres. Sólo una vida vivida en complicidad con la gente es garantía que convierte la lucha en una pasión inclaudicable. Por eso la mataron. Ése es el legado que Berta nos deja.


¡YA VIENEN LOS COPINES!

En más de veinte años de esfuerzos, Berta logró hacer de COPINH una organización popular e indígena que trascendió los moldes políticos tradicionales. En el ambiente de las luchas populares todos sabíamos el significado del grito “¡Ya vienen los copines!” Eso significaba una lucha sin horario y sin límites, sin cálculo, no importando si hay o no hay comida, si hay o no dónde dormir o si hay que dormir en la calle.


Recuerdo cuando en abril de 2008 me uní a la huelga de hambre iniciada por los fiscales contra la corrupción y la impunidad. Estaba un día durmiendo en mi carpa cuando escuché “¡Ya vienen los copines!” Todos sabíamos que con su incorporación la huelga alcanzaba un nuevo nivel. Y era Berta la que siempre encabezaba la llegada de los copines, con un morral bajo el brazo, su sombrero de paja y su sonrisa maliciosa y pícara…


RECUERDO DE AQUEL DÍA

Con Berta uno se sentía movido por una fuerza mayor que la propia. El 20 de mayo de 2013 asistí a una de las tantas manifestaciones organizadas por COPINH y conducida por ella. Nos juntamos en el árbol de roble y ella nos animó a todos invocando a los ancestros y al espíritu de los ríos.


Una compañera de la solidaridad nos tomó una fotografía cuando nos encontramos. Curiosa siempre, pidió ver cómo habíamos quedado en la foto y satisfecha con la sonrisa que ambos habíamos puesto, me dijo. “A ver quién de los dos se va primero”. Fue ella la primera...


Ese día, Berta dio a las trescientas personas que la seguíamos la orientación de dirigirnos en protesta al campamento de la empresa DESA, que estaba como a un kilómetro del roble.


Caminamos hacia allá por un camino tupido de maleza y bajando un cerro bastante inclinado. Al fondo de la bajada estaba el campamento, fuertemente resguardado por soldados y por guardias privados. Yo, siempre temeroso, decidí quedarme al final del grupo. Berta, siempre valiente, encabezaba la manifestación. Gritábamos consignas exigiendo el retiro de DESA del territorio y en defensa del río Gualcarque.


Me senté en una piedra, sudado de la caminata y algo más seguro por alejarme del grupo que lanzaba las consignas en la cara de soldados y guardias armados. De pronto vi que se iban acercando dos camiones llenos de policías con escudos, bombas lacrimógenas y armas de grueso calibre.


Me temblaba todo el cuerpo. Un oficial bajó, se acercó hasta quedar a mi lado, pero sin verme. Desde su celular llamó: “Jefe, esta gente está pacífica, no creo que haya necesidad de pasar a más”. Yo seguía sentado. A los minutos el oficial recibió una llamada. “Jefe, pienso que no es necesario lo otro. Esta gente no anda armas”. Los policías estaban ya con el escudo listo y en posición de ataque.


Si en ese momento el oficial hubiera ordenado la represión las consecuencias hubiesen sido terribles porque el camino tenía abismos a ambos lados y el grupo iba a quedar entre dos fuegos.


Temblando y mirando a ninguna parte estaba yo cuando llegó Berta: “Melo, le toca a usted abrir paso para que nos retiremos”. Y la obedecí. Comencé a caminar, detrás de mí iba Berta y el resto del pueblo lenca que llegó a defender su río y sus tierras. Todavía logré escuchar al oficial: “Ya se están retirando, todo pacífico”. Yo sudaba, Berta estaba feliz del éxito de la actividad.


UN JURAMENTO ANTE LA MADRE ASESINADA

Berta no solo logró moldear a COPINH como una organización rebelde y resistente, dispuesta a luchar sin cálculos y sin límites. Y, aunque no todos los dirigentes populares lo deciden y lo logran, también educó en rebeldía y resistencia a sus tres hijas Olivia, Berta y Laura y a su hijo Salvador.


Los cuatro convocaron una conferencia de prensa ante el cadáver de su madre asesinada y juraron ante ella proseguir su lucha. Llamaron a todas las organizaciones sociales y populares presentes en su entierro a fortalecer la articulación en torno a la defensa de los ríos y de los bienes comunes de la Naturaleza, a defender al COPINH y a las comunidades lencas y a continuar la lucha por la soberanía nacional.


“LA VOZ DE MI MAMÁ LOS ACOMPAÑA”.

Salvador, de 19 años, debió regresar pronto a Argentina, donde estudia, y desde allá envió un texto que revela lo que piensa un retoño de la indomable Berta: “La lucha de mi mamá es la lucha de los pueblos. Y la lucha de los pueblos es su lucha. Es difícil entender para este sistema de destrucción y explotación que los ríos, los bosques, los animales son parte de nosotros y nosotros parte de ellos, que son nuestra espiritualidad, nuestra forma de vida, lo que nos mantiene vivos”.


“Es muy difícil para ellos entender que no estamos dispuestos a que nos destruyan, nos exploten y pongan en venta nuestro territorio ancestral. Por eso nos criminalizan, nos persiguen y nos matan... Mi mamá, una mujer nacida en medio del pueblo lenca, ha sido asesinada por no estar dispuesta a que el color verde de nuestras montañas, a que el sonido puro y espiritual de nuestros ríos, a que el canto armonizador de los pájaros desaparezca. La asesinaron por ser firme y por entender lo profundo y lo que nos comunica nuestra naturaleza”.


“Su lucha está también junto a las mujeres que son madres, que convocan a nuestros ancestros, que son fuente de sabiduría, que son protagonistas de la lucha por la vida. Está junto a las que son golpeadas, a las que son asesinadas y a pesar de eso sus voces no pueden ser calladas. Los pueblos originarios han sido víctimas del racismo y del desprecio. La voz y el espíritu de mi mamá los acompaña y acompañará. No es concebible un mundo así, donde no podamos entender que este mundo es plural, que tiene voces y sonidos diferentes que dan riqueza a este mundo”.


“A ella la asesinaron por entender que esta lucha va mucho más lejos de toda frontera, que este sistema atenta contra la vida de nuestro planeta, atenta contra las cosmovisiones del mundo y nos llama a la indiferencia, a no sentir cada injusticia de este mundo como algo que es injusto para todos, un sistema que quiere convencernos de que no estemos juntos, que nos lleva a pensar sólo en nosotros...”


“Ahora esta lucha toma forma de grito, de esperanza, de una utopía por cambiar este mundo. Es puño alzado que clama por justicia, es un llamado a la hermandad de los pueblos. Es por eso que jamás podremos decir que Berta ha muerto...”


BERTITA TERCERA YA DESPUNTA

Los cuatro retoños de la indomable Berta evidencian la estirpe de la que proceden, su linaje. Los cuatro son ramas del tronco de Berta y de la raíz de doña Bertita.


Doña Bertita tuvo doce hijos entre varones y mujeres, todos talentosos y comprometidos, pero sólo Berta heredó su fuerza irresistible. Los cuatro retoños de la indomable se destacan y están a la altura exigiendo justicia por el asesinato de su madre. Pero hoy, entre Olivia, Bertita, Laura y Salvador emerge la fuerza de la más diminuta de las tres hermanas, Bertita quien por unanimidad ha sido elegida por los otros tres como coordinadora y vocera de la familia. Tiene 24 años. Ante ella uno siente la fuerza de un imán, una atracción que me recuerda la que sentí aquel 20 de mayo de 2013, cuando su madre me ordenó con voz suave que me pusiera al frente del pueblo para abrirles la retirada y evitar la represión y la muerte.


En la tercera generación, esta Bertita ya despunta como indómita y como futura conductora de procesos de transformación. Bertita tercera le pone pies a la esperanza que muchos sentimos perder tras el asesinato de Berta segunda.










Ismael Moreno, SJ


Director del ERIC y Radio Progreso


melosj@gmail.com



Medios





















BERTA CÁCERES: UNA INDOMABLE CON TALANTE DE ESTADISTA


Abr 12, 2016

tags : pl-es,
Encuentro “CompArte por la Humanidad” 
29 y 30 de julio, Barcelona  





Desde hace tiempo lxs compas zapatistas nos advierten que la grave crisis que sacude al mundo entero pone en riesgo la supervivencia del planeta. También nos dicen que las ciencias y las artes son quienes rescatan lo mejor de la humanidad. Por eso, junto a las actividades que se realizarán en Chiapas y en distintas geografías, nosotras desde la otra Europa nos hacemos eco de la propuesta hecha por lxs compas e invitamos a artistas para a compartir sus artes el 29 y 30 de julio en Barcelona.


Queremos generar un espacio de encuentro desde abajo y a la izquierda para compartir nuestras artes y pensar alternativas para esta realidad, que tal como la vemos y vivimos, no nos gusta nada.

Como dicen lxs compas artista “es toda persona que reivindique su actividad como arte”. La actividad se realizará en el Agora de Juan Andrés Benites (Barcelona) y la fecha límite para realizar propuestas de actividades es el 15 de junio.

Las actividades, pueden ser,  teatro, artes visuales, poesía, literatura, pintura, danzas, bailes, títeres, música, serigrafía y demás actividades artísticas que la estructura del espacio nos permita.

Plazo para enviar propuestas: 15 de junio

Consultas: compArte.bcn@gmail.com


Susan George per la manifestazione No TTIP il 7 maggio a Roma

Abbiamo incontrato Susan George a Padova per l' incontro "The Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP): dangerous to our health?", introdotto da Antonio Papisca (Cattedra Unesco di Dirittmi umani, democrazia e pace, Università di Padova) e Roberto De Vogli (Università di Padova e University of California Davis).

Alla conclusione della conferenza, in cui siamo intervenuti, ricordando l'appuntamento il 7 maggio a Roma contro il Ttip, le abbiamo chiesto di inviare un messaggio per invitare alla partecipazione all'appuntamento romano.


In vista della manifestazione del 7 maggio contro il TTIP vorremmo chiederti di dire qualcosa alle persone perché partecipino alla manifestazione.

Lo faccio molto volentieri e dico loro di portare anche familiari ad amici a questo evento importante, a questa importante manifestazione che il governo deve tenere in considerazione.

Questa è una minaccia alla democrazia, è una minaccia al sistema giudiziario, che permette alle corporations, attraverso l'arbitrato internazionale privato di denunciare i governi se passano leggi contrarie ai loro interessi.

E' una minaccia ai nostri legislatori, per regolare la vendita delle merci che consumiamo quotidianamente, negli ospedali, nelle nostre case, con i nostri figli e per questo è importante.
Se queste leggi di vendita non sono controllate, le corporations potranno poi vendere qualunque cosa, anche prodotti pericolosi e quindi questa è una minaccia allo Stato stesso e ai governi degli stati, perché se sono minacciati da tutte queste azioni legali potrebbero impaurirsi (come si dice in inglese, potrebbero venirgli i piedi freddi), cioè potrebbero aver timore di approvare le leggi per paura di dover affrontare troppe azioni legali.

E' la prima volta che un'imposizione così esplicita si verifica contro le regole europee, e sfortunatamente l'Europa sembra aderire troppo facilmente a questi accordi.

Intervista a cura di Giuristi Democratici - Padova e Associazione Ya Basta - Caminantes
Traduzioni a cura di Stefania Galante

INFO PER LA MANIFESTAZIONE A ROMA: vai alsito nazionale della Campagna Stop TTIP

Mexico Remembers 2006 Atenco Tragedy When Police Raped, Killed

tags : atenco, mexico, pl-en,

 

.


Mexico Remembers 2006 Atenco Tragedy When Police Raped, Killed

 

atenco_10-10.jpg_1718483346Farmworkers from San Salvador Atenco commemorate 10 years since police violently attacked community.

 

On May 3 and May 4 of 2006, police displayed brutal violence killing two people, injuring 50 and raping 26 women, while also arresting 200.

In the first day of two days of events, members of the grassroots organizations People’s Front in Defence of the Land, or FPDT, as well as other residents of the semi-rural community of San Salvador Atenco, commemorated 10 years since police violently carried out a 10-hour operation that left more than 200 arrested, 50 injured, 2 dead and 26 women raped.

In the town square of San Salvador Atenco, the FPDT held a mass to remember the victims of the 3,000-member police operation ordered by then Mexico State Governor Enrique Peña Nieto, who is now the president, to detain members of the FPDT after they organized protests to defend local flower vendors facing evictions in early May of 2006.

“It was ugly and horrible, I was left with swelling around the brain, broken ribs, and later I had to hide in the community as they sought to arrest me,” Edan Espinoza, active member of the FPDT and victim to the excessive police violence carried out on both traffic days, told teleSUR.

Adan, as well as the other FPDT spokesperson, argued that the degree of violence displayed by the authorities was a sign of their disdain towards the community’s resistance to state sponsored public-private infrastructure projects, such as a 2001 decree by former President Vicente Fox to usurp the collectively owned lands — known as ejidos in Mexico — of San Salvador Atenco to build a new international airport.

“Although they have tried to enter our lands, including being accompanied by the army to build their projects, we are organized and implement our ‘uses and customs’ and communal practices to halt the project, to say enough!” said Marta Lopez, long-time member of the FPDT.

On Sept. 2, 2014, during his second state of the union speech, Peña Nieto, announced renewed plans to build a new and larger international airport on the federal lands adjacent to Salvador Atenco.

In fear of their lands being affected or the community being evicted in its entirety, 27 farmworkers from Atenco filed an injunction that was granted by the Ninth District Court in the State of Mexico last week that the initial highways and roads being built for the new airport project must be suspended until guarantee is given that this project will not directly affect the ejidal lands of the community.

While the community members of San Salvador Atenco continue to resist incursions on their land from urbanization or mega-projects they also say their activities to commemorate 10 years since the police repression is also to protest a recently approved Mexico State law.

Dubbed by activists as the Eruviel Law, named after the current state governor, Eruviel Avila, the law grants state authorities the use of lethal force, electrical discharges, and unrestricted discharges of aerosols or pepper sprays when the authorities consider a protest to be illegal or ‘dangerous’.

Many activists and members of the FPDT, believe the implementation of the law is to repress activists and social protest as well as to legitimate the unmeasured use of force by the authorities.

They believe the measure is being implemented now as protests against the construction of the airport near San Salvador Atenco increase, as well as other protests in other parts of the state where farmworkers or Indigenous communities seek to peacefully defend their territory from large scale infrastructure projects.

 

http://www.telesurtv.net/english/news/Mexico-Remembers-2006-Atenco-Tragedy-When-Police-Raped-Killed–20160503-0041.html

.



.


Communiqué EZLN: Et Dans Les Communautés Zapatistes?

tags : ezln, pl-fr,
ET DANS LES COMMUNAUTÉS ZAPATISTES ?
EJÉRCITO ZAPATISTA DE LIBERACIÓN NACIONAL.
Mexique.


Aux Compañer@s de la Sexta:
A qui de droit:
Compañeroas, compañeros et compañeras:
Maintenant nous allons vous parler un peu de comment vont les communautés zapatistes où résistent et luttent les bases d'appuis.
Ce que nous allons vous relater maintenant vient des rapports compañeras et compañeros zapatistes eux-mêmes, responsables dans les villages, responsables de commissions (par exemple santé, éducation, jeunes etc.) autorités autonomes et responsables organisateurs. Mais avec les Comp@s du Comité nous avons vérifié pour voir si ce ne sont pas des mensonges, ou s'ils ne les changent pas pour que ça paraisse bien et cacher ce qui est mal. Le travail de ces écrits n'est pas de dire des mensonges à nos comp@s de la Sexta, ni à ceux qui nous soutiennent et sont solidaires. Ni à vous, ni à eux, ni à elles, ni à personne d'autre.
Si nous allons mal, nous le disons clairement, non pas pour que vous vous sentiez plus tristes que ce que vous n'êtes à cause de tout ce qui se passe là-bas dans vos géographies et calendriers. Nous le disons car c'est notre forme de vous rendre des comptes, c'est-à-dire de vous informer, et que vous sachiez si nous prenons le chemin que nous vous avions dit ou si nous sommes déjà dans d'autres choses, peut être en répétant les mêmes vices que nous critiquons.
Mais si, nous allons bien, nous voulons que vous le sachiez pour qu’ainsi vous vous réjouissiez avec le cœur collectif que nous sommes.
Comment savons-nous si nous allons bien ou mal? Et bien pour nous, femmes et hommes zapatistes, c'est très simple : les peuples parlent, les peuples commandent, les peuples font, les peuples défont. Au moment où quelqu'un prend le mauvais chemin, rapidement le collectif lui donne, comme qui dirait  sa remontée de bretelles, et, ou il se corrige ou il sort.
C'est ça notre autonomie : c'est notre chemin, nous le prenons, nous le confirmons, nous nous trompons, nous nous corrigeons.
En résumé, nous vous disons la vérité car des mensonges vous devez en avoir plutôt marre et vous en lasser. Et la vérité, bien qu'elle fasse parfois mal, elle soulage toujours.


C'est à dire que nous ne voulons pas faire comme les mauvais gouvernements qui ces derniers jours se sont beaucoup maquillé, selon eux pour faire plaisir au visiteur et pour qu'il ne voit pas ce qu'il se passe en bas. Mais ce maquillage n'a servi qu'à démontrer combien les gouvernements sont faux. Vous croyez vraiment que n'importe qui modérément intelligent ne verrait pas la réalité? Qu'il se manifeste ou pas par rapport à cette réalité, et la forme avec laquelle il le fait, c'est autre chose, et c'est son problème.
Bon, en un peu de mots. Ce que nous vous racontons maintenant vient en complément de ce qui a déjà été expliqué dans les livres de la Petite École Zapatiste. Si vous n'avez pas assisté à la Petite École Zapatiste en communauté ou en extra-muros, ou que vous ne connaissez pas ce que disent les livres de texte, et bien nous vous recommandons de les lire C'est ici que vous allez connaître comment s'est passé le processus de construction de l'autonomie.
Ce qu'il se passe est nouveau, ce sont des nouvelles choses qui apparaissent, c'est à dire que ça n'existait pas il y a un ou deux ans :
- La croissance zapatiste se maintient. Il rentre de plus en plus de jeunes hommes et jeunes filles.
- Pour la santé, les compañeras et les compañeros vont bien. Ce qu’on voit c'est que dans les cliniques autonomes arrivent moins de personnes car le travail de prévention a beaucoup augmenté et grâce à l'attention que donnent les promoteurs de santé autonome. C'est à dire que les gens sont moins malades. Dans les cliniques zapatistes autonomes, ceux qui arrivent de plus en plus ce sont les gens des partis politiques.
- Pour l'éducation, l'éducation primaire est pareille. Mais maintenant il y a une exigence nouvelle des communautés: le collège et le lycée. Dans certaines zones il y a un collège mais pas partout. Maintenant il y a des jeunes hommes et des jeunes femmes qui demandent l'éducation supérieure. Ils ne veulent pas d'ateliers, mais des études supérieures, de sciences, d'arts. Mais pas des études selon le mode capitalistes des universités institutionnelles, mais selon notre mode. Pour cela il nous manque beaucoup.
- Pour l'économie, sans vous raconter ce qu'il y a déjà, et que les travaux collectifs et individuels (maïs, haricot, café, poulet, banane, mouton, bovins, boutique, miel d'abeille, légumes, achat et vente de bovins, et d'autres types de produits) se maintiennent, ce qu'il s'est vu c'est que la production augmente, ce qui a amélioré l'alimentation et la santé, surtout chez les jeunes et les enfants.
- Dans certaines zones les promoteurs de santé autonome, sont en train de se former en échographies, laboratoire, consultation générale, odontologie et gynécologie. De plus, il se réalise des campagnes de santé préventive dans les régions. Dans une zone, avec les bénéfices obtenus par le travail collectif des bovins, ils ont réussit à acquérir une équipe de laboratoire et des appareils d'échographie. Ils ont déjà des compañeros et compañeras formés pour l'usage de ces appareils, produit de l'enseignement entre promoteurs de santé, d'un caracol à l'autre, c'est à dire qu'ils apprennent entre eux mêmes. Et une autre clinique-hôpital est déjà en construction pour qu'à partir de maintenant, on puisse faire ici de petites chirurgies, comme cela se fait déjà à Oventik ou la Realidad.
- Pour le travail de la terre, les collectifs de maïs et bovins ont beaucoup grandi. Avec les bénéfices, en plus de trouver des appareils et des médicaments pour les cliniques, ils ont acheté un tracteur.
- Pour le commerce, les coopératives d'épicerie continuent leur indépendance économique, et ont maintenu des prix bas pour les familles zapatistes. C’est possible car il n'y a pas qui s'enrichit avec la hausse des produits de consommation basique.
- Dans les boutiques autonomes, il n'y pas de vêtement de marques exclusives, ni de la dernière mode pour s'habiller, mais il ne manque pas de naguas (jupes traditionnelles), blouses, pantalons, chemises, chaussures (la majorité fabriquées dans les cordonneries autonomes) ni de ce que chacun utilise pour couvrir ses parties privées.
- Ceux qui ont le plus avancé dans les collectifs de production et de commerce, ce sont les compañeras. Il y a quelques années, une quantité du fruit du travail collectif de la comandancia, comités et insurgé-e-s, (oui, nous aussi nous travaillons pour produire et trouver de l'argent), était destiné à chaque municipalité autonome pour que les compañeras bases d'appui la travaillent en collectif dans ce qu'elles décideraient.
Et il se trouve qu'elles ont été meilleures administratrices que les hommes, car dans une municipalité les compañeras ont non seulement débuté avec succès un collectif de bovin, mais maintenant elles sont tellement avancées qu'elles mettent leur vache « sur le départ » dans d'autres villages avec des collectifs de femmes (« sur le départ » disent les zapatistes quand ce qui a été obtenu se divise de moitié, et que cette moitié est donnée à un autre collectif).
- Il s'est passé la même chose avec les coopératives d'épiceries : ils donnent des prêts aux autres collectifs de région ou aux villages et même à des compañeras individuelles.
- Toutes les municipalités autonomes effectuent un travail collectif de milpa, et d'autre ont des bovins. Toutes les régions ont un travail collectif qui donne des bénéfices. Par exemple, lors de la dernière célébration, les régions ont coopéré pour la vache qu'ils ont mangé durant la fête et pour les musiciens.
- La grande majorité des villages effectue un travail collectif, dans certains villages les hommes ne travaillent pas en collectif, mais les compañeras si, et il y a des villages où se sont 2 collectifs, un collectif de compañeros et un collectif de compañeras. Individuellement tous luttent pour aller bien et pour aller de l'avant. Tant les milicien-e-s que les insurgé-e-s travaillent dans des collectifs de production pour subvenir à leurs besoins et soutenir les villages.
- Dans le caracol d'Oventik, il y a un tortilleria autonome. Nous ne savons pas combien coûte le kilo de tortilla dans vos géographie, mais à Oventik il est à 10 pesos le kilo. Et elles sont de maïs, pas de maïs industriel. Les transports publics font même des voyages spéciaux pour acheter leur tortillas. Dans la zone des Hauteurs du Chiapas, là ou se trouve le caracol d'Oventik, on ne produit pas de maïs. Le maïs se produit dans les régions Selva et se commercialise entre des collectifs de la zone pour que les familles aient du maïs à bon prix et sans intermédiaires. Pour ça, ils utilisent des camions qui ont été donnés aux Juntas de Buen Gobierno par de bonnes personnes, on ne va pas donner leur nom mais, eux et nous, savons qui ils sont.
- Dans beaucoup de villages zapatistes, près de 50% travaille en collectif et le reste en individuel. Parfois la majorité travaille en individuel. Bien que l'on promeuve le travaille collectif, nous respectons le travail individuel qui n'exploite pas d'autres individus. Tant dans le travail collectif que dans le travail individuel, non seulement on se maintient mais en plus on avance.
- Voila comment s'organisent les travaux collectifs de chaque côté. Il y a des collectifs dans les villages et dans certains il y a des collectifs d'hommes, de femmes, et de jeunes. Il y a des collectifs de région ou de municipalité. Il y a des collectifs de zone ou de Junta de Buen Gobierno. Quand un collectif avance plus, il soutientles autres collectifs qui sont plus en retard. Ou, comme dans certaines régions, le travail collectif de production alimentaire se destine aux auberges qui existent pour les écoles secondaires autonomes.


-*-
Tout ce que nous vous racontons sur ces avancées ne vient pas du commandement zapatiste, c'est-à-dire qu’il n’est pas sorti des têtes de quelques uns, mais qu’il vient des réunions de partage entre les peuples eux-mêmes.
Lors de ces réunions de partage, ils se racontent leurs travaux, leurs avancées et leurs problèmes et erreurs. De là, apparaissent de nombreuses et nouvelles idées qu’ils échangent entre eux. En d’autres mots, les compañeros et compañeras apprennent les uns des autres.
Et bien sûr, nous vous disons que nous, en tant que commandants, nous apprenons aussi, et beaucoup, de nos compañeras et compañeros zapatistes.
C’est terrible et merveilleux ce que nous voyons et écoutons, tellement que nous ne savons pas ce qui va ressortir de toute cette avancée.
Maintenant nous ne vous parlons pas du réarmement des paramilitaires, de l’augmentation des patrouilles militaires, aériennes et terrestres, et de tout ce que font les mauvais gouvernements pour essayer de nous détruire. Nous ne vous donnons pas plus de détails parce que nous savons bien que pour vous non plus ce n’est pas facile, que vos résistances et rebellions souffrent d’agressions tous les jours, à toutes heures et de toutes parts. Et que, n’importe comment, vous êtes toujours rebelles et en résistance.
Mais nous savons que vous savez que tout ce que nous vous racontons se déroule au milieu des agressions, attaques, harcèlements, calomnies et silences complices. Au milieu d’une guerre, donc.
Et bien que lors des périodes sombres, comme celle dont on souffre maintenant, apparaissent des « commerçants de l’espoir », nous, l@s zapatistes, nous ne nous laissons pas emporter par ces balivernes ecclésiales, séculières ou laïques de supposés « nouveaux constituants » qui veulent « nous sauver » et qui ont recours aux mêmes vieilles méthodes de coercition qu’ils disent critiquer, et qui mentent sur de supposés soutiens de l’EZLN alors qu’ils tentent de rééditer l’histoire avec le soutien d’ « avant-gardes » obsolètes qui, depuis longtemps, ont abandonné leur propre héritage.
L’EZLN ne soutien aucune vente de pacotilles. Nous sommes en 2016, pas en 1521, réveillez-vous.
-*-
Compas de la Sexta, Frères et Sœurs du Congrés Nacional Indigène :
De toutes nos forces et au milieu de toutes ces ruses, l@s zapatistes nous nous préparons au pire, pour ce qui arrive.
Nous n’avons pas peur. Pas parce que nous sommes téméraires, mais parce que nous avons confiance en nos compañer@s.
C’est comme si, face à la tempête qui secoue déjà les ciels et les sols du monde, les bases d’appui zapatistes avaient grandi. C’est comme si c’était maintenant que brillaient le plus leur habilité, leur sagesse, leur imagination et leur créativité.
En réalité ces mots, plus que d’informer ou de rendre des comptes, ce qu’ils veulent c’est ­vous enlacer et vous rappeler que ici, dans ce coin du monde, vous avez des compas qui, malgré les distances dans les calendriers et les géographies, ne vous oublient pas.
Mais tout ne va pas bien. Nous vous disons clairement que nous voyons un défaut : les femmes zapatistes sont en train d’avancer plus que les hommes. C'est-à-dire que ce n’est en train d’avancer de manière équivalente.
Il reste chaque fois moins de ce temps où l’homme était le seul à rapporter la paye pour la maison. Maintenant, dans quelques zones, les collectifs de femmes donnent du travail aux hommes. Et ils sont nombreux les foyers où la femme est celle qui va donner de l’argent à l’homme pour qu’il s’achète l'un sa chemise, les autres leurs pantalons, l'autre son bandan et un autre son peigne pour qu’il soit bien bel homme lors des prochaines activités que nous annoncerons bientôt.
Parce que peut-être que nous sommes sales, laids et mauvais, mais en tous cas : bien peignés.
Depuis les montagnes du sud-est mexicain.
Sous-commandant Insurgé Moisés. Sous-commandant Insurgé Galeano.
México, febrero del 2016.
Mexique, février 2016.
Du Cahier de Notes du Chat-Chien :


Fragment de la conversation entre quelques partidistes et quelques zapatistes :
Partidistes : En tant qu’EZLN vous ne recevez pas de programme du gouvernement comme Procampo, Prospera, Nuevo Amanecer de los Ancianos?
Zapatistes : Non.
Partidistes : En tant qu’organisation, qui les subventionne?
Zapatistes : Nous sommes organisés et nous avons des bases d’appui qui travaillent ensemble et nous gouvernons et nous avons des travaux collectifs et avec ça nous obtenons des ressources économiques pour soutenir notre résistance.
Partidistes : -Et de quelle manière nous en tant que société civile pouvons-nous nous organiser et comment pouvez-vous nous conseiller, guider et enseigner ?
Zapatistes : Voyez cette situation avec les médias libre ou avec le Congrès National Indigène. Nous ne sommes pas là pour dire et décider de comment vous allez vous organiser ni pour donner un nom à votre organisation. Que le peuple pense et décide quoi faire et comment il va s’organiser.
Partidistes : Que devons-nous faire?
Zapatistes: Notre idée est de faire tomber le système capitaliste.
-*-
Rapport de la discussion qu’il y a eu, un matin très tôt du mois de février, entre ceux qui s’appellent Sous-commandant Insurgé Moisés et le nommé SupGaleano :
SupMoy : Le rapport dit qu’il y a des menaces de mort et que le gouvernement veut attaquer les caracoles pour en finir une fois pour toutes avec le zapatisme, que c’est parce qu'ils font mauvaise impression aux gouvernements.
SupGal :
SupMoy : Qu’ils nous cherchent toi et moi pour nous tuer.
SupGal : « Nous tuer » ? C’est pas « nous arrêter » ?, « nous capturer » ?
SupMoy: Non, le rapport dit, « pour les tuer ».
SupGal : P'tain d'sa mère, et pourquoi moi ? Ça c’est du racisme-colonialiste-hétéro-patriarcal-eurocentré. Si c’est toi le porte-parole, c’est toi qui prends. Moi je suis que le dernier bastion du machisme zapatiste et t’as vu qu’on esten franc déclin. En plus, pourquoi la violence ? Avant, ils disaient seulement « arrêter », « ordre de présentation », « détention », maintenant « tuer ». Et en plus moi je suis déjà mort plusieurs fois, ils ne le prennent pas en compte ? C’est bon, qu’ils le classifient et mettent « mission accomplie ». Mais ne change pas de sujet, je te dis qu’il ne faut pas mettre dans le communiqué l’histoire des collectifs de femmes.
SupMoy : Et pourquoi pas?
SupGal: Ben parce que si on le dit on va avoir des problèmes avec le genre masculin. Toute une tradition de films de Pedro Infante et de chansons de José Alfredo Jiménez risquent de disparaître. Toi tu es d’accord avec le fait que disparaissent des cultures ancestrales ? Non, n’est-ce pas ?
SupMoy: Ben comme disait le défunt: les dés sont jetés parce que je l’ai déjà mis.
SupGal: Comment?!! Et la solidarité de genre?
SupMoy : Vaut mieux que tu réfléchisses à quoi faire pour que les hommes se motivent plus et avancent leurs collectifs.
SupGal: Ok, ok, ok. On a besoin de retourner à nos racines, comme on dit. Je vais faire un programme spécial pour Radio Insurgente. Rien de Games of Thrones ni rien de rien ; que des chansons du grand camarade et dirigeant, premier du nom, roi de Garibaldi, père des dragons, et seigneur des sept lieux : Pedro Infante.
SupMoy: Hahahahahaha. Ils ne vont pas le diffuser. C’est une compañera qui s’occupe de la programmation.
SupGal: P’tain d’sa mère, maudite loi révolutionnaire des femmes! Et d’Alfredo Jiménez?
SupMoy: De lui encore moins.
SupGal: Mmh… Les Bukis alors ?... Les Téméraires ?... Brindis?... Los Tigres del Norte? Piporro?
La discussion a continué jusqu’à ce que le chat-chien, se faisant les ongles, conclue : ouaf-miaou.
C’était tôt le matin, il faisait très froid et, malgré le fait qu’une ombre se dressait sur la face de la terre, une petite lumière réchauffait le mot « résistance ».
J’atteste sur l’honneur de genre.
Note : Cet écrit a été réalisé sur un processeur de textes de logiciel libre et de code ouvert, comme système opératif GNU/Linux, avec distro UBUNTU 14.04 LTS, sur un ordinateur de la très exclusive et célèbre marque « La Migaja Z.A. de C.V. de R.L » (note : « Z.A » ce sont les initiales de « Zapatiste Autonome » ; « C.V » de « Coopération Virtuelle » ; « R.L. » de « Rébellion Ludique »), modèle « Deus Ex Machina », reconstruit (c'est-à-dire qu’il s’est cassé, mais qu’on l’a remonté comme un casse-tête) au Département de Haute Technologie Alternative Zapatiste (DATAZ, pour son sigle en espagnol). Ok, ok, ok, il a fini comme une figure géométrique tridimensionnelle que nous appelons « KEKOSAEDRO » -parce que personne ne sait ce que c’est-, et il restait quelques câbles et vis mais il marche bien… jusqu’à ce qu’il ne marche plus. « UBUNTU », en langue zoulou signifie aussi « Je suis parce que nous sommes » Dîtes « Oui » au logiciel libre.¡Fuck Microsoft, Apple and so forth (if you know what I mean)! ¡Linux rules!



[À dix ans] Femmes du cas Atenco : Ni oubli ni pardon ! (+ chronologie)

3 et 4 mai
INFO
Contre l’oubli

refairetissuat

Nous insistons : nous ne cédons pas devant les stratégies de l’État, nous continuons la lutte, nous continuons à parier sur une « autre réparation » celle qui reconstruit le tissu social, la confiance, la solidarité, celle qui évoque la mémoire et construit la vérité pour nous celles et ceux qui sommes en bas. Femmes ayant subi la torture sexuelle durant les opérations policières du 3 et 4 mai 2006 à Atenco.

femmescapagneat

À 10 ans de la torture sexuelle perpétrée par des agents fédéraux et de l’État mexicain contre 27 femmes, durant les opérations policières réalisées à Texcoco et à San Salvador Atenco, entités apparentant à l’État de Mexico, d’autres cas similaires sortent à la lumière et sont dénoncés, démontrant ainsi que la violation sexuelle est une pratique courante des forces de sécurité mexicaines. En attendant que la Commission Interaméricaine de Droits de l’homme (CIDH) analyse si l’État mexicain est responsable ou non de la torture sexuelle contre 11 des 27 femmes qui ont décidé de dénoncer la torture sexuelle subie durant les opérations policières du 3 et 4 mai 2006, les organisations sociales continuent de documenter de nouvelles violations. (1)

Le même pouvoir en place

En 2006 le secrétaire du Gouvernement de l’État de Mexico était Humberto Benítez Treviño, l’actuel président du Collège de l’État de Mexico, collège d’études supérieures et équivalent au système des grandes écoles ; Wilfredo Robledo était le secrétaire de Sécurité Publique – aujourd’hui, conseiller de sécurité du candidat du PRI – Parti révolutionnaire institutionnel – au gouvernement de Veracruz, Héctor Yunes Landa–; le chef de l’État-Major de la Police Fédérale Préventive était Ardelio Vargas Fosado, aujourd’hui mandataire de l’Institut National de Migration ; et l’actuel titulaire de l’Exécutif fédéral Enrique Peña Nieto, était le gouverneur de l’État de Mexico à l’époque.

À 10 ans

Cela fait déjà dix ans que dans les rues de Texcoco et de San Salvador Atenco les 3 et 4 mai 2006, les trois niveaux de gouvernement avec l’aide des principaux partis politiques et l’ensemble de l’appareil de l’État mexicain ont déchaîné leur violence et leur brutalité par l’intermédiaire de leurs forces policières et judiciaires contre des hommes et des femmes qui défendaient le droit à la terre et à la solidarité. Une blessure incontestable du processus de construction du tissu de l’Autre Campagne (aujourd’hui la sexta) a été la violente répression du 3 et 4 mai 2006 à San Salvador Atenco. Bilan de la répression : Javier Cortés Santiago et Alexis Benhumea assassinés par la police, des nombreux blessés et 207 personnes arrêtées .

Suite à ces faits, un groupe de femmes qui avait été arrêtées et torturées par l’État mexicain dans son ensemble, a décidé de porter plainte contre celui-ci pour la torture sexuelle qu’elles ont subi. Ces plaintes ont commencé au niveau national, où comme on pouvait s’y attendre, elles ont reçu pour toute réponse le silence et l’oubli. Ce qui a amené cette plainte à un niveau international tel que la Commission Inter-américaine des Droits Humains. (2).

11mujere

Ainsi le 14 mars 2013, Italia Mendez une des femmes ayant subi la torture sexuelle, a exposé son cas et présenté ceux des onze compagnes dénonçantes devant la Commission Inter-américaine des Droits Humains à Washington. Ces onze compagnes ont décidé avec rage et dignité de continuer la lutte et la dénonciation de l’attaque perpétrée à Atenco par l’État Mexicain.

Pour elles, il est clair que l’utilisation de la torture sexuelle est un outil de contrôle social qui non seulement affecte d’une manière directe les femmes survivantes, mais aussi les collectifs, les organisations et la société. Depuis l’opération policière à Atenco en 2006, l’État continue de nier qu’il y ait eu des femmes torturées sexuellement en raison d’une stratégie étatique. Il continue à déclarer avec insistance que ce qui était arrivé aux femmes sur le parcours vers la prison de Santiaguito, à Toluca, État de Mexico, était le fait d’actes isolés, accomplis par des policiers qui ont agi de leur propre chef. Or, il s’agit en réalité d’une stratégie délibérée à l’encontre des femmes, qui a été employée pendant les deux jours qu’a duré la répression. (3)

Suite à la réunion des femmes survivantes du cas Atenco à la CIDH à Washington, représentées par Italia Mendez, celle-ci a déclaré que « le fait pour l’État Mexicain de présenter aux femmes du cas Atenco une « solution amicale » représentait la dernière carte qui pouvait être jouée par l’État afin d’éviter un examen par la Cour et en même temps, cela représentait une maniéré d’atténuer le cas Atenco partout dans le monde. Il est clair que par cette proposition, l’intention de l’État était de minimiser le niveau des violations graves aux droits humains à San Salvador Atenco ».(4)

L’État Mexicain a tenté en vain durant l’audience publique à la CIDH par l’intermédiaire de sa représentante Lía Limón García, sous-secrétaire aux Affaires Juridiques et aux Droits Humains, de négocier une « solution amicale » avec les onze femmes qui ont été agressées sexuellement pendant l’opération policière de 2006 à Atenco et qui portent plainte, afin d’éviter une sanction éventuelle de la Cour Interamericaine des Droits Humains (CoIDH). Ce que les femmes d’Atenco ont instantanément refusé.

Bárbara Italia Méndez Moreno – représentante des onze femmes qui ont été agressées sexuellement- a donné lecture d’une lettre écrite par celles-ci, devant les magistrats, les représentants de l’État mexicain, les avocats ainsi que devant des dizaines de personnes qui se sont rendues à l’audience :

« Nous ne voyons pas de possibilité et ce n’est pas notre désir d’explorer une solution amicale, puisque l’État a démontré pendant plus de six ans, non seulement son incapacité à répondre à nos demandes de vérité et de justice, principalement parce que les seules actions qu’il ait menées visaient notre dénonciation au niveau inter-américain et international, mais aussi parce qu’il continue de répandre une fausse information sur ce qui s’est passé à Atenco et sur la recherche de justice. » (5)

Lettre signée par Mariana Selvas Gómez, Georgina Edith Rosales Gutiérrez, María Patricia Romero Hernández, Norma Aidé Jiménez Osorio, Claudia Hernández Martínez, Ana María Velasco Rodríguez, Yolanda Muñoz Diosdada, Cristina Sánchez Hernández, Patricia Linares, Suhelen Gabriela Cuevas Jaramillo et Bárbara Italia.

Avec le temps…

« nous continuons à construire la mémoire collectivement, en cherchant une réparation, non seulement de nous-mêmes, mais aussi du tissu social, des organisations et des collectifs qui nous accompagnent. Nous réclamons justice, mais pas uniquement par la judiciarisation de notre cas à travers des instruments internationaux, puisque nous savons qu’il n’y a pas de justice à attendre des institutions (…)Nous ne pouvons réparer ce qui est cassé que si nous continuons à nous organiser, en luttant pour l’autonomie et la liberté. »(6)

La lutte a continué, entre autres, par le biais de la Campagne contre la répression politique et la torture sexuelle, cette campagne contre la répression est menée par des femmes qui ont été arrêtées lors des opérations de contrôle de population à Texcoco et à Atenco, le 3 et 4 mai 2006. Femmes qui ont survécu aux tortures à caractère sexuel et physique, telles que : les agressions, postures obligées pour un temps prolongé et la prison. Depuis l’été 2008, ce groupe de femmes a commencé à travailler pour rendre visible les buts de la répression en abordant de manière franche et ouverte l’utilisation de la torture sexuelle comme instrument de contrôle social, utilisé couramment par la police et les militaires au Mexique.

Voici leur dernier communiqué paru en mai 2015 :

Communiqué de la Campagne contre la répression politique et la torture sexuelle, 9 ans après la répression à Texcoco et à San Salvador Atenco

atnomas

Nous n’oublions pas la répression des 3 et 4 mai 2006, à Texcoco et San Salvador Atenco. Elle a constitué un châtiment exemplaire, toute sa brutalité déversée sur nos corps, les fibres les plus sensibles de notre être ont été touchées et ensuite, exhibées.

La solidarité a été le prétexte utilisé par l’État pour assiéger, frapper, perquisitionner des domiciles, assassiner et torturer. Ce fut un acte de guerre contre l’Autre Campagne [aujourd’hui la sexta], ils ont essayé, par la terreur, de nous annuler, nous réduire, nous démobiliser.

La réponse a été merveilleuse, une vague de solidarité a réussi à rompre le siège policier à San Salvador Atenco, une campagne nationale et internationale a commencé, où des milliers et des milliers d’adhérents à la Sexta [nationale] et la Zezta Internationale ont obtenu la libération de ceux et celles qui avaient été emprisonné-e-s : L’alerte rouge lancée par l’EZLN [Armée Zapatiste de Libération Nationale] et son appel à mobilisations, les blocages des routes et les actions dispersées réalisées de part et d’autre du pays et du monde, le piquet de protestation [aux environs de la prison], les gardes, le barco (7), les concerts solidaires, les cris depuis l’autre côté du mur de la prison. Tout cela, a été l’effort et le fruit de la solidarité et de l’organisation de nous tous et toutes qui sommes la Sexta et des gens solidaires d’en bas.

La violence est inhérente au capitalisme et à l’État, comme un binôme du système d’exploitation et de domination. Évidemment cette dernière n’est pas nouvelle, cependant à présent nous pouvons voir comment elle s’aggrave, s’approfondit et se socialise, ce qui plonge la société dans l’incertitude, la peur et la paralysie.

Il est de plus en plus évident que la répression est une pratique généralisée dans ce pays, nous avons vu avec horreur comment la politique d’en haut a annoncé une guerre contre le trafic de drogues, pour, dans les faits, la diriger contre la société, contre les gens d’en bas : des milliers de personnes ont été assassinées et de la même manière le crime fait aux femmes s’est déployé ; d’autres femmes et d’autres hommes, aussi par milliers, ont disparu ; beaucoup d’autres personnes ont été le bouc émissaire qui remplit les prisons, grâce aux déclarations auto-inculpatoires arrachées par les corps policiers et militaires après de terribles séances de torture au cours desquelles la torture sexuelle apparaît de plus en plus comme une pratique généralisée contre les femmes.

Il existe aussi, la répression sélective contre les résistances qui luttent contre ce système asphyxiant, prédateur de la vie. Nos frères et soeurs bases d’appui Zapatiste ont été la cible d’une guerre ouverte et de plus en plus hostile et violente de la part de groupes paramilitaires, ce sont des attaques systématiques contre la construction de l’autonomie des communautés Zapatistes. C’est le système de la domination qui, à travers de la CIOAC Historique (8), a perpétréle terrible crime; frapper à coups de machette, torturer et assassiner l’instituteur [votan] zapatiste Galeano.

La nuit du 26 au 27 septembre jusqu’à l’aube a été terrible pour les normaliens d’Ayotzinapa, avec le meurtre de 6 personnes, dont trois normaliens, les 43 étudiants disparus, en plus d’un autre étudiant dans le coma. Dans la même logique pour générer la terreur, on comprend la brutalité exercée contre Julio César Mondragón.

Les stratégies de contrôle social sont dessinées minutieusement : selon la cible, selon le dommage qu’elles essaient de provoquer, selon la réaction qu’elles attendent. L’État se prépare et affute son coup. Certaines fois c’est à travers les forces policières et militaires que la violence est exercée, d’autres fois, à travers des groupes paramilitaires ou par le biais du trafic de stupéfiants.

Nous, en 2008, quand nous avons entamé ce cheminement collectif, nous avons pensé qu’il était et continue d’être vital, de caractériser la répression, décortiquer ses objectifs, comprendre les stratégies et les méthodes utilisées pour briser les personnes et les collectivités ; comment constituer une communauté ? comment fortifier l’organisation ? Élaborer des stratégies de confrontation tous et toutes, ensemble. Notre pari – le pourquoi de notre travail – c’est de nous organiser contre ce rouage du Capitalisme qu’est la répression.

Ils noarton3538-bd910us répriment pour nous briser, mais ensemble hommes et femmes nous nous reconstruisons.

Faire appel à la mémoire, cette proposition n’est pas des moindres, il s’agit de reconstruire notre histoire racontée par nous-même, recourir à la vérité, de comment les événements se sont passés, comment nous avons vécu, survécu, comment nous avons fait face au puissant. Ce sont des expériences collectives qui nous renforcent et qui nous rappellent que nous regardons le pouvoir en face et même avec la peur toujours là, même en étant petites, nous lui faisons face.

Neuf ans se sont écoulés et nous n’oublions pas, parce qu’aujourd’hui plus que jamais la répression est en vigueur. Nous ne pardonnons pas parce que le meurtre, la prison, la torture et la disparition continuent d’être le langage d’en haut. L’État affine sa stratégie : nous démobiliser par la violence n’a pas fonctionné. Maintenant il recourt à la pression et aux menaces, ce ne sont plus les bêtes en uniforme qu’ils envoient, maintenant ce sont des hommes et femmes habillées avec des vêtements coûteux, avec des portefeuilles pleins de prébendes et de pots-de-vin, qui essaient de nous casser à travers la création de fonds et d’indemnisations.

Nous insistons : nous ne cédons pas devant les stratégies de l’État, nous continuons la lutte, nous continuons à parier sur une « autre réparation » celle qui reconstruit le tissu social, la confiance, la solidarité, celle qui évoque la mémoire et construit la vérité pour nous celles et ceux qui sommes en bas.

Solidarité et soutien mutuel
Mai 2015.

Campaña contra la represión política y la tortura sexual
[ Campagne contre la répression politique et la torture sexuelle ]

Résume/traductions les trois passants, Caracol Solidario et Amparo

Corrections Valérie et Myriam

————————-

(1) A 10 años de Atenco: Tortura sexual, práctica común de la policía mexicana, Revista Proceso, 2 de mayo 2016, por Anayeli García Martínez
(2) Déclaration de solidarité avec les femmes dénonçant le cas Atenco devant la Commission Inter-américaine des Droits Humains. Réseau contre la Répression et pour la Solidarité (RvsR)
(3) À Atenco : « Nous ne pourrons réparer ce qui est cassé que si nous continuons à nous organiser » Article écrit en 2012, par Barbara Italia Mendez
(4) Atenco, ni perdón ni arreglo “amistoso”. Revista Proceso 18/Mar/2013 por Gloria Leticia Díaz
(5) Ibid
(6) Op cit : À Atenco : Nous ne pourrons …par Barbara Italia Mendez
(7) Barco : [le colis], c’est l’expression utilisée pour passer solidairement les produits nécessaires en prison : savon, shampoing, papier toilette… Dans ce cas précis, les personnes du piquet de protestation qui se tenait à l’extérieur de la prison, faisaient le « barco », c’est à dire, faisaient passer le colis aux prisonnières avec les produits dont elles avaient besoin.
(8) Le 2 mai 2014, la CIOAC-Historique [Centrale Indépendante des Ouvriers Agricoles et Paysans] organisation paramilitaire liée au Parti de la Révolution Démocratique (gauche) a attaqué le Caracol de La Realidad, l’un des cinq centres régionaux où siègent les Conseils de bon gouvernement zapatistes, le bilan de cette attaque a été la destruction d’une école et une clinique, plusieurs personnes blessées et l’assassinat du votan [maître] Galeano, l’un des responsables de la Petite école zapatiste (Escuelita) qui symbolise la nouvelle initiative zapatiste internationale et nationale.

________________________

À Atenco : « Nous ne pourrons réparer ce qui est cassé que si nous continuons à nous organiser »

barmarÀ Atenco : « Nous ne pourrons réparer ce qui est cassé que si nous continuons à nous organiser ».

Italia Méndez*

« Plan d’une extermination : écraser l’herbe, arracher tout, depuis la racine jusqu’à la dernière plante vivante, arroser la terre avec du sel. Après, tuer la mémoire de l’herbe. Pour coloniser les consciences, pour les supprimer ; pour les supprimer, les vider du passé. Annihiler tout témoignage qui rappelle que dans la contrée il y a eu autre chose que du silence, des prisons et des tombes. Il est interdit de s’en souvenir… » Eduardo Galeano

Mexico. En 2002, avec le soutien d’organisations et de collectifs, le Front des Villages en Défense de la Terre (FPDT) a réussi à arrêter le projet économique le plus ambitieux du mandat de Vicente Fox Quesada, alors président du Mexique : la construction du nouvel aéroport international de Mexico qui s’étendait sur 4.550 hectares de terres de culture confisquées par le gouvernement fédéral sur le terrain communal de San Salvador Atenco, moyennant une indemnisation de sept pesos (moins d’un euro) par mètre carré.

La lutte des paysans du FPDT est devenue un exemple d’organisation et, surtout, de victoire. La légitimité de leur combat, leur capacité d’organisation et la solidarité nationale et internationale ont été les éléments clefs qui ont permis d’arrêter non seulement l’État et tous ses appareils, mais aussi le capital, puisque des centaines d’entreprises se frottaient déjà les mains en espérant obtenir de grands bénéfices du pillage des biens communaux.

En 2006 naît l’Autre Campagne, un mouvement national rassemblant des milliers de personnes adhérentes à la Sixième Déclaration de la Forêt Lacandone de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale. Sur tout le territoire national, elle émerge comme un mode d’organisation qui doit constituer une alternative à la logique électorale des candidats alors engagés dans la campagne. Elle se dresse, provocante et dangereuse pour le pouvoir.

C’est dans ce contexte que, les 3 et 4 mai 2006, le terrorisme d’Etat s’est abattu à Texcoco et à San Salvador Atenco. Par la répression politique, le sang et la prison, le pouvoir a décidé de mettre fin au cheminement de l’Autre Campagne. Tout a commencé par un conflit ciblé entre de petits producteurs de fleurs et de légumes et les autorités municipales de Texcoco : celles-ci niaient le juste droit des premiers à travailler en commercialisant leurs productions sur la voie publique. Le FPDT, toujours solidaire des autres luttes, accompagnait les producteurs et jouait le rôle d’interlocuteur.

alexisbenhumeaBilan de la répression : Javier Cortés Santiago et Alexis Benhumea assassinés par la police, 207 personnes torturées et emprisonnées, des centaines de perquisitions, cinq personnes d’autres pays – survivantes de la répression – expulsées, la persécution politique et judiciaire des membres du FPDT, l’utilisation de la torture sexuelle contre nous, les femmes détenues. La classe politique dans sa totalité a légitimé les faits de diverses manières, il y a eu des applaudissements retentissants et des silences complices.

La répression politique a pour but très concret la désarticulation, par la terreur, de toute organisation qui s’oppose aux intérêts de l’État et au pouvoir économique. L’objectif principal est d’empêcher les personnes d’identifier les buts que poursuit la répression, afin d’annuler leur capacité de défense et de confrontation.

L’utilisation de la torture sexuelle est un outil de contrôle social si puissant que non seulement il affecte d’une manière directe les femmes survivantes, mais il a aussi des répercussions sur la famille, les collectifs ou les organisations et, naturellement, sur la société. Depuis l’opération policière à Atenco, l’État a nié qu’il y ait eu des femmes torturées sexuellement. Face à des preuves irréfutables, il a déclaré avec insistance que ce qui était arrivé aux femmes sur le parcours vers la prison de Santiaguito, à Toluca, État du Mexico, était le fait d’actes isolés, accomplis par une paire de policiers nerveux et qui avaient agi de leur propre chef. Or, il s’agit en réalité d’une stratégie délibérée à l’encontre des femmes, qui a été employée pendant les deux jours qu’a duré la répression.

La préméditation, l’intentionnalité et l’impunité prouvent que cette atteinte au corps des femmes, mise en œuvre à des moments très précis, vise à envoyer un message brutal à l’« ennemi » en répandant le sentiment de culpabilité, la stigmatisation et la peur.

mujeres-de-atenco-6to-anivDans notre expérience, l’appui mutuel nous a permis de mettre en évidence les buts et les principes de la torture sexuelle. Lorsque nous nous sommes retrouvées toutes ensemble dans la prison de Santiaguito, plusieurs d’entre nous ont décidé d’écrire leur témoignage. Nous avons choisi de transformer la culpabilité et la honte en responsabilité et de désigner les coupables. La divulgation de l’atteinte à nos corps, de nos visages et de nos noms nous a permis de casser le silence. Nous savions que cela ne suffirait pas, mais c’étaient nos premiers pas dans un chemin si long et si sinueux qu’il ne pouvait être parcouru que collectivement.

Le rôle de la dénonciation sociale, tant en 2006 qu’aujourd’hui, a été fondamental. Lorsque nous étions isolées, nos moyens de communication étaient des morceaux de papier mais des centaines de voix ont été le haut-parleur de nos paroles et les récits d’horreur ont acquis une valeur réparatrice : l’innommable, l’inénarrable s’écoutait à haute voix, peu à peu se dissipait le tabou qui consiste à parler de quelque chose de si intime. La honte disparaissait. Nous avons refusé le rôle que les responsables nous avaient attribué et surmonté la culpabilité et la peur, à travers un accompagnement psychologique et un travail collectif.

Face à la répression, d’innombrables manifestations de protestation ont eu lieu, et de grands efforts organisationnels ont été réalisés en vue de la libération de prisonnières et de prisonniers. La peur était coûteuse en énergie et beaucoup de personnes ont renoncé à la participation politique, quelques groupes se sont désarticulés, le tissu social s’est déchiré. Intimider la société à travers le châtiment exemplaire de ceux et celles qui luttent : ce message avait été envoyé, renforcé encore par l’impunité des coupables, la dilution de leur responsabilité l’idée que « rien ne peut être fait face au pouvoir de l’État ».

Découvrir l’étendue de la répression a été réellement dévastateur. Comment recomposer le tissu social ? Comment combattre la peur ? Comment nous reconstruire ?

2011-11-09-104959Atenco.gifCertaines d’entre nous insistent sur la nécessité de mettre en évidence les instruments du contrôle social par l’État, et de multiplier les discussions autour de cette problématique. À cette fin, nous avons lancé depuis l’été 2008 « Une campagne contre la répression politique et la torture sexuelle », en cheminant main dans la main avec des organisations et des collectifs qui ouvraient leurs espaces à ces réflexions. Cette campagne vise à mettre au jour les conséquences de la répression, telles qu’elles ont été vécues sur le plan individuel et collectif.

Analyser avec distance les mécanismes répressifs nous permet de nous placer dans un rôle actif, et nous rend capables de leur faire face sans abandonner nos luttes et nos idéaux.

Ces mécanismes obéissent à des stratégies définies selon les effets que l’on cherche à provoquer dans la population, auprès des organisations et des individus. Ils ne sont pas furtifs et encore moins aléatoires. La répression à San Salvador Atenco n’a pas eu lieu par hasard : transformer un modèle d’organisation, de résistance et de victoire en symbole de mort, de torture et de prison, met en évidence l’intérêt du Pouvoir à déformer notre perception, arrêter à tout prix l’Autre Campagne et tatouer dans notre peau le message de la défaite.

Après six ans de résistance nous continuons à construire la mémoire collectivement, en cherchant une réparation, non seulement de nous-mêmes, mais aussi du tissu social, des organisations et des collectifs qui nous accompagnent. Nous réclamons justice, mais pas uniquement par la juridictionnalisation de notre cas à travers des instruments internationaux, puisque nous savons qu’il n’y a pas de justice à attendre des institutions.

Nous ne pouvons réparer ce qui est cassé que si nous continuons à nous organiser, en luttant pour l’autonomie et la liberté.

Aujourd’hui, comme il y a six ans, les hommes politiques lancent leurs campagnes électorales pleines de mensonges et de faux-semblants. Aujourd’hui, comme il y a six ans, nous insistons : notre lutte ne se borne pas aux formes politiques d’en haut, nous continuons notre chemin sans nous contenter du « moins pire ». L’idéal de liberté ne s’efface pas : malgré la répression, nous sommes toujours debout.

Italia_3-384x384* Bárbara Italia Méndez a été arrêtée le 4 mai 2006 au matin dans une maison de San Salvador Atenco, dans l’État de Mexico, où elle s’était réfugiée pour échapper à la police. Elle s’était rendue de Mexico à San Salvador Atenco après avoir appris qu’un mineur avait été tué et que des manifestations et des affrontements avec la police avaient eu lieu.
Selon son témoignage, des membres de la Policía Federal Preventiva (PFP, Police fédérale préventive) ont fait irruption dans la maison et l’ont arrêtée sans aucune explication. Les policiers lui ont tiré les cheveux, l’ont obligée à s’accroupir et l’ont rouée de coups ; elle a été blessée à la tête et présentait de multiples contusions. Son chemisier remonté sur la tête, elle a été ensuite contrainte de monter dans un véhicule de la police et de s’allonger sur d’autres détenus. Pendant le trajet jusqu’à la prison de Santiaguito près de Toluca, dans l’État de Mexico, elle a dû enlever ses vêtements, a été passée à tabac, menacée, a subi des agressions sexuelles et été violée à l’aide de différents objets par des membres de la police de l’État sous les encouragements de leurs collègues.

Traduit par les trois passants

Merci à Valérie pour les corrections

Source

Plus d’infos : Femmes dénonçant le cas Atenco + Videos et brève chronologie des faits

Atenco_Mujeres_Resistencia

___________________

Brève chronologie des faits

libresatencoresiste-img_assist_customLe 22 octobre 2001, le gouvernement fédéral décrète l’expropriation de 11.500 hectares, parmi lesquels 5.400 sont des terres productives appartenant à Atenco, en offrant en compensation 7,20 pesos par mètre carré. Le projet était la construction du nouvel aéroport international de la ville de Mexico, violant ainsi les droits naturels et sociaux des communes à décider de l’usage d’un territoire qui leur a toujours appartenu.

Le Frente de Pueblos en Defensa de la Tierra (FPDT, Front communal en défense de la terre) s’est organisé et a décidé de défendre leur territoire.

Finalement, le 2 août 2002, le gouvernement se vit forcé d’abroger le décret d’expropriation qui n’avait jamais démontré son utilité publique et annula le projet d’aéroport.

5 avril 2006 : L’Autre Campagne passe par Atenco et le FPDT adhére à la Sixième Déclaration de la forêt Lacandone.

2 mai : Une table de négociation se tient au bureau du sous-procureur de l’État de Mexico avec les autorités de l’État au sujet du respect au droit du travail des fleuristes des villages de Texcoco. Ceux-ci avaient été violemment expulsés de leur marché quelques mois auparavant et avaient demandé l’aide du FPDT. Ce jour-là, un accord fut passé permettant la vente de fleurs pour les 3, 10 et 15 mai et ordonnant aux policiers gardant le marché de se retirer.

3 mai : À 5 heures du matin, les fleuristes accompagnés du FPDT se présentèrent au marché de Texcoco mais le gouvernement de l’État n’avait pas tenu parole. Ce furent des centaines de policiers qui provoquèrent des affrontements et arrêtèrent des membres du FPDT et des fleuristes.

4 mai : Le lendemain, ce furent 3 500 policiers puissamment armés qui envahirent Atenco. Ils réalisèrent des arrestations arbitraires et enlevèrent plus de 200 personnes dont des mineurs et des personnes âgées. Les gens arrêtés furent torturés et les femmes violées.

Bien des actions ont été menées pour libérer toutes et tous les prisonnières et prisonniers politiques d’Atenco. Douze personnes étaient encore emprisonnées qui purgeant des peines qui vont de 31 ans, pour neuf d’entre elles, à 67 ans et 6 mois pour Felipe Alvarez Hernandez et Hector Galindo et jusqu’à 112 ans pour Ignacio del Valle, enfermés dans une prison de haute sécurité. Et il reste encore des personnes avec des mandats d’arrêt.

Après 4 ans et 1 mois de mobilisation populaire et de recours légaux, aujourd’hui mercredi 30 juin 2010 à 13h00 la Cour Suprême de Justice de la Nation a voté la liberation des 12 prisonniers du FPDT.

Jorge Alberto Ordóñez Romero, Román Adán Ordóñez Romero, Alejandro Pilón Zacate, Juan Carlos Estrada Cruces, Julio César Espinoza Ramos, Inés Rodolfo Cuellar Rivera, Edgar Eduardo Morales Reyes, Óscar Hernández Pacheco et Narciso Arellano Hernández ont été libérés le 30 juin 2010.

Ignacio del Valle Medina, Felipe Álvarez Hernández, Héctor Galindo Gochicoa ont été libérés le 1er juillet 2010.

2016 Le gouvernement continue sa pression  sur les terres collectives d’Atenco et la lutte continue…

À lire également : Depuis la ZAD de Notre-Dame-des-Landes et depuis l’Autre Europe : communiqué de soutien à San Salvador Atenco au Mexique

Exposition : ATENCO…Que s’est-il passé?

Exposition sur Atenco (Archive 2006)


Atenco présent dans les coeurs dans la manif du 1er mai à Paris

tags : atenco, paris, pl-fr,

À l'occasion des 10 ans de la répression subie par les villages d'Atenco les 3 et 4 mai 2006, et afin de manifester un soutien et une solidarité avec la lutte reprise par les villages des alentours d'Atenco contre la spoliation de leurs terres et les plans de construction du "nouvel aéroport de Mexico" (projet le plus cher au monde actuellement : les études tablent sur 200 milliards de dollars d'investissement.. !], l'esprit de lutte tout comme la mémoire de la répression, tant à Atenco qu'à Ayotzinapa, se devaient d'être de mise dans la manifestation parisienne de ce premier mai !

Depuis Paris, en mémoire du mai sanglant d'Atenco

communiqué envoyé à Atenco ce 3 mai 2016

Paris, le 1er mai 2016

Aux précieux compañer@s d'Atenco,

A tous les compas et les médias libres, qui ont toujours été solidaires avec Atenco

A toute la Sexta, en mémoire de ce douleureux mai sanglant de 2006

Compañer@s, en ce jour, nous souhaitons vous envoyer une chaleureuse et solidaire salutation à vous toutes et tous !

Nous vous écrivons cette lettre parce que nous avons le souvenir de votre digne lutte, de votre chemin combatif et nous voulons vous manifester notre admiration pour votre détermination qui, malgré la répression, est encore vive depuis plus de 15 ans !

Nous nous souvenons aujourd'hui de votre présence en 2007 dans la manifestation du premier mai à Paris, le poing levé et la machette brandie dignement. Nous nous souvenons aussi de votre valeureuse expérience que nous avons diffusé à plusieurs reprises en tant qu'exemple, parce qu'au-delà d'avoir réussi à mettre le pouvoir en échec et d'avoir obtenu en 2002 l'annulation du projet d'aéroport de l'époque, vous avez réussi à continuer la lutte depuis lors, avec votre propre style et depuis votre propre barricade. Nous saluons votre courage politique, et cette grande solidarité que vous avez toujours offerte à toutes et tous les autres compañer@s, non seulement au Mexique mais aussi envers des compas d'ici en France et dans bien d'autres pays, depuis la lutte contre le sommet du G8 en 2003 en Suisse, jusqu'à la solidarité il y a 2 ans avec la lutte de la “Zone À Défendre” contre la construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes (ouest de la France).

Nous nous rappelons très bien comment, par le biais de la torture, du viol, du crime et du mensonge, les politiciens ont cherché à se venger en 2006 de la victoire que vous aviez obtenu et à vous faire faire payer tout ce que vous représentiez et représentez encore pour celles et ceux d'en bas : la lutte, l'engagement total et la solidarité indefectible.

Ce crime, nous ne pourrons jamais l'oublier, parce que nous savons qui vous êtes, et nous connaissons la réalité qui est la nôtre, à celles et ceux d'en bas ! Nous le savons, et cela signifie que nous n'oublierons jamais ce qu'ont infligé les politiciens et leurs policiers durant les ataques du 3 et 4 mai 2006 à Texcoco et Atenco ! Quel que soit leur échelle (étatique, fédérale ou municipale), c'est du sang et de la mort qu'ils ont offerts aux nôtres !

Aujourd'hui, à 10 ans de la répression du 3 et 4 mai, nos pensées vont tout autant pour les villages et communautés affectées par la répression dans la région de Texcoco, qu'à toutes et tous les compas de la Sexta [qu'ont appelait alors l'”Autre Camapgne”] qui s'étaient rendus à Atenco dans la nuit du 3 au 4 mai afin de maintenir la barricade. Et nous envoyons une salutation particulière aux compañeras et compañeros qui ont été blessé.e.s, incarcéré.e.s, torturé.e.s et victimes d'agressions sexuelles. Ceux qui sont tombés ne sont pas morts ! Ils resteront avec nous pour toujours !

Nous n'oublions pas, parce que nous voyons bien à Atenco comment le système capitaliste est une véritable hydre, qui ne se satisfait jamais d'une défaite partielle, et qui tente toujours de spolier et détruire la vie sous toutes ses formes ! Le projet capitaliste court après tout ce qui lui rapporte de l'argent, et aujourd'hui tout rapporte du fric. Les mines, les ressources naturelles, les routes, les complexes touristiques et évidemment, pour emporter tout cela, aujourd'hui ils réactivent leur projet d'aéroport mortifère.

C'est la raison pour laquelle nous réaffirmons que nous sommes à vos côtés dans la bataille que vous avez décidé de mener à nouveau contre le nouveau projet d'aéroport, promus par le même personnage politique, Enrique Peña Nieto, qui a trempé ses mains et ce mois de mai dans le sang. Pour eux, la violence et le crime reste leur manière de faire de la politique come l'a démontré Ayotzinapa, mais nous ne les laisserons pas réprimer Atenco encore une fois ! Nous avons de la mémoire, cette mémoire nous convoque à la solidarité et nous allons continuer, en diffusant à nouveau votre lutte, votre résistance et votre engagement ! La lutte continue et continue ! Nous sommes à vos côtés ! Vive Tocuila et le nouveau campement en résistance !

Depuis Paris, nous vous envoyons une embrassade rebelle et fraternelle, de la part du Comité de Solidarité avec les Peuples du Chiapas en Lutte (CSPCL, Paris, France), du syndicat anar de la CNT (France), du Comité de Solidarité avec les Indiens des Amériques (CSIA-Nitassinan), du collectif Paris-Ayotzinapa et de toutes les personnes qui ont manifesté à nos côtés en ce premier mai !

Comité de Solidarité avec les Peuples du Chiapas en Lutte (CSPCL, Paris-France)

version espagnole du communiqué distribué ce 3 mai à Atenco

Blog d'Atenco (en espagnol)

Nouvelles d'Atenco en français sur le site du CSPCL

Le documentaire "Briser le silence" sur la répression contre la lutte d'Atenco en 2006, est téléchargeable ainsi que les sous-titres ici